Photographes : sociologie d'une profession mal connue

Badge-colloque-Louis-LumierJe donne ici le texte de la communication que j’ai présentée hier dans le cadre du colloque organisé par l’École nationale supérieure Louis-Lumière sur le thème :
« Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels ».

L’enregistrement de l’intégralité du colloque est désormais disponible sur le site de l’école.

L’état des connaissances

La profession de photographe est mal connue en dehors de ses propres membres. Eux-mêmes n’en ont d’ailleurs le plus souvent qu’une vision partielle. Car il s’agit d’un milieu professionnel hétérogène à l’intérieur duquel on peut distinguer des spécialités très différentes les unes des autres. Il suffit pour s’en rendre compte de prêter attention aux nombreux termes et expressions utilisés pour désigner les professionnels de ce secteur.

Précisons tout de suite que la profession de photographe n’est pas la seule à être aussi mal connue. Il en va de même pour la profession de journaliste, qu’un spécialiste a caractérisée par ce qu’il appelle son « professionnalisme du flou » (RUELLAN, 2007). On pourrait parler également des artistes ou encore des écrivains, qu’il est très difficile d’étudier selon les critères d’analyse en vigueur dans les autres milieux professionnels (cf. notamment MOULIN, 1992 ; HEINICH, 2005 ; LAHIRE, 2006). Ce point commun ne facilite pas l’étude des photographes. Mais il a le mérite de faire ressortir d’emblée l’intérêt qu’il y aurait à tenter des comparaisons avec des professions proches, au moins en partie, afin de ne pas accréditer d’emblée le particularisme des photographes et de se donner les moyens d’étudier si leurs spécificités ne seraient pas comparables à d’autres.

Les statistiques de l’INSEE nous fournissent quelques données d’ensemble.

Elles nous indiquent que le nombre des photographes professionnels s’établit depuis une dizaine d’années autour de 14 000, toutes spécialités confondues.

On sait également que la profession de photographe est très masculine. Une tendance (légère) à la féminisation se manifeste depuis une dizaine d’années. Elle touche surtout les plus jeunes générations (CLÉRON, PATUREAU, 2007a : 4).

C’est par ailleurs une profession plutôt plus âgée que l’ensemble de la population active, et même que l’ensemble des professions culturelles (CLÉRON, PATUREAU, 2007b : 2). Le renouvellement y serait également moindre puisque la part des jeunes photographes a baissé au cours des 20 dernières années (VESSILIER, 1989 : 300).

Parmi les professions culturelles, les photographes se distinguent largement par le fait qu’ils exercent leur activité à temps complet (contrairement à quantité d’artistes ou d’auteurs, par exemple) et que la majorité sont indépendants (CLÉRON, PATUREAU, 2007b : 4). En revanche, leur niveau d’études est souvent moindre et surtout beaucoup plus variable (ibidem : 2). Ils se situent à cet égard dans la moyenne de la population active française.

Enfin, les statistiques soulignent la concentration des photographes en Ile-de-France et plus encore à Paris, surtout en ce qui concerne les photographes dits « auteurs ».

En dehors de ces éléments chiffrés tirés d’enquêtes diverses de l’INSEE, les autres données quantitatives disponibles émanent de l’Association pour la promotion de l’image qui publie chaque année depuis 2001 les Chiffres officiels du marché français de la photographie et l’image, avec en particulier une rubrique consacrée aux photographes professionnels.

En matière d’études, les seules conséquentes sont déjà anciennes : citons la première, réalisée en 1964 par l’équipe de Pierre Bourdieu et publiée dans le livre intitulé Un art moyen (BOLTANSKI, CHAMBOREDON, 1965) ; et une thèse, soutenue en 1985 par Pascaline Costa, qui portait plus particulièrement sur les photographes de publicité et de mode. Non seulement c’est peu, mais surtout ces travaux datent d’avant le grand essor des technologies numériques et les importantes transformations économiques, culturelles, sociales qui ont affecté dernièrement le monde de la photographie.

Les travaux de recherche existants abordent très peu les réalités du métier de photographe. La principale source d’informations demeure les témoignages biographiques livrés de temps en temps par la presse ou certains sites spécialisés, voire certains livres autobiographiques ; ils sont par définition parcellaires, dépendants d’aléas innombrables et souvent partiaux. On ne trouve rien de comparable à la recherche qu’avait menée au début des années 1970 aux Etats-Unis la sociologue américaine Barbara Rosenblum (1978), dont le mérite était double : d’une part, elle livrait les résultats d’une plongée ethnographique dans le monde de la photographie professionnelle ; d’autre part, son approche était comparative puisqu’elle avait observé en parallèle des photo-reporters, des photographes de publicité et de mode, et des photographes « créateurs » ou « artistes ». Son livre restitue en détail les modes d’apprentissage du métier, son exercice concret et les conceptions qu’il véhicule selon les différentes spécialités. En France, quelques notations intéressantes sur l’entrée dans le métier ont été données par Christian Bessy (1997) qui s’est intéressé au devenir professionnel des diplômés de l’école Louis Lumière. Ajoutons les données économiques recueillies par certains auteurs, comme Françoise Benhamou et Dominique Sagot-Duvauroux (2007), sur la question complexe des droits d’auteur, qui contribuent à éclairer les mutations du contexte socio-économique mondialisé dans lequel évoluent aujourd’hui les photographes.

Un point mérite d’être souligné : la curiosité de la plupart des auteurs qui se sont intéressés aux photographes se focalise sur les professionnels que l’on qualifie ou qui se qualifient eux-mêmes d’« auteurs », parmi lesquels se trouvent les photographes les plus connus, les célébrités de la profession. C’est également cette catégorie, à la fois indépendante et exigeante, qui soulève le plus de problèmes de statut ou de rémunération. Par défaut, on sait encore moins de choses, pour ne pas dire rien, des professionnels de la photographie moins considérés ou moins visibles, comme les opérateurs salariés, les photographes en boutique ou encore les photographes intégrés à des services administratifs ou des collectivités locales. L’ensemble de ces catégories cumule pourtant des effectifs nettement supérieurs à ceux des seuls photographes auteurs.

Quelques pistes à explorer

A partir de ce maigre constat sur les connaissances existantes, je voudrais proposer non pas les résultats d’une nouvelle enquête que je n’ai eu ni le temps ni les moyens de réaliser en vue de ce colloque, mais plutôt des pistes qu’il me semblerait pertinent d’explorer pour mieux connaître le monde actuel de la photographie professionnelle. Je commencerai par les questions relatives à l’exercice du métier, son apprentissage et son évolution récente – que je prendrai le soin de spécifier selon les différentes spécialités existantes. Et je poursuivrai par des interrogations sur la trajectoire individuelle des photographes pour des raisons que j’expliciterai en temps utile. Pour alimenter cette réflexion prospective, je dispose d’une vingtaine d’entretiens approfondis réalisés avec des photographes choisis délibérément pour leur diversité.

L’entrée dans la carrière

La photographie n’est pas un métier qu’on hérite, sauf dans l’univers de la boutique où la transmission familiale semble avoir été longtemps la règle. « La photographie, je fais ça par vocation parce que j’ai toujours été bercé là-dedans », déclare un photographe qui a transformé le magasin de ses parents en un studio de photo publicitaire et industrielle.

La plupart des photographes embrassent ce métier sans introduction particulière, souvent d’ailleurs – mais j’y reviendrai – en opérant une certaine rupture avec les attentes de leur famille. Deux points doivent être soulignés à ce propos :

  1. La profession de photographe demeure très attractive, en dépit des difficultés réelles qu’elle connaît. Une certaine mythologie perdure, alimentée par les figures du photoreporter qui court le monde au risque de sa vie, ou du photographe de mode, synonyme de richesse et de célébrité. La réalité est souvent toute autre, mais qu’importe : le modèle demeure et contribue à attirer vers la photographie professionnelle quantité de nouveaux candidats.

