L’historien en cinéaste

Dans une récente interview, l’historien Patrick Boucheron évoque comment il aborde l’écriture de l’histoire :

« Écrire l’histoire, ce n’est pas faire des phrases. Mieux vaut user de la métaphore cinématographique, et parler de l’écriture de l’histoire comme de l’écriture filmique, c’est-à-dire d’un art du montage, donc du rythme et du mouvement, une façon probe et efficace d’échafauder une intrigue. La question que doit se poser un historien à chaque instant lorsqu’il écrit est : où placer la caméra ? Faut-il voir des visages ou des paysages, être au plus près de l’événement tel qu’il fut vécut ou le survoler de haut, loin de l’expérience et de la conscience des acteurs ? » (Télérama, n° 3399, 4 mars 2015, p. 6).

La métaphore cinématographique a de quoi surprendre dans la bouche d’un spécialiste du Moyen-Age et de la Renaissance. D’autant plus que, lorsqu’il parle d’une « façon probe et efficace d’échafauder une intrigue », on pourrait s’attendre à le voir prendre pour référence la littérature. C’est assurément celle qu’avait en tête Paul Veyne lorsque, dans son livre Comment on écrit l’histoire (Paris, Seuil, 1970), il affirmait déjà le primat de l’intrigue dans le récit historique.

Mais voilà, en quelque quarante ans, l’environnement culturel a considérablement changé, pour le commun des mortels comme pour les historiens. Il s’est chargé d’images, fixes ou animées. Il a conféré une place centrale aux médias, gros producteurs d’images. Ce vis-à-vis omniprésent a contribué à conformer les associations d’idées qui viennent spontanément à l’esprit d’un historien aujourd’hui lorsqu’il souhaite faire comprendre sa conception du récit historique à un public plus large. Le cinéma devient alors une référence plus adéquate, parce que plus parlante et surtout plus partagée, que la littérature.

Mais aussi certaines formes tout à fait actuelles de vulgarisation, ou de recyclage, du savoir historique comme les documentaires-fictions ou les jeux vidéos, sur lesquels le journaliste ne manque pas d’interroger Patrick Boucheron. Lequel répond volontiers  :

« Si je parle de Machiavel, comment ignorer qu’un jeu vidéo comme Assassin’s Creed en parle aussi, et d’une manière plutôt énergique ? »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *