Ciné-village

Je présente cette fois un extrait du mémoire que Florian Guinaudeau, étudiant de sociologie de l’Université de Nantes, vient de consacrer à une salle de cinéma située à La Ferrière, une petite ville de Vendée distante de 10 km de La Roche-sur-Yon. Sous le titre Lumière sur une salle obscure vendéenne, il s’attache à reconstituer la genèse de ce cinéma, sa gestion associative, son insertion dans la vie locale, sa programmation et son public, à partir d’observations très fines sur le terrain ainsi que de chiffres détaillés récoltés sur les 10 dernières années d’exploitation – au cours desquelles s’est ouvert un multiplexe à La Roche-sur-Yon. On y découvre un cinéma qui marche bien, labellisé « Art et essais », fréquenté aussi bien pour sa programmation que pour sa proximité et son ambiance familière.


L’extrait que je livre ici explore « Les rituels de la salle obscure » :

« Les nombreuses observations du public réalisées lors des séances de projection ont fait apparaître des phénomènes récurrents, plus ou moins codifiés, qu’il est primordial de prendre en compte pour saisir les pratiques et représentations de l’activité cinématographique pour les habitants de La Ferrière.

Pour relater ces différents faits, nous décomposerons la fréquentation de la salle obscure en étapes successives, agencées selon un ordre chronologique, de l’entrée à la sortie des spectateurs du cinéma.

Le hall :

En général, les personnes responsables de la séance permettent l’accès à la salle au minimum trente minutes avant que ne débute la projection. Les fidèles le savent très bien et c’est pour cela que la grande majorité des spectateurs arrivent dans un laps de temps relativement restreint : entre dix à quinze minutes avant que les lumières ne s’éteignent. De plus, la connaissance pratique du lieu et des horaires leur permet d’anticiper sur l’éventuelle audience d’une séance. Ainsi, il est extrêmement rare que des individus s’impatientent devant des portes désespérément closes. J’ai ne l’ai constaté qu’une seule fois, lors de la diffusion du film Avatar. La forte affluence rassemblait alors des personnes inhabituelles pour la salle du Roc, notamment beaucoup de jeunes qui se concertaient à l’entrée pour feindre d’avoir l’âge requis pour assister à la séance, méconnaissant le fait que les ouvreuses sont en réalité très peu regardantes.

Le guichet et les personnes qui s’en occupent tiennent un rôle très important au cinéma de La Ferrière. En effet, sur le moment, elles ont une fonction indispensable de réception du public : vente de tickets, de confiseries, etc. Ces interactions marchandes donnent également l’occasion, de manière sporadique, d’engager de brefs échanges verbaux, qui consistent généralement en des « prises de nouvelles » au sujet de la famille, du travail,… tout sauf le cinéma ! Lorsque ces conversations se poursuivent, le rapport marchand initial tend à disparaître pour laisser place à un contact amical – la vitre en plexiglas, véritable marqueur frontière, rappelant toutefois le caractère institutionnel de la rencontre. L’émergence de dialogues est donc fortement tributaire du degré de connaissance préalable entre les protagonistes. Mais il arrive aussi que des causeries s’installent entre les ouvreuses et des spectateurs plus « étrangers ». Dans ces cas-là, les propos des visiteurs relèvent davantage de la discussion formelle sur le cinéma : « Vous avez vu le film ? Il est bien ? » ou encore : « Il y a du monde ce soir dans la salle ? ». On n’est ici pas très éloigné de l’exemple de l’interaction client/caissière fourni par Erving Goffman, où le jeu consiste subtilement à articuler sujets « inoffensifs » – le temps, les programme télé – et conditions de félicité1. Pour ce qui est des vendeuses, elles s’en tiennent la plupart du temps à de vagues réponses très générales ; l’inverse supposerait qu’elles endossent un rôle de conseillère qui leur paraît improbable de tenir. Les ouvreuses peuvent donc mettre fin à la discussion en étant faiblement réceptives aux requêtes de l’acheteur, mais dans le cas de figure le plus fréquent – celui de l’interconnaissance où espace public et privé se confondent –, c’est l’intrusion d’une tierce personne qui conclut l’échange.

Les ouvreuses peuvent également s’autoriser quelques remarques exclamatives : « Tiens ! ça faisait longtemps… », envers des acheteurs clairement identifiés. Il est important de noter que ces micro-discussions, qui n’excèdent pas une minute, se déroulent quasi-exclusivement entre personnes du même sexe. Ainsi, ce sont d’abord les femmes seules qui « taillent une bavette », plus rarement celles en couple ; en pareil cas, le mari préférera entrer directement dans la salle.

Ces descriptions se cantonnent à l’instantanéité des relations spectateurs/ouvreuses, mais il ne faudrait pas sous-estimer toute la connaissance constituée préalablement au fait de se rendre au cinéma. En effet, à La Ferrière, on ne se trouve pas dans la configuration d’un multiplexe où la caissière demeure cette personne anonyme qui se limite à « délivrer les billets et à encaisser la monnaie ». Les spectateurs assidus qui vont à une séance n’y vont pas seulement pour le pur plaisir de voir un film, mais également parce qu’ils savent que ce soir-là, c’est l’équipe d’Untel qui assure la gestion de la séance. Ainsi lorsqu’un groupe de personnes connues et reconnues dans l’association qui gère le cinéma est en charge de l’accueil, il y a de fortes chances que cela se ressente au niveau de l’audience. Le fait est que les femmes qui assurent les entrées n’occupent le rôle d’ouvreuses que pendant un moment défini et limité, ensuite la plupart d’entre elles deviennent des spectatrices à part entière. A partir de ce constat, on peut dire que les brèves échanges verbaux qui s’engagent au guichet ne sont que les prémices d’une rencontre qui le plus souvent est arrangée à l’avance.

L’entrée dans la salle de projection :

Les personnes pénétrant dans ce lieu sont invisibles pour les spectateurs déjà installés et, réciproquement, les entrants ne peuvent jeter un coup d’œil tant qu’ils n’ont pas gravi les quelques marches qui permettent d’accéder aux fauteuils. C’est seulement alors qu’ils peuvent s’arrêter un instant pour effectuer un rapide balayage visuel et juger de « qui est dans la salle ce soir ». Mais cette observation ne vaut que pour les individus qui ont l’impression de « jouer à domicile ». C’est particulièrement le cas de figure lors des séances du jeudi et dimanche soir où le public est restreint et homogène. Le fait d’observer attentivement l’assistance n’est pas sans conséquence. En effet, dévisager les gens présents impose des rites de salutation auxquels il faudra se soumettre lorsqu’il y a pré-connaissance : discrets hochements de tête, vigoureux serrages de mains, salutations orales. Il ne faudrait pas sous-évaluer la prégnance de ces divers procédés phatiques pour maintenir une cohésion inter-subjective dans une salle comme celle du Roc où l’on doit faire face à des relations ancrées2. Mais bien souvent les personnes ne prennent pas le temps de scruter le lieu, qu’elles soient seules ou accompagnées.

En temps normal, c’est à travers les rites de salutation que l’on peut distinguer les spectateurs assidus des occasionnels. Cet état de fait est remis en cause lors des périodes de festival au cours desquelles certains spectateurs inhabituels peuvent être aussi des « figures locales » connues et reconnues qui n’échappent pas aux rites de salutation.

Le choix de la place :

Les conditions d’entrée dans la salle conditionnent le choix de la place. Dans le cas du spectateur occasionnel, qui peut faire l’économie des salutations et passe pour ainsi dire quasiment inaperçu, les motivations qui guident le choix de sa place sont simplement personnelles. Le spectateur intermittent, lui, tend à s’installer là où il n’y a pas de monde et où il ne risque pas d’être dérangé. Ces places sont en priorité celles situées sur les deux côtés, mais aussi, lorsque la rangée centrale est occupée, celles qui composent la rangée unique tout au fond de la salle. Lors de certaines séances consacrées à des films relativement réputés qui drainent beaucoup de spectateurs occasionnels – qu’ils soient seuls, en couple ou en famille –, on constate un mode particulier d’occupation des fauteuils : chacun essaye de ne pas se retrouver dans la même rangée qu’un autre et, si c’est le cas, de garder une distance de quelques sièges. Du fait de ces multiples préservations de territoire, on assiste au final à une répartition très anarchique dans la salle de projection. Et dans cette configuration de petits îlots indépendants, il serait vain de chercher un quelconque lien social. Les personnes venues seules ou à plusieurs restent comme telles ; l’oxymore de Guy Debord3 : « isolé ensemble », prend ici tout son sens.

Pour le fidèle, le choix de la place se joue différemment. Lorsque la salle est déjà bien garnie et à partir du moment où il a pris connaissance des « forces en présence », il se produit une sorte d’attraction vers les affinités qui passe par les rites de salutation. Dans cette optique, la rangée centrale, qui offre un large espace, apparaît comme la zone de prédilection où l’on peut retrouver d’autres spectateurs. Ainsi, il arrive que des personnes arrivées en solitaire au cinéma se fondent dans un groupe de discussion préétabli sur des rapports antérieurs. Ces groupes se composent de deux à cinq unités maximum, situées sur la même rangée, qui contribuent ainsi à maintenir une certaine harmonie tout en se préservant d’éventuelles intrusions. Les discussions s’appuient principalement sur des ressources d’interconnaissance : « Ça court toujours ? », « Et ta fille, ça va ? ». Il n’est pas rare que des individus venus en couple se séparent momentanément par souci conversationnel : « Je vais me mettre ici, comme ça on pourra bavarder ! ».

