Mémorial vidéo

A Buenos Aires s’est ouvert en juin dernier un musée grandiose consacré aux Malouines et autres îles atlantiques sur lesquelles l’Argentine revendique sa souveraineté. C’est un édifice moderne, somptueux, qui frappe par les moyens muséographiques mis en jeu sur les trois étages. Manifestement, le gouvernement argentin a voulu mettre le paquet pour ce monument à la gloire de l’identité argentine.

Photo tirée du site d'information http://www.clarin.com

Photo tirée du site d’information http://www.clarin.com

Au dernier étage, une salle obscure présente une installation qui fonctionne comme un mémorial. Au fond, la photographie d’un immense cimetière militaire où sont enterrés les soldats argentins morts pendant la guerre des Malouines contre la Grande-Bretagne. Les croix blanches sont alignées selon une géométrie anonyme qui fait ressortir le nombre et l’égalité devant la mort.

Devant ce fond photographique, un ensemble fourni d’écrans vidéo diffuse en continu la photographie et le nom de ces soldats morts pour la patrie. Leurs effigies se succèdent sur les écrans, nettement moins nombreux qu’eux.

Cette installation propose une variante de plus au motif du mémorial illustré. Là où le marbre des stèles privilégie généralement les noms, comme sur les tombes individuelles ; là où la pierre limite l’inscription des photographies, comme sur le mémorial de la guerre de Corée à Washington ; la vidéo, ici, allie la modestie du dispositif avec la possibilité de multiplier les images. En même temps, le caractère fugitif de ces portraits, qui apparaissent et disparaissent au hasard, réduit la contradiction inhérente à la photo mortuaire : évoquer un personne décédée en la figurant vivante.

Où l’on comprend que les noms gravés dans la pierre des monuments aux morts entrent au nombre des attributs du deuil, tandis que les photographies des soldats morts au combat (ou ailleurs des victimes de la Shoah ou des Khmers rouges) visent au contraire à raviver leur mémoire, à faire en sorte qu’on ne les oublie pas et même qu’on continue à les célébrer. C’est indéniablement l’objectif de cette installation et de l’ensemble de ce musée, conçus pour entretenir la flamme patriotique et la revendication de l’Argentine sur ces maigres îles atlantiques.

Autre billet sur le thème du mémorial : Une mémoire sans nom ni visage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.