Un air de famille

Agréable week-end au bord de l’océan sous un soleil généreux. Deux nuits passées dans un gîte confortable, décoré avec soin selon une combinaison savante d’objets anciens et de matériaux bruts. Et surtout exposant plusieurs vieux portraits photographiques dans la chambre et les espaces communs qui confèrent à cette demeure une touche dynastique, comme si elle nous offrait la possibilité de découvrir les visages de ses ancêtres.

En retournant ces cadres, on y trouve des signes d’époque qui permettraient peut-être d’en évaluer l’ancienneté : par exemple, ces fragments de papier journal qui ont servi à coller le carton de l’image au cadre. Mais on y remarque également des étiquettes beaucoup plus récentes qui révèlent que ces portraits ont été achetés probablement dans des brocantes, chez un antiquaire, voire dans un magasin spécialisé dans la décoration intérieure. L’air de famille, qui contribue au “cachet” de ce lieu, est donc d’abord un effet purement décoratif.

Pour un aperçu d’une galerie de portraits dans une vraie demeure familiale et de ses vicissitudes actuelles, voir le billet La galerie des ancêtres.

Appareils devant caméras

Capture d'écran du site

http://www.pluzz.fr/france2

Dimanche soir, le journal télévisé de France 2 a consacré un reportage à l’incendie spectaculaire qui venait de détruire dans la nuit un entrepôt de garde meubles à Gagny. Après une série d’images et de commentaires sur l’ampleur du sinistre, l’intérêt des journalistes s’est tourné vers les riverains dont ils filmèrent rapidement les habitations. “A moins de 50 mètres, les premières maisons, elles, ont été préservées.” Il s’ensuivit une séquence d’interview au cours de laquelle on apprit que “les habitants ont pris des photos, réveillés par le bruit de l’incendie.” L’un deux montra à la caméra l’écran de son appareil photo sur lequel il faisait défiler deux clichés. “C’est ce que j’ai vu de chez moi, déclara-t-il, tenant toujours son appareil dans la main, et on sentait la chaleur de là-bas. C’était impressionnant.”

Depuis l’origine de la photographie, les incendies ont été très souvent photographiés parce qu’ils étaient particulièrement photogéniques et, de surcroît, qu’ils produisaient une intense lumière apte à impressionner même la plaque très peu sensible d’un daguerréotype de 1853. Aujourd’hui encore, l’effet spectaculaire est garanti, surtout s’il est exempt de danger.

George N. Barnard, Incendie des moulins d'Oswego, État de New-York, 1853 (daguerréotype colorié)

Dans ce reportage, le caméraman de France 2 et les voisins-photographes ont fait en quelque sorte assaut d’images, les seconds se sentant autorisés à témoigner parce qu’ils pouvaient exhiber les preuves visuelles de ce qu’ils avaient vu devant ces journalistes arrivés sur les lieux après-coup. Mais cette exhibition de photos fonctionne également comme un élément narratif au sein du reportage. Sur le même mode, certaines chaînes d’information en continu commentent à l’antenne les photos que, à leur demande, des téléspectateurs leur ont envoyées pour donner leur vision de tel ou tel sujet d’actualité (chutes de neige ou intempéries, par exemple).

Donc un conseil : si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour passer au JT, complétez votre témoignage par des photos prêtes à être montrées. Un minimum d’éditing préalable peut même être recommandé…

Contradictions

Le magazine des caisses d’allocations familiales de février propose un dossier sur le thème : “Bien gérer les écrans à tous les âges”. Il y consacre trois pages émaillées de citations de spécialistes de la psychologie infantile. L’écho général est qu’il importe de modérer l’usage des écrans parce qu’ils “font littéralement écran aux relations humaines, ils séparent, ils isolent et empêchent toute communication” (Michel Larrar, pédopsychiatre).

Or, soucieuse de montrer que les caisses d’allocations familiales évoluent, une double page de ce même numéro nous détaille les nouveaux supports sur lesquels sont déclinées désormais les informations périodiques des Caf : on y voit un jeune couple plongé dans la lecture du mensuel cependant que leurs enfants sont, chacun de leur côté (mais dans la même pièce) absorbés par leurs écrans.

Difficile décidément d’appliquer les conseils donnés aux parents pour réguler les relations au sein de la famille sous le régime omniprésent des écrans…

Tendance : images

Le dernier numéro papier de La Tribune, paru ce lundi, présentait un cahier intérieur qui résumait l’histoire de ce journal, annoncée par la formule : “27 ans, 4.903 numéros et puis s’en va”.

Quatre pages de unes échelonnées de 1987 à 2011 donnaient un aperçu des modifications de maquette subies par ce quotidien.

