Chimères contemporaines

Lors d’un cours que je donnais récemment sur les réalités multiples de l’image au Moyen-Age, une étudiante m’a fait découvrir une chapelle de Loire-Atlantique qui a été restaurée d’une façon inattendue.

Située à Saint-Jean-de-Boiseau, la chapelle de Bethléem date du XVe siècle. Classée au titre des monuments historiques depuis 1911, mais n’étant plus en activité, elle a été restaurée entre 1993 et 1995. A cette occasion, il a été question de replacer les pinacles qui avaient disparu aux angles du bâtiment. Faute de documents assez fouillés, il n’était pas possible d’en connaître le détail. Il a donc été décidé de recréer ces pinacles et les chimères qui les décoraient en faisant appel à deux sculpteurs sur pierre locaux, Jean-Louis Boistel et Jean-Luc Perségol.

Le premier a conçu l’ensemble du programme iconographique, en faisant appel au syncrétisme caractéristique de l’imagerie médiévale, particulièrement dans cette région où persistèrent longtemps certains rites celtiques ; mais également en s’efforçant de l’actualiser afin qu’elle puisse « parler » aux générations actuelles, qui ont perdu la clé de toute cette symbolique religieuse.

Parmi les 28 chimères recréées pour l’occasion, on trouve sans surprise les animaux des quatre évangélistes, des créatures ambivalentes comme le centaure ou la sirène, diverses figures humaines comme le fou, le druide, le templier, l’écorché ou encore le vieillard, etc. Mais ce qui fait l’originalité de cette restauration, et ce qui a provoqué de nombreuses réactions, en particulier hostiles, ce sont plusieurs emprunts à la culture visuelle actuelle, comme Goldorak, les Gremlins ou encore le monstre du film Alien.

Origine des photos : http://golem13.fr

L’auteur de ces citations les justifie en invoquant les figures mythiques « qui se croisent de siècle en siècle ». Ainsi trouverait-on, caché dans le fouillis sculptural de la cathédrale de Bourges, un monstre en tout point semblable à l’Alien du film de Ridley Scott. D’ailleurs, on se rend compte que la statuaire des cathédrales à inspiré à plusieurs reprises les auteurs de bandes dessinés contemporains. C’est ainsi que « Gargouille » est le nom de plusieurs super-héros des séries de Marvel Comics.

Un autre exemple de ces chassés-croisés entre imagerie actuelle et statuaire religieuse est l’effigie de Dark Vador qui figure sur la cathédrale néo-gothique de Washington. Là encore, l’intention est d’actualiser le vocabulaire symbolique du sanctuaire, en profitant de la liberté esthétique qui semblait inspirer les tailleurs de pierre du Moyen-Age. D’ailleurs, le néo-gothique n’est-il pas, à lui seul, une forme passablement libre de recréation autorisant de nombreuses licences, comme celle qui permit à Viollet-le-Duc de se faire représenter en effigie sur Notre-Dame de Paris, parmi les nombreuses gargouilles de son invention ?

A l’heure où le cinéma fantastique multiplie les emprunts à d’innombrables sources mythologiques et les combine dans un patchwork dont la visée est purement spectaculaire, à l’heure où les jeunes générations abordent ces personnages de fiction sans généralement rien savoir de leurs origines, il paraît logique que l’imagerie religieuse endosse à son tour certains oripeaux des créatures fantastiques du cinéma.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.