La bonne distance

Mardi 9 février, Nicolas Sarkozy a visité une usine de nettoyage industriel à Cormeron, dans le Loir et Cher. Le lendemain, Canal + en a présenté un résumé satirique dans son émission en clair, le Grand Journal.

On y aperçoit certains salariés de l’usine qui photographient ou filment le chef de l’État au moment où celui-ci traverse leur atelier, entouré de plusieurs ministres et autres officiels. Sarkozy, à qui la présence de ces photographes amateurs n’a pas échappé, les apostrophe d’un « Merci pour ceux qui ont pris des photos » et se rapproche d’eux pour échanger un bon mot. A-t-il reçu leurs prises de vue pour un hommage de plus, lui qui est habitué à la présence des objectifs des médias lors de chacune de ses apparitions publiques ? Y a-t-il vu un signe qu’au fond le petit peuple, celui des vrais travailleurs, le soutient et s’enorgueillit de pouvoir le photographier en vrai ?

L’adhésion politique n’a probablement pas grand-chose à voir avec le fait de sortir son appareil en pareille circonstance. La visite du président de la République est un événement exceptionnel qui, à ce titre, « mérite la photo », comme on dit. Ainsi pourront-ils montrer à leurs proches qu’ils y étaient avec cette preuve en image, mais également conserver un souvenir suggestif de cet instant hors du commun. On retrouve le même réflexe chez cette Niçoise interviewée sur France Inter, qui s’émerveille des extravagances de l’hiver : « Il neige, c’est magnifique ! Je suis descendue sur la Croisette juste pour faire des photos, tellement c’est beau. » (Journal de 7 h, 11 février 2010)

Mais, dans le cas de la visite de Sarkozy, il y a peut-être autre chose : photographier ou filmer nécessite de prendre du recul, de se mettre à distance. C’est bien ce qui frappe dans cette séquence : le président avance au milieu d’un petit groupe compact de responsables et de journalistes, tandis que les employés-photographes se tiennent à plusieurs mètres, en surplomb sur une coursive pour avoir un meilleur point de vue. Ils ne sont pas au contact du chef de l’État qui devra combler l’écart physique avec eux en se rapprochant délibérément.

Le fait de photographier les conduit à se retrancher de l’événement, auquel ils assistent en spectateurs plutôt qu’en acteurs. Quand on a les mains occupées à manier l’appareil dont, de surcroît, on surveille l’écran, on ne peut pas rencontrer le regard de l’homme politique, encore moins répondre à son offre de poignée de main.

Bien sûr, faute de connaître suffisamment la situation de cette usine et de ses salariés, je m’aventure ici dans la spéculation. Mais je me demande si la décision de photographier cette scène, plutôt que de s’y mêler comme les autres, n’a pas constitué pour certains une manière honorable, élégante, de faire passer pour l’hommage dû au président de la République ce qui n’était en réalité qu’une prudente prise de distance.


7 réflexions sur « La bonne distance »

  1. Je crois pas avoir parlé de troupeau de moutons…? J’ai parlé de troupeau de moutons? dans le genre spéculation, mmmh?
    Je n’aurais pas d’ailleurs pu risquer, Sylvain, une telle analogie! Car je n’ai jamais vu ni mouton, ni aucun autre animal, parce que, je cite mes auteurs, (Mirbeau, je crois)
    « Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. »

    Je ne peux donc point avoir parlé de mouton.

    Je n’ai pas non plus parlé de bétise, d’ailleurs. Ni d’aliénation. Je serais plus dans la ligne « la Boétie », la servitude, je la vois volontaire, désirée peut être, acceptée assurément.

    « certains prennent de photos, d’autres pas ». Ce constat, pour moi, n’est pas suffisant pour dsébuter une discussion aussi interessante. je crains simplement qu’il n’éclaire qu’un fait simple, certains ont des appareils photos, d’autre pas.

    Foin de spéculation! Cordialement.

  2. @ bert : Vous spéculez allègrement en parlant indistinctement de ces « types » accros à la télé dans ce qu’elle peut avoir de plus bêtement spectaculaire. Croyez-vous vraiment que le personnel d’une entreprise comme celle-ci puisse être assimilé à un troupeau de moutons ? L’examen détaillé de cette vidéo me semble montrer au contraire qu’ils ne réagissent pas tous de la même façon : en l’occurrence, certains prennent des photos, les autres pas. C’est à partir de ce constat que l’on peut entamer une réflexion intéressante, loin des lieux communs sur la bêtise et l’aliénation des classes populaires.

  3. Ouasi, je crois que c’est vraiment de la spéculation. les types voient sarkozy comme une vedette qui passe à la TV, alors ils photographient, voila. Si les élections avaient lieu demain, ils voteraient pour lui, parce qu’il « est beaucoup plus sympa en vrai qu’à la télé »…Comme d’hab, quoi, comme ils photographient Loana ou je ne sais quelle « star » has been pour montrer aux potes, ensuite.
    On en est à la deuxième génération TF1, faudra des années pour corriger ca, mais en attendant…

  4. @ Béat : S’absenter de l’action : c’est par exemple le dilemme récurrent dans la photo de famille : pour caricaturer, en plein repas de famille ou mieux, avant qu’on passe à table, la mère – gardienne de la mémoire familiale – lance : « Il faudrait faire une photo. Pour une fois qu’on est tous réunis. » Et le père, qui comprend que c’est à lui de s’y coller, pose son verre à regret pour aller chercher l’appareil et revenir organiser tout ce beau monde pour les besoins de la photo-souvenir.
    @Olivier Beuvelet : Je me suis également demandé si un certain flottement n’était pas perceptible dans les remerciements de Sarkozy. Ces salariés qui restent à distance pour le mettre en boîte, il n’est peut-être pas si sûr que ça de leur allégeance. Et puisqu’ils ne veulent pas bouger, c’est lui qui tient à combler la distance pour établir un contact physique et provoquer chez eux le rire ou du moins un sourire, en clair les forcer à s’impliquer positivement dans l’interaction. Puis il repart, content, comme s’il venait de leur signifier : « Vous m’avez bien eu, mais on ne me la fait pas. »

  5. Très bien vu…
    En paraphrasant Lacan, on pourrait presque dire qu’il n’y a pas de rapport photographique… Entre ce que désire le « preneur » de photos et ce que s’imagine celui qui y est pris, la distance est immense et le malentendu parfois criant… Sarko pense qu’on l’aime dès qu’on le regarde, d’où son obsession d’être vu, or les ouvriers se mettent en effet à distance, se protègent, évitent la rencontre… Pour quelle raison ? C’est à eux de le dire… Mais en tout cas, c’est bien parce qu’il s’en croit aimé pour lui-même (illusion narcissique) que Sarko les remercie, alors qu’ils ne lui ont rien donné… Au contraire, ils ont pris…

    Très intéressant !

  6. «Le fait de photographier les conduit à se retrancher de l’événement, auquel ils assistent en spectateurs plutôt qu’en acteurs. Quand on a les mains occupées à manier l’appareil dont, de surcroît, on surveille l’écran, on ne peut pas rencontrer le regard…»

    Excellent! Bien vu! J’ai ressenti cela plusieurs fois. Et même pas qu’avec des politiques. Le «preneur de photos» est toujours un peu absent de l’action. Il tourne autour et ne s’implique pas vraiment. Qu’on soit grand reporter sur un terrain de guerre ou amateur lors d’un fait social quelconque n’y change pas grand chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.