En Mongolie ?

Capture d'écran du site http://www.smhric.org/

C’est un bref  échange entendu hier dans le métro parisien. Les protagonistes sont un jeune couple dans la vingtaine. Le garçon explique à sa compagne qu’untel vient d’obtenir un job intéressant en Mongolie où il va s’occuper de questions agricoles.

“En Mongolie ?

– Oui, en Mongolie.

Elle répète sa question à plusieurs reprises. Manifestement, elle n’arrive pas à imaginer qu’on puisse avoir envie d’aller en Mongolie, surtout pour y travailler.

– C’est un pays d’avenir, la Mongolie, argumente son copain, qui perçoit son incrédulité.

– Peut-être, répond-elle, peu convaincue. Mais dis-moi, il va faire comment en Mongolie pour communiquer ?

En clair : il y a Facebook en Mongolie ? Parce ce que, sinon, laisse tomber.

L’art d’accumuler les traces

Capture d'écran du site http://www.floride-immobilier.fr/immigration.html

J’ai éprouvé hier le stress de devoir affronter les policiers américains pour entrer sur le territoire des États-Unis.

Je transitais par l’aéroport de Montréal où les services d’immigration US occupent tout un bâtiment, conçu comme un véritable avant-poste américain en territoire canadien.

On a beau avoir déjà passé les contrôles de sécurité dans l’aéroport d’où l’on vient, Québec en l’occurrence, il faut recommencer ici avec un luxe de précautions décuplé.

Puis vient le passage devant les agents de l’immigration. J’ai failli rater ma correspondance tant la procédure est tatillonne et lente. Au final, lorsqu’ils ont eu tout vérifié et constaté qu’il n’y avait aucune anomalie dans mon cas, il m’ont demandé d’appliquer les doigts de mes deux mains sur leur scanner pour enregistrer mes empreintes digitales, puis ils ont pris une photo de moi avec leur web cam spéciale, et enfin, mais enfin seulement, ils ont accepté de me laisser passer.

Or, cette étape finale de recueil d’empreintes m’a laissé un sacré doute. Je me suis demandé pourquoi leur super ordinateur central ne leur apprenait pas qu’ils avaient déjà enregistré mes données biométriques il y a quelques années lors de mon arrivé à l’aéroport de New York. Est-ce à dire que, d’un aéroport à l’autre, les données ne sont pas mises en communication ? Que vont-ils faire de mes empreintes, déjà recueillies séparément dans deux archives différentes ? Plus généralement, que peuvent-ils faire de ces millions de données personnelles saisies à longueur de journée dans tous les postes-frontières des États-Unis ? Sont-ils réellement en mesure de les taiter à la demande, ce qui supposerait déjà de pouvoir les retrouver, ou bien en sont-ils réduits à les accumuler, l’important étant davantage dans le signal donné aux arrivants qu’ils sont fichés que dans l’efficacité de ce fichage ?

Je suis reparti avec mes questions, même si j’étais surtout content de ne pas avoir raté mon avion.

Devant la télé – 2

Capture d'écran du site du Nouvel Observateur du 2 juillet 2012

Une nouvelle fournée de comptes rendus d’observation sur les manières de regarder la télévision rédigés par mes étudiants de Licence 3 de cette année apporte des confirmations et des éléments nouveaux par rapport à la première synthèse présentée l’an dernier.

Tout d’abord, la présence incontournable de la télévision dans ces familles qui pour l’essentiel appartiennent aux classes populaires ou aux petites classes moyennes. On allume la télévision tous les jours, des heures durant, en particulier pendant les repas (20 cas sur 27). Ces repas sont d’ailleurs en partie conditionnés par ce qui se passe à la télé : une séquence plus intense, dans un journal télévisé ou une émission de jeu, suspend non seulement les conversations, mais aussi les fourchettes. D’autre part, l’intérêt pour les programmes diffusés perturbe parfois directement le déroulement des repas : l’un part manger son dessert devant la télévision ; un autre quitte la pièce pour aller regarder quelque chose en particulier dans sa chambre. A cet égard, l’attribution des places à table revêt une importance stratégique : il n’est pas rare que le père, et les fils, s’octroient celles qui font face au téléviseur, tandis que la mère, et les filles, lui tournent plus souvent le dos.

