L'absence au présent – suite nippone

IMGP1618-72 dpiPour compléter mes billets précédents (La galerie des ancêtres, L’absence au présent)  qui posaient la question du deuil confronté à la troublante présence des photographies des morts, je propose ici un rapide résumé de la très intéressante recherche présentée par Fabienne Duteil-Otaga lors du colloque Arrêts sur images, qui vient de se dérouler au musée du Quai Branly.

Sous le titre “La mort au Japon : de la photographie au multimédia“, elle souligne la place centrale que la photographie y occupe dans les rituels  funéraires. Une photographie du défunt est systématiquement exhibée lors de la procession des obsèques, puis exposée  dans la maison, à proximité immédiate de l’autel domestique, pendant les 49 jours que dure le deuil officiel – période au delà de laquelle l’urne funéraire est déposée dans la tombe familiale au sein d’un cimetière. A noter qu’il n’y a pas de photographies sur les tombes, alors que, le plus souvent, la photo du défunt demeure dans la maison, où elle devient durablement l’objet d’attentions ou de rituels divers, selon les croyances des personnes concernées, conjointement à la tablette funéraire sur laquelle figure l’épitaphe du mort.

Aujourd’hui, au portrait classique, dont le caractère funéraire est marqué au minimum par la couleur sombre de l’encadrement, peuvent se substituer quelques instantanés qui restituent divers âges ou épisodes de la vie du défunt, éventuellement complétés par des cartes postales, lettres ou autres documents personnels. Cette sorte d’archive multiforme accentue le caractère vivant de ce mémorial domestique.

La même tendance se retrouve dans les “tombes-ordinateurs” et autres “cyberstones”, qui mettent à profit les ressources multimédias de l’informatique pour offrir une sépulture soit physique, soit virtuelle, combinant une ou plusieurs photographies à des textes, d’autres images, voire des sons. Ce qu’on y trouve y a été déposé du vivant du défunt et formalise ce que lui-même a voulu laisser comme souvenirs visibles.

Lorsque ceux-ci ont été mis en ligne, ils deviennent accessibles à tout moment, supprimant la distance physique qui jusque-là séparait le domicile de la sépulture matérielle. Si l’on ajoute que, aujourd’hui, certaines familles conservent chez elles une partie des cendres au delà de la période rituelle de deuil, on se rend compte que le lien avec le mort demeure non seulement visible, mais bel et bien physique. Ce qui soulève avec une acuité particulière cette question intrinsèquement liée au travail psychologique du deuil : comme les vivants parviennent-ils à se séparer des morts ?


3 réflexions sur « L'absence au présent – suite nippone »

  1. Merci pour ce complément, qui incite à élargir ainsi les comparaison interculturelles sur les thématiques liées aux différents usages des images.

  2. Une suite calabraise
    A propos de la vitalité des photographies des défunts, des conduites rituelles qui y sont liées, du rapport dialectique entre la vision et la mort, de la pluralité d’images reliant le corps, la maison, le lieu du décès, le cimetière comme autant de segments d’un système unitaire visant à corriger l’invisibilité du mort.
    Francesco Faeta, « La mort en images », Terrain, numero-20 – La mort (mars 1993), [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2007. URL : http://terrain.revues.org/index3059.html. Consulté le 02 mai 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.