Le comble du droit

DirectNantes Plus (journal gratuit), 20 mai 2010

Deux visages masqués :

– celui de l’homme, probablement photographié à son insu, est flouté afin d’éviter tout risque de plainte en justice pour violation de son droit à l’image ;

– celui de la femme, dissimulé par le voile intégral qu’elle porte et qu’un projet de loi entend interdire dans l’espace public.

Mais alors demain, à supposer qu’elle se montre encore dans la rue, cette fois à visage découvert pour se mettre en conformité avec cette nouvelle loi, il deviendra impératif de flouter son visage pour prévenir tout risque que cette femme, rétablie dans ses droits de femme au sens où l’entend la législation de la République française, ne vienne s’opposer à la publication de son image au nom, précisément, de ses droits d’individu. Au voile religieux succèderait le voile médiatique. Un comble !


13 réflexions sur « Le comble du droit »

  1. Ping : Photographie by mariekiki - Pearltrees

  2. Ping : Infos géné by erickarsenty - Pearltrees

  3. Ping : bluecoco | Pearltrees

  4. Très bien vu… un paradoxe étourdissant … l’absurdité d’une loi sur ce thème est ici mise en évidence… a qui appartient un visage ? ni aux autres (droit à l’image) ni au sujet (il doit le montrer sous peine d’amende), il appartient qui fait des lois à son sujet, l’Etat…

    Notons aussi que le floutage, initialement et souvent utilisé dans les reportages pour “protéger” de toutes poursuites judiciaires des personnes coupables de quelque méfait, tend à devenir en soi une figure de la honte ou de la culpabilité. On ne montre pas le visage de cet homme parce qu’il ne le veut sûrement pas… mais de quoi a-t-il honte ? il a quelque chose à se reprocher… La burqa bien sûr !
    Le floutage du mari exprime chez lui comme un désir de se cacher, une honte qui tend à présenter le port de la burqa par sa femme comme étant sa faute à lui, sa culpabilité… Il s’en cache ! C’est peut-être vrai, mais c’est déjà un point de vue, une interprétation que nous impose cette rhétorique visuelle de la honte.
    Un peu comme si on l’avait photographié en train de vendre du crack ou en train de se promener avec Ségolène Royal… alors qu’il pousse gentiment une poussette d’enfant en se faisant engueuler par sa femme…

  5. @ Alexandre : Je ne suis pas à l’origine de cette association entre la question du voile et l’interdiction, non pas “de photographier des personnes” comme vous le retraduisez, mais de publier leur image contre leur gré. C’est le traitement de cette photo par le quotidien en question qui associe directement les deux. Il est probable que si le photographe avait demandé à ces deux personnes l’autorisation de les photographier en vue d’illustrer un article sur la loi qui se prépare, elles auraient refusé. En particulier pour les raisons qu’invoque très justement El Gato. De fait, il les photographie quand même, de loin, sans se faire remarquer, puis le journal retraite l’image pour qu’elle devienne inattaquable. Le tour est joué, mais le problème demeure : ce qui est en question, c’est la manière dont les clichés saisis dans la réalité sont utilisés, pour ne pas dire exploités dans la presse à des fins d’illustration, de symbolisation, plus que d’information. Que beaucoup de gens puissent se sentir stigmatisés par ces procédés réducteurs me paraît assez logique, même s’il entre également dans les plaintes déposées devant la justice un indéniable appât du gain financier.
    @ André : Effectivement, l’enjeu ici est d’obliger tout le monde à se présenter à visage découvert pour que les dispositifs de surveillance puissent identifier immédiatement les individus suspects. Le point-limite de cet impératif policier du “voir intégral” est la fouille à nu qui fait polémique aujourd’hui dans les gardes à vue. Mais le paradoxe est que la presse, qui prétend nous dévoiler la réalité des faits, recouvre par précaution le visage des personnes photographiées à leur insu car elle n’a pas le droit qui faut pour disposer de leur identité comme bon lui semble. Du moins, l’usage, de plus en plus illustratif qu’elle fait des photos prises sur le vif justifie de moins en moins de lui reconnaître ce droit.

  6. Belle observation, qui met le doigt sur un paradoxe qui n’est pas mince. On pourrait en proposer la traduction suivante: seule la police peut exercer légitimement dans l’espace public la prérogative du voir intégral, dont l’exercice est refusé pour son bien au simple citoyen. Pas de meilleure façon de pointer qu’il n’y a pas d’espace public, mais plutôt un espace de la surveillance (par caméras vidéos interposées), un espace policier.

  7. @Sylvain : Bien vu !
    @Alexandre : photographier de dos est une astuce mais ce n’est pas un point de vue neutre non plus, me semble-t-il.
    @uthagey : ce que vous dites me rappelle une oeuvre de Marie-Ange Guilleminot, qui avait fait un vêtement sur le thème protéger/enfermer ou protéger/cacher mais je n’en trouve pas de photo et je ne sais plus le nom exact de l’œuvre, donc je signale juste.

  8. En toute logique, Il faudrait également flouter le voile intégral.
    Si c’est un choix personnel, il est constitutif de l’identité de la personne photographiée. Quand bien même elle serait la seule à se reconnaître sous le voile intégral, elle pourrait plaider que la photo est une atteinte à son droit à l’image. Elle la livre en pature au public et constitue un préjudice quand bien même elle serait la seule personne susceptible de se reconnaître. Les jurisprudences en la matière ne manque pas.
    Si ce voile lui est imposé, je suppose qu’un mâle qui ne supporte pas l’idée que l’on ne voit que les yeux de sa propriété, supporterait tout aussi mal la représentation de sa possession au travers de la photographie. Nous serions donc en présence d’une atteinte au droit à la propriété du mari.
    Maintenant le procès serait perdu, car le juge, comme toujours en matière de droit à l’image, se prononcerait en “son âme et conscience”, et donc conformément à l’idéologie dominante qui n’est guère favorable au voile intégral en France aujourd’hui…

  9. Ping : Tweets that mention Le comble du droit | La vie sociale des images -- Topsy.com

  10. Il y a une obsession du voir (obsession française et spécifique à l’époque…?) coincée entre la surveillance et la protection. Je ne suis pas en mesure de développer plus cette idée. Je la propose simplement.

    L’affaire de l’automobiliste voilée qui pouvait très bien voir mais “peut-être pas” se mouvoir (or je ne crois pas que ce soit sur ce point que portait l’appréciation gendarmesque…) me paraît assez éclairante sur ce point.

    La parution présentée ici indique bien le blocage de la pensée sur le sujet.

  11. le voile médiatique existe déjà depuis 15 ans en France… et n’est pas en voie d’être aboli.
    Moi je photographie les gens de dos, je préfère cela à ces ignobles floutages et autres bandeaux noirs…

    D’un autre coté, pourquoi cet article qui associe cette histoire de voile et l’interdiction de photographier des personnes ?

    Dans les pays anglo-saxons on a une autre vision plus démocratique du droit à l’image, qui est en phase avec la législation européenne qui prédomine en la matière sur le droit Français…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.