Généralement, la télévision reste allumée lorsque la famille reçoit des invités. Un étudiant va jusqu’à écrire : « Nous entourons la télévision », tellement elle lui apparaît comme un acteur actif de ce type de réunions au cours de laquelle la conversation connaît parfois des creux que le divertissement télévisé permet de combler habilement.

Parmi les comportements individualisés au sein de la famille, il faut citer également l’utilisation du casque qui permet de regarder, et d’écouter, une émission en solo sur le téléviseur commun. Certains adolescents font de même avec leur Play Station.

Environ la moitié des familles de cet échantillon spontané possèdent plusieurs téléviseurs. Celles qui n’en ont qu’un sont soit des personnes vivant seules (ce qui arrive assez fréquemment à la suite d’un divorce ou d’une séparation), soit des jeunes, célibataires ou en couple, soit, mais c’est beaucoup plus rare ici, des familles plutôt intellectuelles qui ne valorisent pas la télévision. Ce sont les seuls cas où la télévision est prohibée du repas, au motif de respecter la convivialité de ce moment passé ensemble. Notons cependant que, dans certaines familles populaires où la vie est devenue impensable sans la télévision, assimilée à un véritable « animal de compagnie », la regarder ensemble est considéré précisément comme ce qui rassemble les membres de la famille.

Avoir plusieurs téléviseurs permet de jalonner tous les instants de la journée : par exemple, cette grand-mère qui vit seule la regarde dans sa cuisine lorsqu’elle prépare le déjeuner (le matin, elle écoute la radio1), l’après-midi dans le salon au moment de sa sieste et le soir dans sa chambre avant de s’endormir. A l’opposé, dans certaines familles nombreuses, il a été décidé de multiplier les téléviseurs afin de réduire les conflits entre les enfants sur les programmes, forcément divergents, que les uns et les autres souhaitent regarder.

Ayant grandi avec la télévision, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui l’ont intégrée à leur vie quotidienne, particulièrement ceux qui en ont une dans leur chambre depuis des années. Certains ne peuvent pas s’endormir sans le petit écran. Même sans aller jusque là, très tôt les enfants mémorisent les musiques des publicités, intègrent ce qu’ils ne doivent pas regarder, etc. Encore que, dans les familles populaires, le contrôle parental semble peu soutenu.

C’est dans les familles plus aisées ou cultivées que l’on rencontre les préventions les plus explicites à l’égard de la télévision. Mais l’observation en situation révèle souvent des comportements contradictoires. Ainsi, cette mère diplômée, réfractaire au « tout télé », se laisse tenter tout de même par une émission de vidéo gags tout en se faisant reproche de la regarder. Lorsque le couple parental est composé d’individus au parcours social et culturel différent, les divergences sont fréquentes.

En fait, ces contradictions sont plus répandues qu’on pourrait le croire. Dans beaucoup de cas, en effet, on constate que les gens se laissent prendre par « ce qu’il y a à la télé » (sachant qu’ils n’ont pas choisi une émission en particulier) et en conçoivent une certaine mauvaise conscience : l’homme parce qu’il va s’endormir encore une fois devant le poste, la femme parce qu’elle sait bien qu’elle aurait mieux à faire, l’un ou l’autre parce que, immanquablement, ils se mettent à grignoter petits gâteaux, chocolat…, alors que c’est très mauvais pour leur ligne. On pourrait multiplier les exemples. L’autre manifestation de cette gêne est la fréquence des remarques sarcastiques, des propos ironiques sur telle ou telle émission « particulièrement nulle », mais que l’on regarde quand même. Ce dédoublement de personnalité s’observe très fréquemment. Il conduit à douter fortement des sondages relatifs à la télévision, qui font régulièrement apparaître le scepticisme des téléspectateurs, particulièrement à l’égard des émissions d’information ; alors qu’on sait par ailleurs que la télévision demeure la principale source d’information des Français.

Dernier point qui ressort des comptes rendus de cette année : le sur-équipement multimédia des jeunes générations. Ils regardent la télévision aussi souvent que la génération de leurs parents, reproduisant en particulier ce comportement des personnes seules qui l’allument dès qu’elles rentrent chez elles, pour avoir « une présence ». Mais, le plus souvent, le téléviseur diffuse ses programmes en arrière-plan tandis qu’ils regardent l’ordinateur portable posé sur leurs genoux, sans compter leur téléphone, leur tablette ou leur console de jeux. On peut observer alors ce comportement surprenant : allumer la télé, s’asseoir dans le canapé en face, ouvrir son ordinateur et y lancer des vidéos tout en prêtant une oreille, plutôt qu’un œil, à ce qui se passe dans la série diffusée sur le petit écran ; voire décider de démarrer un film en streaming sans interrompre pour autant le programme télévisé. Ainsi se compose un environnement multi-écrans dans lequel la télévision n’occupe pas souvent la place principale, mais où elle semble demeurer néanmoins indispensable. Les séries seraient peut-être plus souvent regardées à la télévision et les films en DVD ou streaming sur l’ordinateur. Mais l’inverse se produit, par exemple lorsque les fans d’une série ne peuvent attendre sa télédiffusion et en regardent la dernière saison en v.o. sur leur ordinateur.

On comprend que les fabricants de téléviseurs cherchent de plus en plus à en faire des interfaces multimédias afin que le téléviseur ne perde pas son importance face à la concurrence des autres écrans qui meublent désormais le quotidien des jeunes générations.

  1. Effet de génération ? Du temps où l’on déjeunait en écoutant Le jeu des 1000 Francs. []

Comme à la maison

Sous ses dehors éminemment domestiques, cette photo est destinée en fait à présenter la nouvelle médiathèque que vient d’inaugurer la commune dans laquelle j’habite. Le mobilier pourrait être celui d’un salon particulier, cette famille y est installée avec le naturel d’un intérieur privé. On ne perçoit aucune affluence, aucune pression du “public” autour. C’est familial, intime presque.

On imagine aisément que cette approche de la nouvelle médiathèque vise à renouveler le public en attirant les jeunes couples avec enfants, plutôt diplômés, qui s’installent dans les nouveaux quartiers récemment construits dans cette partie rurale de la commune. L’image de la famille, ici comme ailleurs, permet d’en appeler à toutes les générations, même si, dans le cas présent, il est clair que l’accent est mis sur la jeunesse, des adultes comme des enfants, dans l’espoir probablement de fidéliser une nouvelle participation. Au delà, on perçoit combien l’aménagement de ces nouvelles structures culturelles et la communication qui le valorise mettent l’accent sur l’individualisation des services, sur la réduction symbolique de la distance entre l’espace privé et l’espace public, comme si le signe le plus clair de la réussite d’une telle médiathèque était qu’on s’y sente comme chez soi.

D’abord les photos

Je viens d’avoir l’opportunité de visiter le Daviaud, qui se présente comme l’écomusée du marais vendéen. Sa particularité est de présenter en plein air plusieurs constructions traditionnelles de la région : ferme, grange, bourrine, salorge, etc. Le visiteur pénètre successivement dans ces diverses bâtisses où lui sont présentés des collections sur le milieu naturel et les traditions locales.

Le bâtiment d’accueil, construit il y a seulement une douzaine d’années, sert de sas avant le parcours proprement dit. Immédiatement à sa sortie, on peut découvrir ce panneau qui signale “le coin du photographe” : un petit belvédère s’élève sur la gauche en haut duquel on peut avoir une vue d’ensemble des bâtiments pour les photographier. Si bien que la prise de vue photographique devient le premier geste actif de la visite.

Cette incitation explicite et la délimitation – la construction – d’un point de vue adéquat pour photographier ne sont pas sans rappeler les mentions, dans certains guides de voyage, des lieux d’où le voyageur peut réaliser les plus belles photos des sites qu’il va visiter ou seulement apercevoir. Car, dès lors que la photo est prise…

Télé-observation

J’ai demandé à des étudiants de Licence 2, dans le cadre d’un TD consacré à la sociologie des cultures, de décrire en détail l’intérieur de l’habitation de leurs parents, du moins des pièces de réception (entrée, salon, salle à manger, voire cuisine) en vue d’appréhender concrètement des signes révélateurs des goûts et des pratiques culturelles. Je leur ai proposé de le faire dans leur famille pour que l’exercice leur paraisse plus simple à effectuer. Mais j’avais imposé comme condition qu’ils travaillent en binôme afin d’allier, sur chaque lieu d’observation, le regard familier de l’enfant de la maison et le regard extérieur du visiteur étranger.

C’est là que les choses se sont compliquées. Certains étudiants ne sont pas originaires de la région nantaise et, de surcroît, dans un binôme donné, les familles respectives ont pu se révéler être très éloignées géographiquement. Il n’a donc pas toujours été possible à ces étudiants de se déplacer les uns chez les autres.

Qu’à cela ne tienne : ils ont facilement trouvé une solution, technologique et visuelle. Chacun a photographié et filmé l’intérieur de ses parents et a transmis le tout à son partenaire. Ce dernier a ensuite procédé à l’observation et à la description demandées à partir de ces documents visuels. De la télé-observation en somme.

Je n’avais pas anticipé ce type d’obstacle et encore moins la facilité avec laquelle ils l’ont effacé. Cet exemple me semble montrer avec évidence combien ils appartiennent à une génération de l’image qui s’en sert en permanence, pour communiquer, se divertir, mais également, en cas de besoin, pour travailler.

Voici le bilan de cette opération par l’un de ces télé-observateurs : “Le principal avantage est que par le biais des photos et des vidéos, nous ne pouvions pas oublier d’observer tel ou tel objet. Grâce aux photos, le lieu d’enquête est figé et l’observation en est facilitée. Cependant, les limites sont que la qualité de certaines photos a pu poser des difficultés d’identification de certains objets. De plus, l’enquêteur n’est pas immergé dans son terrain d’enquête et ne peut pas s’imprégner de l’ambiance du lieu.”

Le recours à la photographie par souci d’exhaustivité a également animé certains étudiants inscrits dans un autre de mes cours, en Licence  3, consacré cette fois à la sociologie des images. Je leur avais demandé d’effectuer un relevé le plus complet possible des images qu’ils rencontraient dans l’environnement immédiat de leur lieu d’habitation. Un bon tiers d’entre eux a mentionné dès le début de leur compte rendu qu’ils avaient photographié systématiquement tout ce qu’ils voyaient, puis que, de retour chez eux, ils avaient travaillé d’après leurs clichés, afin de s’assurer de ne rien laisser passer. “J’ai choisi le recours à la photographie, explique cette étudiante, pour relever les images avec plus de précision. J’ai ensuite trié mes clichés dans des thèmes spécifiques.” Ils ont expérimenté ainsi un procédé régulièrement employé dans les opérations d’observation, lorsqu’il est question d’effectuer des relevés systématiques de configurations matérielles, comme des décors domestiques ou des environnements publics.

La facilité qu’il y a désormais à photographier et à filmer avec un téléphone portable explique certainement qu’autant d’étudiants aient adopté cette option méthodologique. La prise de notes photographiques est indéniablement en train d’entrer dans les mœurs de cette génération.

Mémoire Replay

Notre fille entreprend de nous détailler le menu préparé par un concurrent de l’émission de M6 Tof Chef. Elle se souvient de l’entrée dans les grandes lignes, pas dans le détail de la recette. Pour le plat principal, les souvenirs lui reviennent plus difficilement. Quant au dessert, c’est le trou noir.
– Quand même, c’était hier soir.
– Oui, je sais, mais bon…
– Et tu ne t’en souviens pas ?
– Ben non. Mais de toute façon on peut le revoir sur M6 Replay.

