La représentation artistique de l’individu : bref aperçu sur l’histoire du portrait

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Les images dans la société – chapitre 7

C’est la Renaissance qui a donné au portrait ses véritables lettres de noblesse, en concordance avec l’idéologie humaniste qu’elle a commencé à imposer. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Quelle est la question de principe posée par le portrait ? Il s’agit de savoir s’il est légitime ou non de représenter le visage d’un individu uniquement pour donner à voir à quoi il ressemble. En d’autres termes, la physionomie individuelle est-elle ou non un objet légitime de peinture ?

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE


11 réflexions sur « La représentation artistique de l’individu : bref aperçu sur l’histoire du portrait »

  1. Bon désolé, c’est un faux ami… Mon anglais est décidément déplorable.
    « donovan rickards wrote:
    « As i live in Australia the term senior photos means old age photos.
    But I see in the US it mean highshool pics of senior students. Are
    these their gruation photos or are they seperate photos again.
    donovan

    Usually it’s a portrait session, one of the photos would be put in the High School Senior Album and the kids get a portfolio of photos and some pass out photos to give to friends and relative. Often the School has set up a photography studio to do a small session for those who want to pay in to have this done and sometimes a group shot of the High Schools Senior class as well. »
    http://forums.dpreview.com/forums/readflat.asp?forum=1014&message=19304489&changemode=1
    Si tu tapes « senior photography studio » dans Google, tu as des millions de réponses et tous les sites mettent en avant des photos d’ado et non des personnes âgées. Le phénomène existe parce que je me souviens de demande de conseils pour éclairer les personnes âgées sur des forums par des photographes expliquant que sur leur marché, c’était surtout des personnes âgées qu’ils avaient l’occasion de photographier. Il me semble aussi que dans les comédies américaines, la nécessité de retrouver la photo des grands parents pour la mettre sur la cheminée avant leur visite et ne pas être déshériter est un gag classique. Mais de toute évidence, ce segment du marché n’est pas mis en avant sur les sites des portraitistes américains.
    J’ai trouvé ça http://www.footprintsontheheart.com/grandparent-grandchildren-portraits/ mais c’est l’exception et les enfants sont associés aux grands parents.
    Les grands parents sont dans un marché plus vaste, celui de la photo de famille.
    http://ezinearticles.com/?Family-Portrait-Plans—A-Professional-Portrait-Studios-Money-Making-Idea&id=3714894

    Et sur la spécificité de ce marché des « séniors » qui sont en fait des ados qui terminent leur High-school
    http://forums.dpreview.com/forums/readflat.asp?forum=1014&thread=36188812&page=1

  2. Je ne sais pas si cela entre dans ta réflexion sur le portrait, mais à la lecture des forums anglo-saxons consacrés à la photographie, la photographie des « anciens » est une vraie niche économique, une spécialité, comparable à la photo de mariage, qui n’existe pas à ma connaissance en France. Est-ce du à la dimension du territoire et à la mobilité des américains, mais il me semble que ces photos sont destinées à trôner sur la cheminée des enfants, un peu comme le négatif de la photo scolaire qui trône sur la cheminée des grands-parents.

    • @ Thierry : Peux-tu me donner quelques références de ces sites anglo-saxons ?
      J’ai rencontré dernièrement un photographe débutant qui envisageait justement d’investir ce marché en friche de la photographie des personnes âgées, en démarchant les maisons de retraite. Sa démarche n’en est qu’à ses débuts et les réactions pour l’heure mitigées.

  3. Ping : Archives et ressources | La vie sociale des images

  4. Ping : Les images dans la société – Table des matières | La vie sociale des images

  5. @ pod : Merci pour ces références. J’avais eu accès aux communications du colloque de l’EHESS grâce aux enregistrements en ligne, mais je ne savais pas que les actes venaient de paraître.
    Ce chapitre est un condensé forcément réducteur sur l’histoire du portrait – thématique que je travaille plus complètement par ailleurs, plus en sociologue qu’en historien. Je suis donc intéressé par tous les apports historiques disponibles.

  6. bonsoir,

    sur la naissance du portrait individuel, je me permets de renvoyer à la récente publication :
    Le portrait individuel. Réflexions autour d’une forme de représentation, XIIIe – XVe siècle, Bern, Peter Lang, 2009
    voir un compte rendu du colloque ici: http://www.fabula.org/actualites/article8248.php

    on notera que les premiers portraits individuels apparaissent en sculpture (liés à la campagne de communication du pape Boniface VIII), avant d’apparaitre en peinture (Jean le Bon).
    La question du masque funéraire, que vous évoquez, est ici aussi fondamentale, et bouleverse quelque peu la chronologie (tout en tendant une perche vers la photographie):
    Georges Didi-Huberman, La Ressemblance par contact. Archéologie, anachronisme et modernité de l’empreinte, Paris, Editions de Minuit, collection « Paradoxe », 2008, 384 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.