La personnalisation de l’actualité

La semaine dernière, j’ai récupéré par hasard un numéro de Libération. Comme cela fait longtemps que je ne lis plus ce quotidien, j’ai eu la curiosité de regarder à quoi il ressemblait actuellement.

Ce qui m’a aussitôt surpris, c’est le grand nombre des portraits illustrant ce numéro : pas moins de 26 ce jour-là, sur un total de 42 photographies publiées. Le reste était composé de 10 clichés de reportage (ou assimilés), 3 photos représentant des personnalités politiques en action et 3 visuels d’illustration de thèmes divers.

Je n’aurais pas imaginé voir l’actualité réduite à ce point aux portraits de ceux ou celles qui font l’actualité. Certes, c’est une tendance clairement repérable dans les médias depuis quelques décennies. D’ailleurs, le registre du « people » ne s’est jamais aussi bien porté ; il assure de confortables gains aux agences de presse, d’autant moins disposées par conséquent à risquer de l’argent sur des reportages dont elles ne peuvent escompter aussi aisément la publication dans les journaux ou les magazines.

Pour ne pas extrapoler trop hâtivement à partir d’un cas particulier, j’ai pris la peine d’examiner tous les numéros de Libération parus la semaine dernière. Je n’ai pas pris en compte les rubriques culturelles ou télévision, dans lesquelles l’information est toujours très personnalisée. Voici ce qu’il ressort de mes comptages :

Portraits 82 40 %
Personnalités politiques en action 23 11,2 %
Photos de reportage (ou assimilées*) 81 39,5 %
Visuels illustratifs 14 6,8 %
Dessins 5 2,5 %
TOTAL 205 100 %

* Par exemple des paysages.

Le numéro que j’ai eu entre les mains se révèle donc atypique, mais pas tant que cela. De fait, la proportion des portraits avoisine les 50 %, si l’on considère que les clichés représentant des personnalités politiques en action ne sont jamais très loin du registre du portrait (cadrage serré évacuant le contexte, accent mis sur les visages et leurs expressions). Près de 10 % des illustrations sont de pures illustrations, qu’il s’agisse de photographies ou de dessins. Si bien qu’il ne reste plus guère que 40 % des clichés issus de reportages d’actualité ou, du moins, donnant à voir quelque chose plus ou moins en lien avec l’actualité dont il est question dans les articles. C’est bien peu.

Il est loin le temps où Libération faisait figure de référence en matière de photographie de presse, imposant dans le concert des quotidiens un regard à la fois décalé et créatif sur l’actualité. Le temps des photographes-auteurs et de l’agence Vu.

Pour une révision de ces données chiffrées, voir le billet suivant.


20 réflexions sur « La personnalisation de l’actualité »

  1. Ping : La personnalisation de l’actualité...

  2. Ping : Médias d'information | Pearltrees

  3. @ Zoran : Je suis tout à fait d’accord avec le protocole d’enquête plus complet que vous recommandez. Vous semblez d’ailleurs avoir des informations détaillées sur Libération qui seraient utiles à connaître. Le seul obstacle est la somme de travail que requiert une telle enquête sur une année. En l’état, très provisoire et certainement approximatif, mes deux billets avaient surtout pour objectif de noter une idée et quelques premiers éléments d’observation. Aurai-je le temps d’en faire plus ? Je l’espère, mais n’en ai pas la certitude.

  4. Adepte de statistiques, non, mais un simple comptage permet d’y voir clair. Il y aurait, à mon sens, un grand intérêt à voir votre travail gagner en épaisseur. Votre remarque sur la personnalisation de l’information est très juste, le faire avec Libé est particulièrement pertinent, pour des raisons historiques, de la place qu’occupe ce journal dans la presse.
    Mais pour obtenir une photographie exacte des pratiques de ce titre il faut le regarder sur un an, soit un exercice budgétaire, vous aurez alors des arguments d’analyses solides. J’entends dire trop d’approximations, pas forcément fausses d’ailleurs, mais les moyens d’arriver à celles ci sont rarement justes. Même les photographes travaillant pour ce titre sont parfois induits en erreur, par exemple l’équation : moins de commande = budget en baisse est inexact, ou encore taille de l’image = importance accordée à l’info (pour les raisons évoquées plus haut). A Libé le budget photo 2013 est en hausse par rapport à celui de 2012, pourtant en milieu d’année on pouvait constater une baisse des commandes publiées, il faudra donc attendre la fin de l’année pour avoir une idée exacte de ce qui se pratique réellement. J’insiste sur les productions initiées par le journal car c’est bien là que se juge une politique éditoriale. Si une telle recherche vous tente, ne tardez pas trop, un journal n’est pas éternel …

  5. @ Zoran : Merci pour ces précisions. Seriez-vous devenu adepte des statistiques ?! Je remarque que la plupart de ces commandes concernent des portraits.