  2. En même temps, beaucoup de photographes deviennent professionnels en professionnalisant leur pratique amateur de la photographie. Combien parlent du « déclic » occasionné par le premier appareil qu’ils ont reçu en cadeau à l’adolescence ? Combien ont décidé un jour de se reconvertir professionnellement pour donner toute sa place à leur goût pour la photographie ? Pascaline Costa voyait dans l’étude de la photographie de mode et de publicité « l’occasion d’étudier quasi-expérimentalement la relation ‘amateur-professionnel-artiste’ » (1995 : 1). La photographie est en effet le métier d’un petit nombre en même temps que la pratique du plus grand nombre. Cette continuité et ce déséquilibre statistique sont au coeur de la relation, aujourd’hui de plus en plus concurrentielle, entre les photographes professionnels et les amateurs – j’y reviendrai.

D’autant plus qu’aucune formation spécialisée n’est requise pour faire office de photographe. Il serait d’ailleurs intéressant de rechercher pourquoi la profession photographique n’a pas instauré, comme beaucoup d’autres métiers artisanaux ou d’autres professions libérales, une exigence minimale de formation technique ou fondamentale, alors même qu’il est fréquent d’entendre des professionnels se plaindre que n’importe qui puisse s’improviser photographe, ce qui concourrait à dévaloriser le métier.

Dans les faits, la formation technique des photographes professionnels est très variable.

La majorité des photographes en boutique semblent posséder un diplôme technique, CAP ou plus. Pendant longtemps, il était décisif de maîtriser non seulement les techniques de prise de vue pour assurer les commandes de portraits, de mariages, voire de visuels de communication, mais encore les opérations de laboratoire afin d’être en mesure de traiter sa propre production photographique et les travaux d’amateurs. Le diplôme revêt une importance symbolique : il désigne le « vrai » professionnel, par opposition aux amateurs, au contact direct desquels il travaille. De même, le matériel employé peut servir de marqueur pour confirmer cette distinction, de plus en plus menacée aujourd’hui.

La photographie de mode et de publicité est également caractérisée par une forte technicité. Il y a probablement dans ce secteur davantage qu’ailleurs de photographes passés préalablement par une école de photographie, mais là non plus ce n’est pas une obligation. En outre – et il faudrait voir ce qu’il en est aujourd’hui –, Pascaline Costa soulignait dans sa thèse que, pour réussir dans la publicité et surtout dans la mode, il était plus décisif d’avoir un bon capital de relations qu’une bonne technique. En tout cas, la seconde ne suffisait pas. Pour reprendre sa formule : « Le photographe publicitaire est un publicitaire avant d’être photographe » (COSTA, 1985 : 167).

Dans la photographie de presse ou d’illustration, tout se passe comme si la technique photographique était supposée acquise avant l’entrée dans le métier. C’est dans ces secteurs que l’on rencontre le plus grand nombre de professionnels qui se désintéressent des questions techniques, voire qui se revendiquent « autodidactes » pour mieux affirmer qu’ils n’exercent pas un métier, mais une profession créative dans laquelle priment des qualités qui ne s’apprendraient pas : un regard, une sensibilité, un sens de la lumière, de la composition, etc. Se déclarer autodidacte permet symboliquement de se rapprocher des artistes, mais en même temps – c’est là tout le paradoxe – cultive la confusion avec les amateurs.

Puisque l’entrée dans le métier ne requiert aucune formation technique préalable, se pose la question de l’apprentissage : comment devient-on un professionnel de la photographie s’il ne suffit pas d’être déjà photographe ? Comment parvient-on à s’intégrer durablement dans cet univers professionnel largement informel ?

Lorsque les photographes en boutique formaient des apprentis, les photographes de publicité ou de mode de nombreux assistants, lorsque les journaux, les magazines employaient des photoreporters salariés, l’apprentissage du métier était fortement structuré et encadré. Chacun acquérait ainsi la culture professionnelle spécifique du secteur photographique qui le formait, alliage indissociable de savoir-faire techniques et de compétences sociales. Il faudrait d’ailleurs décrire en détail ces modes d’apprentissage caractéristiques de chaque spécialité photographique pour bien faire ressortir ce qui était nécessaire pour s’y faire reconnaître comme un vrai professionnel, pleinement intégré.

Et il faudrait rechercher ce qu’est devenu l’apprentissage aujourd’hui où les boutiques de photographie périclitent, où la réduction des budgets publicitaires restreint l’assistanat, où la presse emploie de moins en moins de photographes réguliers. Comment réussit-on à prendre pied dans un métier où on à l’impression qu’il faudrait désormais être d’emblée un professionnel accompli pour espérer y avoir sa chance ?

Le métier de photographe reste très attractif, mais il semble devenir de moins en moins accessible. Il est entouré d’une nébuleuse de postulants qui s’efforcent d’y entrer et surtout de s’y maintenir, mais en bénéficiant de moins d’instances ou d’échelons d’apprentissage. La résultante est un fort taux d’échec. Or, cet écrêmage incessant, qui rejette plus qu’il n’intègre, n’est-il pas une des composantes structurantes de la nouvelle économie de la photographie ? Car, le temps qu’ils essaient de pénétrer le milieu, ces nouveaux candidats-photographes acceptent par force des conditions de travail ou de vente défavorables, pour ne pas dire pire, et alimentent ainsi une dévalorisation de la profession et des images, dont pâtissent en retour les professionnels installés. N’est-ce pas finalement un système qui s’est mis en place pour faire baisser les coûts de production de la photographie ?

Les lignes de force de la nouvelle économie généralisée des images à quoi est désormais soumise la production de photographies ont été maintes fois décrites (et dénoncées), en particulier dans les tableaux annuels publiés par l’Association pour la promotion de l’image. En revanche, il est frappant de retrouver dans les effets de ces transformations sur l’exercice du métier de photographe des points communs avec ce qui se passe non seulement dans les professions artistiques ou intellectuelles, mais encore bien au delà. Là encore la comparaison se révèle pertinente.

Il y a quelques années, le sociologue Pierre-Michel Menger a publié un petit essai intitulé Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme (2002). Il y formule l’hypothèse que les types d’organisation et de rémunération du travail dans les professions artistiques, loin de constituer un cas à part, seraient au contraire la préfiguration d’un nouveau régime en voie d’installation dans le reste du monde du travail :

« Loin des représentations romantiques, contestataires ou subversives de l’artiste, il faudrait désormais regarder le créateur comme une figure exemplaire du nouveau travailleur, figure à travers laquelle se lisent des transformations aussi décisives que la fragmentation du continent salarial, la poussée des professionnels autonomes, l’amplitude et les ressorts des inégalités contemporaines, la mesure et l’évaluation des compétences ou encore l’individualisation des relations d’emploi. (…) C’est dans les paradoxes du travail artistique que se révèlent quelques-unes des mutations les plus significatives du travail et des systèmes d’emploi modernes : fort degré d’engagement dans l’activité, autonomie élevée dans le travail, flexibilité acceptée voire revendiquée, arbitrages risqués entre gains matériels et gratifications souvent non monétaires, exploitation stratégique des manifestations inégalitaires du talent…» (MENGER, 2002 : 8-9)

On retrouve le même type d’approche dans l’étude d’Anne et Marine Rambach sur Les intellos précaires, Paris, Fayard, (2001). Si bien que, aujourd’hui, le statut d’auto-entrepreneur peut tout aussi bien permettre à un jeune doctorant de décrocher quelques heures de cours en vacation dans une université, qu’à un jeune photographe de se doter d’un statut professionnel sans lequel il ne pourrait se faire embaucher comme assistant dans une agence de production photographique.

Toutefois, tous les photographes ne réagissent pas à ces transformations de la même façon. Leur capacité à les affronter, à ne pas en pâtir, voire à en tirer profit dépend largement de la position qu’ils occupent dans le monde de la photographie, mais aussi de leur trajectoire individuelle et des atouts personnels que celle-ci leur a donnés. Pour éclairer ce point, je prendrai pour exemple les incidences du numérique et de la concurrence avec les amateurs.

Le numérique

« C’est pire que tout… C’est fini maintenant », déclare un photographe. « Faux problème, rétorque un autre. C’est de la technique. Notre travail, ce n’est pas seulement de la techique. C’est bien autre chose. ». Le premier est l’héritier d’une boutique qui avait lourdement investi pour installer son propre laboratoire couleur, quand le second, reconverti dans la photographie à l’âge de 30 ans, tient un magasin réputé au centre d’une grande ville et propose à sa clientèle plutôt aisée des portraits haut de gamme sur le modèle revendiqué de la peinture classique. L’évolution technologique – à ses yeux la cause de tous ses déboires – a poussé ce propriétaire d’un studio de photographie publicitaire et industrielle – aujourd’hui de plus en plus souvent auto-produite par les entreprises elles-mêmes – à se reconvertir dans le service informatique. L’entretien révèle cependant que la perte de ses clients a commencé dès le premier choc pétrolier, c’est-à-dire bien avant l’arrivée du numérique. Tandis que, pour ce photographe-entrepreneur, l’avenir de son métier, numérique ou pas, est dans « la mise en oeuvre de la photographie ». A cette fin, il a embauché un commercial pour démarcher directement les entreprises sans plus dépendre des agences de publicité. Et la transformation de son studio en une entreprise capable d’offrir à ses clients tous les services nécessaires autour de la photographie lui paraît conforme à l’évolution globale du secteur vers davantage de concentration, donc vers des unités plus importantes et polyvalentes.

Car ce qui semble se jouer également à travers les réactions possibles face au numérique, c’est la définition d’un nouveau modèle économique. Quelle forme d’artisanat demeure viable, compte tenu de la lourdeur des investissements techniques et commerciaux requis ? Quel modèle d’entreprise développer à partir ou autour de la production photographique pour compenser la dévalorisation de l’image proprement dite ? Encore cette dévalorisation affecte-t-elle de façon variable les différents registres photographiques : plus accentuée dans l’illustration et secondairement dans la presse, elle touche moins la photographie de publicité ou de mode, sans l’épargner pour autant.

La concurrence des amateurs

Même diversité de réactions face à la concurrence des amateurs. Je ne l’illustrerai pas avec la thématique très médiatisée du journalisme amateur, mais avec la rivalité, bien réelle, qui surgit entre les professionnels et les amateurs dans le cadre des mariages. « On me prend mon métier, si vous voulez », se plaint ce photographe qui se lamentait déjà des ravages du numérique. « C’est vrai que c’est une concurrence, concède un autre, spécialiste du portrait de qualité en studio, mais pas pour un vrai professionnel. » D’ailleurs, dans le registre de la photographie dite « sociale » (portraits, mariages…), la transformation des usages sociaux – disparition des portraits traditionnels de jeunes filles ou rituels de communiants, chute du nombre des mariages – a sans doute eu plus de conséquences sur l’activité des professionnels que la multiplication des invités qui, au cours d’une noce, mitraillent ou filment les mariés en dépit de la présence d’un photographe engagé pour son savoir-faire.

Il est certain que le développement des grandes surface a peu à peu privé les photographes en boutique des revenus de la vente de matériel et de pellicules, et en partie des bénéfices réalisés sur le traitement des travaux d’amateurs – que l’essor du numérique a brutalement réduits. Mais cette perte économique a moins affecté ceux qui ont d’emblée refusé cette activité commerciale ou l’ont délaissée assez vite pour privilégier la prise de vue. Ici se joue une autre alternative qui structure le monde photographique et, au delà, beaucoup d’autres professions créatives : elle oppose le commerce, ou encore la commande, à l’artisanat ou à l’art – registres jugés plus nobles, qui supposent qu’en soit reconnue l’excellence pour devenir synonymes de rentabilité économique. Mais, du même coup, registres élitistes, peu accessibles au plus grand nombre. La dévalorisation économique de l’image photographique – que les amateurs alimentent de multiples façons – intervient de nouveau ici : elle accentue en effet les clivages au sein de la profession photographique entre ceux, forcément peu nombreux, qui peuvent jouer avec profit l’excellence du talent ou de la renommée, et les autres dont les images peinent de plus en plus à se distinguer du tout-venant.

Il faut donc aborder le monde de la photographie dans le détail de ses multiples situations concrètes si l’on veut saisir complètement les diverses transformations en cours et leur intensité variable d’un secteur à l’autre. Et peut-être permettre de mieux comprendre pourquoi la profession photographique n’a jamais réusssi à se défendre d’une seule voix, tant ses différences internes sont fortes.

Trajectoires individuelles

Mais tout n’est pas affaire de position. Les photographes de presse ne sont pas logés à la même enseigne, les patrons de studios ne réagissent pas de la même façon aux défis économiques actuels. Car cela dépend du chemin qui les a conduits à leur position actuelle. Non seulement depuis leurs débuts dans le métier, mais bien avant. Une profession aussi peu formalisée et organisée que celle de photographe attire de très nombreux candidats issus d’horizons divers qui y investissent des atouts et des attentes très différentes. Une partie non négligeable de leur réussite dans le métier résulte des compétences culturelles et sociales qu’ils possédaient déjà avant.

Exemple de l’entrepreneur déjà cité, qui a confirmé sa réussite économique en dépit des difficultés environnantes.
Contre-exemple d’un autre qui s’est engagé, lui aussi, dans cette logique d’entreprise pour faire ensuite machine arrière avec le sentiment de perdre son « identité » artisanale, « dans le bon sens du terme », nourrie de rêves d’artiste. « D’un média artistique, se lamente-t-il, on est passé à un métier de production. »

On peut se demander si, aujourd’hui plus encore qu’hier, pour réussir dans le métier de photographe, il ne faut pas disposer déjà d’atouts personnels, tout sauf techniques, acquis dans le milieu ou la famille d’origine, ou au gré d’expériences antérieures, qui permettent d’assurer la transformation d’un goût initial d’amateur pour la photographie en un exercice professionnel construit, intégré et durable. Comme je le suggérais au début, beaucoup de photographes le sont devenus en décalage, voire en rupture ouverte avec les attentes de leur famille. Mais il est frappant de constater que c’est précisément cet héritage – qu’il ont finalement reçu plus profondément qu’il n’y paraît – qui leur a permis de faire leur chemin dans le monde de la photographie. Pascaline Costa donne plusieurs exemples dans sa thèse de fils de patrons qui n’ont pas voulu assurer l’héritage de l’entreprise familiale, préférant se tourner vers la photographie où, en l’espace de dix-vingt ans, ils ont réussi à monter des studios de publicité ou de mode géré avec succès comme des entreprises.

C’est pourquoi on ne saurait réduire l’approche de la photographie professionnelle à ses données structurelles. Il faut également plonger jusque dans le détail des trajectoires individuelles pour essayer d’y déceler comment s’opèrent les transformations du secteur, c’est-à-dire comment ces tendances globales affectent les individus, ceux qu’elles confortent comme ceux qu’elles affectent ou menacent.

Là encore, le monde de la photographie pourrait bien préfigurer ce qui s’amorce ailleurs avec la dérégulation croissante des relations de travail. Lorsque se délitent les cadres contractuels, lorsque les règles économiques varient de gré à gré, au cas par cas, les interactions entre les agents sociaux, économiques, tendent à devenir de plus en plus des interactions entre des individus, sommés de faire valoir, chacun individuellement, leurs compétences et qualités. A l’Université, on nous demande désormais de traduire le contenu des formations que nous dispensons – sanctionnées, mais jusqu’à quand ?, par des diplômes nationaux – en une liste de compétences qui devra pouvoir s’ajuster à chaque étudiant selon la manière dont il aura suivi son cursus et l’aura enrichi, le cas échéant, par des expériences personnelles également valorisables. Selon cette logique, l’individu individualise son parcours de formation et s’efforce de le faire valoir d’une manière elle-même de plus en plus personnalisée. Le monde de la photographie, qui n’a jamais défini de régles d’accès, connaît déjà cette hyper-personnalisation des règles de l’échange. « On me choisira pour ce que je suis », postule par exemple un photographe illustrateur que la perte de sa clientèle traditionnelle conduit désormais à affirmer davantage sa personnalité d’« auteur ».

Dans ces conditions, le sociologue est amené à s’intéresser autant aux individus qu’aux structures. La tâche est vaste.

Références bibliographiques

BENHAMOU Françoise, SAGOT-DUVAUROUX Dominique, 2007 – « Economies des droits d’auteur V –Synthèse », Cultures études, 2007-8 Consultable en ligne : http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cetudes07_8.pdf.

BESSY Christian, 1997 – « Les marchés du travail des photographes », Cahiers du Centre d’études de l’emploi, 36, pp. 235-282.

BOLTANSKI Luc, CHAMBOREDON Jean Claude, 1965 – « Hommes de métier ou hommes de qualité », in P. Bourdieu (sous la dir. de), Un art moyen, Paris, Minuit, pp. 245-284.

CLÉRON Eric, PATUREAU Frédérique, 2007a – « Ecrivains, photographes, compositeurs… les artistes auteurs affiliés à l’Agessa en 2005 », Culture chiffres, 2007-5. Consultable en ligne : http://www2.culture.gouv.fr/deps/fr/agessa.pdf.

CLÉRON Eric, PATUREAU Frédérique, 2007b – « L’emploi dans les professions culturelles en 2005 », Culture chiffres, 2007-8. Consultable en ligne : http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cchiffres07_8.pdf.

COSTA Pascaline, 1985 – Créateurs et professionnels : les photographes de publicité et de mode, thèse de 3° cycle en sociologie, Paris, EHESS.

HEINICH Nathalie, 2005 – L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard.

LABOSSE Laurence, 2008 – « Les fonctions culturelles : des dynamiques régionales différenciées qui accompagnent le boom de l’emploi », INSEE Lorraine, 127, mai. Consultable en ligne : http://www.insee.fr/fr/insee_regions/lor/themes/EL/EL127/EL127.pdf.

LAHIRE Bernard, 2006 – La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte.

MENGER Pierre-Michel, 2002 – Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil (La République des idées).

MOULIN Raymonde, 1992 – L’artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion.

MOUREAU Nathalie, SAGOT-DUVAUROUX Dominique, 2007 – « Economies des droits d’auteur IV – La photographie », Cultures études, 2007-7. Consultable en ligne : http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cetudes07_7.pdf.

RAMBACH Anne et Marine, 2001 – Les intellos précaires, Paris, Fayard.

ROSENBLUM Barbara, 1978 – Photographers at work. A sociology of photographic styles, New York, Holmes and Meyer.

RUELLAN Denis, 2007 – Le journalisme ou le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (première édition parue en 1993).

VESSILIER Michèle, 1989 – « La démographie des créateurs », Populations, vol. 44, n° 2, pp. 291-310.


Ce texte se retrouve, ainsi que l’ensemble des communications et tables rondes du colloque, dans un numéro spécial du Cahier Louis-Lumière (n° 7, juin 2010).

Lire d’autres billets sur la profession de photographe.


44 réflexions sur « Photographes : sociologie d'une profession mal connue »

  1. Ping : Autour du thème "Des images pour informer" - presse à l'école

  2. Alexandre COMETTI, vous avancez des propos que vous n’avez pas contrôlé, c’est dommage. Les photographes du GNPP ne sont pas du tout ce que vous dites plus haut dans une des réponses.
    Nous sommes des photographes avec ou sans boutique, avec studio et show-room, avec labo pro intégré (de plus en plus souvent) comme cela nous sommes autonomes ! Mais surtout, nous vivons à 90 % du fruit de notre métier : LA PRISE DE VUES !! Grands Dieux, heureusement que nous faisons des photos !!? autrement de quoi vivrions nous ? J’ai été assez étonné de vous lire ! mais dans l’ensemble, ce qui est dit est assez proche de la réalité. Les photographes installés et déclarés, qui payent des taxes et toutes les charges régulières sont quand même les « pauvres types » qui se font tondre la laine sur le dos au profit de certaines professions qui font de la photographie (en dehors) ou pire, pendant leurs heures de travail, alors qu’ils sont salariés d’un ministère quelconque… ils se reconnaîtront !! Ce problème (entre autre), çà vous démolit une économie, celle de notre fragile métier qui est toujours dans le flou, car on est un petit nombre de pros, pour un grand nombre de pratiquants, certes, mais la limite entre pros et amateurs est souvent en faveur des amateurs qui ne prennent aucun risque et ont moins de charges et d’achat de matériel pro (qui coûte très cher maintenant (depuis le numérique !). Je fais ce constat, sans aucune rancoeur, mais un petit peu désabusé quand même. Heureusement, je vis très bien de mon métier, portraitiste et…. fier de l’être ! Bien cordialement à toutes mes consoeurs (de plus en plus nombreuses, et c’est super !!) et à mes confrères ! Philippe Le Jeune Bordeaux

  3. Ping : Culture Visuelle, pour arrêter de lire en diagonale. « Photographe Gilles Danger

  4. Ping : Culture Visuelle, pour arrêter de lire en diagonale.

  5. Ping : La Photographie Haute Couture du Mariage

  6. Ping : Photographe Gilles Danger

  7. Ping : Technologie obligée | La vie sociale des images

  8. Ping : Consultation, indexabilité, résistance | L'Atelier des icônes

  9. Sylvain, j’apporterais mon témoignage avec plaisir. peut-être serait-il possible de provoquer une réunion débat auprès d’un certain nombre de photographes de la région Lilloise si vous étiez disposé à vous déplacer dans le nord…
    Je reste à votre disposition. Contactez moi par mail car je n’ai pas reçu d’alerte concernant votre réponse à mon post.
    À bientôt, cordialement
    J.Durenne

  10. @Jérome Ne mélange pas régime fiscal, genre photographique et revendications sociales. Un reportage photographique sur un mariage peut-être une oeuvre de l’esprit de même qu’un photographe qui aurait choisi le statut fiscal d’artisan peut réaliser un travail d’auteur. Je ne sais pas où en est l’AGESSA sur ce point, mais diaboliser les mariages est très franco-français. Dans les pays anglo-saxons, il y a des vedettes dans le mariage qui bénéficient de la même reconnaissance sociale et économique que les photographes de mode. Le statut de photographe auteur comporte des limitations du point de vue fiscal, mais je ne vois pas pourquoi tu pourrais pas en tant que photographe auteur, livrer des fichiers numériques à tes clients, les laisser se démerder avec les tirages, et leur facturer la cession des droits de reproductions correspondant à ces tirages. La seule chose que tu ne peux pas faire si les choses n’ont pas changé ces dernières années, c’est de leur facturer des tirages s’ils ne sont pas numérotés et signés dans la limite de 30 exemplaires.

