Petite chronique du Haut Atlas – 4

Gîte d'étape dans le village de Timit

Même gîte

Dans les gîtes destinés aux touristes, la décoration varie largement selon l’emplacement. S’agit-il d’une vallée peu fréquentée qu’explorent surtout des randonneurs, l’édifice est simple, confortable, mais dénudé : rien d’autre sur les murs intérieurs qu’un enduit monochrome. Mais sitôt qu’on pénètre dans une vallée plus réputée, attirante par ses vergers en fleur, ses parterres printaniers d’iris bleus et tel grenier collectif inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, on voit se multiplier les auberges. Les gîtes d’étape présentent des peintures traditionnelles, des affiches, des cartes topographiques et des photos, envoyées probablement par des touristes de passage, qui alimentent un récit heureux en forme d’album de famille. Chaque propriétaire des lieux apparaît sur ces images, à divers âges de sa vie d’hôte et en compagnie de personnes différentes. On peut déjeuner devant ces clichés sans le rencontrer, et donc sans savoir à quoi il ressemble aujourd’hui.

Même gîte

Photos de l'ancêtre (plus de 100 ans, dit-on) qui garde l'ancien grenier collectif de Sidi Moussa, aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO

Curiosités d'hier (le grenier restauré, tout en haut) et d'aujourd'hui (le relais de communication moderne)

A cette disponibilité photographique des hôtes ou des guides divers, s’oppose la réticence générale des habitants ordinaires de ces vallées de montagne qui, le plus souvent, refusent de se laisser photographier. Sortez votre appareil et les enfants qui vous suivent disparaissent subitement. Sauf les plus effrontés, ou les plus intéressés qui vous saluent en rassemblant tout leur français : “Bonjour, la photo”. Photo qu’ils entendent monnayer, bien évidemment.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.