Evénement avec ou sans photo

Rencontre Obama dalai-lama

Considérons trois événements plus ou moins récents.

Tout d’abord cette rencontre entre le président américain et le dalaï-lama, le 18 février dernier à la Maison Blanche, malgré la colère prévisible du gouvernement chinois. Plusieurs précautions avaient pourtant été prises par le protocole présidentiel pour, sinon minimiser l’événement, du moins le rendre moins voyant : la rencontre n’aurait pas lieu dans le Bureau ovale, mais dans une autre pièce, la salle des Cartes ; le visiteur serait introduit discrètement dans la Maison Blanche, à l’abri des objectifs des médias ; cette rencontre serait présentée comme « privée ». L’enjeu était manifestement d’éviter toute image. Un événement jugé digne de ce nom par les médias ne saurait se concevoir sans traces visuelles diffusables à l’envi. Si bien que, à l’inverse, un événement sans image apparaît minimisé, relativisé, relégué pour ainsi dire dans le registre indistinct du « privé », du « off record ».

Introduisons ici un détour par un autre événement, plus ancien : la rencontre, 12 septembre 2006, également à la Maison Blanche, entre Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et surtout candidat à l’élection présidentielle, et le président George Bush. L’enjeu de cette rencontre était d’importance pour le futur président français. D’intenses tractations eurent lieu pour, non seulement permettre cette confrontation que ne prévoyait pas le protocole de la présidence américaine, mais encore en obtenir une photo diffusable. Aussitôt le cliché du photographe officiel de la Maison Blanche mis en ligne par les agences Reuters et AFP, « l’entretien, non officiel, a été officialisé ».

Rencontre Bush Sarkozy

Avant la rencontre entre Barack Obama et le dalaï-lama, la presse s’est largement fait l’écho de cette absence prévisible, calculée, diplomatique, d’images, comme si, cette fois, l’événement serait autant son invisibilité que la rencontre elle-même entre les deux hommes. « Entretien privé loin des caméras » (lci ft1.fr, 18 février) ; « Barack Obama prendra d’ailleurs soin de ne pas apparaître en public avec son invité » (L’express.fr, 18 février) ; « La photo d’une poignée de main dans le bureau ovale de la Maison Blanche aurait choqué les Chinois » (France Inter, journal de 7 h 30, 18 février) ; etc.

De fait, la rencontre a bien eu lieu – ce qui, après tout, constitue le point décisif dans cette affaire – et surtout, elle a été plus médiatisée que prévu :

– d’une part, la Maison Blanche a diffusé elle-même une photo de la conversation entre Barack Obama et le dalaï-lama ;

– mais encore – entorse, semble-t-il exceptionnelle, au protocole des visites -, le leader tibétain s’est exprimé devant les journalistes avant de quitter la résidence du président américain.

Dalai lama a la Maison blanche

Ainsi, après avoir tant annoncé, « pré-vu », que cette rencontre resterait invisible, c’est au contraire sa mise en images qui est apparue, au bout du compte, comme l’événement majeur et peut-être la provocation suprême pour les autorités chinoises qui, sinon, auraient sans doute réussi plus facilement à la passer sous silence.

Le « passage à l’image » semble donc décisif dans ce type d’événement : non pas qu’il suffise à lui seul à « faire l’événement » – après tout, image ou pas, la rencontre a bien eu lieu ; mais son redoublement en images, sur le moment, puis au delà, par la reproduction et la communication médiatique, achève d’en faire un événement impossible à ignorer et, s’agissant d’un affront diplomatique, impossible à pardonner.  » La Maison Blanche a réservé un accueil très calculé au leader tibétain. Pour irriter la Chine juste ce qu’il faut. » (Ouest-France, 19 février)

Cependant, et pour relativiser le caractère forcément trop affirmatif de la conclusion précédente, il ne suffit pas qu’une rencontre officielle ait été photographiée pour qu’elle constitue pour autant un événement important, décisif. Ainsi, le matin du dernier sommet franco-allemand, qui s’est tenu à l’Elysée le 4 février 2010, le chroniqueur économique de France Inter faisait part de son scepticisme sur la portée effective de cette rencontre et concluait sur cette formule : « Il y aura une belle photo… » – sous entendu : une image de pure forme, sans véritable signification politique.

Sommet franco-allemand-04-02-2010

France 2.fr, 4 février 2010


1 réflexion sur « Evénement avec ou sans photo »

  1. Ping : Tweets that mention Evénement avec ou sans photo | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.