Sa réponse m’a fait penser au dossier que Télérama consacre cette semaine à “Notre cerveau chamboulé”, avec pour questionnement : “Lecture en diagonale, perte de concentration… le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser. Faut-il s’en inquiéter ? Pas forcément…”

Ce dossier évoque notamment une étude américaine sur les moteurs de recherche, publiée en 2011 dans la revue Science, qui démontrerait que “l’on se souvient moins bien des informations que l’on sait pouvoir retrouver sur notre ordinateur [ou ici sur M6 Replay] que de l’endroit où elles sont stockées” (p. 23). D’ailleurs je note que ma fille trouve désormais inutile d’enregistrer sur la box les émissions que nous ne pouvons pas regarder lors de leur diffusion puisque nous pourrons les voir pendant une semaine grâce au service TV à la demande.

Autre séquence : je discute musique avec mon fils et en viens à lui parler du groupe anglais UB40 que j’ai beaucoup apprécié. Comme ce nom ne lui dit rien, j’entreprends de lui expliquer. Mais, sans attendre la fin de mon rapide exposé, il pianote sur son Ipod Touch et presque immédiatement lance une de leurs chansons les plus connues. “Ah, c’est ça ! Ouais, je connais.” L’énigme UB40 est élucidée.

Pas de mémoire sans le support informatique d’un côté ; de l’autre, une mémoire décuplée avec.

L’écran de la fuite

Entendu ce matin sur France Inter, dans un reportage sur la jeunesse algérienne (Le Zoom de la rédaction, à 7 h 15), cette expression saisissante dans la bouche d’un homme qui a déjà tenté l’expérience de l’émigration clandestine en France d’où il s’est fait refouler :

“Ici, on voit la France comme une télé en couleur. En Algérie, l’avenir est en noir et blanc.”

Il compte retenter le coup bientôt, en Espagne cette fois. Où la télé a de meilleures couleurs ?

L’enthousiasme du livreur

Petite scène vécue hier matin :

Une camionnette de la Poste s’arrête devant la maison. Le livreur – un Black avec un bonnet vissé sur la tête – vient sonner à la porte. Dès que je lui ai ouvert, il m’annonce qu’il a un petit colis pour moi, mais il se reprend aussitôt en retournant vers son véhicule. “Non, plutôt un GROS colis !” C’est aussi ce à quoi je m’attends. Il extrait de son coffre un grand carton plat qu’il hisse au-dessus de sa tête, comme il le ferait d’haltères légères, et me le porte ainsi jusque sur le pas de la porte. Là, il scanne le code-barre et me donne le paquet, en me lançant avec conviction : “Vous allez pouvoir en voir des bons films !” Pendant qu’il repart vers sa camionnette, il continue à me faire l’article : “Vous allez voir, c’est un écran vraiment révolutionnaire. Rien à voir avec ce que vous avez actuellement (comment sait-il ce que j’ai comme téléviseur ?). C’est fantastique ! Et puis, vous pouvez jetez tous vos DVD !” Devant mon air affolé, il ajoute : “N’achetez plus que des Blue-Ray. Vous verrez, c’est bluffant ! Et en plus, vous avez la 3 D là-dessus.”

Et il repart, l’air satisfait de celui qui a aidé son prochain en le faisant profiter de ses certitudes sur la technologie des écrans plats LED. Mieux qu’un commercial, et tout à fait gratuit.

L’horloge parlante

Lorsque j’étais enfant et qu’on souhaitait connaître l’heure exacte, on téléphonait à l’horloge parlante : au bout du fil, on entendait une voix calme et posée qui déclamait l’heure dans la version chiffrée des horloges numériques. On apprenait ainsi qu’il était 11 h 35 ou 18 h 15 (je fais l’impasse sur les secondes) – ce qui ne laissait pas de me surprendre parce que ce n’était pas du tout notre manière de parler. Dans la vie courante, on disait qu’il était “midi moins 25” ou “six heures un quart”.

Aujourd’hui, j’entends communément mes enfants se fixer des rendez-vous comme le feraient des agents de la SNCF : “On se retrouve à 13 h 45”. On dirait qu’ils vont prendre le train. Pour eux, cette numérisation de l’heure semble tout à fait naturelle. Mais il est vrai qu’entre-temps se sont multipliés les appareillages qui donnent l’heure et qui le font toujours de manière chiffrée. Sur son écran d’ordinateur ou de téléphone portable, on doit pouvoir afficher une horloge avec des aiguilles, mais ce n’est pas le plus courant.

Cette emprise du tout numérique produit ses propres effets d’acculturation : autant mes deux aînés ont appris l’heure sur l’horloge ronde la cuisine, autant mon benjamin (10 ans) n’a jamais pu s’y faire. Pour lui, l’heure ce sont des chiffres, pas des aiguilles. Quand il voit ma montre design sans aiguilles, il me prend pour un fou !

PS : Bien sûr, ils n’ont plus de montre.

Des écrans dans la boîte à outils

1. Un commercial vient me démarcher pour me vendre l’installation de panneaux photovoltaïques. Dès lors qu’il me sent intéressé, il sort ses outils pour constituer le dossier. Outre son bloc-notes sur lequel il esquisse des calculs convaincants, il fait glisser ses doigts sur sa tablette numérique pour me montrer le détail du matériel prévu. Puis, il prend son smartphone pour photographier les documents personnels qu’il faut joindre au dossier. La fonction calculatrice lui permet en outre de peaufiner ses estimations techniques et financières.

2. Quelques jours plus tard arrive un technicien pour effectuer une étude de faisabilité. Il inspecte la chaudière, plonge derrière pour examiner la tuyauterie, puis passe au garage pour évaluer où pourraient être installé les nouveaux compteurs, ondulateurs et autres boîtiers indispensables. A chaque étape de cette exploration, il prend des photos avec un petit appareil numérique. Une fois sa curiosité satisfaite, il s’installe avec sa tablette sur les genoux pour composer, grâce à un logiciel de création graphique, le croquis du toit avec l’emplacement prévu pour les panneaux, le tout coté de manière précise à même le dessin. Il se plaint d’ailleurs de n’avoir pas un logiciel plus performant, lui qui vient du monde l’architecture, mais son entreprise n’a pas voulu dépenser plus.

3. Lorsque les ouvriers arrivent le jour prévu pour l’installation des panneaux, ils apportent avec eux un dossier dans lequel figurent plusieurs photos de mon garage et de la buanderie qui, entre-temps, ont été complétées sur ordinateur par le croquis de l’emplacement précis des différents appareils prévus. Entre-temps, j’ai fait de la place si bien que mon garage ne ressemble plus à l’image qu’en donnent ces photos d’il y a quelques semaines.

Une fois leur travail fini, le chef d’équipe sort une petite tablette numérique sur laquelle il me fait défiler les différents formulaires que je dois signer pour conclure le chantier. Pour ce faire, il me tend un stylet qui me permet d’apposer mon paraphe directement sur l’écran.

Ces ouvriers sont les salariés d’une entreprise de la région parisienne. On leur a regroupé plusieurs chantiers dans la région de Nantes où ils séjournent une semaine entière. Je suppose que, le soir venu, ils transmettent par mail, via le wi-fi de leur hôtel, les documents de la journée afin qu’ils soient traités en temps réel par les personnels des bureaux.

Au final, les écrans numériques (je n’ai pas parlé de l’utilisation continuelle du téléphone portable) font ici partie intégrante de leur boîte à outil, étendant leur travail au delà de la réalisation pratique, de l’expertise technique ou de la vente de service, pour y adjoindre une continuelle tâche bureautique qui fait de ces professionnels de véritables bureaux ambulants et connectés.

Un rituel sans images

La participation à un enterrement vient de me donner l’occasion de réaliser qu’il s’agissait d’un rituel sans images, et en particulier sans photographies. Contrairement à la plupart des rituels qui scandent la vie depuis la naissance, tous copieusement photographiés, les obsèques se déroulent sans que personne ne sorte d’appareil photo. Du moins les obsèques des gens ordinaires. Car il en va tout autrement avec les enterrements de célébrités : dans ce cas, l’image est omniprésente pour montrer les célébrités venues rendre hommage à la célébrité défunte.

