La personnalisation de l’actualité-2

Fort des remarques et suggestions de mes lecteurs, j’ai repris l’examen des numéros de Libération de la semaine dernière pour inclure dans mes comptages la place occupée par les différents registres de photographie d’actualité. J’en ai profité pour me limiter plus strictement aux images illustrant des sujets d’actualité, en dehors donc des sujets culturels qui sont très souvent focalisés sur des personnalités et plus proches de la promotion que de l’information. Le nombre total de photographies prises en compte est donc moins important que dans mon premier tableau. Logiquement le nombre de portraits l’est également.

J’ai pris en compte la dimension des images en reprenant les normes professionnelles rappelées par Thierry Dehesdin. Toutefois, la mise en page de Libération est souvent traître dans la mesure où les photos à cheval sur deux pages sont fréquentes : ce ne sont pas des doubles pages, mais équivalent-elles alors à une page entière, ou à une demi-page lorsqu’elles sont plus petites ? Une photo verticale occupant les deux-tiers d’une page doit-elle être comptée pour une pleine page ? Il n’est pas toujours évident de trancher. J’ai assimilé à des vignettes les images plus petites qu’1/8° de page et, dans mes évaluations de la surface totale occupée par les différents registres de photographies, j’ai considéré que les vignettes et assimilées comptaient chacune pour 1/10° de page. Au final, l’exercice est intéressant parce que ses résultats, on va le voir, sont sensiblement différents d’un simple comptage numérique. Cependant, il fait surgir des difficultés multiples pour établir des statistiques fiables.

Nombre Surface
Portraits 59 32 % 8,19 16,9 %
Personnalités politiques en action 27 14,7 % 9,64 19,9 %
Reportages ou assimilés 71 38,6 % 20,8 43 %
Visuels d’illustration 27 14,7 % 9,73 20,1 %
TOTAL 184 100 % 48,36 99,9 %

Premier constat : les portraits sont massivement des images de très petite dimension, vignettes (43) ou 1/8° de page (8). Si bien que la place totale qu’ils occupent dans le journal est moitié moindre que leur nombre. Leur impact visuel est donc faible. Ce qui conduit à se demander pourquoi on les met.

Les photographies de personnalités politiques en action sont de taille plus importante : 16 font au moins 1/4° de page et 3 font une pleine page ou la couverture du journal. Elles occupent donc une place visuelle plus importante que leur nombre. Si l’on peut parler de personnalisation de l’actualité, c’est probablement avant tout à propos de cette mise en avant des acteurs de l’actualité politique. Mais il tout aussi probable que ce trait journalistique n’a rien de nouveau.

Les clichés de reportage sont ceux qui, le plus souvent, se voient attribuer par Libération une surface importante dans ses colonnes. 22 occupent au moins une demi-page, dont trois la pleine page ou la couverture. Donc, en termes visuels, le registre du reportage reste le plus présent.

La surprise ici est de constater que la dimension accordée aux visuels d’illustration, qu’il s’agisse de photographies, de dessins ou d’infographie, est sensiblement plus importante que leur nombre. La moitié (13 sur 27) occupent au moins une demi-page, dont 3 une page entière. En définitive, si le reportage, bien qu’encore important dans Libération, voit sa place limitée, c’est peut-être moins lié à la prolifération des portraits, souvent minuscules, qu’à la publication d’images purement illustratives qui viennent égayer des articles d’information, voire en tenir lieu.

La personnalisation de l’actualité

La semaine dernière, j’ai récupéré par hasard un numéro de Libération. Comme cela fait longtemps que je ne lis plus ce quotidien, j’ai eu la curiosité de regarder à quoi il ressemblait actuellement.

Ce qui m’a aussitôt surpris, c’est le grand nombre des portraits illustrant ce numéro : pas moins de 26 ce jour-là, sur un total de 42 photographies publiées. Le reste était composé de 10 clichés de reportage (ou assimilés), 3 photos représentant des personnalités politiques en action et 3 visuels d’illustration de thèmes divers.

