L'arnaque, ou les joies de la dérégulation

Capture d'écran de Google Images en réponse à la requête "Mode". 337 millions de résultats !

Prenez une agence de mannequins qui recrute régulièrement de nouvelles candidates au statut rêvé de stars de la mode. Pour les lancer sur le marché, l’agence a besoin de leur faire confectionner un book suggestif de leur talent. Elle va donc s’adresser à des photographes. Mais l’astuce consiste à ne jamais les payer.

Voici comment procéder :

– repérer d’abord des jeunes photographes amateurs (le plus souvent encore étudiants), sur le web où ils ont mis en ligne leurs images ;
– leur envoyer les mannequins débutants pour qu’ils réalisent leur book. Ces mannequins les paient en liquide : de 150 à 200 €, fournis par l’agence ;
– utiliser ensuite leurs photos, surtout sur internet, sans leur payer aucun droit ;
– quand lesdits photographes s’en rendent compte et viennent réclamer leur dû, les envoyer paître ;
– s’ils insistent et haussent le ton, les menacer de les dénoncer à l’inspection du travail pour travail au noir, en révélant qu’ils ont reçu de l’argent liquide de la part des mannequins ;
– trouver d’autres jeunes photographes et continuer.

L’agence peut même se flatter de mettre ainsi le pied à l’étrier de ces jeunes ambitieux. Comme ces sites qui proposent des stages non rémunérés pour apprentis photographes. L’expérience professionnelle ainsi acquise est certainement inestimable.

Dans ce cas, sinon dans tous, l’attractivité toujours aussi grande du métier de photographe (dans sa version ô combien idéalisée du photographe de mode) contribue à détériorer les termes de l’échange économique en dévalorisant la production des professionnels qui ont réussi à prendre pied dans le métier et qui s’y maintiennent de plus en plus difficilement. L’arnaque n’est pas nécessairement l’aboutissement du processus global de dérégulation, mais elle en constitue assurément l’une des résultantes les plus néfastes.

Autres billets autour de la profession photographique.