Figures de la disparition

Mardi dernier, dans plusieurs villes de France, ont eu lieu des manifestations en faveur de la libération des deux journalistes français détenus en otage en Afghanistan depuis deux mois. Pour cette occasion, Reporters sans frontières avait distribué des pancartes représentant leurs cartes de presse anonymisées et sans photo, le gouvernement ayant demandé à la presse depuis le début de cette affaire de ne pas révéler l’identité des deux journalistes afin de faciliter les démarches entreprises en vue de leur libération. Exhiber un document officiel censé attester l’identité professionnelle en gommant dessus tout ce qui permet précisément d’identifier et de reconnaître la personne concernée est une opération peu commune. Elle vise en fait à montrer en creux ce que l’on pourrait montrer si l’on était libre de le faire.

Or, que montre-t-on généralement en pareil cas ? Une photo. Depuis quelques années, en effet, s’est instauré un rituel public : sitôt qu’une personne est prise en otage, sa photo est affichée partout et le reste tant que l’otage n’a pas été libéré. On a pu le voir en particulier pendant la captivité d’Ingrid Bétancourt ou de Florence Aubenas.

Nantes, mars 2005

Nantes, mars 2005

Ouest-France, février 2005

Ouest-France, février 2005

Parce que le portrait photographique a la capacité de rendre présente, de re-présenter une personne absente, cette catégorie d’image s’est imposée pour symboliser la disparition. La disparition n’est pas la mort : c’est une absence, contrainte ou inexplicable, un mystère ou un scandale. La disparition ne saurait durer, personne ne s’y résout. Quoi de plus explicite pour signifier ce refus que l’exhibition la plus visible possible de la photo de la personne disparue, dont la présence en image vient contredire son absence pour en réclamer la fin ? Depuis les manifestations obstinées des « Folles de la place de Mai » contre le silence de la dictature argentine, brandir les portraits des disparus est devenu la forme rituelle d’interpellation pour ceux, celles qui réclament la vérité sur le sort de leurs proches. De même aujourd’hui, lors des prises d’otages, des manifestations sont régulièrement organisées avec ou devant leurs portraits géants. Et une fois obtenue leur libération, symboliquement ces grandes icônes sont retirées puisque la présence retrouvée des captifs n’a plus besoin d’être re-présentée.

Ouest-France, 13 juin 2005

Ouest-France, 13 juin 2005

Dans la foulée s’est constitué ainsi un nouveau cliché de presse : la photo de gens qui défilent en exhibant la photo de gens enlevés ou tués dans des circonstances obscures ou jugées inacceptables. Images dans l’image, nouveau motif iconographique.

Mais s’il n’y a pas d’image ou si l’on ne peut pas en montrer ? Les cartes de presse des deux journalistes enlevés en Afghanistan existent bel et bien – elles permettent d’ailleurs d’affirmer leur professionnalisme, contesté à plusieurs reprises depuis leur enlèvement. On sait donc qu’une photo figure sur chacune de ces cartes, photos que l’on verrait partout si la censure officielle ne s’y opposait. Le visuel de Reporters sans frontières, qui suggère ces photos par leur absence, adapte le motif visuel de la disparition à l’absence de motif disponible. Finalement, on est ici en présence d’une double protestation: contre la disparition des otages et contre la disparition de leur image.

Autre billet sur le même sujet (de nombreux mois après…) : Relooker les otages.


3 réflexions sur « Figures de la disparition »

  1. Ping : Relooker les otages | La vie sociale des images

  2. Ping : Figures de la disparition-2 | La vie sociale des images

  3. Un appel sur Facebook
    La semaine dernière c’était l’anniversaire du coup d’état en Argentine (24 mars, 1976). De manière spontanée, un groupe a fait un appel sur Facebook, où on demandait d’enlever la Photo qui identifie le profil individuel, en hommage à 30.000 disparus pendant la dictature. “Pour ceux qui se demandent encore pourquoi ce jour est un jour férié, pour voir comment ce serait l’absence de personnes, comme cela s’est produit pendant la dictature », ont ils expliqué. http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/subnotas/142469-45860-2010-03-22.html
    Ce n’est pas la même chose, mais cela m’a fait penser au “phénomène” que vous avez tout à fait bien observé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.