Anniversaire : le gâteau et la suite

Invité à l’anniversaire d’un de ses copains, mon fils de 6 ans revient trois heures après avec un sachet de bonbons et une photo de l’ensemble des convives réunis autour du gâteau, chapeau pointu en carton jaune sur la tête et serpentin rouge à la bouche. Tous les visages se distribuent sur l’image, la pose est parfaite, mais une certaine dose d’agitation confère à la composition un air spontané.

On sait que depuis déjà de nombreuses années les anniversaires comportent un rituel photographique, centré sur un objet – le gâteau – et un moment – celui où l’être fêté souffle ses bougies . Avec la technologie numérique intégrée aux appareils compacts grand public, cet instant est devenu impossible à manquer . Il peut même être filmé avec en prime le son de la non moins immanquable chanson de circonstance. Nous engrangeons tous de la sorte des images formellement répétitives d’anniversaires pourtant tous différents puisque séparés les uns des autres par les années qui passent.

En voir plus.

Mais je n’avais encore jamais vu cet accomplissement du rituel photographique qui inclut d’offrir en conclusion de l’évènement le tirage de la photo. Attestation de sa réalité (c’était bien un anniversaire ; c’était bien l’anniversaire de…) ; attestation de la présence de chacun ; mais à l’intention de qui ? Des absents probablement, et en premier lieu des parents, ainsi rassurés que la fête a été réussie. Cadeau symbolique en remerciement du cadeau bien réel que chacun s’est cru obligé d’apporter, puisque ces anniversaires génèrent une circulation élargie de présents. Et pour les enfants qui ont pris part à l’anniversaire, souvenir immédiat, tangible, équivalent privé, en réduction, de la photo de classe, un peu plus intime parce que formalisant un groupe de copains et non pas seulement la réunion fortuite d’élèves du même âge. Fournir la photo sitôt la fête finie – photo qui, d’ailleurs, la conclut, la clôt et la renvoie aussitôt au passé – donne forme à un souvenir obligé. Et c’est bien là la nouveauté, à mes yeux : la célébration se conçoit aussi comme une fabrique de souvenirs, dont elle assure elle-même la production, comme on produit des photos officielles des évènements publics. Ce qui laisse supposer que le spectacle des techniques de communication mises au service de la vie publique infiltre petit à petit la vie privée, organisée, orchestrée et résumée à son tour avec le même appareillage et, toutes proportions gardées, le même soin communicationnel. Un anniversaire ne s’imaginait plus sans photographie ; désormais, il ne se conçoit peut-être plus sans communication, avant (par le biais des cartons d’invitation, de plus en plus composés et sophistiqués) et après (grâce à la photographie officielle).


12 réflexions sur « Anniversaire : le gâteau et la suite »

  1. Ping : La pratique amateur de la photographie | La vie sociale des images

  2. Nouvelle version, plus organisée, de ce rituel photographique :
    “Les anniversaires, dès 6 ans
    Pour fêter ton anniversaire, le Musée suisse de l’appareil photographique te propose des animations pour découvrir l’histoire de la photographie en t’amusant ! Avec tes amis, tu réaliseras toi-même une photographie sans appareil…, puis tu participeras à une visite ludique de l’exposition. Pour terminer, tu dégusteras ton gâteau d’anniversaire que tes parents auront apporté. En cadeau, tu recevras un CD avec toutes les photos de ta fête !
    Forfait CHF 175.- (10 enfants max).”
    Musée suisse de l’appareil photographique, Vevey (Suisse)
    http://www.flickr.com/photos/maresca/4138202560/

  3. Pour bien faire, effectivement, il faudrait voir ce que chaque famille a fait de cette photo officielle, si elle l’a exposée quelque part ou l’a laissée dans un coin, sous le vrac du tout-venant quotidien. Chez nous, la seconde option l’a emportée, d’autant plus que mon fils n’a pas accordé d’importance particulière à cette photo. Mais il est possible que ce précédent donne des idées aux familles concernées. Nous verrons bien, dans les mois qui viennent, si l’usage se répand ou pas. A suivre…

    • Depuis la publication de billet, une collègue m’a appris que son petit-fils avait lui aussi reçu le même type de photo à l’issue d’un anniversaire. Un usage en train de se mettre en place ?

