Les nouvelles formes d’images

Les images dans la société – chapitre 20

Depuis l’invention de la photographie, en 1839, sont apparues de nouvelles catégories d’images : le cinéma en 1895, la télévision en 1935, qui reposent fondamentalement sur le même principe initial : l’empreinte. Un support, chimique ou magnétique, est impressionné par la lumière que réfléchissent les objets ou sujets placés devant l’objectif de l’appareil photo ou de la caméra ; cette impression lumineuse est ensuite (voire immédiatement) fixée et il en ressort soit des images fixes, soit un film restituant le mouvement. En d’autres termes, toutes les images, depuis la photographie, procédaient d’une interaction directe avec le réel médiatisée par la lumière, même si elles pouvaient se prêter ensuite à toutes sortes de manipulations.

Aujourd’hui se répandent des images d’une toute autre nature puisqu’elles dérivent de matrices de chiffres abstraites stockées dans la mémoire des ordinateurs. Ce sont des images sans réalité, bien qu’elles puissent être très ressemblantes avec certaines manifestations visuelles du réel.


Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Ce texte a été traduit en espagnol dans l’ouvrage coordonné par Susana Sel, Silvia Pérez Fernandez et Sergio Armand, Recorridos. Del formato analogico al digital en el campo audiovisual, Buenos Aires, Promoteo libros, 2011, pp. 15-32.


3 réflexions sur « Les nouvelles formes d’images »

  1. Ping : Actualité de Platon | La vie sociale des images

  2. Ping : Les nouvelles formes d’image | L'Instant Illustré

  3. Ping : Tweets that mention Les nouvelles formes d’images | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.