L’ère de la télévision

Camping sauvage en Ariège, 2001 (photo : Sylvain Maresca).

 

Les images dans la société – chapitre 18

Si l’on considère la télévision selon l’angle du rapport entretenu par les spectateurs à l’image, on doit considérer ce nouveau médium comme le vecteur d’une réappropriation privée des images animées. La télévision permet de les regarder à son domicile. Couplée au magnétoscope, elle a étendu cette possibilité puisque l’on peut désormais regarder des films non seulement chez soi, mais encore le jour et à l’heure de son choix, et même, pourquoi pas, en s’attardant uniquement sur une séquence en particulier. Le rapport aux images filmées n’en devient pas plus actif pour autant, il entre simplement dans l’ordre des comportements privés. La télévision affranchit la consommation des images animées de la fréquentation des lieux publics spécialisés que sont les cinémas. A cet égard, elle est un outil de privatisation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

La classe des grimaces

Cette année, nous avons acheté une photo de classe d’un genre nouveau : on y voit tous les élèves de la classe de notre petit dernier rivalisant d’imagination pour poser avec la plus belle grimace. Ils ont l’air de s’être bien amusés, sous le sourire bienveillant de leur institutrice qui, elle, ne s’est pas jointe à leurs pantomimes.

Je ne puis vous montrer le résultat, faute d’avoir demandé l’accord de tous les parents. Je ne pouvais pas davantage flouter les visages des bambins, sauf à effacer du même coup leurs grimaces. Mais vous pouvez me croire sur parole : ils ont mis le paquet pour apparaître les plus horribles possible.

Etonné par cette version hors norme de la photographie de classe, qui a certes introduit au cours du temps des degrés croissants de liberté par rapport à la formule initiale, empreinte de raideur militaire, je suis allé questionner la directrice de l’école. Elle m’a appris que l’idée d’une telle photo venait du photographe avec qui ils travaillent depuis plusieurs années. Il prend toujours plusieurs clichés d’une même classe afin de proposer au moins deux photos au choix : il offre ainsi aux parents la possibilité de retenir celle sur laquelle leur rejeton est à son avantage. Depuis l’année dernière, après la série des poses sérieuses, il propose aux enfants de se “lâcher” en osant leurs plus belles grimaces, ce qui les amuse au plus haut point. Si bien que l’offre de photos s’établit désormais à deux versions de  l’image “sérieuse” et une de la “photo-grimaces”.

Cette innovation est un bon coup commercial, car elle permet d’augmenter les ventes. Dans la classe de mon fils, 27 familles ont acheté l’une ou l’autre des photos “sérieuses” et 7 ont acquis la version-grimaces. De fait, cette dernière a été achetée en plus d’une photo classique, sauf dans le cas d’une famille qui n’a choisi que celle-là. Ainsi, là où tous les parents se contentaient d’acheter un cliché, certains en paient désormais deux. C’est tout bénéfice pour le photographe et pour l’école qui récupère 1,50 € par photo vendue. Et puisque ça fait plaisir aux enfants…

Voir une réflexion précédente sur la question de la photo de classe sur le site de l’artiste Arnaud Théval, à propos de son projet Photos de classe.

Désolation

Dans la série “Pas d’évènement sans images”1 , voici l’introduction d’un reportage diffusé hier 4 mai dans le journal de 19 h de France Inter :

“Pour l’instant, c’est une marée noire sans images. Un seul oiseau mazouté, un Fou de Bassan, a été découvert vendredi au sud-ouest de la Louisiane. A part les photos de cet oiseau et les clichés pris par avion de la nappe de pétrole, les médias américains n’ont rien d’autre à montrer au public.”

On devine l’angoisse sous-jacente : “Quand est-ce que ça commence vraiment ?”

Le journaliste, heureux homme de radio, enchaîne rapidement : “Mais pour les pêcheurs de Louisiane, cette marée noire est déjà une catastrophe majeure. (…)”

En espérant que les images soient à la hauteur… Sinon, comment maintenir à la une une catastrophe aussi peu spectaculaire2.

