Qui regarde qui ?

J’inaugure avec ce billet une série sur l’histoire sociale du portrait dont j’espère tirer prochainement un livre. Je m’intéresse au portrait depuis longtemps, particulièrement au portrait photographique. C’est en explorant son histoire et sa diversité formelle que j’ai réalisé la nécessité de remonter plus avant dans l’histoire du genre pictural du portrait auquel les photographes empruntent, consciemment ou non, de multiples procédés esthétiques, sans compter la relation inévitable avec leurs modèles. Je me suis donc plongé dans les études des historiens d’art qui, le plus souvent, ne valorisent le portrait qu’à certaines conditions. Car ce produit de commande, qui se conçoit au contact entre l’art et la société, qui met aux prises des commanditaires et des artistes aux attentes souvent divergentes, n’apparaît pas toujours suffisamment « artistique » aux yeux des spécialistes. C’est précisément cette ambivalence, source d’une légitimité incertaine, qui m’intéresse en tant que sociologue.

°°°

Enluminé dans les années 1470-1480, le Livre d’heures de Marie de Bourgogne comporte en particulier deux miniatures assimilables à des portraits qui ne laissent pas d’interroger les historiens d’art. Lire la suite

Aux sources de la publicité

Les Archives départementales de Loire Atlantique présentent actuellement une exposition consacrée à l’essor de la publicité à partir des années 1870. Concentrée sur les différentes figures allégoriques ou symboliques qui apparaissent dans les « réclames », cette exposition puise à des sources peu connues comme les registres de dépôt des marques de fabrique, conservés au sein des fonds des tribunaux de commerce ; un fonds de papiers à en-tête, extrait des correspondances et factures des entreprises ; divers fonds privés, dont le plus remarquable est celui de la biscuiterie Lefèvre-Utile (LU).

Riche de très nombreux documents iconographiques, cette exposition retrace les débuts de la publicité dans une aire géographique donnée, celle de Nantes et de sa région, bassin industriel important au tournant du XXe siècle.

Sur ce thème, lire également :
L’intrusion des images dans la vie quotidienne ;
Image et publicité.

Travail gratuit

Le Monde-31-12-2015Le quotidien Le Monde vient de consacrer un article à l’essor du travail gratuit qui, à travers les stages, les commandes non rémunérées, les « expériences professionnelles » vantées comme des « compléments de formation » ou des gages de « visibilité », affecte particulièrement les professions indépendantes dans le secteur des activités culturelles. Lire la suite

L’anonymat par précaution

Gendarmes.Presse Océan-24-09-2015Deux photos trouvées ces jours derniers dans Presse Océan, quotidien régional de l’Ouest, ont attiré mon attention sur la façon dont certains journaux traitaient aujourd’hui la publication des photographies de policiers ou de gendarmes dans l’exercice de leur fonction sur la place publique.

Lire la suite

Basculer dans le numérique : présentation à Vevey

Presentoir Vevey 2015Le 5 mai prochain, j’aurai le plaisir de présenter mon dernier livre à Vevey, à l’invitation du Musée suisse de l’appareil photographique. Cette présentation aura lieu à partir de 18 h.

Musée suisse de l’appareil photographique
Grande Place
1800 Vevey/Suisse

 

En complément, deux vues de l’étage consacré au numérique dans les collections permanentes du Musée suisse de l’appareil photographique, qui font apparaître l’importance primordiale acquise par l’informatique dès les débuts du numérique en photographie :

Vue expo numerique Vevey 2015-1Vue expo numerique Vevey 2015-2

L’historien en cinéaste

Dans une récente interview, l’historien Patrick Boucheron évoque comment il aborde l’écriture de l’histoire :

« Écrire l’histoire, ce n’est pas faire des phrases. Mieux vaut user de la métaphore cinématographique, et parler de l’écriture de l’histoire comme de l’écriture filmique, Lire la suite

Séminaire « Pour une anthropologie visuelle pluridisplinaire et multimédia »

A l’invitation de Jean-Paul Colleyn, je viendrai présenter jeudi prochain, 12 mars, de 13 h à 15 h, mes deux derniers livres :
Précis de photographie à l’usage des sociologues (co-écrit avec Michaël Meyer) et Basculer dans le numérique. Les mutations du métier de photographe.

Le séminaire a lieu à EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 8.

Facettes multiples

Que signifie un portrait les yeux fermés ? Comme celui d’Abd Al Malik qui vient de faire la couverture du magazine Télérama ?

C’est a priori antinomique du portrait. Non pas que le modèle doive forcément regarder le peintre ou l’objectif photographique. La plupart des portraits de la peinture le représentent plutôt de trois-quarts avec un regard qui vise un point indéfini, hors du tableau. Mais qu’il ferme les yeux, voilà qui n’est guère prévu, hormis dans le genre du portrait mortuaire qui eut son heure de gloire à la fin du XIXe siècle. Les photographes éliminent les instantanés qui ont fixé le modèle au moment où il était en train de ciller, c’est-à-dire avec les yeux involontairement clos. Mais de là à le photographier délibérément les yeux fermés ?

Lire la suite

Chimères contemporaines

Lors d’un cours que je donnais récemment sur les réalités multiples de l’image au Moyen-Age, une étudiante m’a fait découvrir une chapelle de Loire-Atlantique qui a été restaurée d’une façon inattendue.

Située à Saint-Jean-de-Boiseau, la chapelle de Bethléem date du XVe siècle. Classée au titre des monuments historiques depuis 1911, mais n’étant plus en activité, elle a été restaurée entre 1993 et 1995. A cette occasion, il a été question de replacer les pinacles qui avaient disparu aux angles du bâtiment. Faute de documents assez fouillés, il n’était pas possible d’en connaître le détail. Il a donc été décidé de recréer ces pinacles et les chimères qui les décoraient en faisant appel Lire la suite

Rejet ordinaire

Pompes funebres musulmanesCette officine de pompes funèbres musulmanes s’est ouverte il y a quelques mois dans un quartier résidentiel en bordure de Nantes. A peine quelques semaines après (donc bien avant les récents attentats), sa vitrine était taguée d’un « NON » majuscule, complété par un « Pas ici » sur la seconde vitrine. Depuis, ces inscriptions n’ont pas été effacées bien que le local semble en activité.

Lire la suite

Le portrait photographique, entre identité et image

Je livre ici le texte de la conférence que j’ai donnée hier soir au LIFE de Saint-Nazaire, autour de l’exposition-installation de Denis Rouvre.

Qu’est-ce qu’un portrait ? Comment le définit-on ? Dans son compte rendu du Salon de 1767, Diderot posait déjà cette question : « Mais comment juge-t-on que ce sont des portraits, et cela sans s’y méprendre ? Quelle différence y a-t-il entre une tête de fantaisie et une tête réelle ? »

Selon le grand historien du portrait, Pierre Francastel, pour que le portrait existe, il faut réunir deux éléments : des traits individualisés et la possibilité d’identifier le modèle1. Dit autrement : la ressemblance avec les traits de l’individu singulier qui a posé devant le peintre et la connaissance, l’affirmation de son identité.

Lire la suite

  1. Galienne et Pierre Francastel, Le portrait. 50 siècles d’humanisme en peinture, Paris, Hachette, 1969, p. 12. []

Conférence sur le portrait

Le 4 février prochain, dans le cadre de l’exposition-installation de Denis Rouvre Des Français. Identités, territoires de l’intime, je présenterai une conférence sur le thème Le portrait photographique, entre identité et image.

Elle se déroulera  à 19 h au LIFE de Saint-Nazaire,
Base des sous-marins – Alvéole 14
Boulevard de la Légion d’honneur, Saint-Nazaire