Désolation

Dans la série « Pas d’évènement sans images »1 , voici l’introduction d’un reportage diffusé hier 4 mai dans le journal de 19 h de France Inter :

« Pour l’instant, c’est une marée noire sans images. Un seul oiseau mazouté, un Fou de Bassan, a été découvert vendredi au sud-ouest de la Louisiane. A part les photos de cet oiseau et les clichés pris par avion de la nappe de pétrole, les médias américains n’ont rien d’autre à montrer au public. »

On devine l’angoisse sous-jacente : « Quand est-ce que ça commence vraiment ? »

Le journaliste, heureux homme de radio, enchaîne rapidement : « Mais pour les pêcheurs de Louisiane, cette marée noire est déjà une catastrophe majeure. (…) »

En espérant que les images soient à la hauteur… Sinon, comment maintenir à la une une catastrophe aussi peu spectaculaire2.

  1. Episodes précédents : « La photo-événement » et « Evénement avec ou sans photo » []
  2. Lire à ce sujet le billet d’André Gunthert : « L’échelle de l’information » ? []

4 réflexions sur « Désolation »

  1. @ Alexandre : Pour l’heure, la marée noire annoncée n’a pas encore produit les images attendues en pareil cas : côtes souillées, animaux englués, etc. Elles sont donc encore impossibles à réaliser. Cet entre-deux entre l’annonce du phénomène et de son ampleur inédite, et sa matérialisation visible sur les côtes américaines fait de cette actualité un objet médiatique incertain, impossible à passer sous silence, mais impossible également à traiter comme un événement majeur avec images-chocs à l’appui.
    @ Mathilde : Effectivement, les médias français ou européens doivent être dans l’attente du signal indéniable qui déclencherait la ruée médiatique sur place et la production autonome d’images. Dans l’attente, les flux internationaux doivent être jugés suffisants.

  2. Un journaliste de radio qui commence son reportage en parlant d’absence d’image: s’en réjouirait-il?
    Je suis rentrée des USA il y a moins d’une semaine. Effectivement, la marée noire a été surtout et énormément (en terme de masse/quantité d’images) traitée par vue aérienne par les chaînes américaines. C’est le seul moyen à cette distance des côtes de donner une idée de l’ampleur du dommage, et des risques encourus par les bayous (difficilement accessibles par terre ferme).
    Ce que la remarque du journaliste indique, c’est plutôt (sauf erreur de ma part) la non connaissance ou la non prise en compte de l’ensemble des images made in USA traitant de la catastrophe, ainsi que l’absence d’analyse visuelle des reportages américains. C’est aussi peut-être le refus de la presse/TV/etc. française d’effectuer des recherches ou de mettre les moyens nécessaires pour obtenir des images (cf Alexandre Cometti), pour se cantonner au nombre plus limité d’images/films proposé à l’achat international.

  3. Tout le paradoxe de la presse moderne qui veut de l’image gratuite ou au moindre coût… Il fut un temps ou on aurait mis les moyens nécessaires pour les avoir ces images….

  4. Ping : Tweets that mention Désolation | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.