Cherchez nous

Voici quelques lettres qui se dégagent en creux  d’une accumulation du même mot « moi ». La densité de ces « moi » déclinés dans plusieurs formats et polices de caractères crée une sorte de fond plus clair, surtout si on la regarde de loin. C’est d’ailleurs ainsi que nous sommes conviés à découvrir ce graphisme puisqu’il est imprimé sur une affiche. Appréhendés à plusieurs mètres de distance, les « moi » se confondent et deviennent illisibles ; seul ressort ce « nous » au bleu plus soutenu. Que signifie cette image intimement faite de textes, contrastant des « moi » innombrables qui saturent l’espace au point de s’effacer et ce « nous » qui surnage par défaut ?

Il s’agit en fait des affiches qui depuis quelques jours annoncent le lancement de la nouvelle campagne de recensement de la population.

La France est figurée par cette multitude de « moi » qui se pressent à l’intérieur de ses frontières, comme si la communauté nationale se composait d’une masse d’individus jouant des coudes pour affirmer leur individualité, apparaître, exister. De fait, l’opération du recensement consiste à solliciter les Français pour connaître leur situation personnelle et familiale. Les statistiques sociales agglomèrent ensuite ces données individuelles. Durkheim, le père-fondateur de la méthode sociologique, privilégiait les statistiques précisément parce qu’elles lui permettaient de s’extraire des anecdotes individuelles pour faire ressortir, chiffres à l’appui, les données structurelles, par définition supra-individuelles, voire collectives. Le recensement de la population vise bien à dresser l’état de la population française dans son ensemble, et déjà à évaluer avec précision « combien nous sommes ». C’est donc par l’agglomération statistique que l’INSEE opère le passage du « moi » questionné au « nous » évalué. Dans cette logique, le « nous » serait la somme des « moi », voire plus, si l’on accorde aux « faits sociaux » une force spécifique et une existence autonome.

Or, sur cette affiche, le « nous » se réduit à des caractères creux, vides de contenu. Partout autour s’agglutinent des « moi » envahissants, sauf à l’intérieur des contours de ces lettres, étrangement désertées. Le graphisme de cette affiche fait de la collectivité une entité par défaut. Moins encore que le plus petit dénominateur commun, c’est ce qui reste lorsque plus personne ne met plus rien en commun. Autrement dit : rien. Pourquoi s’obstiner à mesurer, évaluer les contours et la teneur de ce « nous » censé nous réunir si la seule image qu’on nous en propose est cette vacuité, ce manque que personne ne vient combler ? Cette affiche m’apparaît comme le symbole d’une société réduite à ses individus, en perte par conséquent des médiations et des liens qui devraient les réunir. Une société de l’affirmation de soi et de la négation du « nous ».

La question se pose alors de savoir pourquoi l’INSEE propose ce visuel pour annoncer aux Français sa campagne de recensement.

En 2004, l’INSEE a inauguré une nouvelle forme de recensement : rompant avec les très lourdes campagnes qui touchaient périodiquement toute la population nationale, il est passé à des sondages annuels qui ne portent plus que sur une fraction des Français, afin de suivre et de révéler plus rapidement les transformations démographiques en cours. Ce recensement « tournant » se répète désormais tous les ans, dans des communes différentes ou auprès de personnes différentes.

Pour accompagner ce changement de méthode, une campagne de communication a été lancée en 2004 et renouvelée les années suivantes. L’an dernier, les affiches ont changé : exit la métaphore très Microcosmos de la prairie peuplée d’insectes et d’animaux vivant en bonne intelligence ;

Affiche recensement 2008 Affiche recensement 2009

elle a été remplacée par la France des individus qui se pressent pour être enquêtés. Quand on sait le luxe de précautions prises par l’INSEE pour assurer la confidentialité des questionnaires et l’anonymat des informations recueillies, on s’étonne d’un tel engouement pour le recensement.

C’est même probablement l’inverse : depuis qu’il s’apparente à un sondage, le recensement encourt les mêmes difficultés que les sondages, à savoir la désaffection croissante des individus devant cette forme intrusive de curiosité publique. Or, l’INSEE ne peut pas se permettre d’accumuler les non réponses : il ne lui faut pas un échantillon représentatif, mais exhaustif. Tous les Français sollicités doivent répondre, c’est un devoir civique et une obligation légale, sous peine d’amende. En dessinant une France idéale, dans laquelle tous les Français se presseraient pour répondre « moi », « moi, « moi » !, l’INSEE cherche à conjurer ce risque de récolter un « nous » national qui ne serait pas suffisamment plein.

« Une fois [le repérage] fait, il faut téléphoner aux personnes et faire preuve de talent. Bien expliquer qu’on est INSEE et non pas l’INC [Institut national de la consommation], que non on ne veut pas vous vendre des cuisines, que oui vous en avez marre d’être enquêté par téléphone pour des niaiseries, mais là Madame c’est sérieux, c’est une enquête économique qui débouchera peut-être/sûrement à terme sur une loi censée améliorer votre vie (enfin selon qui vous avez voté car les enquêteurs font les enquêtes mais ce sont les politiques qui font les lois et tous n’ont pas la même perception de la qualité de la vie…). » (extrait du témoignage d’une enquêtrice vacataire de l’INSEE)

Dans sa présente campagne de communication, l’INSEE promet à son tour la rentabilité rapide de la nouvelle forme de recensement. Le slogan « Chacun de nous y trouve son compte » cherche à convaincre de l’intérêt du recensement, non plus pour la Nation toute entière, mais pour chaque individu considéré en tant que tel. Car les services collectifs dont chacun a besoin seraient en proportion directe des effectifs recensés. Plus les chiffres en seraient connus fidèlement et rapidement, plus faciles seraient la prévision et la gestion de ces équipements que seule la collectivité peut assurer.

Ainsi, à la manière des enquêtes de consommation, le recensement proposerait ou promettrait des gratifications, des bénéfices directs aux Français sondés. Or, en ces temps de coupes sombres dans les dépenses publiques, on peut avoir de sérieux doutes sur la valeur de cet argument qui prend fâcheusement des airs de slogan électoral ou de promesse en l’air.

Lhabit ne fait pas le toit, dessin de Magnat, paru sur www.bakchich.info
L’habit ne fait pas le toit, dessin de Magnat, paru sur www.bakchich.info

Voilà comment le culte de la logique individuelle tend à faire passer le recensement pour un simple sondage, dont la réussite dépendrait seulement de la bonne volonté des gens et de leur intérêt bien compris. Le « nous » dans cette affaire risque fort de rester désespérément vide.

Je remercie mes collègues Martine Mespoulet, Gildas Loirand et Tristan Poullaouec pour leurs remarques, contacts et suggestions.


11 réflexions sur « Cherchez nous »

  1. Très bon article. Autant le visuel n’est pas auto-lisible, et merci encore pour ce décyptage, autant le texte est sans ambiguïté : « chacun de nous y trouve son compte ». Dans la plus grande logique néo-libérale où il ne peut exister de réalité sociale que si elle est comptable, avec retour sur bénéfice. Dans la logique actuelle, au lieu de lire plus de services publics là où il y en a besoin, il faut traduire par moins de fonctionnaires là où ils sont inutiles (enfin, reste à savoir, toujours pour les mêmes, s’ils sont utiles quelque part). En creux dans le texte.

  2. A présent que la discussion soulevé par ce billet est un peu retombée, je remarque :
    1. que l’INSEE n’a pas réagi. J’avais pourtant signalé la parution de mon texte à mes contacts au sein de cette institution, en particulier au siège national.
    2. que l’unique réaction ‘de l’intérieur’ est venue d’une agent du recensement témoignant de ses pratiques sur le terrain, c’est-à-dire d’une personne singulière. Cette personnalisation me paraît entrer en résonance avec ce que je pointais dans mon billet, à savoir l’individualisation de la campagne de communication sur le recensement. Ainsi donc, l’INSEE sollicite les Français un par un par le biais d’agents recenseurs qui eux-mêmes parlent en leur nom propre.

  3. @ lpob : Merci pour ce lien que nos lecteurs pourront utiliser pour découvrir l’ensemble du dispositif de communication mis en place par l’INSEE sur le recensement. Sans oublier son nouveau site pédagogique qui vaut le détour :
    http://www.lerecensementetmoi.info/

  4. @ Agent recenseur 2010 : Merci pour ces précisions sur votre manière de procéder. Je ne doutais pas que tout soit mis en œuvre pour faciliter la contribution des gens à ces opérations de recensement. Mais, dans ces conditions, comment interprétez-vous la campagne de communication de l’INSEE ? Plus précisément : quelle est son utilité si, comme vous le dites, tout le monde est au courant et prêt à participer ?

  5. Je tenais juste à répondre aux questions concernant le mode de fonctionnement de agents recenseurs, étant donné que j’en suis une cette année. Le recensement ne se fait pas par téléphone et nous n’avons nullement besoin d’insister sur le fait que nous ne vendons rien car les habitants reçoivent tout un courrier explicatif une semaine avant, que des affiches sont placées dans leur cage d’escalier et que nous nous présentons avec notre carte officielle (de plus, la majorité de la population sait ce qu’est un recensement). L’agent frappe à chacune des portes des logements que l’INSEE lui attribue. Dans le cas où la personne est présente il lui remet une feuille de logement et un bulletin individuel par personne. Le tout est très rapide à remplir et dans la plupart des cas, le temps que l’agent frappe aux portes des autres étages, l’habitant le lui rende. En moyenne, les habitants mettent 5 min. Le questionnaire est assez simple et l’agent est là pour les aider et pour répondre à toutes leurs questions. Il peut rester présent le temps de le remplir si la personne le souhaite. Les feuilles sont données et récupérés directement en personne (avec prise de rendez-vous si nécessaire selon les disponibilités des habitants). L’agent fait preuve de beaucoup de flexibilité.
    Après une moyenne de 3 passages, à des horaires et jours variés, si l’agent ne trouve personne, la mairie fera suivre un courrier. Bien sûr il y a des refus, dans ce cas là, l’agent n’insiste pas et le notifie à la mairie.
    Voilà pour les grandes lignes du travail de recenseur.
    Certes certaines personnes peuvent y être retissant, principalement à cause d’une certaine paranoïa du « Big Brother », mais les fins en sont tout de même celles de la détermination de la population légale (servant dans la gestion communale, le financement local, la réglementation, etc), détermination des équipements collectifs (écoles, hôpitaux, etc), à évaluer le parc de logements, etc, qui sont bénéfiques à l’ensemble de la population.

  6. Ping : Tweets that mention Cherchez nous – La vie sociale des images -- Topsy.com

  7. @ Simplicissimus : Merci pour votre commentaire si riche en informations. S’il était besoin de montrer l’intérêt d’un blog, vous nous en donnez la meilleure illustration : l’enrichissement mutuel des informations (je ne connaissais pas toutes ces sources officielles) et l’échange des opinions.
    Concernant les campagnes de communication sur les recensements, il existe une déjà longue série d’affiches de toute sorte depuis les origines. On en trouve certaines sur le site de l’Institut Nationale des Etudes Démographiques (INED) :
    http://www-census.ined.fr/,
    qui présente en outre l’intérêt d’ouvrir sur des exemples étrangers. Mais les données qu’on y trouve sont très lacunaires.
    Et surtout, je pense que la communication de l’INSEE a fondamentalement changé depuis que le recensement est devenu « tournant », car ce n’est que depuis ce changement de méthode qu’il encourt le risque d’être confondu avec un simple sondage, et rejeté comme tel.

  8. bonjour et merci de cette note !

    Une rétrospective des campagnes de publicité serait bienvenue. J’ai cherché quelques affiches des recensements précédents sur la toile, mais n’ai pas trouvé grand chose.

    @Szarlej
    Le modèle de BI (bulletin individuel) est en ligne sur le site de l’Insee.
    http://www.insee.fr/fr/methodes/sources/pdf/questionnaire_rp_bulletin_individuel.pdf
    ainsi que l’autre document la FL (feuille de logement)
    http://www.insee.fr/fr/methodes/sources/pdf/questionnaire_rp_feuille_logement.pdf

    Pour la non réponse, on dispose depuis le recensement rénové de l’indication des FLNE (feuilles de logement non enquêtées), cf. p. 5 du document de 2008 sur la qualité du recensement :
    http://www.insee.fr/fr/insee-statistique-publique/qualite/qualite_RP.pdf

    Enfin, l’évaluation de la collecte est présentée tous les ans au CNIS (Conseil national de l’information statistique) dans le cadre de la CNERP (Commision nationale d’évaluation du recensement de la population). La documentation est en ligne, là :
    http://www.cnis.fr/ASPDFL/AgendaListe.asp?Type=1&Instance=46

    Lors de la 8ème réunion du CNERP (16/10/08), il est mentionné un taux de FLNE de 2,9% qui est jugé très satisfaisant. Dans la suivante (12/03/09), il est rapporté le sentiment d’une augmentation de la non réponse et le souhait d’analyser le taux de FLNE par type de communes.
    Malheureusement, le compte-rendu de la 11è réunion du 24/09/09 dont l’ordre du jour prévoit le bilan sur la collecte 2009 n’est pas encore en ligne.

    NB : contrairement à ce que vous pourriez croire, je ne travaille pas à l’Insee !

  9. Ce qui me fait penser que les types de sondages pour lesquels les refus ou non réponses sont les plus nombreux sont précisément ceux où les sondés doivent « s’auto-administrer » le questionnaire, c’est-à-dire le remplir eux-mêmes. Il faudrait pouvoir questionner les agents recenseurs pour savoir comment ils font pour « faire » répondre à une enquête aussi longue des gens qui n’ont pas forcément l’habitude de l’écrit et de cette catégorie d’écrit particulièrement normée. Combien de fois leur faut-il repasser ? En vient-ils à tenir la plume eux-mêmes ? etc. On comprend d’autant mieux l’appel de l’INSEE à la bonne volonté des citoyens.

  10. Merci Sylvain pour cet article, et plus largement pour tous vos travaux
    « désintéressés ». Je suis jusqu’à présent passée entre les mailles du
    recensement, mais ai le souvenir de témoignages de certaines connaissances sur leur expérience: l’agent recenseur prenait rdv pour un entretien, et la passation du questionnaire durait assez longtemps. J’ai été recensée il y a quelques jours (en fait, c’est moi qui ai rempli le questionnaire, et j’ai tout de suite pensé au rapport à l’écrit et à la compréhension des questions), et je regrette de ne pas avoir photocopié le questionnaire: j’ai répondu aux premières questions, parfois avec difficulté (votre immeuble date de quelle année?), et ai dû arrêter assez rapidement: toutes les autres questions s’adressaient à des personnes salariées (je ne pouvais pas être salariée car j’avais déjà indiqué que j’étais étudiante) et concernaient entre autre leur mode de transport; ce qui occultait de suite toutes les autres personnes qui n’ont pas d’emploi salarié, qui ont des emplois non stables qui les contraignent à un emploi du temps saccadé (je fais combien de km tous les jours pour aller au boulot?), bref, toute autre personne qui se déplace, tout simplement. De souvenir, ce questionnaire est vraiment à revoir, et à enrichir (c’est peu dire!).
    Ce n’est finalement pas une mauvaise expérience, car cela rappelle à
    l’apprentie sociologue que je suis qu’il faut toujours rester vigilant
    lorsque l’on utilise des « données », et d’autant plus lorsqu’on ne les
    produit pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.