Transparence des publicitaires

Pub-La-Redoute-2010-2

Alors que le recours systématique à la retouche numérique dans la photo de publicité et de mode fait débat aujourd’hui, certains publicitaires affichent la couleur d’une manière transparente.

C’est le cas de la dernière campagne pour le site internet de La Redoute : on y voit le corps ou les attributs des mannequins s’évaporer en un nuage de pixels exagérément grossis. Cet artifice graphique révèle que, sous le modelé, le drapé, la pose ou la lumière d’une photo de mode reproduite sur le site de La Redoute, chaque pixel a été retravaillé pour aboutir à cette perfection formelle. Libre à certains de prendre pour la réalité ces images de la beauté idéale : les ressorts de cette illusion leur sont pourtant bel et bien révélés.

Pub-La-Redoute-2010-1Pub-La-Redoute-2009-2

Pub-La-Redoute-2009-1

Complément  (9 mars) :

Suite aux suggestions des uns et des autres sur le possible message concret formalisé par cette pixélisation des visuels proposés par La Redoute dans sa dernière campagne publicitaire, voici deux aperçus de sa nouvelle collection printemps telle qu’elle est présentée dans un catalogue additionnel, dans lequel est clairement annoncé que d’autres modèles sont à découvrir sur le site internet, et uniquement là. L’envolée des pixels formaliserait donc plutôt une incitation à se reporter au site – qui constituera peut-être dans un avenir proche l’unique vitrine et interface commerciale de La Redoute.

Catalogue-La-Redoute-1 Catalogue-La-Redoute-2


7 réflexions sur « Transparence des publicitaires »

  1. Je me suis trompé, l’affiche nous montre une image prenant forme sous nos yeux avec les derniers pixels qui arrivent par le fil reconstituant ainsi la photo sur l’écran de l’ordi. C’est bien le site que l’on nous vend et non le catalogue, pour au final arrivé à l’objet de la vente, qu’il soit numérique ou imprimé. Cela nous indique surtout un changement de politique commercial dirigé vers internet. L’effet est timide, mais l’intention est là. Il me semble que maintenant les images sont numériques, avec ou sans internet, et la retouche pratiquée par tout le monde (même les amateurs). « La Redoute » et les « 3 Suisses » vivent une crise aiguë, plusieurs centaines d’emplois ont disparu, la concurrence sur internet est très forte, et les ventes se font de plus en plus sur internet. Ils essayent de se repositionner, de reprendre la main de la vente par correspondance.

  2. @ Olivier : L’ambiguïté, dans le cas de la Redoute (qui a quand même fait poser Laetitia Casta il y a quelques années) vient de ce que les mêmes images sont présentées, d’un côté avec cette empreinte numérique dans les publicités pour leur site internet, et de l’autre sans, comme de « pures » photographies, comme si l’artificialisation des images était assumée et revendiquée uniquement sur leur site. Je vais d’ailleurs compléter mon billet avec une illustration de cette ambivalence.

  3. Et si l’on y voyait un changement d’espace, une invitation à passer d’une réalité, celle du papier à une réalité virtuelle, celle d’internet ?
    J’ai l’impression qu’ils essayent de nous faire comprendre (timidement) que « La Redoute » sera de plus en plus sur internet en nous invitant via les pixels à les suivre sur le site. Ce n’est plus qu’une question de temps, le fameux catalogue va se dématérialiser sur le net. J’ai l’impression que ces pixels qui partent vers un ailleurs sont là pour titiller notre imaginaire et notre culture cinématographique des films de science-fictions américains. Si c’est l’idée, ils ne sont pas allez assez loin dans la réalisation graphique, dommage.

  4. Voilà une image bien catholique qui satisfait aux exigences d’un projet de loi qui n’a pas été suivi mais dont la moralité était irréprochable… les pixels ont valeur d’avertissement légal qui nous renseigne sur l’honnêteté de la maison… « Attention image truquée »
    La Redoute n’a jamais rivalisé avec les grands magazines de mode qui produisent de « l’idéal féminin » conformes aux critères du désir masculin… Elle préfère jouer sur la confiance, la famille, le quotidien… La dénonciation de cet idéal inaccessible, la posture morale « iconoclaste » de cette campagne est un bon coup marketing mais elles me semblent aussi être révélatrices d’un désir de sauver un mythe ; celui d’une image photographique « pure », sans retouche, parfaitement fidèle à la réalité… Ce désir de légiférer sur le degré de vérité des images photographiques paraît chercher à sauver l’illusion d’un accès à la réalité à travers ces dernières, forcément vraies…
    A rapprocher peut-être de l’article d’André sur l’ADI où il est question de protéger le même mythe en disqualifiant une image trop modifiée…

  5. Voilà un vocabulaire absolument nouveau pour moi : « ça fait bien une heure que tu pixélises » ! Traduction : « que tu te décomposes ». C’est bien ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.