  6. @ S. Maresca. J’ai fait un relevé des commandes des numéros que vous avez donné en illustration de votre article.

    Dans l’édition du 4 septembre, six commandes :

    reportage de S Erome sur les roms, sujet sur une double (texte+ photo)
    portrait de c. Evin par R Dautigny
    portraits sur Oradour de C. Pauquet
    Portrait de Beigbeder & Icaub par A. Facely
    La cuisine au Pérou : reportage de I. Menacho en double page
    Portrait de der par O. Roller

    5 septembre, 5 commandes :

    S. Calvet assemblée nationale
    E. Dahan portrait de Yuja Wang
    R. Dautigny une page et demie sur Europe 1
    T Bachura une double reportage sur Kosice
    F Stucin, portrait de der de F. Martres

    6 septembre, 2 commandes :

    B. Charoy reportage sur les auto tests de sida, 3 pages
    R. Dautigny portrait de der

    Les impressions sont parfois trompeuses.

  7. @ S. Maresca, je partage votre sentiment sur la pauvreté de la narration de cette actualité, mais ces portraits sont l’illustration pure d’un propos et non l’inverse : ce n’est pas le commentaire d’une mimique, mais une expression qui vient illustrer une déclaration.
    L’identification des commandes est assez aisée puisque dans ce cas le nom du photographe est mentionné à côté de celui du rédacteur, sauf en cas de reprise d’archive de commandes passées.
    @ A. Gunthert. Concernant la taille de l’image : un journal se construit à partir d’une pagination qui s’adapte assez peu à l’événement, sauf cas exceptionnel on retrouve le même nombre de pages par rubrique. A Libé l’écrit commande, par conséquent la place dévolue aux images dépend de la longueur des papiers et de leur nombre, avec cette limite : on ne trouvera pas une double page dans la séquence « événement » sans aucune image. Je ne pense donc pas qu’on puisse systématiser votre méthode et en tirer des conclusions précises.

    • @ Zoran : Merci pour la précision sur les commandes. Il ne me semble pas en avoir vu plus d’une dans la semaine de Libération que j’ai explorée.

  8. Sur les publications en ligne, les photos doivent entrer dans le design du site. Certains accordent plus d’importance à l’image que d’autres, mais je ne pense pas que la valeur médiatique de l’échelle fonctionne de la même façon. La liberté de mise en page des images est beaucoup plus restreinte.
    par contre les photos échappent parfois au design standard du site, lorsqu’elles sont utilisées dans un diaporama hébergé sur le serveur du site par exemple. Il faudrait sans doute distinguer les photos cliquables également, qui vont s’afficher seule dans une page. Mais sur les sites professionnels, lorsque cette possibilité est offerte, souvent elle ne nous est pas proposée dans un format plus grand pour autant.
    Bon, je pense que pour les sites en ligne, ce qui distingue certaines images, c’est la possibilité de les afficher dans une mise en page distincte du design standard du site.

  9. J’avais oublié la double page.
    En assimilant la vignette au 1/4 de page, tu es dans la logique de la tarification de la reproduction des images. mais en parcourant rapidement Libé ce matin, j’ai eu le sentiment que la vignette était un genre esthétique en soit. On a des photos d’une relative complexité visuelle qui sont imprimées dans des formats inférieurs au 1/4 de page, la vignette par contre, à part le programme télé, c’est le lieu de la photo d’identité et de la repro de la couverture de livre.

