Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés.

Cette vogue du portrait souleva des polémiques récurrentes, alimentées en priorité par des critiques d’art ou des représentants de l’art académique qui déniaient toute valeur artistique à ces œuvres de commande et toute forme d’exemplarité à leurs modèles.

La renaissance du portrait à la Renaissance a été étudiée par les historiens d’art comme une étape décisive dans le renouveau de l’art occidental et même comme la forme par excellence de l’humanisme qui s’affirma à partir de cette époque. Par la suite, le portrait d’apparat, qui s’employait à représenter à leur avantage les grands personnages de leur époque, a fait l’objet de nombreuses études historiques. Les maîtres du portrait comme le Titien ont été célébrés comme des figures marquantes de l’art européen. Jusqu’à la mise en avant de la peinture d’histoire par la doctrine académique, le portrait a été considéré comme un genre artistique majeur, du moins lorsqu’il s’attachait à représenter des sujets considérés eux-mêmes comme grands.

Mais, de manière surprenante, l’expansion inédite du portrait au XIXe siècle qui en fit le genre pictural le plus en vogue, celui dont la clientèle s’était élargie dans les proportions les plus impressionnantes, apparaît peu documentée historiquement. Bien sûr les grands portraitistes de cette époque ont leur place parmi les maîtres reconnus, pour autant toutefois que leur palette créative ait dépassé cet art de commande : on valorise Ingres plus volontiers que Bonnat. Quant aux portraitistes spécialisés, leur renommée semble liée autant aux caractéristiques exceptionnelles de leur clientèle, autrement dit à leur réussite mondaine, qu’à leur excellence stylistique.

Mais qu’en est-il des portraits ordinaires, de ceux que peignaient les notabilités de la peinture dont pouvait s’enorgueillir chaque ville de province, sans parler de tous ceux que brossaient quantité de peintres obscurs dont c’était le « pot au feu » ? On sait qu’il existait de très nombreux ateliers de portraitistes, mais on ne sait rien ou presque sur leur activité, sur leur clientèle, sur les prix qu’ils pratiquaient. Considérés comme sans véritable intérêt artistique, ils se trouvent relégués dans un continent souterrain de l’histoire de l’art, demeuré largement inexploré. Autant la nouveauté tapageuse des ateliers de photographes a pu faire l’objet d’études approfondies, autant le négoce des peintres de portrait est resté dans l’angle mort des historiens.

Cela tient en particulier aux spécificités des commandes de portraits. Négociées directement entre le commanditaire et l’exécutant, la plupart étaient destinées à orner des habitations bourgeoises où elles demeuraient à l’abri des regards extérieurs. Si l’on excepte la représentation des personnalités, souvent destinée au Salon, les portraits n’entraient pas non plus dans la circulation des œuvres produites pour le marché de l’art alors en pleine expansion, à la différence par exemple des scènes de genre, elles aussi très prisées par la clientèle bourgeoise. Si bien que cette production pléthorique n’a engendré aucun des signaux qui auraient pu la signaler à l’attention des experts de l’art.

Ni davantage de traces permettant aux spécialistes de l’histoire sociale de l’intégrer à leurs objets de recherche. Les principaux travaux sur la bourgeoisie du XIXe siècle, sur son habitat, son niveau de richesse et sa composition, ne font guère état des tableaux possédés et jamais des portraits. Pourquoi ? Parce que le droit de l’époque les considérait comme des possessions personnelles qui n’entraient pas dans le décompte des successions et qui ne pouvaient pas faire non plus l’objet de ventes aux enchères. C’étaient des biens non « prisables ». Autres critères d’évaluation, mais la même invisibilité.

Au final, ni l’appréciation artistique, ni l’appréciation commerciale, ni l’appréciation patrimoniale n’auront accordé d’importance à cet engouement pour le portrait, pourtant caractéristique du XIXe siècle, ce genre paradoxalement prolifique et ignoré.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *