Les genres du portrait

Pour la longue période qui s’étend depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, je privilégierai désormais une approche thématique, en distinguant toutefois deux sous-périodes : de la Renaissance jusqu’au XVIIIe siècle, et du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Le premier chapitre thématique, Les genres du portrait, est en ligne sur HAL.

L’art en personne

Le temps a passé et je me rends compte que mon travail sur l’histoire du portrait est resté en l’état, à mesure que mes centres d’intérêt se diversifiaient dans d’autres directions. A la retraite depuis deux ans (déjà !), je suis investi aujourd’hui dans d’autres formes d’écriture qui m’éloignent sans cesse davantage d’une publication académique.

Pour autant, je souhaite mettre mon travail à disposition de tou.te.s ceux.celles qu’il pourrait intéresser. A cette fin, j’entame sa mise en ligne par le biais des archives ouvertes HAL.

Je vais procéder par étapes, en suivant le plan que j’avais imaginé pour un éventuel livre, non sans y ajouter de nouvelles entrées qui n’auraient pas pu prendre place dans une telle publication. Au final, les lecteurs disposeront ainsi du contenu que j’ai eu l’occasion de présenter à plusieurs reprises dans des cours à l’Université de Nantes, enrichi d’aperçus sur d’autres thèmes qui m’ont également intéressé.

L’iconographie sera insérée dans les textes sous la forme de vignettes pour ne pas trop alourdir le poids des fichiers. Je renonce aux liens avec des images en ligne, trop instables. Les lecteurs qui voudront les retrouver en ligne effectueront leur propre recherche.

Dès à présent, l’introduction générale de cet essai d’histoire sociale du portrait est en ligne. La suite devrait arriver au fil des semaines et mois à venir.

Bonne lecture.

Les ouvriers et la photographie

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 2 de la revue en ligne Images du travail Travail des images consacré aux ouvriers et la photographie de 1945 à nos jours. Publication à laquelle j’ai participé avec un article sur l’emprise du bleu de travail dans l’univers des lycées professionnels.

Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés. Continuer la lecture

Qui regarde qui ?

J’inaugure avec ce billet une série sur l’histoire sociale du portrait dont j’espère tirer prochainement un livre. Je m’intéresse au portrait depuis longtemps, particulièrement au portrait photographique. C’est en explorant son histoire et sa diversité formelle que j’ai réalisé la nécessité de remonter plus avant dans l’histoire du genre pictural du portrait auquel les photographes empruntent, consciemment ou non, de multiples procédés esthétiques, sans compter la relation inévitable avec leurs modèles. Je me suis donc plongé dans les études des historiens d’art qui, le plus souvent, ne valorisent le portrait qu’à certaines conditions. Car ce produit de commande, qui se conçoit au contact entre l’art et la société, qui met aux prises des commanditaires et des artistes aux attentes souvent divergentes, n’apparaît pas toujours suffisamment « artistique » aux yeux des spécialistes. C’est précisément cette ambivalence, source d’une légitimité incertaine, qui m’intéresse en tant que sociologue.

°°°

Enluminé dans les années 1470-1480, le Livre d’heures de Marie de Bourgogne comporte en particulier deux miniatures assimilables à des portraits qui ne laissent pas d’interroger les historiens d’art. Continuer la lecture