La photo-événement

Finale Superbowl-01-02-2010-Liberation.jpeg

Voici une photo d’actualité somme toute banale : à l’issue d’une compétition sportive, l’équipe gagnante ou, du moins, son capitaine ou son entraîneur sont assaillis par les photographes et cameramen de télévision pour fixer l’image qui fera la une des journaux et l’ouverture des reportages télévisés. Comme je l’ai détaillé ailleurs, tout événement digne de ce nom, c’est-à-dire jugé tel par les médias, c’est-à-dire encore “pré-vu” par ces mêmes médias, est nécessairement couvert en images1.

Dans le cas présent, il serait plus juste de dire que l’événement et ses acteurs sont “recouverts” par les médias, tant la présence de ces derniers encombre l’espace et sature l’image. C’est désormais le propre de ce type de clichés d’actualité : autant, sinon plus, que la personnalité qui fait l’événement, on y voit surtout l’encombrante présence des médias qui jouent des coudes pour en tirer peu ou prou le même cliché.

Cette photo n’échappe pas à la règle. Mais elle a ceci de particulier, pour moi tout du moins : ne connaissant pas la personnalité sportive qui suscite cette ferveur populaire et cette agitation médiatique, je suis incapable de la distinguer des photographes et cameramen, si bien que je ne retrouve pas l’agencement habituel de ce type de cliché (la figure connue d’une personnalité publique entourée des médias qui la photographient, la filment ou enregistrent ses propos). La photo se réduit pour moi à cette concentration médiatique qui “fait” l’événement.

  1. Cf. mon texte “Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse”, in Gianni Haver (sous la dir. de), Photo de presse, Lausanne, Antipodes, 2009, pp. 25-38. []

8 réflexions sur « La photo-événement »

  1. Ping : Portrait-écran | La vie sociale des images

  2. @ Michel : OK, je comprends mieux, et je partage votre intérêt à discuter des images plutôt qu’à les subir.

  3. @ Sylvain : je veux dire que nous sommes en train de parler de cette image et c’est cela l’essentiel. Voici une image qui nous conduit à échanger des mots, du sens, et c’est cela qui me semble important, pour chacun de nous. Je voulais simplement, en conséquence, souligner que j’appréciais votre initiative de la proposer au dialogue.
    Cette image est en effet remarquable. La “couverture” du sujet est vraiment complète, on pourrait dire à un point tel que le sujet disparaît. Et pourtant, elle a été choisie pour décrire un événement précis. Elle me semble une magnifique illustration du déluge des visions partiales du monde qui nous sont données à voir et trop peu souvent à parler.

  4. @ Michel : “cette image est là et nous serait imposée sans votre initiative, merci !” Je trouve votre chute elliptique et apprécierais quelques éclaircissements sur ce que vous entendez par là.
    @ Audrey Leblanc : Je serais curieux de voir certaines de ces planches contacts, si cela est possible. Merci d’avance.

  5. Cette anarchie médiatique et de l’image existe déjà au début de ce qu’on a appelé l’âge d’or du photojournalisme. Dans le traitement de Mai 68, elles sont déjà là… mais sont restées sur les planches contacts. Elles ne faisaient pas encore à l’époque “événement” dans/pour les publications presse.

  6. Merci de ce billet. La boucle est bouclée, l’image n’est plus que celle des faiseurs d’images, les médias ne montrent plus qu’eux, le déluge des visibilités se submerge lui-même… Ce pourrait être une belle fin, mais ce n’est pas encore cela, cette image est là et nous serait imposée sans votre initiative, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.