  10. Ping : La personnalisation de l’actualité-2 | La vie sociale des images

  11. Ping : La personnalisation de l’actualité...

  12. @ Thierry : Effectivement, ces critères ont le mérite d’être ceux qu’utilisent les professionnels et d’être d’un usage facile.
    @ Zoran : « le contexte de l’actualité de la semaine dernière est un peu particulier, le quotidien ne pouvait faire l’impasse sur les têtes de nos chefs d’états en raison de la décision d’intervenir ou pas en Syrie » : Certes l’actualité diplomatique de la Syrie était l’événement majeur du moment, mais que peuvent bien apporter ces clichés à répétition de nos dirigeants, sinon nous assurer qu’ils se sont bien rencontrés ? Et donner lieu à quelques captures d’expressions ou de mimiques dont on va essayer de tirer des conclusions sur leur humeur ou l’issue de leurs discussions ? C’est pauvre et hasardeux comme information. Ou alors délibérément dramatisant : regardez ceux qui tiennent notre destin entre leurs mains !
    Votre suggestion sur les commandes est pertinente, mais difficile à documenter. Par ailleurs, on sait justement que les commandes de reportages sont en baisse dans la presse.
    Enfin, je ne sais pas si Libé, c’était mieux du temps de Vu, mais je trouve frappant cette focalisation de l’image de presse sur le portrait dans un quotidien qui s’était forgé une image de marque liée en grande partie à une iconographie riche et décalée sur l’actualité.

  13. Proposition pertinente: l’intérêt de cette échelle est qu’elle est relative, et permet donc des comparaisons entre publications. Il me semble qu’il faudrait y ajouter la double-page, et peut-être assimiler tout ce qui est inférieur au 1/4 de page à la vignette, ce qui ferait 6 catégories en tout. Mais comment décliner cette échelle sur les publications en ligne?

  14. Votre constat reflète la « peopolisation du news » amorcée il y a longtemps, la politique, la justice, la culture, tous les secteurs de la société sont traités par ce biais. Cela dit, un quotidien d’information générale ne peut être construit uniquement sur cette formule. Aujourd’hui Libération publie deux reportages sur quatre pages, avec certes Dylan en Une.
    Le cas de Libé mérite qu’on s’y attarde un peu, par exemple le choix d’il y a quelques mois de monter en pages « événement » la sortie du dernier livre de M. Iacub, avec l’intéressée en photos, par ailleurs chroniqueuse du journal, constitue la limite grotesque du phénomène, la boucle est bouclée pour ainsi dire : le monde du people de presse se referme sur lui-même, mais le fond de l’impasse éditoriale et la vacuité journalistique du propos n’a échappé à personne.
    Une réserve cependant à l’exemple que vous donnez : le contexte de l’actualité de la semaine dernière est un peu particulier, le quotidien ne pouvait faire l’impasse sur les têtes de nos chefs d’états en raison de la décision d’intervenir ou pas en Syrie, et de l’impact d’une telle décision sur les opinions nationales. Par ailleurs Libé à largement ouvert ses Unes aux photos de reportages sur le conflit syrien.
    En marge de la statistique que vous proposez, il faudrait aussi comptabiliser et identifier quelles sont les commandes initiées par le journal pour déterminer leurs choix et si réellement c’était mieux avant, du temps de l’agence Vu’ …
    Tout n’est pas uniquement affaire de statistiques.

  15. @ André : Oui, ça refroidit tout de suite… C’est envisageable sur le mode du coup de sonde, mais de là à le mettre en œuvre sur une longue période. Et pourtant, comment sortir autrement d’une approche impressionniste ?

  16. Une idée pour mettre en pratique cette notation, qui risque sinon de devenir fastidieuse (mesure des hauteurs et des largeurs et multiplication des résultats): se borner à une mesure de la diagonale, et assimiler par convention toute image à un carré. Le résultat est moins précis, mais fait gagner beaucoup de temps, et fournit une approximation probablement suffisante. On pourrait éventuellement y ajouter la précision L ou H (= image en largeur ou en hauteur, pour affiner le calcul, avec des formats 3 x 2).

  17. D’accord André avec tes remarques. Il faudrait, d’un côté, effectuer ce genre de comptage sur plusieurs périodes de référence pour voir s’il se dessine une évolution dans le temps (la personnalisation n’est certes pas un trait récent, mais qu’elle prenne cette ampleur me paraît tout de même nouveau) ; de l’autre, comparer, comme tu le suggères, en termes de surface occupée : dans ces portraits, il y a en effet de nombreuses vignettes, format timbre-poste, qui ont peu d’impact médiatique, et à l’opposé, des portraits qui en viennent à occuper presque une page entière.

  18. Intéressantes remarques, la personnalisation est certainement un outil majeur de narration de l’actualité – à vérifier si ce trait n’est pas déjà ancien. Pour compléter cette notation, il me semble qu’il serait bon, plutôt que de comparer les sujets simplement par nombre d’images, de les comparer en termes de surface occupée, pour tenir compte de la règle médiatique de la valeur d’échelle. Plusieurs petites photos d’un sujet ne sont pas comparables à une pleine page ou un grand format d’un autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.