Bonne nuit les écrans

En ces premiers jours de rentrée, leur fille (bientôt 16 ans) va se coucher étonnamment tôt. Dès que le dîner est terminé et la vaisselle rangée, elle leur dit bonne nuit et monte dans sa chambre. Un peu surpris, ses parents se réjouissent cependant de la voir mettre en œuvre quelques bonnes résolutions pour cette nouvelle année et le second trimestre : travailler davantage et dormir plus.

Mais son sommeil est émaillé de rires et de cris divers qui les poussent à monter voir ce qui se passe. C’est ainsi qu’ils découvrent qu’elle passe en fait ses soirées devant une tablette numérique qu’une de ses copines du lycée lui a prêtée. Celle-ci a reçu un IPhone 5 à Noël ; elle possédait déjà un ordinateur Mac. Sa tablette ne lui sert plus à rien. Son père la lui avait achetée lors de leur séjour à Manhattan, l’été dernier. Dans ce lycée de centre ville, au public passablement bourgeois, les élèves regorgent d’appareils électroniques en tout genre.

La voilà donc scotchée tous les soirs à son écran sur lequel elle avale des séries à la chaîne, regarde des émissions de télévision comme la première, samedi soir, de The Voice sur TF1, et s’adonne à des jeux comme Candy Crush, qui l’hypnotise littéralement.

Ses parents sont bien ennuyés parce qu’ils avaient pris la ferme décision que leurs enfants n’auraient jamais d’ordinateur dans leur chambre, encore moins de téléviseur. Un ordinateur collectif est à leur disposition dans la salle de jeux commune. Mais voilà que leur projet se trouve contourné par des matériels et des usages qu’ils n’ont pas vu venir. Dans la foulée, ils réalisent que leur fils aîné, qui lui aussi passe ses soirées dans sa chambre, a accès à Internet grâce à son IPod Touch et qu’il ne s’en prive pas pour regarder des vidéos à foison. Quant à leur petit dernier, à qui ils ont offert récemment le dernier modèle de console Nintendo DS, il les tanne pour qu’ils retirent le contrôle parental qui l’empêche de s’en servir pour naviguer à son tour librement sur Internet. Bref, leur projet éducatif fuit de partout.

Ils avaient bien dans l’idée d’adapter progressivement les temps d’écran en fonction de l’âge de leurs enfants et ils cultivaient l’illusion que cette réglementation était acceptée par ces derniers puisqu’elle ne soulevait pas d’opposition majeure. Ils en tiraient même la conviction réconfortante qu’en adoptant une position ferme et argumentée, ils parvenaient à convaincre leur progéniture qu’il y avait autre chose d’intéressant dans la vie que les écrans.

Ils viennent de se réveiller brutalement et de découvrir que leurs enfants ont su, avec une totale discrétion, passer outre leur modèle pour satisfaire leur propre intérêt. La seule convention qui demeure respectée – jusqu’à quand ? -, c’est l’interdiction des téléphones portable pendant la durée des repas.


7 réflexions sur « Bonne nuit les écrans »

  1. Ping : Devant la télé – 3 | La vie sociale des images

  2. @ Stephan : 1. Aujourd’hui, les enfants (du moins dans les classes moyennes favorisées) ont de l’argent, et pas qu’un peu, sans avoir besoin de travailler.
    2. On peut toujours poser des règles et les déclarer impératives, elles ne le deviennent pas forcément. Les adolescents maîtrisent parfaitement tous les rouages de la dialectique, la rhétorique de leurs droits, sans compter qu’ils savant s’en affranchir pour se ruer dans l’affrontement chaque fois que ça ne suffit pas pour qu’ils emportent la partie. La question devient alors celle de la paix civile dans la maison.

  3. @ Sylvain :
    « soulèverait une opposition unanime » : et alors ? Qu’ils ne soient pas d’accord est un fait, un droit, un comportement normal qui peut aider à se construire. Mais cela n’empêche pas qu’il y ait des choses et des règles à respecter. Au risque de ne penser qu’il n’y a que des droits, et aucun devoir.

