La bonne distance

Mardi 9 février, Nicolas Sarkozy a visité une usine de nettoyage industriel à Cormeron, dans le Loir et Cher. Le lendemain, Canal + en a présenté un résumé satirique dans son émission en clair, le Grand Journal.

On y aperçoit certains salariés de l’usine qui photographient ou filment le chef de l’État au moment où celui-ci traverse leur atelier, entouré de plusieurs ministres et autres officiels. Sarkozy, à qui la présence de ces photographes amateurs n’a pas échappé, les apostrophe d’un “Merci pour ceux qui ont pris des photos” et se rapproche d’eux pour échanger un bon mot. A-t-il reçu leurs prises de vue pour un hommage de plus, lui qui est habitué à la présence des objectifs des médias lors de chacune de ses apparitions publiques ? Y a-t-il vu un signe qu’au fond le petit peuple, celui des vrais travailleurs, le soutient et s’enorgueillit de pouvoir le photographier en vrai ?

L’adhésion politique n’a probablement pas grand-chose à voir avec le fait de sortir son appareil en pareille circonstance. La visite du président de la République est un événement exceptionnel qui, à ce titre, “mérite la photo”, comme on dit. Ainsi pourront-ils montrer à leurs proches qu’ils y étaient avec cette preuve en image, mais également conserver un souvenir suggestif de cet instant hors du commun. On retrouve le même réflexe chez cette Niçoise interviewée sur France Inter, qui s’émerveille des extravagances de l’hiver : “Il neige, c’est magnifique ! Je suis descendue sur la Croisette juste pour faire des photos, tellement c’est beau.” (Journal de 7 h, 11 février 2010)

Mais, dans le cas de la visite de Sarkozy, il y a peut-être autre chose : photographier ou filmer nécessite de prendre du recul, de se mettre à distance. C’est bien ce qui frappe dans cette séquence : le président avance au milieu d’un petit groupe compact de responsables et de journalistes, tandis que les employés-photographes se tiennent à plusieurs mètres, en surplomb sur une coursive pour avoir un meilleur point de vue. Ils ne sont pas au contact du chef de l’État qui devra combler l’écart physique avec eux en se rapprochant délibérément.

Le fait de photographier les conduit à se retrancher de l’événement, auquel ils assistent en spectateurs plutôt qu’en acteurs. Quand on a les mains occupées à manier l’appareil dont, de surcroît, on surveille l’écran, on ne peut pas rencontrer le regard de l’homme politique, encore moins répondre à son offre de poignée de main.

Bien sûr, faute de connaître suffisamment la situation de cette usine et de ses salariés, je m’aventure ici dans la spéculation. Mais je me demande si la décision de photographier cette scène, plutôt que de s’y mêler comme les autres, n’a pas constitué pour certains une manière honorable, élégante, de faire passer pour l’hommage dû au président de la République ce qui n’était en réalité qu’une prudente prise de distance.

Sens obligé

Panneau-sens-interditLa signalisation routière nous délivre des messages impératifs sous la forme d’images normalisées, codifiées. Dès lors que nous les avons intégrées, nous les appréhendons comme une autre forme de texte, même si elles n’en délivrent aucun. Devant un panneau de sens interdit, par exemple, il devient très difficile d’y voir encore un rond rouge barré en son milieu par un long rectangle blanc.

Et pourtant, il suffit parfois d’une légère modification pour que le sens obligé s’efface et que nos yeux retrouvent l’image sous-jacente.

Panneau-sourire

Et pour que le sourire l’emporte sur l’interdit.

Du papier à l'Internet : les Unes des quotidiens

Vient de paraître :

La une d’un quotidien signale son identité aux lecteurs, aux acheteurs. Elle caractérise ses choix graphiques et visuels, de la lettrine aux caricatures ou aux photographies ; elle annonce la tonalité des articles, positionne le journal dans le paysage des médias de presse.
Daniel Salles et Olivier Dufaut montrent comment, avec Internet, ces fonctions sont remises en jeu. Cependant, plutôt que d’opposer le papier et l‘Internet, ils étudient les stratégies que mettent en œuvre les organes de presse pour renouveler leur identité par un alliage des supports. Au travers de nombreux exemples, les pages d’accueil découvrent les possibilités nouvelles qu’apporte Internet sans effacer les mérites des unes, toujours d’actualité.

Olivier Dufaut et Daniel Salles, Du papier à l’Internet : les Unes des quotidiens,  Chasseneuil du Poitou-Paris, CNDP-CLEMI, 2010.