  11. @ Jérome Durenne : Merci pour votre réaction et les éléments de témoignage qu’elle laisse filtrer sur votre situation professionnelle. Avec Dominique Dugot-Savauroux, nous venons d’entamer une enquête sur la profession de photographe professionnel et les incidences du passage au numérique. Dans ce cadre, il serait intéressant de rencontrer des photographes qui, comme vous, se lancent dans le métier. Je n’hésiterai pas à vous recontacter à ce propos.
    Cordialement.

  12. Merci beaucoup Sylvain pour cette analyse et toutes les réactions en résultant !
    Tout les jours je m’interroge sur les meilleures manières de communiquer sur mon activité. Activité au point mort depuis la dépose de ma déclaration d’activité aux impôts. J’ai investi énormément dans le matériel, fait énormément de rencontres, suit l’actualité photographique avec soin (même si ça faisait longtemps que je n’étais pas allé me rafraîchir les neurones sur le site GLPA…)
    Toutes ces réactions me laissent toujours interrogateur sur le choix de reconversion que j’ai fait. Cependant j’y crois et je m’accroche. Paris ne s’est pas construite en un jour…
    Je suis persuadé que l’UPP trouvera des issues favorables à l’évolution du métier. Le rapprochement de l’UPC et de FreeLens n’en est que le premier témoin.
    Pour en revenir aux écoles de photo, personnellement je suis très déçu de la formation que j’ai suivi à Paris. La modeste formation de niveau CAP qui m’a été dispensée ne reflète en rien la réalité du métier. Si j’en suis encore au point mort dans mon activité c’est que j’ai dû rechercher toutes les références nécessaires à la bonne pratique du métier. Ainsi, pour rester logique et honnête face aux concurrents, il m’a fallut connaître les prix pratiqués… Une tâches qui semble facile mais qui l’est moins si l’on aborde le sujet avec les collègues locaux… J’ai refusé une dizaine de reportages de mariages parce qu’ayant opté pour le statut d’auteur. Ai-je bien fait de refuser…??? il me semble logique de ne pas faire de concurrence déloyale aux artisans mais ces artisans ne prennent-ils pas de reportages industriels, photos d’illustration et autres…
    Le métier est devenu un grand méli-mélo de n’importe quoi… Comme d’autres, je m’accroche à mon nouveau métier, à ma passion, et j’y crois!
    Merci encore Sylvain

  13. Ping : Notas: miradas sociológicas sobre el oficio de los reporteros gráficos | Imagen prosaica: apuntes

  14. « La réalité économique d’aujourd’hui cependant c’est que l’on forme à tour de bras de futurs chomeurs faute de débouchés. Les Beaux Arts aussi, mais les étudiants savent ce qui les attend et on fait leur choix en toute conscience. » – Ca, c’est de la synthèse efficace (et désespérante), merci Thierry! (PS. Quand est-ce que tu ouvres ton comptes sur Culture Visuelle?)

  15. « Raisons d’autant plus intéressantes qu’elles mettent en lumière l’inadéquation de la formation technique aux exigences concrète de l’exercice de cette profession. Sachant que la majorité des postulants n’ont aucune formation spécialisée, on imagine les difficultés qu’ils rencontrent et l’échec qui les attend le plus souvent. »
    Depuis sa naissance la photographie ne cesse de se définir ou d’être appréciée par la société englobante en fonction de deux caractéristiques: sa dimension artistique et sa composante technique. Le discours actuel sur la supposée facilité technique du numérique qui ferait de tout le monde un photographe (et donc un artiste) potentiel, n’est finalement qu’une des multiples déclinaisons d’un débat commencé à sa naissance. A sa création, son caractère mécanique jettait la suspicion sur sa composante artistique dans une société qui supposait la main de l’artiste et l’unicité de l’oeuvre. Aujourd’hui, c’est la facilité d’emploi de l’outil qui pose problème dans une société qui associe la rareté et la douleur de la création à la notion d’oeuvre d’art.
    Cette dualité a toujours été présente dans l’attractivité du métier. La photographie est une profession artistique qui rassure en raison de sa composante technique. C’est à la fois un métier technique, ce qui rassure car dans l’idéologie dominante on associe la compétence technique à des débouchés professionnels, et un métier perçu comme artistique ce qui est beaucoup plus excitant pour en faire sa profession que de bosser comme plombier ou banquier. La composante technique de la photographie lui enlève la suspicion que l’on attache (au moins en France) aux métiers perçus comme exclusivement artistiques où à moins de connaître un succès économique, on sera toujours suspecté d’être un glandeur.

    La formation des photographes a toujours reflété cette dualité dans le discours comme dans la formation initiale des photographes avec soit une sur-valorisation de sa composante technique, soit une sur valorisation de sa composante artistique. Dans la réalité, à part les chefs de grands labos de façonnage (métier bien payé mais socialement peut valorisé et en voie de disparition), tout ou presque de la compétence technique peut d’autant plus s’apprendre de façon empirique que de nombreux domaines de la photographie ne supposent pas et n’ont jamais supposé de grands techniciens. (Mais son coté technique, qui ne suppose pas nédessairement d’avoir fait des études d’ingénieur, fascinait déjà des geeks (autodidactes) à une époque où ce mot était inconnu.) La composante artistique sera valorisée d’une part par les cadors parce que le prix d’un photographe, c’est avant tout l’idée que le client s’en fait, et d’autre part parce que socialement, tous les photographes professionnels, aujourd’hui comme hier, et ce quelque soit la réalité de leur métier, bénéficient de l’aura attachée par la société englobante aux activités supposées créatrices.

    Par contre on sous estime généralement la composante économique de cette activité. Composante qui pourtant comme le montre le livre « L’atelier du photographe » de Jean Sagne, était présente dès sa naissance ou presque.

    Pour répondre à Audrey Gourd et à Sylvain Maresca, le problème ce n’est pas le contenu de sa formation, mais de savoir s’il existe ou non un marché pour l’activité commerciale qu’il veut exercer.

    Il y a toujours eu trop de gens qui voulaient devenir photographe, par rapport aux débouchés réels, mais dans des proportions variables selon les époques. De façon caricaturale, jusqu’aux années 70, le marché était très porteur pour les plus motivés qui voulaient se mettre à leur compte. Les débouchés dans la prise de vue, la distribution et les laboratoires étaient nombreux et ils utilisaient beaucoup de main d’oeuvre. Ensuite et jusqu’à la première guerre du Golf, il existait encore des débouchés pour les étudiants qui réussissaient des écoles très sélectives et très cotées telles que Louis Lumière et les Gobelins. Ils commençaient comme assistants et se mettaient un jour à leur compte. Le marché était plus difficile et les autodidactes moins nombreux. Les entrepreneurs continuaient à créer leur entreprise dans la photographie sociale ou la distribution. Aujourd’hui même ces écoles forment une majorité de gens qui devront se réorienter parce que même si l’aspiration au métier de photographe est plus forte que jamais, les débouchés se sont réduits de façon spectaculaire. Les entrepreneurs se lancent dans la restauration rapide. :~)
    En fait la photographie devient de plus en plus un métier artistique comme les autres, au moins en ce qui concerne les débouchés réels qu’elle propose. Son attractivité repose sur un malentendu. Elle continue d’être perçue comme un « vrai » métier (comprendre un métier dont on peut vivre), parce qu’elle suppose une compétence technique, parce qu’elle a des écoles d’excellences avec des concours très sélectifs et parce que l’on est environné d’images. La réalité économique d’aujourd’hui cependant c’est que l’on forme à tour de bras de futurs chomeurs faute de débouchés. Les Beaux Arts aussi, mais les étudiants savent ce qui les attend et on fait leur choix en toute conscience.

