La fabrique des images

Cette exposition aborde les images selon « 4 grands modèles iconologiques créés par l’Homme, au-delà de tout classement géographique ou chronologique, que ce soit en Afrique, dans l’Europe des XVe- XVIe siècles, dans les Amériques des Indiens d’Amazonie ou des Inuit d’Alaska, jusque dans l’Australie des Aborigènes. L’exposition dévoile ces 4 modèles – traduisant 4 grandes visions du monde – que sont le totémisme, le naturalisme, l’animisme et l’analogisme.

Avec La Fabrique des images, le visiteur découvre les différents principes de déchiffrement selon lesquels les civilisations voient le monde et en rendent compte. »

Au musée du quai Branly à Paris, jusqu’au 17 juillet  2011.

Philippe Descola, qui a conçu et supervisé cette exposition, en fait lui-même une rapide présentation imagée.


3 réflexions sur « La fabrique des images »

  1. J’ai passé 4 heures hier sur cette expo, en un aller-retour permanent, d’une « image » à l’autre, d’un chapitre « classifiant » à l’autre. Très intéressant pour se décentrer, pour saisir quelques-unes des différentes perceptions du monde. Expo passionnante. Mais ces allers et retours au sein de l’exposition, je les ai aussi faits dans ma tête en sortant : n’est-on pas dans cette présentation en 4 catégories dans un besoin de classification très occidental (l’auteur de l’expo précise bien, au demeurant, que celle-ci s’adresse à un public occidental) tournant parfois un peu à l’excès ? Dans ces allers et retours, je me disais : mais dans cette image, il y a AUSSI de l’analogique ; et dans celle-ci, il y a AUSSI de l’animisme…Et la richesse, elle est peut-être là ! La classification excessive est parfois un peu caricaturale, catégorisante. C’est en quelque sorte un peu un « CQFD ».
    Il n’en reste pas moins que cette expo est passionnante, il faut acheter le catalogue (cher !) à la sortie, le potasser, et ensuite, mettre un peu de « liant » dans tout ça.
    Personnellement, je pense y emmener mes élèves de lycée pro…allez, dans un package avec la Tour Eiffel !

  2. @ Erwan : En effet, ce type d’exposition mérite le détour car, précisément, elle nous décentre en relativisant nos codes culturels, mis en perspective d’autres grandes traditions. De plus, elle nous laisse apercevoir combien notre propre culture a emprunté aux autres pour gagner la dimension multiforme qui est la sienne aujourd’hui.

Répondre à Isabelle Harlé Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.