La seule présence photographique est celle, désormais, du portrait du défunt présenté sur son cercueil pendant la cérémonie religieuse, puis transporté au cimetière en même temps de son cercueil. Sinon, l’ensemble du rituel se déroule sans laisser aucune trace photographique ni filmique.

Est-ce lié à la signification symbolique de l’enterrement qui vise à opérer la séparation avec la réalité physique du défunt et donc à le verser dans le registre symbolique du souvenir ? Mais cela est contredit par la floraison des images, de plus en plus photographiques, sur les tombes, comme j’ai pu le constater dernièrement dans des cimetières vendéens. Contredit également par la profusion photographique qui caractérise les autels domestiques dédiés aux personnes décédées.

N’est-ce pas dû plutôt à nos conventions du deuil et du chagrin qui interdiraient d’en fixer des images (mais la peinture religieuse en est pleine), ou encore qui, dans de telles circonstances, font de chacun une anti-thèse du sujet photographiable ? Pourtant les larmes sont l’un des signes émotionnels les plus forts, au moins autant que le sourire.

Quelles qu’en soient les causes, voici donc un rituel important qui se déroule sans image et ne laisse pas de trace.

Complément du 22 novembre 2012 :

Par coïncidence, je suis tombé hier soir dans Télérama sur un petit article qui traitait d’un nouveau service proposé par le crématorium du Père Lachaise : les obsèques filmées à l’intention des personnes qui ne peuvent pas y participer du fait de leur éloignement géographique.

Wi-fi on the beach

Certaines plages du littoral vendéen affichent des panneaux qui signalent que l’on peut y accéder au wi-fi. Pour ceux qui penseraient que la Vendée est encore la terre des Chouans ou l’horizon soporifique des vacances en famille, voilà de quoi surprendre. Selon le président du conseil général, “aujourd’hui, quand on vient en Vendée pour y prendre ses vacances ou pour des raisons professionnelles, il est important d’avoir la possibilité de lire ses courriels ou de naviguer sur le net comme chez soi ou à son bureau. Ce type de service fait désormais partie des avantages compétitifs pour un territoire.”

On imagine aisément le cadre sup en vacances avec femme et enfants, qui passe ses journées sur l’une de ces plages immenses et bondée en plein été, bref qui s’y ennuie sec : heureusement, les “hot spots wi-fi” que lui a installés le département de la Vendée lui offrent la possibilité de s’évader du sable chaud pour suivre l’avancement du dossier qu’il a envoyé à un client avant de partir, les cours de ses actions ou les offres d’emploi… Quant à ses gamins, qui entre-temps ont eux aussi déserté leurs serviettes de bain, voilà enfin de quoi retrouver leurs jeux vidéos sans quoi l’été serait bien morne.

En octobre, c’est sûr que c’est moins attractif, mais on ne sait jamais : à quoi s’occupent les retraités pendant leurs longs mois de villégiature ?

Bref, la Vendée se signale par l’affichage de son dynamisme branché, dans le sillage de la ville de La Roche-sur-Yon qui fut pionnière en France pour l’implantation de connexions internet en libre accès dans la ville. Mais peut-être s’agit-il ici davantage de la Vendée républicaine que de celle du Puy-du Fou et du vicomte. Encore que le Puy-du-Fou soit désormais sur Facebook…

16-11-2012 : En complément à mon billet, cette photo trouvée sur le site du Monde :

Le règne de l'allégorie

Pour préparer un séminaire consacré à “la société à l’écran”, c’est-à-dire à la représentation des phénomènes sociaux dans les reportages, les documentaires ou les films de fiction, je me suis plongé depuis peu, pour commencer, dans la lecture des travaux de recherche consacrés aux journaux télévisés. C’est ainsi que j’ai lu l’ouvrage de Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters de télévision (Bruxelles, De Boeck Université, 2001).

Fruit d’un long travail d’enquête et d’observation dans diverses chaînes de télévision, en particulier à l’occasion de stages multiples, cet ouvrage livre une description très détaillée des manières de travailler des différents contributeurs à la production de l’information télévisée : chefs de rédaction, journalistes, preneurs d’images et de sons, monteurs. C’est une plongée très révélatrice dans l’univers opaque de ce média omniprésent dans notre vie quotidienne et paradoxalement dérobé aux regards.

Jacques Siracusa souligne à quel point les journaux télévisés sélectionnent leurs sujets dans la presse écrite. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’image n’est pas le point de départ des reportages, mais bien plutôt la revue de presse, avec une attention particulière à quelques titres de référence. Le texte précède l’image et, très souvent, la conditionne : ainsi, la commande de reportages lancée par la rédaction ne se limite pas à en définir le sujet, elle en précise également “l’angle”, c’est à-dire la manière de le traiter et, du même coup, de le mettre en images. Tous les sujets abordés dans les journaux ne deviennent pas des reportages télé, puisqu’il faut encore qu’ils présentent un certain potentiel visuel, mais, comme l’écrit Siracusa : “Rares sont les sujets ne reposant sur rien, c’est-à-dire absents de la littérature.”

Le rédacteur qui part en reportage a très présent à l’esprit l’angle fixé par la rédaction, qui constitue un véritable contrat moral passé avec ses supérieurs. Sur le terrain, il s’efforcera en permanence de récolter les images et les interviews cadrant avec cette ligne directrice, et délaissera les autres comme hors-sujet. “Il est donc très probable qu’un rédacteur revenant d’un reportage jugé important par ses chefs, n’ayant pas suivi la commande et leur annonçant que ‘l’important est ailleurs’, sera réprimandé.” Bref, le tournage d’un reportage ne s’apparente aucunement à une enquête avec son lot prévisible de découvertes et d’inattendus, mais à un parcours expéditif de récolte des éléments nécessaires (et juste ceux-là) à l’illustration du sujet tel qu’il a été pré-vu dans les bureaux de la chaîne.

C’est ici qu’intervient le motif de l’allégorie. Jacques Siracusa explique que, grâce à cette technique d’expression, les journalistes produisent “un ensemble d’abstractions personnifiées” qui remplissent leurs attentes. Ils parviennent ainsi à “montrer des images où un phénomène est incarné, se dispenser d’une connaissance spécialisée, généraliser en référence à des réalités analogues et fabriquer rapidement un compte rendu clair.” Il faudrait restituer ici le détail des procédures de tournage pour montrer concrètement comment opère ce rapport allégorique à la réalité, qui ne recherche pas à proprement parler d’informations (déjà présentes dans les articles de presse lus avant de partir en reportage), mais plutôt l’illustration d’une manière de représenter la réalité.

Je trouve que cette lecture fait écho d’une manière très suggestive aux nombreux billets publiés et discutés sur Culture visuelle qui ont souligné à quel point la photographie de presse remplissait désormais une fonction plus illustrative qu’informative. De multiples exemples en ont été donnés. Il resterait à essayer de mesurer cette tendance, mais il semble bien que les images à portée symbolique, “allégorique” dirait Siracusa, l’emportent désormais sur les photos destinées à documenter une situation ou un événement.

La lecture de l’ouvrage de Jacques Siracusa – riche d’observations de première main effectuées au cœur même du dispositif télévisuel – conduit à espérer qu’une enquête aussi approfondie soit menée dans les rédactions des titres de la presse écrite. Cela ne doit pas être plus facile qu’à la télévision, où la méfiance est de rigueur à l’égard des observateurs extérieurs. Mais une telle enquête serait particulièrement utile pour comprendre comment les journaux conçoivent et traitent les images dans le processus d’élaboration des articles, mais encore, et peut-être surtout, ce qui a changé dans l’organisation du travail en leur sein qui expliquerait cette modification de leurs attentes vis-à-vis des images. Les discours des acteurs ne suffisent pas, surtout que, dans la presse comme à la télévision, les responsables se dérobent le plus souvent aux questions. Il faut pouvoir observer en situation comment travaillent ces professionnels car, comme le dit Jacques Siracusa au début de son livre : “L’étude des coulisses du journal télévisé contribue à expliquer la nature des informations présentées au public. On développera donc dans ce premier chapitre une idée plus radicale selon laquelle les informations ne dépendent parfois que de cette seule organisation des coulisses.”