Derniers jours à La Gacilly

Depuis 10 ans, le petit bourg breton de La Gacilly organise chaque été un festival de photographies en plein air. Même si je ne goûte pas vraiment le style d’images exposées, le plus souvent inspirées de l’esthétique tapageuse des reportages publiés dans National Geographic ou Géo, voire dans Le chasseur d’images, l’une des revues qui parraine ce festival et organise un grand concours à cette occasion ; même si la thématique de la nature qui inspire cette manifestation depuis l’origine suscite plus d’images contemplatives ou catastrophistes que de reportages conséquents, je me laisse prendre chaque fois par la façon dont les photographies sont installées dans ce coquet village, au gré des murs de pierre, des rues pavées, largement fleuries, et des amas de verdure. Sous une pluie fine, comme hier, qui intensifie les couleurs, l’ensemble dégage une impression forte qui fait se demander à quoi ressemble La Gacilly pendant le reste de l’année, une fois que les photographies en ont été décrochées.


3 réflexions sur « Derniers jours à La Gacilly »

  1. @ Claudine : Il s’est mis à pleuvoir ce samedi dans l’après-midi. C’est un fait. Qui plus est, comme je le souligne, la pluie intensifiait les couleurs des photos comme du décor, d’une manière plutôt réussie.
    @ PCH : Oui, l’empreinte d’Yves Rocher est incontournable à La Gacilly et explique probablement l’orientation très « nature » de ce festival photographique.

  2. il me semble me souvenir que ce village est celui qui a donné le jour à l’entreprise yves rocher (c’est une -vraie- personne, qui est née, je crois, dans le village) (dans le genre « bonjour la nature ») ce qui donne un air de « communication » plus avéré à ce concours…

  3. A quoi ressemble La Gacilly pendant le reste de l’année ? Ayez la curiosité d’y venir en dehors du Festival, un jour sans « pluie fine » (incontournable cliché sur la Bretagne !!!) ça existe aussi : vous y découvrirez un très bel endroit paisible, où nombre d’artistes (très peu photographes d’ailleurs…) ont élu domicile à l’année…
    Quant au contenu du Festival, il s’est positionné dès le départ comme une manifestation « grand public », dont l’esthétisme est une composante forte, qui fait se déplacer chaque année des milliers de visiteurs… ce qui en fait forcément réfléchir quelques uns sur la valeur de la photographie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.