La ressemblance dans l’art du portrait

Sous le titre « La ressemblance dans l’art du portrait, condition impérative ou contrainte à dépasser ? », je présenterai une conférence

le lundi 4 janvier 2016 à 14 h 30,
dans l’amphi Kernéis
1 rue Bias, à Nantes
.

En voici l’argument :
Art social par excellence, le portrait a toujours eu pour fonction de restituer les traits de l’individu qui le commandait. La ressemblance fait donc partie du cahier des charges de ce genre pictural. Pour autant, entre les commanditaires qui souhaitaient être représentés sous leur meilleur jour et les peintres qui ambitionnaient de faire valoir leur excellence artistique, la ressemblance a toujours été relative, cédant souvent le pas à l’idéalisation. Comment le portrait pouvait-il être à la fois ressemblant et sublime ?

Enregistrement sonore de cette conférence.


3 réflexions au sujet de « La ressemblance dans l’art du portrait »

  1. Portraitiste, depuis quelques années maintenant, je dessine des personnes disparus pour des commandes. Mon métier a changé.
    Cela peut être difficile pour moi d’être devant une photo d’un enfant mort ou d’une personne que je connaissais bien. Mais le fait de faire un portrait aide beaucoup la personne à accepter l’absence. Le trait semble plus facile à surmonter que la réalité d’une vrai photo. Je prends donc cette charge émotionnelle comme un défit (pour la ressemblance), comme un soutien (pour les personnes en manque).

    J’aurai aimé venir à votre conférence.

    • Merci pour votre intéressant témoignage. Cette conférence devrait être mise en ligne. L’information figurera en temps utile sur mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *