12 réflexions sur « Fini les appareils photo »

  1. J’ai abandonné mon compact il y a déjà un bon moment parce qu’il était trop gros pour être en permanence dans ma poche contrairement à un smartphone, et que lorsque je préméditais des photos, je préférais l’ergonomie et la qualité des images d’un DSLR.
    Du coup le compact que l’on peut oublier dans sa poche et qui a la qualité d’image d’un DSLR est devenue la quête du Graal.
    Et il risque de rester un fantasme à jamais inaccessible parce que l’innovation part un peu dans tous les sens en ce qui concerne la photo embarquée dans les smartphones http://www.youtube.com/watch?v=0TWh3EvSZ_0&feature=player_embedded
    http://blog.laptopmag.com/nokia-lumia-1020-vs-galaxy-s4-zoom
    Pour l’instant, l’ergonomie du smartphone pour la photo est pourrie, la qualité des images insatisfaisante en ce qui me concerne, mais au moins je l’ai toujours sur moi et ça bouge beaucoup coté développements.

  2. Je relaie la question d’André, car j’ai moi aussi un réflex, un compact, mais pas de smartphone (!), et je me suis rendu compte cet été que j’avais délaissé complètement mon réflex au profit du compact, à présent que j’en ai un bon qui me satisfait dans la quasi-totalité des cas, même pour réaliser certaines photos requérant des réglages manuels.
    Quant à mes enfants ados, ils en sont à délaisser leur compact au profit de leur seul smarphone parce qu’ils se soucient uniquement de pouvoir les communiquer, et s’ils les regardent, c’est uniquement sur l’écran de leur téléphone. Ce glissement des pratiques s’opère sans qu’on y réfléchisse, insensiblement, mais de façon profonde. Irréversible ? comment savoir ? Qui nous aurait annoncé ça il y a dix ans ?

  3. J’ai, pour ma part, comme le note André, ces trois types d’appareils … Cette année, pour la première fois, et dans un choix délibéré, j’ai choisi de ne prendre que mon Iphone en voyage. Dans un premier temps pour l’aspect pratique, mais aussi, et surtout parce que les photographies que produisent l’Iphone répondent clairement à mon désir de remémoration instantanée. N’étant pas photographe, je me suis rendu compte cette année que l’Iphone répondait, qualitativement et quantitativement à mes attentes. Ce qui – et c’est un point qui me paraît très intéressant – modifie notre rapport au récit produit lors du voyage. Par exemple, avec l’Iphone, dans la litanie d’images s’ajoutent des courtes vidéos, qui deviennent, non pas des “petits films” mais bien des photographies animées. La capacité de stockage de l’Iphone appelant à n’enregistrer des vidéos que de quelques secondes ou d’une ou deux minutes. Dans le flots des images produites lors du voyage – grâce à la disponibilité de ces appareils (j’ai jamais autant pris d’images, là où mon reflex m’obligeait “à le sortir”); j’ai largement modifié mon rapport au souvenir et à son écriture. Notre voyage au Portugal, cette année – le premier avec smartphone seul – est le plus imagé, le plus diversifié et le plus “proche” du vécu (par les “vues” filmées, mais aussi par les multiples images). Est-ce qu’il y a un manquement qualitatif ? Certainement du point de vue professionnel. Mais, ce qui est certain, c’est que l’écriture du souvenir est dorénavant bouleversé. Et j’ai hâte de savoir ce que vont donner les images des nouvelles Smartwatch …

  4. André tu fais comme si le choix du matériel était un acte raisonné, analysable en termes de poids, de coût, d’ergonomie, d’usages et d’attentes fonctionnelles. 🙂
    C’est aussi un objet symbolique. Un signe de l’image que je me fais de moi, de celle que je veux renvoyer aux autres et de l’idée que je me fais de mes images. Ce dernier point étant particulièrement important “en l’absence d’un corps de précepte et de principe qui permettrait à la virtuosité de s’affirmer”. (Bourdieu de mémoire)

  5. On peut analyser les pratiques par le filtre des appareils, ou par celui des usages. J’ai un reflex, un compact, et un smartphone. Je sais très bien que le reflex est l’outil qui fait de loin les meilleures photos. Pourquoi j’ai à peu près cessé de l’utiliser, au profit du compact (écrasante majorité de mes photos de vacances) ou du smartphone (à peu près toutes les autres): voilà la question à laquelle il serait intéressant de répondre.

  6. Je suis d’accord avec l’analyse de T. Dehesdin sur la nécessité vitale des fabricants à créer de nouveaux besoins et sur la perspective qu’ils auront à gérer des croissances faibles. L’évolution qualitative des canaux de diffusion des images détermine celle des appareils, comme cela a toujours été le cas, et dans cette perspective un appareil amateur doté d’un téléphone et surtout d’une connection internet semble aujourd’hui parfaitement cohérent. Restent les questions de traitement d’images avant leur diffusion. L’appareil réflex n’a quant à lui pas un grand avenir : lourd et encombrant, même les pros seront content de s’en débarrasser.

  7. Il faut peut-être relativiser un peu ce constat.
    Est-ce que plus qu’à un effondrement du marché, ce n’est pas plutôt à un retour à la situation antérieure que sont confrontés les fabricants?

    En argentique, la photo était une activité de loisir comme les autres, les consommateurs réalisaient des arbitrages et il y a avait les années où c’était la Hi-Fi ou la planche à voile qui étaient à la mode, et celles où c’était la photo.

    Le marché des compacts a été un nouveau marché qui a échappé à cette logique de l’arbitrage économique. Un peu comme avec le téléphone portable.
    Tout le monde a voulu un appareil photo numérique que ce soit pour remplacer un appareil argentique ou pour se livrer à une pratique qui semblait trop compliquée, trop chère ou trop intimidante auparavant. La vague a été finalement assez longue parce que l’on a eu l’effet d’une technologie nouvelle qui progressait très rapidement et que les premiers entrant ont renouvelé leur matériel en accompagnant l’évolution technologique.
    Maintenant elle retombe. Les ménages sont équipés et ce qui reste c’est la façon dont ses nouveaux consommateurs (et une grande partie des anciens)utilisent leurs images, la photo conversationnelle 🙂 domaine où le smartphone est roi.

    Le plus significatif, c’est sans doute l’essoufflement très rapide du marché des hybrides, après un départ en fanfare. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202933602674-le-marche-des-appareils-photo-hybrides-a-la-peine-592592.php
    Les fabricants espéraient créer un nouveau besoin qui séduirait aussi bien les utilisateurs de compact que ceux de reflex. Et il semblerait qu’en dehors du Japon, ce n’ait été qu’un feu de paille.

    Mais les appareils reflex font de la résistance. Les chiffres se tassent, plus qu’ils ne s’effondrent. Il y a toujours des pratiquants de la photo pour la photo, probablement plus nombreux qu’avant, ne serait-ce que parce qu’il est plus facile de passer de la photo conversationnelle à la photo pour la photo, que de rien à la photo pour la photo. Mais ça va redevenir un marché qui connaîtra une croissance faible, avec un renouvellement relativement lent de leurs matériels par les photographes déjà équipés et un volume de nouveaux entrants relativement modeste chaque année, comme avant.

  8. Les nouvelles ne sont pas effectivement pas bonnes du côté des fabricants d’appareil photo: http://trends.levif.be/economie/opinion/chronique-economique/le-smartphone-va-t-il-tuer-l-appareil-photo/opinie-4000374925386.htm

    Je ne suis pas très partisan des formulations du type “ceci tuera cela” (les évolutions culturelles fonctionnent plutôt par empilement), mais c’est un des cas où la tendance est nette, pour des raisons que j’avais exposé aux représentants français de l’industrie dès 2011: faire des photos, c’est bien; pouvoir les montrer et les discuter, c’est mieux. Plus encore que les outils de production des images, c’est Facebook et les MMS qui ont changé la photo… http://culturevisuelle.org/totem/1574

  9. Je ne sais pas trop si le Samsung va prendre. Ça reste ergonomiquement nettement moins pratique qu’un Smartphone classique.
    En fait ça ressemble aux compacts que les fabricants ont sorti pour concurrencer les smartphones, avec le téléphone en plus 🙂 , ce qui n’est pas rien, mais est-ce que ça marchera mieux pour Samsung que pour les fabricants de compact, je n’en suis pas certain.

    L’approche de Sony est beaucoup plus originale et à terme me semble plus maligne. Puisque l’on ne peut concurrencer les smartphones sur ce segment, utilisons le pour vendre nos produits.

  10. @ Thierry : Eh oui, c’était pourtant évident, mais je ne l’avais pas vu : le smarphone qui ressemble à un appareil photo. Merci pour ta remarque. Du coup, ça accrédite plutôt la thèse d’André Gunthert sur le devenir conversationnel de la photographie amateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.