Photographes : sociologie d'une profession mal connue

Badge-colloque-Louis-LumierJe donne ici le texte de la communication que j’ai présentée hier dans le cadre du colloque organisé par l’École nationale supérieure Louis-Lumière sur le thème :
« Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels ».

L’enregistrement de l’intégralité du colloque est désormais disponible sur le site de l’école.

Continuer la lecture

La bonne distance

Mardi 9 février, Nicolas Sarkozy a visité une usine de nettoyage industriel à Cormeron, dans le Loir et Cher. Le lendemain, Canal + en a présenté un résumé satirique dans son émission en clair, le Grand Journal.

On y aperçoit certains salariés de l’usine qui photographient ou filment le chef de l’État au moment où celui-ci traverse leur atelier, entouré de plusieurs ministres et autres officiels. Sarkozy, à qui la présence de ces photographes amateurs n’a pas échappé, les apostrophe d’un « Merci pour ceux qui ont pris des photos » et se rapproche d’eux pour échanger un bon mot. A-t-il reçu leurs prises de vue pour un hommage de plus, lui qui est habitué à la présence des objectifs des médias lors de chacune de ses apparitions publiques ? Y a-t-il vu un signe qu’au fond le petit peuple, celui des vrais travailleurs, le soutient et s’enorgueillit de pouvoir le photographier en vrai ?

L’adhésion politique n’a probablement pas grand-chose à voir avec le fait de sortir son appareil en pareille circonstance. La visite du président de la République est un événement exceptionnel qui, à ce titre, « mérite la photo », comme on dit. Ainsi pourront-ils montrer à leurs proches qu’ils y étaient avec cette preuve en image, mais également conserver un souvenir suggestif de cet instant hors du commun. On retrouve le même réflexe chez cette Niçoise interviewée sur France Inter, qui s’émerveille des extravagances de l’hiver : « Il neige, c’est magnifique ! Je suis descendue sur la Croisette juste pour faire des photos, tellement c’est beau. » (Journal de 7 h, 11 février 2010)

Mais, dans le cas de la visite de Sarkozy, il y a peut-être autre chose : photographier ou filmer nécessite de prendre du recul, de se mettre à distance. C’est bien ce qui frappe dans cette séquence : le président avance au milieu d’un petit groupe compact de responsables et de journalistes, tandis que les employés-photographes se tiennent à plusieurs mètres, en surplomb sur une coursive pour avoir un meilleur point de vue. Ils ne sont pas au contact du chef de l’État qui devra combler l’écart physique avec eux en se rapprochant délibérément.

Le fait de photographier les conduit à se retrancher de l’événement, auquel ils assistent en spectateurs plutôt qu’en acteurs. Quand on a les mains occupées à manier l’appareil dont, de surcroît, on surveille l’écran, on ne peut pas rencontrer le regard de l’homme politique, encore moins répondre à son offre de poignée de main.

Bien sûr, faute de connaître suffisamment la situation de cette usine et de ses salariés, je m’aventure ici dans la spéculation. Mais je me demande si la décision de photographier cette scène, plutôt que de s’y mêler comme les autres, n’a pas constitué pour certains une manière honorable, élégante, de faire passer pour l’hommage dû au président de la République ce qui n’était en réalité qu’une prudente prise de distance.

Objectif : images

Une compétition de gymnastique dans un club amateur. Les jeunes filles ont revêtu leur juste-au-corps aux couleurs de leur équipe ; leurs cheveux sont tirés, rassemblés en chignons et laqués. Rien ne doit dépasser. Les épreuves s’enchaînent, d’un agrès à l’autre.

Le public est composé de leurs familles respectives. Dès qu’une gymnaste démarre son exercice, ses parents la photographient ou la filment avec leur téléphone portable, leur appareil, voire, plus rarement, leur caméra. Les flashs crépitent, les bras se tendent, se gênent. Certains ont réussi à s’élever au dessus de la mêlée pour gagner un point de vue surplombant. Chacun est en reportage, moi le premier. Il ne faut rien rater du mouvement exécuté. De retour à la maison, les images seront transférées sur l’ordinateur et regardées avec intérêt. L’enregistrement a également capté la musique. On commente, on en rit (ou pas). A l’occasion, les responsables du club demanderont certains de ces films ou de ces photos pour les intégrer à la projection qui défile en continu sur l’écran numérique allumé à l’entrée du gymnase. Les installations en sont vétustes, le chauffage laisse à désirer, mais actualiser la geste imagée du club est considéré comme une priorité.

Les familles sont venues avec leurs autres enfants, surtout les plus jeunes qui, à la différence des adolescents, ne pouvaient guère refuser. Mais très vite, ces enfants s’ennuient. Jusqu’à ce que l’un d’eux, plus chanceux, sorte sa console de jeux. Aussitôt, il attire l’attention des autres qui, sans même se connaître, se regroupent autour de son écran. Un attroupement se forme, compact et murmurant, qui en vient même à déborder sur le terrain de la compétition. Mais les parents laissent faire : du moment que les petits restent calmes.

Les adultes transforment aussitôt l’événement en images, les petits eux s’évadent sans tarder dans les images. Entre les deux, il ne reste guère que les gymnastes à évoluer dans la réalité, la dure réalité de la compétition.

Complément du 6 juin 2010 :

ou les enfants photographes (eux aussi)

Sur les images d'amateurs

9783898901369

Les éditions Kliomedia annoncent la parution du livre :

Private Eyes and the Public Gaze : The Manipulation and Valorisation of Amateur Images

Amateur photographs and films are being increasingly used by television and documentary filmmakers to illustrate and authenticate their work. Artists pursue their own ways to enter into dialogue with personal images of memories. There is also an increasing interest in private images to be found among social scientists (cultural anthropologists, historians, media theorists) and also among psychotherapists.

To bring these different ways of dealing with amateur images together, the Centre national de l’audiovisuel and the University of Luxembourg organised in 2008 an international colloquium entitled The Manipulation and Valorisation of Amateur Images. Thirteen researchers, artists and media specialists, among them Patricia Zimmermann and Heather Norris Nicholson, were invited to give a paper and present their theoretical framework, empirical analyses, ethical reflections and concrete creative usages in this book.

Sonja Kmec/ Viviane Thill (Hgg.): Private Eyes and the Public Gaze. The Manipulation and Valorisation of Amateur Images, Trier 2009. ISBN 978-3-89890-136-9, 136 S., brosch., 380 g, 24,90 Eur[D]/25,60 Eur[A], 45 CHF

Sommaire :

07–08 Preface by Jean Back, director of the CNA and Rolf Tarrach, rector of the University of Luxembourg

09–14 Introduction by Sonja Kmec and Viviane Thill

15–26 Speculations on Home Movies: Thirty Axioms for Navigating

Historiography and Psychic Vectors by Patricia R. Zimmermann

27–34 The Valorisation of Amateur Photography with Regard to Intimate Photography. A Contemporary Reinterpretation of A Middle-Brow Art by Pierre Bourdieu by Danielle Leenaerts

Part I: Identifications

37–46 Narratives of the Private Photo Album by Petra Pierrette Berger

47–54 Home Movies: A New Technology, a New Duty, a New Cultural Practice by Susan Aasman

55–62 Is Cinema Child’s Play? The Family Films of Clotilde Muller-Libeski by Valérie Vignaux

63–68 Valorisation of Amateur Images in the Context of Migration by Saskia Klaassen Nägeli

Part II: (Re)locations

71–80 Moving Pictures, Moving Memories: Framing the Interpretative Gaze? by Heather Norris Nicholson

81–90 Papi Is Joking – SS Men as Amateur Photographers by Sandra Starke

91–98 Private Cinema in the GDR – Daily Life in the GDR on Amateur Film by Leska Krenz

99–102 Reminiscence: A Way to Use Amateur Films in Order to Work with Patients – Suffering from Memory Problems by Jean-Claude Leners

Part III: (Re)appropriations

105–110 Artist Project: Fotothek – Speciality Store for Forgotten Private Photographs by Anke Heelemann

111–118 Glimpses of Beauty Beyond Happiness: Amateur Images and Institutional Cinema by Viva Paci

119–130 Exhibiting, Editing and Commenting: Amateur Photography Going Public by Gilles Rouffineau

131–134 Amateur Aesthetics by Luc Debraine

135–138 List of Contributors