Les images de la science

Gilles Corrozet, Contre les astrologues, Hécatongraphie, 1540

La vie sociale des images – chapitre 8

 


La circulation des livres suscita entre les savants un intense mouvement de discussion, de polémiques, de révisions des connaissances pré-existantes. Cette accélération du processus de connaissance passa également par le développement, dès la seconde moitié du XVIIe siècle, d’une presse spécialisée vulgarisant les nouvelles découvertes. Quant à l’exactitude introduite par la gravure dans la reproduction des images, elle permit de fixer des descriptions d’objets ou de structures vivantes, et de les faire circuler sans déformation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Un complément, richement illustré (grâce en particulier au diaporama qui complète l’article) sur le blog de François Bon.

La représentation artistique de l’individu : bref aperçu sur l’histoire du portrait

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Les images dans la société – chapitre 7

C’est la Renaissance qui a donné au portrait ses véritables lettres de noblesse, en concordance avec l’idéologie humaniste qu’elle a commencé à imposer. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Quelle est la question de principe posée par le portrait ? Il s’agit de savoir s’il est légitime ou non de représenter le visage d’un individu uniquement pour donner à voir à quoi il ressemble. En d’autres termes, la physionomie individuelle est-elle ou non un objet légitime de peinture ?

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Objectif : images

Une compétition de gymnastique dans un club amateur. Les jeunes filles ont revêtu leur juste-au-corps aux couleurs de leur équipe ; leurs cheveux sont tirés, rassemblés en chignons et laqués. Rien ne doit dépasser. Les épreuves s’enchaînent, d’un agrès à l’autre.

Le public est composé de leurs familles respectives. Dès qu’une gymnaste démarre son exercice, ses parents la photographient ou la filment avec leur téléphone portable, leur appareil, voire, plus rarement, leur caméra. Les flashs crépitent, les bras se tendent, se gênent. Certains ont réussi à s’élever au dessus de la mêlée pour gagner un point de vue surplombant. Chacun est en reportage, moi le premier. Il ne faut rien rater du mouvement exécuté. De retour à la maison, les images seront transférées sur l’ordinateur et regardées avec intérêt. L’enregistrement a également capté la musique. On commente, on en rit (ou pas). A l’occasion, les responsables du club demanderont certains de ces films ou de ces photos pour les intégrer à la projection qui défile en continu sur l’écran numérique allumé à l’entrée du gymnase. Les installations en sont vétustes, le chauffage laisse à désirer, mais actualiser la geste imagée du club est considéré comme une priorité.

Les familles sont venues avec leurs autres enfants, surtout les plus jeunes qui, à la différence des adolescents, ne pouvaient guère refuser. Mais très vite, ces enfants s’ennuient. Jusqu’à ce que l’un d’eux, plus chanceux, sorte sa console de jeux. Aussitôt, il attire l’attention des autres qui, sans même se connaître, se regroupent autour de son écran. Un attroupement se forme, compact et murmurant, qui en vient même à déborder sur le terrain de la compétition. Mais les parents laissent faire : du moment que les petits restent calmes.

Les adultes transforment aussitôt l’événement en images, les petits eux s’évadent sans tarder dans les images. Entre les deux, il ne reste guère que les gymnastes à évoluer dans la réalité, la dure réalité de la compétition.

Complément du 6 juin 2010 :

ou les enfants photographes (eux aussi)

Cherchez nous

Voici quelques lettres qui se dégagent en creux  d’une accumulation du même mot “moi”. La densité de ces “moi” déclinés dans plusieurs formats et polices de caractères crée une sorte de fond plus clair, surtout si on la regarde de loin. C’est d’ailleurs ainsi que nous sommes conviés à découvrir ce graphisme puisqu’il est imprimé sur une affiche. Appréhendés à plusieurs mètres de distance, les “moi” se confondent et deviennent illisibles ; seul ressort ce “nous” au bleu plus soutenu. Que signifie cette image intimement faite de textes, contrastant des “moi” innombrables qui saturent l’espace au point de s’effacer et ce “nous” qui surnage par défaut ?