  1. Episodes précédents : “La photo-événement” et “Evénement avec ou sans photo” []
  2. Lire à ce sujet le billet d’André Gunthert : “L’échelle de l’information” ? []

La pratique amateur de la photographie

 

Les images dans la société – chapitre 17

Aujourd’hui, l’emprise de la photographie est devenue si forte et, surtout, elle s’est tellement intégrée aux rituels familiaux, qu’il n’y a pour ainsi dire pas d’anniversaire digne de ce nom sans photographie, sans parler des mariages qui comptent désormais presque autant de photographes que d’invités. De même qu’il n’y a pas de vacances réussies sans une ou plusieurs pellicules de photos rapportées pour montrer aux autres ou remplir l’album. L’arrivée sur le marché des appareils numériques ne fait que renforcer cette compulsion à photographier puisqu’il n’y a plus aucune contrainte de pellicule et qu’on peut disposer de ses photos sans les avoir développées.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Pour des compléments indispensables et actualisés sur les transformations de la photographie de famille depuis l’essor des technologies numériques, je renvoie au livre de la sociologue Irène Jonas : Mort de la photo de famille. De l’argentique au numérique, Paris, L’Harmattan, 2010.



 

Petite chronique du Haut Atlas – 4

Gîte d'étape dans le village de Timit

Même gîte

Dans les gîtes destinés aux touristes, la décoration varie largement selon l’emplacement. S’agit-il d’une vallée peu fréquentée qu’explorent surtout des randonneurs, l’édifice est simple, confortable, mais dénudé : rien d’autre sur les murs intérieurs qu’un enduit monochrome. Mais sitôt qu’on pénètre dans une vallée plus réputée, attirante par ses vergers en fleur, ses parterres printaniers d’iris bleus et tel grenier collectif inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, on voit se multiplier les auberges. Les gîtes d’étape présentent des peintures traditionnelles, des affiches, des cartes topographiques et des photos, envoyées probablement par des touristes de passage, qui alimentent un récit heureux en forme d’album de famille. Chaque propriétaire des lieux apparaît sur ces images, à divers âges de sa vie d’hôte et en compagnie de personnes différentes. On peut déjeuner devant ces clichés sans le rencontrer, et donc sans savoir à quoi il ressemble aujourd’hui.

Même gîte

Photos de l'ancêtre (plus de 100 ans, dit-on) qui garde l'ancien grenier collectif de Sidi Moussa, aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO

Curiosités d'hier (le grenier restauré, tout en haut) et d'aujourd'hui (le relais de communication moderne)

A cette disponibilité photographique des hôtes ou des guides divers, s’oppose la réticence générale des habitants ordinaires de ces vallées de montagne qui, le plus souvent, refusent de se laisser photographier. Sortez votre appareil et les enfants qui vous suivent disparaissent subitement. Sauf les plus effrontés, ou les plus intéressés qui vous saluent en rassemblant tout leur français : “Bonjour, la photo”. Photo qu’ils entendent monnayer, bien évidemment.

Petite chronique du Haut Atlas – 3

Dans le petit bourg où finit la route, il semble que presque toutes les familles possèdent la télévision. En descendant au marché, je dénombre une quarantaine d’antennes paraboliques. Mais il est difficile d’évaluer le nombre exact de maisons. Dans les hameaux situés plus haut dans la vallée, la proportion semblait nettement moindre.

Un téléviseur coûte environ 100 € ; l’antenne parabolique et son décodeur, environ 120 €. Par comparaison, un âne vaut en moyenne 100 €.

Dans les familles paysannes, le travail de la terre est destiné à l’autoconsommation. Il ne rapporte pas d’argent, sauf  la vente occasionnelle d’un mouton ou d’une chèvre, voire de quelques noix en surplus. Les seules rentrées d’argent proviennent soit du salaire que touche éventuellement un membre de la famille occupant un emploi salarié, parfois un émigré en France, soit des journées que les paysans font à l’extérieur, qui leur rapportent au maximum 6 à 7 € par jour. Il leur faudrait donc travailler au moins un mois et demi à deux mois pour autrui à temps complet pour s’offrir la télévision. Puis payer l’électricité.

Relais de télévision et de téléphone. Sur la droite, on aperçoit un chantier de construction traditionnelle d'une maison en pisé.

Au souk du samedi matin, il y a affluence devant l’échoppe du marchand de télévision. Un téléviseur allumé diffuse une émission devant laquelle se pressent des enfants et presque autant d’adultes, soit qui ne veulent rien rater de leur programme préféré, soit qui jaugent s’ils vont sauter ou non le pas de ce gros achat.

Quand on s’éloigne du bourg pour s’engager dans l’une des ramifications de la vallée qui s’élève dans la montagne, se succèdent plusieurs hameaux peu importants aux maisons serrées les unes contre les autres, rouges si la terre est rouge, vertes si elle est verte. Rapidement, on ne voit plus aucune antenne parabolique. Il faut dire que l’électricité n’a atteint ces fonds de vallée que depuis un an. Au delà de 2000 m d’altitude, on continue à traverser des villages, cette fois sans eau courante ni électricité. Mais on trouve partout une mosquée, reconnaissable au moins à son haut-parleur – alimenté par une batterie – et une école, parfois équipée d’un panneau solaire.

A suivre…

Petite chronique du Haut Atlas – 2

Le propriétaire du gîte qui nous héberge dans la vallée de Aït Bououli nous invite chez lui pour découvrir la technique traditionnelle du tissage des tapis de laine. Nous pénétrons dans la cuisine où se trouve le métier à tisser. Les murs en terre, gris-bruns, sont bruts, traversés par les saignées des circuits électriques qui ont été rebouchées avec du plâtre blanc. Rien ne les égaie. Au sol, des tapis : l’un, artisanal, en laine, blanc rayé de noir ; les autres en plastique made in China. Un rideau marron bigarré ferme les étagères situées sous la plaque de gaz. Hormis ces rares motifs décoratifs, on aperçoit seulement quelques images sur les boîtes de tisane, de thé vert ou d’allumettes, ou encore sur quelques vieux pots de confiture de la marque Baraka.

Rien d’autre ? Si : un téléviseur assorti d’un lecteur de DVD. D’ailleurs, l’antenne parabolique accueille le visiteur dès son arrivée dans la cour de la maison, près de la porte d’entrée.

Sachant que le propriétaire de ces lieux fait office de passeur entre la société traditionnelle de cette région et le tourisme occidental – sa femme s’active dans la cuisine en tenue traditionnelle berbère, large et longue blouse claire, fichu serré sur la tête, mais porte aux pieds des chaussettes de la marque Quéchua -, on peut en déduire que sa maison présente une version plutôt aisée de l’habitat paysan et que la plupart des maisons ordinaires de la montagne sont encore plus modestes et dépouillées.

A suivre…

Petite chronique du Haut Atlas

Dans un hameau du haut Atlas marocain, maisons en pisé couleur de montagne, sentiers de mules, les seules images visibles de l’extérieur sont deux dessins à la craie sur une porte métallique et les motifs qui décorent les boîtes de sardine martelées tapissant la porte d’entrée d’une maison proche.

Dans d’autres villages, on découvre parfois des portes métalliques parées de motifs en fer forgé, quelquefois peintes de couleurs vives.

Rien d’autre sinon, ici ou là sur le sol, dans les ruisseaux, quelques débris d’emballages qui ont apporté jusqu’à cette altitude (environ 2000 m) l’imagerie internationale de la grande consommation.

A suivre…

(photos prises dans les vallées d’Aït Bououli et d’Aït Bouguemez, entre le 16 et le 22 avril derniers).

