Travail gratuit

Le Monde-31-12-2015Le quotidien Le Monde vient de consacrer un article à l’essor du travail gratuit qui, à travers les stages, les commandes non rémunérées, les « expériences professionnelles » vantées comme des « compléments de formation » ou des gages de « visibilité », affecte particulièrement les professions indépendantes dans le secteur des activités culturelles.

« Combien ont accepté de travailler gratuitement dans des secteurs passion, ceux qui attirent les vocations créatives par milliers, dans l’espoir de décrocher un poste, ou même une commande en free-lance qui n’est jamais venue ? Dans certaines professions, on a le plus grand mal à en sortir. Ainsi en est-il des graphistes et des maquettistes, sans cesse contraints de répondre à des appels d’offres pour décrocher des commandes en fournissant un travail de conception quasi fini. Mais aussi des photographes, des illustrateurs, des musiciens, des pigistes, des webs designers, etc. »

 Cet article est illustré par la photo d’un photographe en plein travail, avec pour légende :
« Dans des métiers passion tels que photographes, musiciens ou illustrateurs, qui fonctionnent à la commande, il est souvent difficile de transformer son travail en monnaie sonnante et trébuchante. »
Le choix d’un photographe est pertinent, comme j’ai pu le détailler dans mon enquête sur les retombées du numérique dans cette profession qui attire de nombreux postulants, prêts à travailler gratuitement pour y mettre le pied, mais qui en professionnalise peu durablement. On peut légitimement se demander si cet afflux de nouveaux venus qui acceptent de travailler pour rien ou presque dans l’espoir de s’introduire dans le milieu n’entraîne pas à la baisse la rémunération des photographes professionnels, du moins dans les spécialités les plus accessibles comme l’illustration ou les images de catalogues en ligne.
Etonnamment, cette photo n’est pas signée. Elle porte juste la mention « LE MONDE.FR » (l’article est paru uniquement en ligne). Elle a d’ailleurs été déjà utilisée par le quotidien en 2010 pour illustrer un article sur un salon de photographie. Ne serait-ce pas un exemple de plus de cet usage, qui se répand dans la presse, consistant à illustrer des papiers avec des images d’archives, plus illustratives qu’informatives ? Ce qui contribue à réduire le volume des commandes de clichés d’actualité, donc les opportunités de travail pour les photographes, soumis à la pression de plus en plus forte des donneurs d’ordre et tentés/tenus du même coup de travailler gratuitement dans l’espoir de… Avec un article comme celui-ci, la presse informe sur une difficulté qu’elle contribue à alimenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *