Cancritude

Léo est au lycée en classe de première. Ce jour-là, il s’ennuie ferme pendant le cours de français. Il s’occupe à refaire les tresses de ses cheveux pendant que son copain somnole, à moitié avachi sur la table de son voisin. Une fille assise devant eux les photographie avec son smartphone. Le cliché est aussitôt publié sur Facebook où en l’espace de quelques heures il récolte 105 “like”. “C’est grave beaucoup, j’avoue”, jubile Léo le soir au cours du dîner familial lorsqu’il raconte son exploit médiatique. Sa sœur, qui a elle aussi vu passer l’image, s’est bien gardée de révéler à ses copines que le rasta photographié était son frère. Il n’est pas sûr qu’elle ait voulu se réclamer de cette manifestation de “cancritude” – pour reprendre le terme triomphant inventé par Léo pour l’occasion. Quant aux parents…

PS : On comprendra que je ne publie pas la photo en question : pour préserver l’anonymat des protagonistes et parce que je n’ai pas de compte Facebook.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.