  4. « Fournir la photo sitôt la fête finie – photo qui, d’ailleurs, la conclut, la clôt et la renvoie aussitôt au passé – donne forme à un souvenir obligé ».
    Tout à fait d’accord avec cette fabrique du souvenir. Mais n’y a-t-il pas aussi une forme de souvenir “par anticipation” ? Ce groupe de copains à l’image peut aussi être compris comme injonction à une réunion future, à l’occasion d’un prochain anniversaire. Pour les parents qui reçoivent l’image par l’intermédiaire de leur enfant, la compréhension immédiate n’est sans doute pas seulement tournée vers le passé, mais aussi vers un avenir proche : qu’est-ce que l’on va bien pouvoir faire pour le prochain anniversaire de notre enfant ? D’autant que la photo reçue va sans doute trôner quelques temps sur une porte de réfrigérateur ou être punaisée sur le tableau mémo de la famille, pour vous rappeler chaque jour que : un anniversaire, ça se fête !
    Non seulement photo officielle de la fête, l’image est aussi une nouvelle invitation, une relance qui vous est destinée… Avez-vous prévu le même événement pour l’anniversaire de votre fils ? Comme je n’ai pas d’enfant, je ne peux que supposer cette capacité prospective de la photo d’anniversaire auprès des parents.

  5. Droits à l’image, droits à l’oubli sur internet, anonymat et le quart d’heure de célébrité, est-ce si difficile de devoir redéfinir aujourd’hui les limites de la vie privée et de la vie publique pour que toute “publication” agite le spectre horrible de la tache indélébile sur la notoriété et l’honneur d’une personne ?
    Je retiens l’analyse faite de l’usage : “photo qui, d’ailleurs, conclut [la fête], la clôt et la renvoie aussitôt au passé”. Troublant, en effet, cette relégation dans le passé d’un évènement qui vient juste d’avoir lieu. “Garder la mémoire, c’est méditer l’oubli”.

  6. La sociologue Régine Sirota note que depuis une vingtaine d’années ce rite profane qui met en scène et en représentation les modes de socialisation de l’enfance contemporaine a pris trois formes : l’anniversaire familial, l’anniversaire copinal et l’anniversaire scolaire. Outre la dimension de communication et son déplacement du public vers le privé avec laquelle je suis d’accord (pour André Gunther : qui dit communication ne dit pas déplaisir, bien au contraire puisqu’elle est conçue pour séduire et attirer), peut-être y-a-t-il également un déplacement photos d’anniversaire du privé-privé (l’enfant dans la famille) vers le public restreint (l’enfant et ses pairs) qui marque combien l’enfant est devenu (présenté comme?) un être “autonome” dont la mise au point est réglée sur son épanouissement personnel et sa sociabilité, voire sa popularité.

  7. Je n’attribue peut-être pas au terme “communication” les connotations “noires” que tu y pressens. Mon propos se limitait au constat. En outre, les enfants invités à cet anniversaire n’ont pas particulièrement jubilé en recevant cette photo ; les bonbons les intéressaient nettement plus !

  8. “Ce qui laisse supposer que le spectacle des techniques de communication mises au service de la vie publique infiltre petit à petit la vie privée, organisée, orchestrée et résumée à son tour avec le même appareillage et, toutes proportions gardées, le même soin communicationnel”
    Beau relevé de symptôme – mais tu en donnes une interprétation bien noire… Et si ça leur faisait plaisir, aux gamins, d’avoir leur image? Moi les miens, ils ont montré tous fiers leur photo de classe à leur mamie, et j’ai du mal à croire qu’il n’y a que du communicationnel là-dedans 😉

  9. Cela ne se remarque peut-être pas sur cette version réduite de l’image, mais j’ai pris la précaution préalable de flouter les visages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.