Soutenance de thèse : "L'image numérisée du visage", par Franck Leblanc, 7/12

J’aurai le plaisir de prendre part au jury de la thèse que Franck Leblanc soutiendra à l’Université Paris 8 le 7 décembre prochain à 14 h, salle A070.

Son titre complet est : “L’image numérisée du visage. De la créature digitale à l’objet de reconnaissance, 1976-2010”.

Le jury sera composé de :

François Soulages, directeur de thèse ;

Philippe Goudard ;

Françoise Parfait ;

Rodrigo Zuniga ;

et moi-même.

Résumé de la thèse :

L’image numérisée du visage inscrit-elle dans le fichier numérique le même rapport à l’Autre que ce que faisait la photographie argentique sur le film ? Le portrait comme construction de l’image donnée d’autrui, comme mode de représentation d’une identité, d’un statut social ou bien d’un imaginaire est une œuvre de création régie et structurée par la pose. Que devient l’image du visage, le regard porté sur l’Autre à l’aune de son enregistrement numérique ? La diffusion sur Internet de photographies de visages identifiés, pose comme enjeu la redéfinition des notions de consentement et d’anonymat. D’un portrait régi par le temps de la pose, un glissement semble s’opérer par le biais de la technologie informatique vers un positionnement de l’individu détecté et reconnu. La lecture biométrique du visage numérisé modifie nécessairement notre rapport à l’Autre, notre rapport à une société qui développe les moyens technologiques d’un contrôle, d’une identification à distance. Voici les enjeux de ce travail de recherche : tenter de penser l’image du visage à l’aune de sa numérisation.

Débat sur la photographie 28/11

La photo est morte, vive la photo !

Avec Sylvain Maresca, professeur de sociologie à l’université de Nantes

En présence de :
Philippe Schlienger
, président de l’Union des Photographes Professionnels (UPP)
Jorge Alvarez
, responsable des affaires juridiques à l’UPP, administrateur de la Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe (SAIF), administrateur de l’AGESSA

« Tout ce qui est rare est cher ». L’inverse serait-il devenu le propre de la photographie aujourd’hui ? Son extrême vulgarisation est-elle la cause de sa dépréciation, entraînant toute une profession dans une dégringolade qui semble sans fin ?

Photographes et Gens d’Image du Nord, en liaison avec l’UPP a invité le sociologue Sylvain Maresca à venir débattre du devenir de la photographie.

Maison de la Photographie

18, rue Frémy, à Lille

Vendredi 28 octobre 2011, à 19 heures


« La photographie est une profession mal connue », constate Sylvain Maresca, qui mène depuis un an une enquête sur les répercussions du numérique sur l’activité des photographes professionnels.

Il viendra nous en présenter quelques résultats provisoires qui révèlent la complexité des situations. Aussi diverses qu’il y a de spécialités photographiques, de trajectoires professionnelles, d’ancienneté dans la carrière, etc.

Comment le passage au numérique et son corollaire, la circulation généralisée des images sur internet ont-ils affecté les photographes professionnels ?

Enregistre-t-on objectivement une baisse des prix de vente, des revenus ?

Qu’en est-il de la concurrence avec les amateurs ?

Autant de questions soulevées pour lancer le débat.

Le réel, la parole de l'autre

Lundi 10 et mardi 11 octobre prochain, au Théâtre universitaire de Nantes, se dérouleront deux jours d’échanges et de spectacles baptisés Zone d’activation créative (ZAC). Echanges entre artistes et chercheurs sur les rapprochements possibles entre création et connaissance.

J’y participerai en m’entretenant avec Sonia Chiambretto, auteure de théâtre, sur les questions du réel et de la parole de l’autre, mardi 11 à 11 h.

Programme complet de cette manifestation.

Travail et création artistique en régime numérique

Nouvelle annonce pour un colloque qui se tiendra à Avignon du 24 au 27 mai prochain, avec la participation de plusieurs membres actifs de Culture visuelle.

L’objectif de ces journées est d’explorer les incidences multiples du passage au numérique dans les domaines de la photographie, du cinéma, de l’audiovisuel et de la musique.

J’y présenterai, avec Dominique Sagot-Duvauroux, les premiers éléments de notre enquête en cours sur la profession photographique.

Blog du colloque, avec en particulier le programme complet.

Rencontre avec Pierre Carles

Dans le cadre d’une rétrospective des films de Pierre Carles, qui aura lieu au cinéma Bonne Garde de Nantes, du 13 au 17 avril prochains, une rencontre est proposée avec ce réalisateur jeudi 14 avril de 17 h à 19 h au Pôle étudiant de l’Université de Nantes (campus du Tertre).