Le cinéma

 

Les images dans la société – chapitre 16

Les premières années du cinéma coïncidèrent avec le tournant du XXe siècle. Elles sont intéressantes à examiner parce qu’elles font apparaître que cette nouvelle catégorie d’images n’eut pas d’emblée sa place dans la société. Elle dut se la chercher et, plus précisément, se la faire.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

L'absence au présent – suite nippone

IMGP1618-72 dpiPour compléter mes billets précédents (La galerie des ancêtres, L’absence au présent)  qui posaient la question du deuil confronté à la troublante présence des photographies des morts, je propose ici un rapide résumé de la très intéressante recherche présentée par Fabienne Duteil-Otaga lors du colloque Arrêts sur images, qui vient de se dérouler au musée du Quai Branly.

Continuer la lecture

L'absence au présent

“Evelyne, c’est cette jolie femme brune aux cheveux longs qui sourit sur les photos accrochées au mur.”


Cette phrase, formulée au présent, introduit un reportage radiophonique sur la victime d’une secte, décédée à la suite d’un long jeûne qui lui avait été recommandée comme alternative au traitement médical de son cancer du sein (France Inter,  7 avril 2010, journal de 7 heures). Sa mère, dont les propos suivent immédiatement cette introduction, en parle à l’imparfait : “C’était une rose…”

La photo demeure au présent, tandis que le souvenir s’exprime au passé. Le langage assume la coupure symbolique entre les vivants et les morts, et contribue ainsi au travail de deuil, alors que l’image photographique alimente, sans mot dire, la confusion entre représentation et présence, étirant un temps présent de l’absence d’autant plus difficile à refermer.

Image et publicité

Les images dans la société – chapitre 15

La publicité a sa place dans ce livre parce que, hormis à la radio, elle est devenue synonyme d’image. Aujourd’hui, le directeur artistique d’une agence saisi d’une commande de campagne publicitaire va réfléchir immédiatement à l’image, le plus souvent photographique, ou au film qu’il va faire réaliser. Même s’il doit également trouver un slogan, une « accroche » qui fasse à la fois sens et forte impression sur l’esprit du public, ce texte ne se conçoit plus sans le support d’une image. C’est d’ailleurs le sens de l’évolution historique, depuis les premières annonces ou « réclames » jusqu’aux publicités actuelles : au texte seul s’est substitué un alliage tout à fait spécifique de textes et d’images, particulièrement visible dans les affiches ou les encarts publiés dans la presse, mais tout aussi présent dans les spots télévisés puisque, là aussi, les images sont soutenues par un commentaire parlé et que, souvent, le nom du produit et le slogan apparaissent en toutes lettres à la fin.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Les images de la mode

William Notman, Mrs Stevenson as Photography, Montréal, 1865

William Notman (photographe canadien), Portrait de Miss Stevenson dans une tenue « photographique », 1865.

Les images dans la société – chapitre 14

Ce chapitre ne traitera pas à proprement parler de la photographie de mode. Il s’appliquera surtout à faire ressortir en quoi la conjonction de deux innovations du XIXe siècle, la haute-couture et la photographie, a été la source de problèmes sociaux tout à fait inattendus. On appréhendera ainsi les retombées effectives des images dans certains milieux particuliers ou sur certaines formes de comportements.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Complément du 20 février 2013 :

Voir l’exposition Le Corps de la mode, à la Cité de la mode et du design à Paris, qui traite précisément de la question des mannequins depuis l’origine de la haute couture.

Photographes : sociologie d'une profession mal connue

Badge-colloque-Louis-LumierJe donne ici le texte de la communication que j’ai présentée hier dans le cadre du colloque organisé par l’École nationale supérieure Louis-Lumière sur le thème :
“Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels”.

L’enregistrement de l’intégralité du colloque est désormais disponible sur le site de l’école.

Continuer la lecture