    « ils les ont payés » : je n’avais pas retenu dans votre récit que les enfants/ados avaient travaillé pour obtenir un peu d’argent et s’offrir ses appareils. Ce qui, de toutes façons, ne les dispensent pas de respecter certaines règles de vie. Acheter un objet quel qu’il soit donne-t-il le droit de s’en servir dans une totale logique individualiste ? Certains usagers des transports en commun, pendus au téléphone, oublient de se poser cette question. Mais ça, c’est un autre débat… 😉

  4. @ Laure : Hormis pour la DS du petit dernier, les autres écrans sont arrivés dans leur maison par les enfants eux-mêmes, qui se les sont acheté ou à qui on les a prêtés. Leurs parents ont d’autant moins vu venir le coup qu’ils n’étaient pas à l’origine de ces matériels. Car une autre donnée décisive dans les relations parents-enfants est la question de l’argent : les grands-parents donnent désormais à leurs petits-enfants des sommes de plus en plus conséquentes, qui permettent à ces dernier d’acheter des choses coûteuses.
    @ Stephan : Déposer les écrans à une heure donnée (comme on déposerait les armes au vestiaire) soulèverait une opposition unanime des enfants, d’autant plus que ces écrans leur appartiennent (ils les ont payés et entendent pouvoir s’en servir comme ils veulent).

  5. Ping : BONNE NUIT les écrans | La vie sociale d...

  6. C’est touchant de naïveté : j’offre du matériel à mes enfants (DS, Ipod Touch) mais je n’imagine pas que mes enfants vont s’en servir. Il arrivera fatalement un moment ou le plus jeune saura détourner le contrôle parental parce qu’il gérera mieux la technique que ses parents.
    Il y a principe auquel aucun parent n’échappe, c’est celui de réalité. Le contournement des règles fait partie du fonctionnement des adolescents. C’est aussi comme cela qu’ils grandissent. C’était le cas déjà au temps où ces parents étaient ados. Ils n’auraient pas dû l’oublier 🙂 Cela dit, il vaut mieux que ces ados contournent l’interdit de l’écran plutôt que celui de la fumette ou des sorties, fassent le mur, etc.
    Il est écrit : « Ils avaient bien dans l’idée d’adapter progressivement les temps d’écran en fonction de l’âge de leurs enfants ». Je suis d’accord. Pour les enfants. Mais la jeune fille incriminée à bientôt 16 ans. Et son frère aîné, donc plus âgé, n’est peut être pas loin de la majorité. Faudrait peut-être aussi apprendre à les voir grandir…
    Quand j’étais enfant, mes parents bien intentionnés, avaient refusé que nous possédions une télé (il n’était même pas question d’une télé dans ma chambre). C’est vrai que du coup, j’ai passé des soirées sympa avec ma mère et mes sœurs. Mais le lendemain, je n’avais rien à dire à mes camarades. J’étais la fille bizarre qui n’avait pas de télé. Je n’étais pas dans le groupe. En marge. Or l’adolescence se construit aussi sur le groupe, c’est ce qui l’aide à sortir de sa famille, à grandir, qui lui apprend le lien social. Et de mes trois enfants, celui qui va le moins sur FB est celui qui a le moins d’amis dans la vrai vie.

  7. Bonjour,

    bon résumé de ce que l’on peut vivre au quotidien, entre la génération « digital native » et les plus vieux (quadra, quinqua, etc.). Toute la question est de savoir comment gérer la présence de tous ces écrans qui nous rendent bien service aussi, il faut le reconnaître.

    Une solution parmi d’autres : déposer dans un endroit de la maison tous les « devices » electro-ado, à partir de 20:00, jusqu’à 8:00 le lendemain, de telle façon à préserver tout le reste. Et jusqu’ici, tout va bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.