Petite chronique du Haut Atlas – 3

Dans le petit bourg où finit la route, il semble que presque toutes les familles possèdent la télévision. En descendant au marché, je dénombre une quarantaine d’antennes paraboliques. Mais il est difficile d’évaluer le nombre exact de maisons. Dans les hameaux situés plus haut dans la vallée, la proportion semblait nettement moindre.

Un téléviseur coûte environ 100 € ; l’antenne parabolique et son décodeur, environ 120 €. Par comparaison, un âne vaut en moyenne 100 €.

Dans les familles paysannes, le travail de la terre est destiné à l’autoconsommation. Il ne rapporte pas d’argent, sauf  la vente occasionnelle d’un mouton ou d’une chèvre, voire de quelques noix en surplus. Les seules rentrées d’argent proviennent soit du salaire que touche éventuellement un membre de la famille occupant un emploi salarié, parfois un émigré en France, soit des journées que les paysans font à l’extérieur, qui leur rapportent au maximum 6 à 7 € par jour. Il leur faudrait donc travailler au moins un mois et demi à deux mois pour autrui à temps complet pour s’offrir la télévision. Puis payer l’électricité.

Relais de télévision et de téléphone. Sur la droite, on aperçoit un chantier de construction traditionnelle d'une maison en pisé.

Au souk du samedi matin, il y a affluence devant l’échoppe du marchand de télévision. Un téléviseur allumé diffuse une émission devant laquelle se pressent des enfants et presque autant d’adultes, soit qui ne veulent rien rater de leur programme préféré, soit qui jaugent s’ils vont sauter ou non le pas de ce gros achat.

Quand on s’éloigne du bourg pour s’engager dans l’une des ramifications de la vallée qui s’élève dans la montagne, se succèdent plusieurs hameaux peu importants aux maisons serrées les unes contre les autres, rouges si la terre est rouge, vertes si elle est verte. Rapidement, on ne voit plus aucune antenne parabolique. Il faut dire que l’électricité n’a atteint ces fonds de vallée que depuis un an. Au delà de 2000 m d’altitude, on continue à traverser des villages, cette fois sans eau courante ni électricité. Mais on trouve partout une mosquée, reconnaissable au moins à son haut-parleur – alimenté par une batterie – et une école, parfois équipée d’un panneau solaire.

A suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.