Pictogrammes (suite)

Nouvelle devinette visuelle.

Réponse : il s’agit de panneaux précisant la localisation des points de ralliement que les étudiants et les personnels doivent rejoindre en cas d’évacuation d’urgence des bâtiments s’il s’y déclare un incendie. Ces panneaux ont été installés en dur sur le campus où je travaille :

et sous la forme de simples papiers affichés sous plastique à la Présidence de l’Université :

Le tout sans aucune explication, pas même sur les plans d’évacuation qui n’ont pas été actualisés.

Une signalisation censée fonctionner à l’instinct (de survie).

Complément en date du 3 septembre 2010

(Campus de sciences de l’Université de Nantes) :



20 réflexions sur « Pictogrammes (suite) »

  1. Il y a apparemment une déconnexion entre l’usage prévu de ces panneaux, et la connaissance pratique que les « usagers » de l’espace concerné en ont.

    Reste que tout le monde a peu ou prou connu cette expérience de ces exercices-incendie, à l’école ou sur un lieu de travail le plus fréquemment.

    Mais peut-être leur installation récente à l’université de Nantes révèle-t-elle d’abord un manquement aux conditions générales des assurances.. qui doivent certainement rendre obligatoire la présence de ces panneaux. La fréquence des exercices-incendie relevant sans doute d’une autre réglementation… il faut sans doute en attendre la programmation pour que leur sens soit pleinement partagé.

    Après cela, pourquoi ne pourraient-ils pas aussi servir comme lieu dédié à la photo de classe ?

    • Euh Dominique, les photos de classe à l’Université… Personnellement, je n’ai pas vu de tels panneaux dans les écoles primaires, les collèges ou lycées où j’ai eu l’occasion d’aller récemment.

  2. Je ne vois qu’une seule explication : c’est encore un code des extraterrestres pour nous tromper et se repérer depuis l’espace. Pour les deux premiers, passe encore, l’hypothèse d’une humaine origine est envisageable, mais le design et l’emplacement du point de rencontre mexicain ne laisse aucun doute quand à la finalité véritable de ces marques : il s’agit de spatioports pour des êtres venus d’ailleurs.

    Il y a un coté compression invraisemblable de l’espace tristement ironique dans la forme de l’icone, radicalement antinomique avec le besoin de respirer en cas d’incendie en particulier – les foules en cas de panique ont en général tout sauf le besoin de se concentrer, c’est bien l’inverse qu’elles recherchent et ce vers quoi il faut les diriger.

    L’image mexicaine est un modèle d’absurdité…

  3. @ Simplicissimus : A Mexico, ce point de ralliement a une tout autre gueule. On dirait plutôt une arène pour meeting politique ou théâtre en plein air.
    Si j’ai fait cette série, c’est que dans l’université où je travaille, ces panneaux ont été mis en place sans aucune explication. Le soin d’en comprendre le sens et l’utilité était laissé aux personnels et aux étudiants.

  4. bonjour,

    je découvre cette série de photos à l’occasion de la mise à jour. Je suis très surpris de la méconnaissance générale du pictogramme. J’interviens régulièrement en entreprise et, a priori, tout membre du personnel d’une entreprise devrait non seulement reconnaître le panneau mais savoir où est celui qui le concerne. En cas d’alarme, il est sensé s’y rendre (dans le calme !) et le responsable sécurité de son secteur doit veiller à la présence au point de rassemblement de toutes les personnes de son ressort.

    En tant que formateur dans l’entreprise, bien que venant de l’extérieur, je dois prendre connaissance du point de rassemblement, m’y rendre en cas d’alarme et faire l’appel de mes stagiaires. C’est d’ailleurs essentiellement à cela que servent les exercices d’alarme.

    Bon, en vrai, je ne suis pas si surpris que cela, parce que, dans les faits et vues mes interventions, il y a à peu près un établissement sur cinq dans lequel la procédure d’accueil du formateur prévoit de le mettre au courant du point de rassemblement. Dans une autre (sur cinq) l’info figure quelque part dans la salle. Les autres ? On se débrouille…

  5. Je complète aujourd’hui ma première série d’images sur ces points de ralliement (voir ci-dessus à la fin du billet) puisque je viens de découvrir sur le campus des sciences de Nantes un nouveau pictogramme, assorti cette fois d’un libellé en toutes lettres qui en fait comprendre le sens. Le graphisme, tout aussi abscons que le premier, resterait certainement un mystère sans cette explication.

  6. Les derniers commentaires « tournent autour du pot », si je puis dire. Il est bien question d’un point de ralliement, Patrick Peccatte étant le plus près du sens véritable de ce pictogramme.
    Le plus intéressant, c’est le commentaire d’Herman, qui est étudiant à Nantes. Car cette signalisation a bien été installée sur le campus de l’Université de Nantes au cours des derniers mois, mais sans qu’aucune explication ne l’accompagne. Ainsi, l’étudiant de base, comme d’ailleurs le personnel de base, ne sait pas vraiment ce que viennent faire ces panneaux ni s’ils le concernent.

  7. Je connais : c’est un point de rencontre. Genre, on se retrouve au point de rencontre de la place trucmuche. Mais, en fait, je trouve pas ça très utile. En général, nous savons fixer des points de rencontre nous même, par rapport à un repère visuel caractéristique de l’endroit : le vieil arble, la statue, le kiosque.
    Ces points de rencontre, souvent plantés n’importe où, participent, selon moi, à l’appauvrissement de l’appropriation de l’espace publique, puisque, précisément, ils prétendent remplacer notre propre géographie visuelle de l’endroit, collectivement construite.

  8. Cette année, sur le campus de lettres/sciences humaines de Nantes, ont étés placés plusieurs de ces pictogrammes. Il y aurait sur le campus donc au moins 4 points de rassemblement matérialisés par ces pictogrammes placés bien en hauteur. ( surement plus mais je ne les ai pas tous dénombrés)
    Peut être ont-ils une vocation sécuritaire comme le rappel un colorie largement utilisé dans les pictogrammes de sortie de secours et d’évacuation. Il s’agirait d’un point de rassemblement en cas d’urgence mais qui est au courant de cette procédure? Quelle en est l’efficacité?
    Il peut aussi s’agir des différents points d’une visite qui concernerait des personnes étrangères au lieu et à tout autre forme de repères « naturels »… Mais est-il plus difficile de se retrouver avec d’autres devant le restaurant universitaire que devant le panneau du point de rassemblement numéro 7?

  9. Il y a bien l’idée de regroupement, mais pour quoi, en quelle circonstance ?
    Heureusement que Guillaume Tell avait plusieurs fils : comme ça, il y en a au moins un qui en a réchappé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.