  16. @ Audrey : Votre témoignage illustre ce turn-over incessant de jeunes qui tentent d’intégrer le métier de photographe – perçu comme toujours aussi attractif et valorisant à leurs yeux – et dont beaucoup abandonnent, en particulier pour les raisons que vous fournissez. Raisons d’autant plus intéressantes qu’elles mettent en lumière l’inadéquation de la formation technique aux exigences concrète de l’exercice de cette profession. Sachant que la majorité des postulants n’ont aucune formation spécialisée, on imagine les difficultés qu’ils rencontrent et l’échec qui les attend le plus souvent.

  17. @Sylvain Maresca : j’ai été deux ans apprentis photographe en alternance dans un laboratoire-photo pour obtenir un CAP et j’ai été confronté à pas mal de paradoxes, pour ne pas dire un grand fossé, entre la formation et les réalités du métier. Voici les deux points noirs :
    1- le CAP est un diplôme plutôt généraliste et les pratiques professionnelles sont spécialisées. On nous apprend autant la prise de vue publicitaire que la prise de vue à caractère sociale, le développement/tirage ainsi que la post-production numérique… Quand je me suis retrouvée sur le marché du travail, j’ai compris par la force des choses que je ne pouvais pas exercer tous les aspects du métier en indépendante car les statuts légaux ne le permettent pas. La solution la moins contraignante était alors de monter une entreprise… et encore l’exercice en est limité par le code APE.
    2- une autre chose que l’on apprend nulle part, c’est de savoir se vendre et de proposer des devis qui soit à la fois raisonnable pour le photographe (temps de travail pour la réalisation et amortissement de l’investissement financier pour l’équipement) et pour le client. On se retrouve toujours à sous estimer le devis pour ne pas faire fuir les clients… qui souvent ont des idées proches du fantasme c’est à dire non réalisable techniquement et humainement au prix demandé… Certains demandent implicitement par la même occasion une formation de photographe pour pouvoir faire les photos eux même dans un second temps (je ne suis pas contre dans le principe mais ils ne comprennent pas que l’on puisse facturer ce genre de prestation…)
    Personnellement devant ces difficultés j’ai abandonné l’idée d’exercer comme beaucoup d’autres de ma promotion.
    Je me retrouve photographe auteur en dilletante par défaut (ou pas manque de pugnacité mais il faut vivre et j’ai trouvé un travail salarié dans une autre branche)! La réalité est loin du fantasme et les aspects juridiques et financiers sont seulement survolée lors de la formation. Alors qu’à mon sens, elles sont aussi importantes que la technique.

  18. Ping : CR du colloque “Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels” | Le clin de l'œil

  19. Je suis heureux que ce texte, qui ne fait qu’avancer quelques pistes possibles d’enquête et d’analyse, ait suscité un débat aussi nourri et intéressant. Il me conforte dans l’idée que la profession de photographe mériterait une étude approfondie et je ne manquerai pas de solliciter les participants au débat présent pour l’alimenter en informations et réflexions. Merci à tous.

  20.  » Il en résulte que nous souffrons d’un manque d’un cadre juridique précis et cela est dû au fait que nous n’avons pas de statut proprement identifiée. (à l’exception des reporters photographe qui bénéficie du statut de Journalistes). »
    Il y a le marché et il y a le statut juridique. Le statut juridique ne peut imposer une régularisation du marché que dans une économie totalement encadrée qui irait à rebours de l’histoire immédiate.
    Au fait, la situation des reporters photographes est-elle meilleur en quoi que ce soit que de celle des autres photographes?
    L’UPC a fait un boulot remarquable dans le passé, ne serait-ce qu’en ce qui concerne les dérives du droit à la propriété et du droit à l’image, et j’ai signé l’appel pour manifester ma solidarité. Mais là je crains que le morceau ne soit trop gros.

  21. L’UPC qui m’a exclu sur facebbok de son profil avec impossibilité d’y revenir ?

    tout en ayant pas censuré je dois le dire mes propos critiques a son égard sur ce même profil….

    Je pense qu’il s’agit d’une maladresse, mais le mal est fait, depuis mon profil, le profil de l’UPC n’apparait plus donc je ne peux plus y revenir ni même le lire….

    Ce que je propose n’est pas illégal, puisque cela est une proposition de légiférer destinée à offrir un statut unique, qui de fait, une fois la loi votée, le deviendrais, légal….

    Quant à l’éventualité d’adhérer à cette association :

    -je ne suis pas d’accord sur les propositions qu’ils formulent, elles sont insuffisantes, en gros les voleurs ne pourrons certes plus passer par la porte, mais la fenêtre reste ouverte…. ce qui n’est pas le cas avec ce que je propose : la création d’une instance copiée sur le principe de la SACEM, qui exerce des contrôles systématiques sur toutes les publications pour veiller au respect des droits d’auteurs, et qui sanctionne….

    -je n’ai pas le statut d’auteur, donc de fait ne peut adhérer à l’UPC…
    je m’explique, du fait que je réalise aussi des reportages de mariage, je suis obligé d’avoir un statut de commerçant et d’artisan, par contre pour la pub, les reportages d’entreprises, et autres qui me permettrais un statut d’auteur, j’ai la possibilité de facturer des honoraires, donc par soucis de simplification, je ne suis pas auteur,
    ce qui me vaut de ne pas bénéficier de l’exonération de la taxe professionnelle, et de ne pas bénéficier de ma part sur les droit récoltés sur les supports vierges…
    d’ou ma revendication sur un statut unique d’auteur photographes qui engloberais tous les actes d’un photographe…

    -l’UPC a tendance a donner des leçons de droit, mais ne le maitrise pas toujours très bien, par exemple sur son site sur les droits, son interprétation fausse de la loi (voir sur son site – cadre juridique du photographe-Originalité) si on se réfère a leur interprétation de l’originalité de l’oeuvre, on ne peut plus de fait réaliser aucune photo…
    vu que tout cadrage portrait ou autre prise de vue ressemble forcément à une autre faite antérieurement…. cette interprétation découlait de la loi de 1956, qui à été « abolie » par celle de 1986 « toute photographie est une oeuvre de l’esprit », il n’y a donc plus de notion d’originalité….mais plutôt celle de la preuve de l’appartenance du droit (oeuvre) matérialisé par le négatif ou le fichier original….

    -j’ai essayé mainte fois de discuter avec l’UPC qui à une posture un peu autiste à mon goût… ils devraient en toute modestie prendre connaissance de façon approfondie de mes analyses avant de gâcher pour longtemps l’opportunité qu’ils ont crée avec l’ouverture de cette mission du Ministère de la culture, grâce à leur pétition.
    Ils seraient même sage de leur part de m’inviter à Paris à échanger mon point de vue avec eux et les personnes chargées de cette mission d’évaluation et de réforme.

    -l’UPC à une vision un peu trop « Parisienne » de la Photographie

    Ce genre d’opportunité (mission de la photographie) ne se présente pas tous les jours, ne la gâchez pas, d’autant plus que vous avez de manière globale toute mon estime et mon soutien depuis longtemps messieurs de l’UPC.

    -on a d’ailleurs pas trop d’information sur les négociations qu’ils ont entamées avec le Ministère….

  22. J’ai complété mon travail en rédigeant cet article sur les Faux-tographes, ces « professionnels » qui nuisent gravement à la Photographie en prétendant être ce qu’ils ne sont pas : des Photographe

    sur facebbok :
    http://www.facebook.com/topic.php?uid=85612832645&topic=14568

    et très rapidement sur mon blog :
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/

    Ce qui en complément de cette étude sociologique devrait vous offrir un panorama très complet de la photographie professionnelle.

  23. Je suis actuellement administrateur de la SAIF ( Société des auteur de l’image fixe) et de l’association Freelens.
    J’ai été pendant les trois dernières années membre du bureau de l’UPC devenus depuis janvier l’UPP.

