L’anonymat par précaution

Gendarmes.Presse Océan-24-09-2015Deux photos trouvées ces jours derniers dans Presse Océan, quotidien régional de l’Ouest, ont attiré mon attention sur la façon dont certains journaux traitaient aujourd’hui la publication des photographies de policiers ou de gendarmes dans l’exercice de leur fonction sur la place publique.

J’avais déjà abordé la question des relations difficiles que les forces de l’ordre entretiennent avec les journalistes et tous ceux qui entendent les photographier (ou les filmer) lors de leurs interventions. Une version complétée et plus récente de cette étude a été publiée en 2012 dans l’ouvrage dirigé par Michaël Meyer : Médiatiser la police, policer les médias.

J’y avais découvert que les policiers ou les gendarmes tentent de plus en plus souvent de faire valoir leur droit à l’image en souhaitant interdire les clichés qui les montrent sur le terrain, particulièrement, bien sûr, ceux qui donnent d’eux une image connotée à l’exercice de la violence. En règle générale, leurs recours en justice sont rejetés parce qu’ils sont représentés dans l’exercice officiel de leur mission de maintien de l’ordre, dans le cadre de laquelle ils n’agissent pas en tant que personnes privées, mais comme les représentants interchangeables des « forces publiques ». Exception faite des membres des forces d’intervention (comme sur la photo ci-dessous), de lutte anti-terroriste ou de contre-espionnage1. Autant dire que l’immense majorité des policiers ou gendarmes photographiés par la presse ne sont pas en position d’intervenir sur la publication de l’image donnée d’eux.

Arrestation-Presse Océan-24-09-2015Et pourtant, on voit se multiplier les floutages comme si la presse préférait anonymiser les fonctionnaires ainsi représentés plutôt que d’encourir un recours devant les tribunaux, pourtant voué le plus souvent à l’échec. Le caractère local de la presse évoquée ici pèse probablement sur cette prudence éditoriale, puisque les journalistes de ces quotidiens dépendent pour une part importante de leurs informations des représentants des différents services officiels, au premier rang desquels la police et la gendarmerie. Cette relation de bon voisinage aurait ainsi pour résultante de préserver a priori l’anonymat des forces de l’ordre, au-delà même des impératifs légaux. Flouter le visage de gendarmes effectuant un contrôle routier dans un lieu que certains lecteurs du quotidien local identifieront immédiatement confine au secret de Polichinelle précisément parce que cette presse joue constamment sur la proximité avec les lecteurs, eux-mêmes bons connaisseurs des acteurs locaux.

Bref, on se trouve ici devant une sorte de principe de précaution journalistique – certains parleront de censure – qui contribue à accorder au droit à l’image plus de consistance qu’il n’est censé en avoir, débordant pour ainsi dire la teneur juridique de cette notion par une mise en pratique extensive destinée à éviter tout problème relationnel, sinon judiciaire, avec les représentants de l’autorité publique.

  1. Pour une mise au point très complète sur les aspects juridiques de ces questions, se reporter au blog Droit et Photographie de Joëlle Verbrugge. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *