Wi-fish

Le wi-fi est devenu un argument décisif dans l’offre d’hôtels ou de locations en Crète, comme ailleurs j’imagine. La moindre chambre chez l’habitant le propose, même là où on parle à peine quelques mots d’anglais. Les restaurants l’affichent comme s’il s’agissait d’un atout au moins aussi important que leur carte. On voit d’ailleurs des clients tendre d’emblée leur smartphone au serveur pour qu’il entre lui-même le code afin de leur permettre de se connecter aussitôt. Le tout gratuitement, contrairement à la France où les gares ou les aéroports s’obstinent à n’offrir que la première demi-heure gratuite. Les Crétois, eux, ont compris que le wi-fi faisait désormais partie du confort minimal qu’exigent leurs clients étrangers. Ils n’ont pas encore remplacé les téléviseurs à tube cathodique qui ne dispensent qu’une image incertaine, mais ils n’ont pas raté le passage au wi-fi.

L’aquarium d’Héraklion constitue à cet égard un véritable temple du wi-fi. Connecté de bout en bout, il permet aux visiteurs qui photographient les poissons frénétiquement d’envoyer aussitôt leurs images par Snapshot, afin d’épater leur amis en temps réel. Ma fille y a pris 250 photos en l’espace de deux heures. Elle s’est particulièrement acharnée sur l’aquarium des poissons exotiques jusqu’à ce qu’elle obtienne deux bonnes photos de Nemo et Dory, le poisson-clown et le poisson-chirurgien du film des studios Pixar – images, qu’elle s’est empressée d’envoyer à ses copains. Impossible désormais pour cette génération d’imaginer un aquarium, ou un zoo, sans wi-fi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.