    Cette étude traduit de manière scientifique l’état de notre profession de photographe. Il en résulte que nous souffrons d’un manque d’un cadre juridique précis et cela est dû au fait que nous n’avons pas de statut proprement identifiée. (à l’exception des reporters photographe qui bénéficie du statut de Journalistes).

    Il y a un an nous avons lancer un appel  » Sauvons la Photographie » signés par prés de 13800 personnes, dans cet appel nous avions répertorié l’ensemble des difficultés des photographes. Et nous continuons de demander au ministère la mise en place d’Etat Généraux ou la question du statut devra forcément être discuter.

    Pour répondre à Céline, effectivement nous photographe nous faisons des métiers différents. Lorsque j’ai commencé les barrières entre les différentes corporation étaient très hermétique, la photographie étaient segmenté entre les photographes de mode, les photographes de publicité, les photographes d’illustration, les photographes de presse mais aussi les artisans ( mariage, photo scolaire,…) et un tout petit nombre de photographe plasticiens. ( la liste n’étant pas exhaustive).
    Aujourd’hui avec la crise tout le monde fais tout, je constate que chaque photographe répond à l’ensemble de ces demandes.Il n’est plus rare de voir un photographe affilié à l’agessa ( donc auteur photographe) faire de la presse, de la mode, de la pub ( on appelle cela du corporate) et pour boucler les fins de mois des repros de tableaux, des mariages avec parfois un zet d’animation ou d’enseignement !!
    Tout cela avec aucun statut, ce qui est compréhensible, puisque pour pouvoir faire légalement l’ensemble de ces activités ils faudrait avoir trois ou quatre statuts différents. C’est la question que nous pose Aleandre Cometti, bien que la solution qu’il ai trouver soit complètement illégale. Je l’invite à se rapprocher de l’UPP (ex Upc) car il y trouvera beaucoup de réponses.

    Personnellement je continue de penser que avec nos associations de défense UPP et Le GNNP nous devons très rapidement poser les conditions d’un vrai statut du photographe, il en va de la survie de ce métier.

  24. Excellente présentation.
    Quelques commentaires:
    « D’autant plus qu’aucune formation spécialisée n’est requise pour faire office de photographe. Il serait d’ailleurs intéressant de rechercher pourquoi la profession photographique n’a pas instauré, comme beaucoup d’autres métiers artisanaux ou d’autres professions libérales, une exigence minimale de formation technique ou fondamentale, alors même qu’il est fréquent d’entendre des professionnels se plaindre que n’importe qui puisse s’improviser photographe, ce qui concourrait à dévaloriser le métier. »
    La tentation d’exiger une formation spécialisée revient régulièrement au sein des organisations professionnelles. Mais, comme vous l’avez souligné dans votre étude, si certains photographes veulent se distinguer des amateurs par un « professionnalisme » qui supposerait une formation spécifique, d’autres revendiquent « une profession créative dans laquelle priment des qualités qui ne s’apprendraient pas : un regard, une sensibilité, un sens de la lumière, de la composition, etc. » Et comme dans la pratique, les photographes connus et reconnus par la Société englobante, ceux qui structurent les rêvent des amateurs et des professionnels, n’ont généralement pas faits d’étude spécifique…
    De plus ces dernières années, au moment où le métier de photographe, si on reprend l’hypothèse développée par Pierre-Michel Menger, serait « la préfiguration d’un nouveau régime en voie d’installation dans le reste du monde du travail « , protéger l’accès à la profession par un diplôme irait à rebours de l’idéologie dominante et des préconisation du rapport Attali par exemple, en créant une rente de situation dans une activité économique qui n’en avait pas jusqu’à présent.

    Je ne connaissais pas la thèse de Pascaline Costa, mais il serait sans doute intéressant de réaliser une étude aujourd’hui pour voir ce que sont devenus depuis 1985 les studios qu’elle a étudiés.

    Par ailleurs je me demande si une approche exclusivement mécanique de la destruction de la valeur économique du coût d’une photographie est suffisante pour comprendre le phénomène. En ne se penchant que sur le « système qui s’est mis en place pour faire baisser les coûts de production de la photographie », on suppose implicitement que les prix d’avant la première guerre du Golf (pour simplifier) étaient les « justes prix ». La valeur économique d’une photographie n’a, depuis toujours, été que celle que son producteur ou client était prêt à lui donner. Pourquoi cette valeur économique n’a cessé de diminuer, alors que parallèlement sa reconnaissance sociale n’a sans doute jamais été aussi élevée. (Expositions de photographies, désir de devenir photographe etc.) La profession avant 1981 était déjà dans un système extrêmement compétitif, au moins en apparence, où l’économie de marché aurait due exercer une pression tendant à faire baisser les prix dans la mesure où ce ne sont pas des économies d’échelles, une baisse des coûts de production due à l’innovation technique, mais la diminution de la rétribution des auteurs qui a permis cette baisse continue depuis 1981. Pourquoi est-ce que les photographes, jusqu’en 1981, ont réussi à maintenir un niveau relatif des prix alors que l’accès à la profession était aussi libre qu’aujourd’hui ?

  25. ce panorama des métiers des photographes est interessant , il est a noter que les associations , regroupements ou syndicats n y fonctionnent pas vraiment durablement, peut etre une question d opportunisme des situations

  26. Monsieur maresca,
    J’avais eu le grand plaisir de vous rencontrer lors de ce colloque à Chalon sur Saône sur Ecriture et image. J’avais apprécié votre discours, tout comme aujourd’hui, et nous avions ensuite évoqué l’aspect « mutique » de notre pratique, et la relative solitude qui en découle vis-à-vis de la société dans laquelle nous évoluons.
    Ce que je retiens de ces nombreux commentaires, à la suite de ma propre intervention lors de ce colloque concernant la fragilité économique (pour ne pas dire la paupérisation) de notre profession, c’est ce sentiment d’être les oubliés d’un système qui n’a pas mis grand chose en place pour nous organiser.
    Le sentiment d’être rassemblé est important, et par delà le souhait d’être compris et cohérent.
    Une sorte de « coming out » économique et sentimental qui devrait être entendu comme un appel au secours.

    Bien cordialement. JBA

  27. Même si les diverses branches de la photographie amènent des fonctionnement très différents, je trouve normal de regrouper ensemble les preneurs-faiseurs d’images photographiques. Je m’intéresse beaucoup à d’autres secteurs que le mien, et je me sens de la même famille. Je regrette même de devoir se spécialiser autant car il y a beaucoup de domaines de la photographie qui me tentent…

  28. Et s’il n’était tout simplement pas possible de classifier en une catégorie unique l’ensemble des personnes qui exercent cette profession si marginale?
    Quel lien peut-on créer entre un photographe de plateau, un photographe de mariage, un artiste, un « enseignant technique »? Un auteur photographe qui vit de ses ventes et de ses expos vit comme un peintre, un plasticien; un photographe de plateau est intermittent du spectacle et pointe aux assedics comme un musicien; un photographe de mariage vit comme un artisan avec une clientèle comme un plombier ou un électricien; un « prof de photo » est en général salarié : il existe autant de façon d’exercer ce métier que d’élever ses enfants, non? Nous utilisons presque tous une voiture ou une moto pour nous déplacer, en quoi sommes-nous pour autant comparable? Oui, il est utile de constater que cette profession laisse perplexe parce que personne ne sait ce que fait quelqu’un qui se présente photographe (acrobate?) mais non, les photographes d’aujour’hui n’ont plus rien à voir avec les joueurs de coudes qui flashaient au moyen format (respect, cependant). Il n’existe pas de statut professionnel de photographe, pas de corporation, pas de liste d’agréement, pas de profil, et nous sommes les premiers : à en pâtir, ou à en profiter? Ceux qui s’en sortent vanteront la liberté offerte par ce flou indéfinissable, les autres se plaindront d’une concurrence féroce et de la dilution d’une profession soit disant en train de disparaître…
    D’accord ou non avec mes réactions, un grand merci aux personnes qui ont permis cette publication et du coup permis ce débat! Avec la tolérance de les laisser passer, et la délicatesse d’y répondre, de surcroît… bravo.

  29. Vraiment très intéressant !
    Je suis photographe, je travaille seule, et du coup, j’apprécie vraiment cet article.

    Je crois que les photographes ont intérêt à se rencontrer plus, pour échanger sur des pratiques qui sont très diverses, pour casser l’isolement, et peut-être adapter leur stratégie.

  30. Ping : Xavier Malafosse » Blog Archive » Photographes : sociologie d’une profession mal connue

  31. Pour rassurer, ou pas d’ailleurs, Céline: il faut quand même observer un plus grand nombre de femmes photographes depuis au moins 10 ans et cela à mon avis dans toutes les filières : reportage, mode, portraits, déco…

  32. Bonjour,

    Je ne pourrais qu’approuver à 100 % votre étude.

    Ce même constat global je l’avais réalisé de mon coté et pour répondre à ses diverses interrogations et questions restés sans réponses j’ai fait ce travail de recherche d’écriture et de témoignage personnel.

    Je cite deux extraits significatifs :
    « Les travaux de recherche existants abordent très peu les réalités du métier de photographe »
    « Par défaut, on sait encore moins de choses, pour ne pas dire rien, des professionnels de la photographie moins considérés ou moins visibles »

    Pour souligner la totale pertinence de mon travail sur :
    -mon mur de facebook
    http://www.facebook.com/alexandre.cometti?ref=profile
    -mon groupe de réflexion et de propositions
    http://www.facebook.com/group.php?gid=85612832645
    -mon blog :
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/

    qui répondent à ces manques et interrogations…

    Une réflexion sur le fait que la région parisienne concentre le plus grand pourcentage d’auteurs avec l’exemple de mon cas personnel.

    Le marché en province étant plus mince il est très difficile de se spécialiser…
    Comment je vie :

    en réalisant des reportages de mariages, des portraits, organisant des stages photos (activités qui sont exclues des droits d’auteurs)
    Ce qui m’oblige à un statut de commerçant et d’artisan, je ne peu donc pas bénéficier :
    -de l’exonération de la taxe professionnelle
    -des royalties versées aux auteurs

    En réalisant des reportages pour des entreprises, des collectivités, des photos de pub, des reportages pour des journaux et magazines, voire des photos commercialisés dans des agences d’illustration. De la vente de photo d’art.
    Activités qui elles me donnent accès au statut d’auteur photographe, mais sans bénéficier de l’exonération de taxe professionnelle puisque mon activité de commerçant-artisan m’oblige à la payer.

    Pour des raisons de simplification je suis donc forcé de ne conserver que les statuts de commerçants-artisans qui seuls me permettent de gérer ses différentes activités en facturant : des honoraires.

    Et me voilà de fait exclu CONTRE MA VOLONTE de pratiquement toute les prérogative et les avantages d’un auteur…

    La ou l’exclusion est encore plus injuste, flagrante et inquiétante, c’est qu’il n’existe aucune association de défense de ces photographes nombreux qui ont mes spécificité.

    L’UPC-Freelens défend les auteurs

    le GNPP les laboratoires et négociants de matériel pour qui l’activité de Photographe de prise de vue est relativement marginale dans leur chiffre d’affaire.

    Donc, c’est comme si nous n’existions pas…

    Voila donc la raison de mon travail et la pertinence des propositions que je fait pour un statut unique de photographe auteur qui engloberais toutes ses activités et permettrais de créer et consolider beaucoup d’emplois…
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/2007/02/un-statut-pour-la-libert.html

    Pour ce qui est du numérique j’ai également sur mon blog, fait un travail d’analyse et de perspectives intéressant…
    Je vous invite à le parcourir attentivement…
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/
    exemples :
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/2007/02/la-danse-des-mains.html
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/2007/10/introduction-la-civilisation-oro.html
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/2007/10/economie-numrique-un-nouveau-modle.html

    Ce travail je l’ai fait bénévolement, mais bien sur je ne suis pas hostile au fait de le vendre ou de le prolonger dans un cadre rémunéré, voire à aider ou participer en collaboration avec le Ministère de la Culture, à une réforme en profondeur nécessaire pour assurer la survie de cette profession.

    Je ne suis pas écrivain, ni journaliste, juste un photographe oublié qui n’avait d’autre choix que de faire entendre sa voix.

    Cordialement,

    Alexandre Cometti

  33. @ dubrocq kampen céline : L’enjeu de mettre en ligne cette esquisse d’une possible enquête sur les photographes professionnels, c’est précisément de recueillir des suggestions et propositions susceptibles de l’enrichir, de la développer. Je viendrai volontiers parler avec vous de votre situation professionnelle et de votre conception du métier. Mais ne rendez pas ceux qui s’efforcent de décrire les réalités existantes responsables, par exemple, du fort recrutement masculin des photographes : c’est un simple constat.

  34. Super interessant cette façon de présenter le métier de photographe par cette analyse transversale de l’identité de notre profession et de laisser entendre une autre voix aux étudiants de Louis Lumière. J’avais l’impression que la nouvelle génération était très différente de la nôtre en cela qu’elle est née avec le numérique, mais non ce sont sociologiquement les mêmes si je vous ai bien lu ! super bonne nouvelle on a plein de choses à mettre en place ensemble !

  35. Femme, pas encore vieille, jamais journaliste, et pourtant toujours photographe!!! qu’avez-vous fait de moi?? où suis-je dans vos bouquins, vos études? J’ai un bac + 4 en photographie et multimedia (ben si ça existe!!!) je n’ai rien à voir avec les vieux machos des années 60 qui rêvaient de croiser BB sur la croisette, et pourtant J’EXISTE!!! venez me rencontrer sur Facebook, ah,oui, c’est vrai, il parait que c’est interdit aux vieux, aux intellos, aux paranos, aux allergiques des nouvelles technologies… j’ai eu la mention très bien à ma maîtrise, j’ai fait des études de droit avant de choisir une vie d’artiste,j’assume mes galères quand j’en traverse autant que le luxe de l’argent facile quand ça arrive : on fait ce métier surtout pour le PLAISIR, ça vous a échappé?!!!

  36. Etonnant ce silence, suite cette étude. Alors que nous (photographes) sommes confrontés à des difficultés multiples (diffusion, statut, technologie, formation…), je continue de penser qu’il faut aussi réflechir de manière globale et non corporatiste à toutes ces professions de la « création », pour remettre à plat nos droits (sécurité sociale, formation, droits d’auteur…) et devoirs
    Pour ma part, la formation a été culture générale: bac éco, puis psycho, socio, cinéma et bistro tout en travaillant, « pigeant » et je ne peux que m’interroger sur la réussite des jeunes formés en école payante par des profs parfois voir souvent loin des réalités quotidiennes du (des) métiers de la photographie.
    En démarrant dans ce métier (1980, c’est vrai qu’il y avait dans le photo reportage un mélange de prolos et de bourgeois en rupture. Le métier fait touours rêve, j’entends encore souvent: ah si j’avais osé, j’aurais tellement voulu « faire » , devenir photographe… les voyages, les filles, la liberté, le people… Mais qu’est ce qui motive maintenant un jeune à être un photographe?
    Arrêter du temps, prendre du temps, contempler le temps, tout simplement, déjà, me semble être une raison quasi révolutionnaire dans ce monde obsédé par l’urgence.

Répondre à El Gato Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.