Orgie d’images

Dans le cadre du festival Images, présenté actuellement dans la ville de Vevey en Suisse, une installation suscite de nombreuses réactions. Il s’agit de l’œuvre d’Erik Kessels, intitulée 24hrs in Photos, qui a pris place dans l’église Sainte Claire.

Ce spectaculaire tas de photographies, qui ensevelit une bonne partie de la nef de l’église, est composé de quelque 350 000 clichés représentant la somme des images déposées en une journée sur le site Flickr de partage en ligne de photos. Une structure sous-jacente assure que cet amas ressemble bien à une montagne. Sur les bords, les clichés se répandent par terre si bien qu’il est difficile de s’approcher de l’installation sans marcher dessus. Ainsi s’infiltre dans l’esprit du visiteur l’assimilation de cet amoncellement à un tas de déchets. Si l’on ajoute à cela le fait que l’œuvre a été installée dans une église, qui plus est une église protestante de laquelle presque toute forme d’image est bannie, on se trouve face à un geste artistique qui a tout pour faire réagir les visiteurs.

Ils ne s’en privent pas. Certains sont choqués qu’un sanctuaire religieux soit envahi, pour ne pas dire profané, par ce tombereau d’images qui n’ont rien de sacré. D’autres, qui ne partagent pas la même religion, refusent de pénétrer dans une église protestante. Erik Kessels semble coutumier de ce jeu avec le religieux : en  2013, il avait déjà présenté cette installation dans le cadre du Palais de l’archevêché d’Arles et, comme ici à Vevey, avait fait poser des ecclésiastiques devant cette avalanche de photos.

Passé le premier moment de surprise, beaucoup de visiteurs s’approchent, mais hésitent à marcher sur les clichés – geste qui transgresse trop délibérément l’idée même d’œuvre d’art. Pourtant, il est impossible d’y échapper. De même qu’il semble difficile de ne pas piocher dans le tas pour en sortir quelques images à regarder de plus près. Rapidement, certains comprennent qu’ils peuvent les emporter avec eux : cet infime prélèvement ne saurait réduire la montagne qu’ils ont devant eux. Voici donc une œuvre sur laquelle on peut marcher, que l’on peut toucher et même piller sans être rappelé à l’ordre. Pour la plupart des visiteurs, c’est très inattendu et leur comportement ponctué d’hésitations révèle bien le trouble qu’ils ressentent.

Rien de tel chez les enfants, si j’en juge par la visite à laquelle j’ai pu assister d’une classe de primaire. L’enseignant a laissé ses élèves libres de visiter à leur guise. Ainsi débarrassés de toute consigne et donc de toute forme d’interdit, ils se sont jetés sur les images avec un plaisir retentissant, sans marquer le moindre temps d’étonnement, comme si on n’avait accumulé des milliers de photos qu’à seule fin de leur permettre de se vautrer dedans.

Ce furent vingt minutes de frénésie : ils brassaient les photos à pleine main, s’allongeaient dessus, piochaient, jetaient, s’interpellaient pour se les montrer, les échanger. Certains ont bien essayé de gravir le monticule : c’est la seule fois où la personne de garde est intervenue pour les en empêcher. Au moment de repartir, presque tous emportèrent des photos. Parfois, ils jetèrent presque toutes celles qu’ils avaient récoltées, comme si subitement l’idée de les conserver leur paraissait saugrenue. Mais à aucun moment, ils n’ont donné l’impression de s’interroger : qu’est-ce que c’est que ça ? qu’est-ce que ça fait là ? Non, c’était tout bonnement une orgie d’images mise à leur disposition et ils venaient d’en profiter sans retenue.


12 réflexions au sujet de « Orgie d’images »

  1. L’idée d’imprimer des photos qui ne sont pas destinées à l’être est aussi pertinent que de mettre sur papier tous les échanges écrits sur les forums par exemple.
    On fait grand cas ici du mot « art », comme si l’intention suffisait, or s’il y aurait un constat à faire c’est que cette « exposition » ne montre rien, si ce n’est un tas. Le tas est gros certes, mais est-il suffisant à combler la nullité conceptuelle du dispositif ? On peut en douter. Par ailleurs Kessels compte de façon évidente sur la ficelle éculée du scandale (le gaspillage, la « décharge » dans l’église, les prêtres etc) qui semble encore marcher, mais au delà qui y a t-il sur un plan artistique ?
    Alors tas de livres ou tas de photos, ou tas de n’importe quoi d’autre, qu’elle différence ?
    Manifestement l’aspect ludique intéresse les enfants, l’image de com de l’expo montre qu’ils sont la cible voulue. Mais ce n’est qu’une hypothèse qui ne se vérifie que si des adultes les poussent dans l’expo. La véritable cible ne serait-elle pas les kidultes ?
    Au lieu de laisser à internet ce qui lui appartient, Kessels propose de déplacer un contenu immatériel dans l’espace sacralisé (l’église joue lourdemment ici le rôle de métaphore du musée) de l’exposition. Quel intérêt ?

  2. @ Thierry : Effectivement, »un bien matériel gratuit » suscite l’avidité, comme dans l’exemple des livres d’occasion cédés gratuitement par Amazon. Une différence toutefois : à Vevey, il s’agissait d’une installation artistique présentée dans le cadre d’un festival. D’ailleurs, beaucoup de visiteurs se sentaient gênés de devoir marcher sur les images s’ils voulaient s’approcher du dispositif, ou se demandaient s’ils pouvaient ramasser certaines images, car cela contrevenait aux codes en vigueur dans une exposition. Le comportement des enfants s’est révélé d’autant plus saisissant qu’ils ne semblent pas d’être du tout posé la question. D’autant moins que leur enseignant les a laissés investir les lieux librement.
    @ PCH : Il y a dans cette église des traces encore visibles d’iconoclasme. En particulier, sur les dossiers de certains sièges en bois qui devaient être réservés aux notables de la paroisses : leurs noms et armoiries ont été brûlés et barrés lorsque les protestants ont récupéré les lieux.

  3. Ping : Vicissitudes des Images plein la rue | La vie sociale des images

  4. Et le feu ? Je me disais que, par la foi ou prétendue telle, on avait brûlé de nombreuses personnes (femmes plutôt) intitulées sorcières et que la transgression ici observée (marcher sur des images, sur des icônes, sur du papier peut-être glacé) avait ce même goût pour l’outrance (la multitude fait penser aussi bien à ces immenses pyramides observées dans les supermarchés-parfois faites de livres ou de bidons de lessives ou autres)

  5. Etait-ce des images ou des objets ? Le tirage est un bien matériel qui, dans cette exposition, était donné sans que des limites ne soient fixées. Il y avait dans cette ruée vers un bien matériel gratuit l’avidité d’une possession sans limite.
    Si ce n’est en repartant, ils se retrouvaient les mains pleines d’objets dont ils ne savaient plus que faire. 🙂

  6. Ping : Orgie d’images | Brondolo james | Scoop.it

  7. Ping : Orgie d’images | La vie sociale des image...

  8. Ping : Orgie d’images | Jaclen 's photographie |...

    • L’effet d’accumulation est comparable, mais la finalité de cet amoncellement de livres n’est pas le même que dans le cas des photos, mises en forme par le biais d’une installation artistique. Dans les deux cas, cependant, les gens s’en emparent au sens propre du terme.

  9. Ping : Orgie d’images | Photography Now | Scoop...

  10. Ping : Dogitana | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.