Ancienneté de la retouche

Les tirages d’exposition en grand format donnent parfois la possibilité d’entrer dans le détail de certaines images photographiques et d’y déceler des traces discrètes, mais visibles d’un travail de retouche.

C’était le cas sur ce panneau présenté à La Gacilly dans le cadre d’une exposition sur la photo de mode allemande des années 1960. On y voit la reproduction d’une photo en noir et blanc de Lo Olschner montrant un mannequin qui porte une « robe de sommeil par Vollmöller ».

Constellé de fines gouttes de pluie, ce grand tirage permet de déceler les traces de grattage qui ont permis ici d’affiner le cou du personnage, là d’estomper les rides de ses doigts. Ce minutieux travail réalisé sur le négatif, nécessitant des outils empruntés au matériel des graveurs et des peintres de miniatures, faisait partie des opérations de finition normales pour ce type de photographie prestigieuse, comme pour le registre du portrait lorsque le client y mettait le prix.


Photoshop a repris les mêmes outils pour composer les fonctionnalités de son logiciel de retouche.

Derniers jours à La Gacilly

Depuis 10 ans, le petit bourg breton de La Gacilly organise chaque été un festival de photographies en plein air. Même si je ne goûte pas vraiment le style d’images exposées, le plus souvent inspirées de l’esthétique tapageuse des reportages publiés dans National Geographic ou Géo, voire dans Le chasseur d’images, l’une des revues qui parraine ce festival et organise un grand concours à cette occasion ; même si la thématique de la nature qui inspire cette manifestation depuis l’origine suscite plus d’images contemplatives ou catastrophistes que de reportages conséquents, je me laisse prendre chaque fois par la façon dont les photographies sont installées dans ce coquet village, au gré des murs de pierre, des rues pavées, largement fleuries, et des amas de verdure. Sous une pluie fine, comme hier, qui intensifie les couleurs, l’ensemble dégage une impression forte qui fait se demander à quoi ressemble La Gacilly pendant le reste de l’année, une fois que les photographies en ont été décrochées.

Publicité Facebook

Une photo pour illustrer la publicité d’une chaîne de magasins spécialisés dans les loisirs créatifs et les produits culturels au sens large. Le client immortalise ses achats en se photographiant au moyen de son téléphone portable en compagnie du vendeur qui porte ses achats. Leur sourire forcé ressemble davantage à celui des championnes de natation synchronisée au bord de l’asphyxie qu’à celui de deux potes heureux de se retrouver.

Tout ça pour faire passer l’idée que la rentrée n’est pas le cauchemar redouté par beaucoup, mais peut se révéler un moment agréable de découvertes et de rencontres.

Le style de la photo est clairement celui des (auto-)portraits que l’on fait aujourd’hui à foison, en toute occasion, pour les publier immédiatement sur sa page Facebook. Rencontre de la photographie, du téléphone portable et des réseaux sociaux, cette imagerie devient à présent un motif publicitaire tous azimuts, repris ici au service d’un message assez banal (les avantages de la commande via internet, une sorte de « drive-in » à la mode culture). Mais peu importe puisqu’il fait jeune, dans le coup, et « fun et peps », comme on dirait sur Canal + en ces temps de rentrée.

Trompe-l’oeil-2

Que se passe-t-il place des Vosges, à Paris ? Est-on en train de la relooker comme en Irlande du Nord en vue d’un prochain sommet international ? Pas du tout. Nous sommes là en présence d’une installation publicitaire qui mime le bâtiment que ses recettes vont contribuer à restaurer. Merci Apple.

Dans un cas comme dans l’autre, une photo grandeur nature est apposée sur une construction pour en figurer, ici son état à venir, en Irlande son état fantasmé. Mais bien sûr, place des Vosges, Apple n’entend pas oublier ses intérêts commerciaux sous ses dehors de mécène. Finalement, pourquoi les promoteurs du trompe-l’œil généralisé irlandais n’ont-ils pas invité des grandes marques à apposer leur griffe sur ces friches urbaines ? Il ne leur en aurait rien coûté et les dirigeants les plus riches de la planète auraient été en pays connu.

Par hasard et association d’idées, je suis tombé le lendemain sur un chantier à Versailles qui lui aussi affiche fièrement et en grand l’objectif de restauration d’un bâtiment ancien, mais au profit d’une importante opération immobilière. Là encore, le supplément d’âme revendiqué par cet intérêt porté au patrimoine historique sert des intérêts économiques bien compris.

Complément du 15 décembre 2013 :

Cette fois-ci Apple habille tout le coin de l’île de la Cité pour faire la promotion de l’IPhone 5 :

Trompe-l’oeil

Vu hier soir dans Le petit journal de Canal + un reportage surréaliste sur la façon dont les façades des maisons et des magasins des villages du comté irlandais de Fermanagh ont été rénovées, voire carrément maquillées, en prévision du sommet du G8 qui s’est ouvert hier à Enniskillen.

Capture d'écran du site de Courrier International

Ce reportage, qui reprenait les informations publiées par la presse irlandaises et traduites par Courrier international, montrait comment des photos ont été collées sur les vitrines de magasins vides, d’entrepôts désaffectés pour donner l’illusion qu’ils étaient toujours en activité et même florissants. L’efficacité de cette mascarade tient à ce que les voitures des délégations officielles ne font que traverser ces villages sans s’y arrêter.

Le plus drôle est que les photos utilisées pour maquiller ces lieux déserts ont été reprises sur internet à partir des sites de certains magasins ou restaurants situés pour les uns aux États-Unis, pour d’autres à Calgary, etc. La journaliste de Canal + vérifiait leur origine en se servant simplement de son téléphone portable.

L’artifice ridicule de cette dissimulation des difficultés économiques actuelles de la République d’Irlande me rappelle une caricature – que je n’ai malheureusement pas retrouvée – parue à l’occasion de la visite en 1849 de la reine Victoria en Irlande : de part et d’autre de la route sur laquelle avançait le cortège officiel, une chaîne continue d’hommes déployait les pans de leur redingote pour que la souveraine ne puisse rien voir de la misère criante dans laquelle vivaient les Irlandais.

Les méthodes ont changé, mais l’intention demeure la même.

Lumineux !

J’ai la chance d’être voisin d’un supermarché qui vient de s’agrandir et de se rénover entièrement, au terme de plusieurs mois de travaux au cours desquels aller y faire ses emplettes relevait de la course d’obstacles. A présent, il est tout beau tout neuf, et surtout, comme le souligne cette publicité paradisiaque : il est baigné par une lumière naturelle. Il a fallu que je tombe sur cette affiche pour m’en rendre compte : ça ne m’avait pas sauté aux yeux. Mais manifestement, la direction du magasin tient à mettre en avant cet atout majeur : économies d’énergie ? plus grande transparence (finis les éclairages trompeurs1) ? produits « naturels » ? J’ignore quelle est vraiment l’idée derrière ce slogan, mais elle a dû leur paraître lumineuse.

  1. De fait, les fruits et légumes sont éclairés par des spots à la lumière chaude afin, comme dans tous les autres supermarchés, de les rendre plus colorés, plus attrayants. []

Enigme et détournements

Voici une image mystérieuse et trois improvisations libres trouvées en bordure de l’océan à Notre-Dame de Monts.

La première semble être une forme de création in situ encouragée, voire commandée par la municipalité, dans la mesure où elle apparaît sur des supports installés en bonne et du forme, et que plusieurs variations du même motif se rencontrent en d’autres endroits de la commune. Mais le message, l’intention demeurent énigmatiques.

Les trois détournements sont clairement des improvisation sauvages sur des panneaux de signalisation routière.

Echos de l'été 2 : Au rebut

Déambulant dans le centre ombragé d’une petite ville du Roussillon, je tombe, au hasard d’une rue, sur un camion garé au pied d’un immeuble. Un va-et-vient de manœuvres remplit sa benne d’objets hétéroclites manifestement destinés à la décharge : aux gravas se mêlent de vieilles lampes, des cartons, des restes de journaux tachés d’humidité, etc. Cet amoncellement provient à l’évidence d’un appartement ancien qu’ils sont en train de vider complètement. Les objets sont jetés dans la remorque sans ménagement, avec pour seul souci d’en entasser le plus possible.

C’est alors que j’aperçois un ouvrier qui dépose à l’arrière du camion un carton contenant diverses choses en partie dissimulées par un cadre ovale dans lequel figure le portrait photographique d’une petite fille. Photographie ancienne, en noir et blanc, retouchée ; l’enfant est bien habillée et regarde l’objectif avec le sérieux qui convient. De quand date cette image ? Des années 1920, 1930 ?

Je suis attiré par ce visage qui me regarde parmi les débris jetés autour de lui qui, bientôt peut-être, vont le recouvrir en brisant le verre qui le protège. Je repense aux propos de cette femme âgée qui me disait avoir jeté quantité de choses ayant appartenu à sa mère, mais pas les photos (voir La galerie des ancêtres). Ce n’est pas le cas ici.

Mais le plus étonnant est que, en me voyant photographier ce portrait menacé de disparition (manière pour moi, peut-être, de le préserver symboliquement), l’un des ouvriers m’en demande la raison. Je lui réponds que je m’intéresse aux portraits photographiques. Il m’invite aussitôt à l’acheter et commence à me proposer un prix. Je décline son offre, car je n’ai pas envie de m’encombrer de cet objet. Il paraît déçu, baisse le prix, mais en vain. Je lui explique que je suis étonné de voir ce portrait partir à la benne, comme si plus personne ne savait qui il représentait. C’est alors qu’il m’apprend que la petite fille représentée sur cette photo est l’actuelle propriétaire d’un magasin de piscines situé à la périphérie de la ville. Tout le monde la connaît ici. Et pourtant son portrait d’enfant part à la décharge.

Je m’attendais à ce que l’anonymat dû à l’oubli soit la cause de cette élimination. Mais non. Quelle histoire familiale est à l’œuvre ici ? à qui appartenait cet appartement, voire cet immeuble ? pour qui le vide-t-on et pour quel usage ? un tri préalable a-t-il été effectué avant le passage du camion ? Autant de questions que je n’ai pas osé poser à cet ouvrier, qui n’aurait probablement pas compris les ressorts de ma curiosité. Et puis, j’étais en vacances !

Préfiguration

Le Voyage à Nantes a parsemé depuis la semaine dernière la ville d’œuvres d’art insolites, d’installations éphémères. Cette sorte inattendue de biennale durera jusqu’au 19 août. Avis aux estivants curieux.

Plusieurs des œuvres aujourd’hui installées ont été annoncées, préfigurées dans les divers documents de communication diffusés depuis des mois par les promoteurs de l’événement. Dans la plupart des cas, les images se présentaient comme des photographies de ces productions en situation. Elles avaient bien sûr été réalisées sur ordinateur en utilisant toutes les ressources de ce qu’il est convenu d’appeler « la réalité augmentée ».

Visuel de préfiguration de l'oeuvre "Superama"

L'oeuvre installée, telle que je l'ai photographiée

C’est le cas par exemple des visuels préfigurant la plateforme « Superama » conçue par trois enseignantes de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes : on pouvait y voir l’œuvre comme si elle était déjà à l’emplacement prévu, intégrée à un instantané photographique de la rue concernée. En la découvrant « pour de vrai » il y a quelques jours, j’avais la sensation étrange de l’avoir déjà vue, non seulement à l’état de projet, mais bel et bien en place. J’aurais été surpris de ne pas la trouver là pour de bon.

Or, je n’ai pu me détacher d’une évidente déception devant l’œuvre proprement dite. Elle devait figurer une sorte d’explosion de matière fusant d’un étroit passage, alors que je découvrais en fait un assemblage assez pesant de tubulures parsemées de plaques d’aluminium. Je ne retrouvais pas l’impression suscitée par l’image préalable.

J’en suis venu, du coup, à me demander pourquoi les artistes s’étaient mis si souvent à projeter leurs œuvres dans des représentations de type photographique qui deviennent une base incontournable de comparaison et d’évaluation : j’appréhende forcément cette œuvre dans sa conformité à l’image qui la préfigurait de manière aussi réaliste. Et si je trouve, comme ici, qu’elle ne lui ressemble pas assez, je suis déçu.

Le décalage vient précisément des artifices introduits dans l’image par les outils informatiques de traitement : lorsqu’on regarde de près le visuel de présentation, on se rend compte que les tubulures ont été grisées pour se fondre dans le fouillis lui-même gris des plaques d’aluminium. Le projet était peut-être de monter l’œuvre avec des tubulures peintes en gris, mais tel n’est pas le cas : les montants sont bel et bien couleur métal, sombre ; ils lestent l’installation de lignes horizontales peu compatibles avec l’impression de légèreté qui devait se dégager de l’ensemble. Mais je n’aurais peut-être pas ressenti cette déception si je n’avais pas déjà eu dans l’esprit l’image faussement réaliste de ce que cette réalisation devait être.