Je n’aurais pas imaginé voir l’actualité réduite à ce point aux portraits de ceux ou celles qui font l’actualité. Certes, c’est une tendance clairement repérable dans les médias depuis quelques décennies. D’ailleurs, le registre du « people » ne s’est jamais aussi bien porté ; il assure de confortables gains aux agences de presse, d’autant moins disposées par conséquent à risquer de l’argent sur des reportages dont elles ne peuvent escompter aussi aisément la publication dans les journaux ou les magazines.

Pour ne pas extrapoler trop hâtivement à partir d’un cas particulier, j’ai pris la peine d’examiner tous les numéros de Libération parus la semaine dernière. Je n’ai pas pris en compte les rubriques culturelles ou télévision, dans lesquelles l’information est toujours très personnalisée. Voici ce qu’il ressort de mes comptages :

Portraits 82 40 %
Personnalités politiques en action 23 11,2 %
Photos de reportage (ou assimilées*) 81 39,5 %
Visuels illustratifs 14 6,8 %
Dessins 5 2,5 %
TOTAL 205 100 %

* Par exemple des paysages.

Le numéro que j’ai eu entre les mains se révèle donc atypique, mais pas tant que cela. De fait, la proportion des portraits avoisine les 50 %, si l’on considère que les clichés représentant des personnalités politiques en action ne sont jamais très loin du registre du portrait (cadrage serré évacuant le contexte, accent mis sur les visages et leurs expressions). Près de 10 % des illustrations sont de pures illustrations, qu’il s’agisse de photographies ou de dessins. Si bien qu’il ne reste plus guère que 40 % des clichés issus de reportages d’actualité ou, du moins, donnant à voir quelque chose plus ou moins en lien avec l’actualité dont il est question dans les articles. C’est bien peu.

Il est loin le temps où Libération faisait figure de référence en matière de photographie de presse, imposant dans le concert des quotidiens un regard à la fois décalé et créatif sur l’actualité. Le temps des photographes-auteurs et de l’agence Vu.

Pour une révision de ces données chiffrées, voir le billet suivant.

Appareils devant caméras

Capture d'écran du site

http://www.pluzz.fr/france2

Dimanche soir, le journal télévisé de France 2 a consacré un reportage à l’incendie spectaculaire qui venait de détruire dans la nuit un entrepôt de garde meubles à Gagny. Après une série d’images et de commentaires sur l’ampleur du sinistre, l’intérêt des journalistes s’est tourné vers les riverains dont ils filmèrent rapidement les habitations. « A moins de 50 mètres, les premières maisons, elles, ont été préservées. » Il s’ensuivit une séquence d’interview au cours de laquelle on apprit que « les habitants ont pris des photos, réveillés par le bruit de l’incendie. » L’un deux montra à la caméra l’écran de son appareil photo sur lequel il faisait défiler deux clichés. « C’est ce que j’ai vu de chez moi, déclara-t-il, tenant toujours son appareil dans la main, et on sentait la chaleur de là-bas. C’était impressionnant. »

Depuis l’origine de la photographie, les incendies ont été très souvent photographiés parce qu’ils étaient particulièrement photogéniques et, de surcroît, qu’ils produisaient une intense lumière apte à impressionner même la plaque très peu sensible d’un daguerréotype de 1853. Aujourd’hui encore, l’effet spectaculaire est garanti, surtout s’il est exempt de danger.

George N. Barnard, Incendie des moulins d'Oswego, État de New-York, 1853 (daguerréotype colorié)

Dans ce reportage, le caméraman de France 2 et les voisins-photographes ont fait en quelque sorte assaut d’images, les seconds se sentant autorisés à témoigner parce qu’ils pouvaient exhiber les preuves visuelles de ce qu’ils avaient vu devant ces journalistes arrivés sur les lieux après-coup. Mais cette exhibition de photos fonctionne également comme un élément narratif au sein du reportage. Sur le même mode, certaines chaînes d’information en continu commentent à l’antenne les photos que, à leur demande, des téléspectateurs leur ont envoyées pour donner leur vision de tel ou tel sujet d’actualité (chutes de neige ou intempéries, par exemple).

Donc un conseil : si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour passer au JT, complétez votre témoignage par des photos prêtes à être montrées. Un minimum d’éditing préalable peut même être recommandé…