Petite chronique du Haut Atlas

Dans un hameau du haut Atlas marocain, maisons en pisé couleur de montagne, sentiers de mules, les seules images visibles de l’extérieur sont deux dessins à la craie sur une porte métallique et les motifs qui décorent les boîtes de sardine martelées tapissant la porte d’entrée d’une maison proche.

Dans d’autres villages, on découvre parfois des portes métalliques parées de motifs en fer forgé, quelquefois peintes de couleurs vives.

Rien d’autre sinon, ici ou là sur le sol, dans les ruisseaux, quelques débris d’emballages qui ont apporté jusqu’à cette altitude (environ 2000 m) l’imagerie internationale de la grande consommation.

A suivre…

(photos prises dans les vallées d’Aït Bououli et d’Aït Bouguemez, entre le 16 et le 22 avril derniers).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.