Les problèmes actuels du droit à l'image

"Le visage flou", image reprise sur le site de la Malette Interactive Artistique Multimédia (MIAM)

Mercredi prochain, 6 avril, je présenterai une conférence sur Les problèmes actuels du droit à l’image, plusieurs fois évoqués sur ce blog.

Elle aura lieu dans le cadre de l’Université permanente de Nantes, à partir de 14 h 30.

Plus d’informations.

Les études photographiques au carrefour des sciences humaines et sociales

Durant deux soirées et deux journées, l’association Photo à l’ouest invite des universitaires de toutes disciplines à Rennes et Cesson-Sévigné pour s’interroger et échanger sur les apports méthodologiques et les débats contemporains autour de la photographie dans les champs des Sciences Humaines et Sociales (Anthropologie, Sociologie, Sciences de l’Information et de la Communication, Histoire de l’Art, Culture visuelle, Lettres, ou Sciences Juridiques… ).

Pour consulter le programme complet.

Arrêt sur images : colloque international

Pour une combinaison de la photographie et du film.

Photo : Sylvain Conord

Photo : Sylvaine Conord

Ethnologues, sociologues, artistes et historiens de l’image sont invités à venir partager leurs expériences et leurs réflexions sur :

  • les manières de produire et d’articuler les images fixes et les images animées
  • les vertus respectives de ces images et de leur association

Vendredi 9 et samedi 10 avril au Musée du quai Branly, de 9 h 30 à 19 h, salle de cinéma.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Programme détaillé.

La fabrique des images

Cette exposition aborde les images selon “4 grands modèles iconologiques créés par l’Homme, au-delà de tout classement géographique ou chronologique, que ce soit en Afrique, dans l’Europe des XVe- XVIe siècles, dans les Amériques des Indiens d’Amazonie ou des Inuit d’Alaska, jusque dans l’Australie des Aborigènes. L’exposition dévoile ces 4 modèles – traduisant 4 grandes visions du monde – que sont le totémisme, le naturalisme, l’animisme et l’analogisme.

Avec La Fabrique des images, le visiteur découvre les différents principes de déchiffrement selon lesquels les civilisations voient le monde et en rendent compte.”

Au musée du quai Branly à Paris, jusqu’au 17 juillet  2011.

Philippe Descola, qui a conçu et supervisé cette exposition, en fait lui-même une rapide présentation imagée.

Soutenance de thèse "Les photographies dans le journal Libération", par Louise Charbonnier

invitation soutenance

Louise Charbonnier soutiendra sa thèse, intitulée “Les photographies dans le journal Libération, généalogie et caractéristiques d’une stratégie de distinction”, le 23 novembre à l’Institut d’Etudes politiques de Lyon,  à 14 h 30, devant un jury composé de Jean-Claude SOULAGES , Professeur des universités, Université Lyon 2, Martine JOLY, Professeur émérite, Université Bordeaux 3, Claude CHABROL Claude, Professeur émérite, Université Paris 3, Jean-François TÊTU , Professeur émérite, Université Lyon 2, et André GATTOLIN, expert, Université Paris 3

Résumé :

Mobilisant le versant indiciel du signe photographique, la photographie de presse référentielle relève d’un dispositif de monstration du réel, porteur d’une promesse épistémique et d’une posture médiatique pédagogique. Une approche sémiodiscursive de la photographie de presse tente dans un premier temps de comprendre comment l’emprise de la vision photographique, et l’imaginaire de vérité techniciste de la preuve par l’image, sont mis en abyme et intentionnellement présupposés dans la stratégie testimoniale mise en œuvre par le discours d’information médiatique. On essaye ici de mettre au jour les facteurs d’activation de ce prédiscours, ses marques indirectes d’appel.

Guidé par le même fil rouge qui avait motivé nos précédentes recherches – la notion princeps de regard –, on analyse alors en quoi les photographies de Libération peuvent se démarquer de cette figure imposée qu’est la photographie testimoniale, pour mettre en scène un regard singulier et décalé de l’instance médiatique sur le monde. En rupture avec les standards journalistiques attendus, la stratégie de Libération repose en effet sur une réécriture photographique sophistiquée de l’actualité – un réel art de faire visant des effets de connivence avec son lecteur. Praxis photographique, postures énonciatives, formes textuelles, procédés, visées communicationnelles, et fonctionnalités du cadre : les typologies et analyses élaborées dans cette thèse permettent de décrypter la stratégie de distinction de ce quotidien, études de cas à l’appui.