Continuer la lecture

Vers un registre autonome de l’image : l’art occidental

Autoportrait de Raphaël, 1506

Autoportrait de Raphaël

Les images dans la société – chapitre 6

La Renaissance fut marquée par diverses tendances qui allaient marquer durablement notre culture dans les domaines aussi bien du savoir que de ce que nous considérons désormais comme l’art. De fait, notre conception moderne et occidentale de l’art a commencé à s’affirmer dans les années 1400, d’abord en Italie, puis en France et dans tout le reste de l’Europe. Ce sont les grandes lignes de ce processus pluri-séculaire d’invention de l’artiste moderne que je voudrais restituer ici – processus qui contribua à modifier sensiblement le statut culturel des images. D’illustrations religieuses dont la fonction était avant tout rituelle, les images gagnèrent progressivement un marché d’amateurs à la recherche des plaisirs de la délectation esthétique. Il en découla une nouvelle forme de goût et un nouveau système d’appréciation.

Accéder au texte du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Papiers en tout genre

Les images dans la société – chapitre 5

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Au nombre des préalables techniques nécessaires à l’essor de l’imprimerie, une innovation fut tout à fait capitale : la fabrication du papier. C’est avec l’extension de l’usage du linge, et tout particulièrement avec la généralisation du port de la chemise, que s’ouvrit la possibilité technique de fabriquer du papier en recyclant les tissus usés. En Europe, ce tournant s’opéra vers la fin du XIVe siècle. La transition entre le Moyen-Age et la Renaissance fut donc marquée par l’apparition de ce nouveau support que constitua le papier – support déterminant pour la reproduction et la diffusion des images comme des textes, support qui allait connaître une extension considérable et dont nous allons examiner trois utilisations de masse : le papier peint, le billet de banque et le timbre.

Accéder au texte du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, voir le cas exemplaire du dernier modèle de billet américain de 100 $.

Pictogrammes (suite)

Nouvelle devinette visuelle.

Réponse : il s’agit de panneaux précisant la localisation des points de ralliement que les étudiants et les personnels doivent rejoindre en cas d’évacuation d’urgence des bâtiments s’il s’y déclare un incendie. Ces panneaux ont été installés en dur sur le campus où je travaille :

et sous la forme de simples papiers affichés sous plastique à la Présidence de l’Université :

Le tout sans aucune explication, pas même sur les plans d’évacuation qui n’ont pas été actualisés.

Une signalisation censée fonctionner à l’instinct (de survie).

Complément en date du 3 septembre 2010

(Campus de sciences de l’Université de Nantes) :


L'écran vide

Pour alimenter la discussion entamée autour du billet qu’André Gunthert a consacré il y a quelques jours aux transformations dans l’affichage domestique des photos de famille, voici un cas concret qui laisse apparaître la complexité des situations réelles.

Il y a deux ans, ce couple de retraités a reçu un cadre photo numérique comme cadeau de Noël de la part de ses enfants.  Ces derniers sont adultes et vivent dispersés aux quatre coins de la France. Continuer la lecture

L’image et l’essor de l’imprimerie

 

Bois Protat, plus ancien moule conservé (fragment d’une Crucifixion), 1360.

La vie sociale des images – chapitre 4

 

L’imprimerie est une innovation technique qui dispensa de recopier les textes à la main. Pour ce faire, elle recourut à des caractères mobiles, d’abord en bois, puis en métal, qu’il suffisait d’agencer selon les nécessités du texte pour reproduire celui-ci en autant d’exemplaires que nécessaire. Cette invention apparut vers 1450. C’est du moins la date de parution des premiers livres imprimés, dont la célèbre Bible de Gutenberg (1456).

Mais l’imprimerie n’a pas tout inventé. Elle a surtout exploité les possibilités offertes par une technique qui existait depuis peu : la gravure. Or, le but premier de la gravure était d’offrir la possibilité de multiplier les images, et tout particulièrement les images religieuses.

Accéder à l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Omniprésence de la publicité

On s’offre une petite marche revigorante pour gagner un col de montagne et y jouir du panorama, stimulé par la sensation de l’air pur et la vastitude de ces espaces (encore ?) naturels. Et qu’est-ce qu’on y trouve ? Une camionnette flanquée d’une collection de publicités, véritable concentré de tout ce que la société de consommation nous propose inlassablement. Pas moyen d’y échapper.

L’essor des images à partir du Moyen-Age

Les images dans la société – chapitre 3

À partir du IXe siècle, la querelle des images était réglée dans l’Église, au moins pour quelques siècles. L’usage des images était légitimé et valorisé dans la représentation des mystères divins et pour la propagation de la foi. Il en résulta que l’image, au Moyen Âge, fut essentiellement religieuse. Mais pas seulement.

Accéder à l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, sur le contraste entre fresques et vitraux : La lumière d’en-haut.

Et sur l’imagerie domestique : Des plafonds au mur (l’image domestique) par P.O. Dittmar.