L’évolution est frappante : partie d’une formule dans laquelle le texte dominait sans partage, à l’instar des quotidiens “sérieux” comme Le Monde, qui continuait alors de refuser la photographie, elle est passé progressivement à une formule en partie illustrée et rehaussée de gros titres en gras, puis à une formule en couleurs (“Du coup, c’est toute l’économie et la finance qui prennent un coup de jeune.”), pour finir par une Une hyper-visuelle dans laquelle la photographie occupe la place principale.

On voit s’affirmer ainsi de plus en plus le modèle visuel de la télévision dont la couverture de l’actualité passe pour une large part par le dispositif de l’interview : un acteur ou un témoin privilégié de l’actualité parle de ce qui se passe ou de ce qu’il faut en comprendre.

Cet exemple n’apporte rien que nous ne sachions déjà. Simplement, il offre un raccourci saisissant d’une évolution effective dans toute la presse quotidienne, marquée par l’emprise croissante de l’image, sinon de la photographie. Entre-temps, même Le Monde s’y est mis.

Hiéroglyphes

Non, ce n’est pas la vue d’un fragment de mur mis à jour dans une tombe égyptienne récemment découverte, mais une phrase de pictogrammes imprimée sur l’emballage d’un réfrigérateur. Ce carton en est cerné, avec des variations de détail d’un côté à l’autre.

On comprend, à partir de certaines de ces images, qu’il ne faut pas laisser le carton sous la pluie, ni le transporter sur un diable, mais que viennent faire le rond, le verre à pied, les deux flèches épaisses cernant un objet rectangulaire (ce même carton ?) et cet empilement de carrés numérotés dont le n° 4 est barré ?

Si vous avez des suggestions ou éclaircissements, n’hésitez pas à nous en faire profiter.

Got a teenager ?

En lisant la thèse de Franck Leblanc, je retrouve ce document qu’il m’avait déjà montré : il s’agit d’une affiche conçue en Allemagne pour aviser les citoyens des nouvelles normes exigées pour les photographies d’identité destinées aux passeports biométriques. La photo accroche mon regard, probablement parce que la moue peu avenante de cet adolescent m’évoque irrésistiblement celles que je rencontre à la maison du matin jusqu’au soir.

Au moins suis-je rassuré sur un point : mes ados réussiront sans effort leurs prochaines photos d’identité.

Omniprésence de la publicité – suite

Nous venons d’acheter un baby-foot pour les enfants (pas que pour eux d’ailleurs…). Chaque fois que j’y joue avec eux, je ne puis m’empêcher de river mon regard sur cette bande de publicités collée de chaque côté du terrain, comme sur un vrai stade de foot. Comme si la présence des panneaux publicitaires authentifiait l’arène qui, pour en réduction, n’en serait pas moins ainsi conforme à la réalité.

Il semble que le même type d’affichage se trouve dans les jeux vidéos de foot :

Cliché

Le Monde, 27 sep. 2011. Photo : Fahad/Reuters

Pour illustrer un article relatant l’annonce par le roi d’Arabie saoudite d’une ouverture du droit de vote aux femmes de son pays, le journal Le Monde a publié dernièrement une photo qui de nouveau montre des femmes voilées en train de prendre des photos avec leur téléphone portable.

Je dis “de nouveau” parce que j’avais déjà eu l’occasion de pointer ce type d’iconographie dans un article de Ouest-France consacré aux révolutions arabes. Je me demandais alors en quoi le fait de montrer des femmes musulmanes voilées dans cette attitude, cette occupation, nous apprenait quelque chose sur le processus politique en cours dans certains pays arabes. Ici, le contraste me paraît plus frappant encore puisque cette photo est légendée par un texte qui n’a aucun rapport avec l’image et qui établit un lien hasardeux entre le fait de photographier et celui de déposer un bulletin de vote dans les urnes.

On peut alors se demander si ce type d’image très photographique – concentrant d’une manière particulièrement visuelle des signes à nos yeux opposés comme la burqa et le téléphone portable – n’est pas en passe de devenir tout bonnement un “cliché”, destiné à illustrer mécaniquement les articles sur le même thème. De même que la crise financière est désormais illustrée presque partout par l’image d’un homme qui se prend la tête devant des écrans remplis de graphiques.

PS : Une recherche rapide sur Google Images révèle que cette photo (en réalité une image       d’archive) a été utilisée auparavant des dizaines et des dizaines de fois sur des sites en langue arabe, sans qu’il me soit possible d’en connaître le contenu. Les rares accessibles en anglais sont des sites féministes.

Capture d'écran du site http://somalianarab.blogspot.com

Professionnels/Non professionnels

Après correction de la balance des blancs par Thierry Dehesdin

Exposition vue au laboratoire Dupon, le 13 juillet 2011 : il s’agissait de la présentation des photographies primées dans le cadre d’un concours européen lancé par l’entreprise Eurazeo.

C’était la première fois que je voyais formalisée ainsi la distinction entre les lauréats professionnels et non professionnels, qui d’ordinaire n’apparaît pas dans les concours ouverts à tous. Même si l’ouverture aux “non professionnels” ne garantit pas forcément que ces derniers ressortent en bonne place à l’issue de la sélection finale.

La chute des livres – poésie

Trois-Rivières est une ville québécoise, au bord du Saint-Laurent, qui célèbre la poésie. Elle organise depuis 25 ans un festival international et déploie sur ses murs des mots de poètes. Créant ainsi, ici ou là, des juxtapositions parfois savoureuses, inspirantes ou saisissantes, comme cette “chute à livres” qui suscite un “universel frisson” chez tout amoureux de la culture.

Pictogrammes (suite)

Voici quelques pictogrammes énigmatiques trouvés lors de notre périple québécois. Énigmatiques pour nous Français, étrangers dans ce pays ; probablement pas pour ses habitants. Encore que nous avons déjà vu à plusieurs reprises que les pictogrammes ne délivrent pas toujours des messages intelligibles.

Vos suggestions, interprétations ou explications sont les bienvenues.

Exemple 1

Exemple 2

Exemple 3

Exemple 4

Exemple 5 - Juste pour le dépaysement

Exemple 6 - Bel exemple de la courtoisie des Québécois :

tout le monde s'arrête et c'est le premier arrivé qui repart.

Narcisse business

"Un 'coeur de portraits' noir et blanc pour tête de lit, voilà une adorable façon de garder à l'esprit ceux qui nous sont chers." (création Sarah Heitz)

Je viens de tomber par hasard sur un numéro de la revue Marie-Claire Idées (n° 76, daté de janvier 2010) qui m’a attiré l’œil par cet assemblage de cadres en forme de cœur présenté sous le titre “Spécial cocooning” : chaque cadre présente une photo de famille.

En parcourant le dossier en question, on découvre diverses propositions pour mettre en valeur les photos des siens dans le cadre domestique : coussins imprimés ; pendules dont les heures sont figurées par les portraits de la même personne échelonnés sur une vingtaine d’années ; abat-jour composé de bandes de photomatons ; mur entièrement couvert de photocopies de clichés noir et blanc.

“Un air de famille. Les photos de nos proches, réunis sur un canapé, ont été imprimés sur des coussins. Personne ne manque, pas même le chien.” (Création Sarah Heitz)

“Le visage d’une même personne, de sa naissance à l’âge de 20 ans, a été découpé en rond pour simuler les chiffres. Une jolie manière de voir le temps qui passe.” (Création Laure Kindermans)

“Collées avec de la colle à papier peint, des photocopies noir et blanc témoignent des moments heureux. (Création Alice Puech)

Je suis frappé de voir ainsi formalisée l’omniprésence de la photographie de famille dans la vie de tous les jours. Comment peut-on vivre avec les siens et, en même temps, avec leur image (et la sienne) hypertrophiée, à ce point encombrante ? Je m’étais déjà posé la question (sans oser la leur poser) chez divers amis qui, justement, parsèment leur intérieur de multiples clichés, punaisés, encadrés, agrandis… Parfois, des murs entiers, des volées d’escalier en sont pleins.

Le même jour, grâce à une seconde intervention du hasard, j’ai aperçu cette brève publiée dans un magazine de micro-informatique. Cette fois, nous quittons l’enceinte du domicile pour gagner l’espace public, via internet et le site collaboratif d’un artiste désormais célèbre pour les grands portraits photographiques qu’il a collés en divers endroits très tendus de la planète. Il propose désormais aux volontaires d’éditer leur portrait en affiche pour qu’ils puissent le coller dans le lieu de leur choix : geste politique, comme lui-même a pu le faire par exemple au Moyen-Orient, ou simple excroissance du moi qui ne se suffit plus des murs protégés du domicile ?

Capture d'écran du site http://www.insideoutproject.net

PS : Étonnamment, ou ironiquement, JR, l’artiste en question, préserve jalousement son image et anonymat.

Second PS : L’invitation de l’article à “devenir un street-artiste”, comme JR, renvoie à son tour à d’autres message publicitaires comme celui de la banque HSBC, déjà commenté ici, qui  lui aussi présumait la transition de “mon album photo” à “ma première expo photos”, aussi simple à effectuer, semble-t-il, que le passage d’un jour à l’autre.