Mais il peut arriver aussi que des personnes s’écartent délibérément des autres lorsque celles-ci « suivent vaguement le film et interrogent leurs voisins », dirait André Breton. C’est le cas de cet homme qui, n’en pouvant plus des commérages intempestifs entre sa femme et ses amies qui se déroulaient à côté de lui, choisit de changer de place. De la rangée centrale, il se déplace alors discrètement vers les fauteuils latéraux, puis se retourne vers son voisin de derrière en soupirant : « un peu de calme ! ». Malgré tout, ces parasitages sont extrêmement rares et les projections filmiques laissent place à un silence religieux.

Les mouvements à l’intérieur de la salle de projection sont extrêmement limités. A l’inertie des spectateurs s’oppose toutefois le va-et-vient des opérateurs entre la cabine de projection et le hall d’entrée. Ces observations ne valent évidemment pas lorsque le public comporte un grand nombre d’enfants. C’est alors toute une atmosphère cinétique et bruyante de papier plastique recouvrant les friandises qui est à l’œuvre avant que le film ne débute.

La sortie :

Lorsque les lumières se rallument, on retrouve la distinction initiale entre fidèles et occasionnels, mais de manière moins marquée. Les derniers cités ne s’attardent guère dans les rangées de fauteuils et se dirigent mutinement vers la sortie située juste devant l’écran. Pour les assidus installés dans la rangée centrale, quelques réactions à vif sur le film du soir sont échangées : « C’est bien fait ! » (pour Avatar), « pas facile ! » (pour Shutter Island), mais rien de plus éloquent concernant les œuvres. Ces instants font surtout office de clôture policée entre les interactants qui, de toute façon, auront de fortes probabilités de se retrouver par la suite. Rarement les spectateurs restent de façon conséquente à discuter pour prolonger la séance. Néanmoins, encore une fois, le fait de « traîner » un petit moment, alors que le rideau sur l’écran est tombé, est lié aux connexions établies avec les responsables de l’association présents pour assurer la projection.

En réalité, les enjeux tacites à ces différentes observations concernent les relations sociales et leur mise en scène dans le cadre du cinéma de La Ferrière. Une chose importante à relever est la prégnance de la préméditation des rencontres entre les participants. Lorsque les fidèles se rendent au cinéma, ils savent peu ou prou quelles personnes s’y trouveront. Cette disposition n’étant possible que s’il existe une interconnaissance active qui dépasse l’enceinte cinématographique : que ce soit dans le milieu associatif, professionnel ou scolaire. Dans cette perspective, la fréquentation de la salle obscure s’enchevêtre avec d’autres pratiques collectives et vient seulement retendre des liens sociaux préexistants tissés dans d’autres sphères de la vie sociale. Dans ce cas, aller au cinéma dépasse largement le simple fait d’assister à un spectacle, mais engage une cérémonie d’accès au travers de rites d’interaction solennels. La séance de cinéma ne demeurant qu’un maillon d’une chaîne de sociabilité bien plus étendue.

Ce constat tend à relativiser la capacité du cinéma à créer du liant entre les spectateurs. En temps normal, il peut au mieux retendre des relations trop lâches, entre des individus qui se sont « perdus de vue » par exemple. Mais il serait exagéré d’octroyer à l’activité cinématographique des vertus fédératrices qui opèreraient par une magie sociale résidant dans le partage spectaculaire en un même lieu. En effet, les épisodes interactionnels ouvrant et concluant la projection sont trop restreints et succincts pour prétendre déboucher sur de véritables sociabilités durables. En revanche, en période festivalière, quand la place et le temps impartis aux contacts sociaux sont plus évasés, ce constat est peut être à nuancer. »

1 « Toute disposition qui nous incite à juger les actes verbaux d’un individu comme n’étant pas une manifestation de bizarrerie. » (Erving GOFFMAN, Façons de parler, Paris, Ed. de Minuit, 1981, p. 266)

2« Dans les toutes les sociétés, il existe des « relations ancrées » (ou « fermes ») telles que chaque extrême identifie l’autre personnellement, sait qu’il en fait autant et reconnaît ouvertement devant lui que quelque chose d’irrévocable a commencé entre eux, qu’ils ont établi un canevas de connaissance mutuelle qui retient, organise et applique leur expérience réciproque. » (Erving GOFFMAN, La mise en scène de la vie quotidienne, Tome 2 : Les relations en public, Paris, Ed. de Minuit, 1973, p. 182)

3 Guy DEBORD, La société du spectacle, Paris, Folio, 1992.

Photo : Florian Guinaudeau.

Sur le thème du cinéma, voir également : Le cinéma, chapitre 16 de mon livre en ligne : Les images dans la société.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.