Comme quoi la réalité augmentée tend à nous faire considérer la réalité effective comme diminuée. Ce qui est particulièrement dommage pour des œuvres d’art qui devraient, au contraire, nous faire décoller du réel dans arrière-pensée. Artistes, retrouvez les vertus oniriques du dessin, du simple croquis, de la perspective cavalière et laissez Photoshop aux publicitaires !

Gyotaku

Le hasard d’une rencontre avec un pêcheur doublé d’un artiste m’a permis de découvrir une pratique traditionnelle issue du Japon : le gyotaku.

On raconte qu’en 1862, un seigneur et ses samouraïs pêchèrent une dorade magnifique, symbole de bonheur, qu’ils auraient voulu offrir à l’Empereur. Mais comme ils se trouvaient trop loin de la capitale pour espérer que ce poisson se conserve jusqu’à sa destination, ils eurent l’idée d’en fixer une empreinte sur du papier après l’avoir enduit d’encre. L’image ainsi obtenue fut offerte au souverain, comme substitut du poisson. Depuis, ce procédé a été repris à maintes reprises par des pêcheurs pour conserver une trace de leurs plus belles prises. On en trouve dans certaines poissonneries : outre l’empreinte de l’animal, ces estampes précisent son espèce, la taille et le poids du spécimen, la date de sa pêche, voire le nom du pêcheur.

Depuis, la photographie a pris le relais en imposant un nouveau canon de représentation : le cliché du pêcheur exhibant avec fierté le poisson exceptionnel qu’il vient de tirer de l’eau. Il se prend certainement aujourd’hui beaucoup plus de clichés de cette nature qu’il ne se réalise d’empreintes sur papier, même si cette pratique n’a pas disparu et trouve de nouveaux adeptes de par le monde1.

Ces deux registres de représentation ont toutefois un point commun qui les rend également aptes à fixer les traces de ces trophées de pêche : il s’agit dans les deux cas d’empreintes physiques, médiatisées par l’encre d’imprimerie dans un cas, les rayons de la lumière dans l’autre, et déposées sur du papier qui leur assure une forme matérielle de conservation.

Complément (31 mai ) :

Voici un autre exemple de photo de pêcheur, plus ancien et plus soigné esthétiquement que les clichés de la sélection Google :

Portrait de Lutian et de sa prise, années 1930 (Archives départementales de l'Essonne, Fonds du Studio Fournier, Corbeil-Essonnes)

  1. Voir par exemple l’exposition présentée actuellement au Musée de la pêche de Concarneau. []

Pommes de luxe

J’ai trouvé ce week-end dans un supermarché breton ces pommes de marque, lustrées, impeccables, chacune estampillée d’une petite vignette illustrée d’un portrait de femme qui évoque davantage une gravure de mode qu’une variété de fruit. Renseignements pris, il s’agit de la « gamme de luxe » lancée en 2009 par un grossiste familial du Finistère, passé au bio quelques années auparavant. Les connotations érotiques, ou bibliques c’est selon, de la marque « Charnel » font d’autant plus sourire que l’entreprise en question s’appelle Le Saint – reprise du patronyme de cette famille au commandes depuis 1958.

Panneaux vides

Il n’y a pas que dans les campagnes que les panneaux électoraux restent vides. Là où j’habite, au cœur de la métropole nantaise, j’ai eu la surprise de constater hier que les panneaux électoraux prévus pour le seconde tour des élections présidentielles ne portaient toujours aucune affiche. J’ai lu dans la presse quelques articles qui font état de la lutte que se livrent les colleurs d’affiches du PS et de l’UMP, mais elle se déroule manifestement hors des espaces officiels. Est-ce à dire que les panneaux officiels sont boudés, ou du moins semblent aujourd’hui secondaires, de même que les temps d’antenne de la campagne officielle dans les médias ?

Dans l’immédiat, ces espaces vierges ne sont pas perdus pour tout le monde…

Vendredi 5 mai :

Il n’aura pas fallu deux jours pour que les affiches des deux candidats subissent les outrages des passants :