Petite chronique du Haut Atlas – 2

Le propriétaire du gîte qui nous héberge dans la vallée de Aït Bououli nous invite chez lui pour découvrir la technique traditionnelle du tissage des tapis de laine. Nous pénétrons dans la cuisine où se trouve le métier à tisser. Les murs en terre, gris-bruns, sont bruts, traversés par les saignées des circuits électriques qui ont été rebouchées avec du plâtre blanc. Rien ne les égaie. Au sol, des tapis : l’un, artisanal, en laine, blanc rayé de noir ; les autres en plastique made in China. Un rideau marron bigarré ferme les étagères situées sous la plaque de gaz. Hormis ces rares motifs décoratifs, on aperçoit seulement quelques images sur les boîtes de tisane, de thé vert ou d’allumettes, ou encore sur quelques vieux pots de confiture de la marque Baraka.

Rien d’autre ? Si : un téléviseur assorti d’un lecteur de DVD. D’ailleurs, l’antenne parabolique accueille le visiteur dès son arrivée dans la cour de la maison, près de la porte d’entrée.

Sachant que le propriétaire de ces lieux fait office de passeur entre la société traditionnelle de cette région et le tourisme occidental – sa femme s’active dans la cuisine en tenue traditionnelle berbère, large et longue blouse claire, fichu serré sur la tête, mais porte aux pieds des chaussettes de la marque Quéchua -, on peut en déduire que sa maison présente une version plutôt aisée de l’habitat paysan et que la plupart des maisons ordinaires de la montagne sont encore plus modestes et dépouillées.

A suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.