Académies

Images du congrès 2012 de la Fédération photographique de France. Capture d'écran du site de la FPF

Les propos d’un responsable de clubs photo rencontré récemment entrent étonnamment en résonance avec ceux que tiennent nombre d’enseignants d’écoles de photographie, particulièrement ceux qui défendent une approche créative.

Selon lui, la principale révolution provoquée par le numérique dans les clubs photo serait l’arrivée d’un nouveau public tout à fait différent : « Avant, arrivaient au club photo des gens qui venaient pour travailler leurs clichés, avec une vision personnelle. Pas d’auteur, encore, mais avec une vision personnelle », et surtout la « certitude qu’ils n’y connaissaient rien. Il fallait qu’ils apprennent tout. Souvent, toutefois, un minimum de culture photographique. » Depuis 4-5 ans, « arrivent dans les clubs des gens qui ont cassé un peu la tirelire pour acheter un appareil photo. Amateurs déjà, ils font des photos, voient des photos sur tout un tas de sites internet, trouvent leurs images absolument intéressantes et ont envie d’entrer dans un club photo pour, pourquoi pas, réussir de belles images, exposer, en faire quelque chose professionnellement, voire en vendre. Ils arrivent dans les clubs persuadés que ce qu’ils font est intéressant. Et là, c’est très difficile parce qu’on est avec des gens qui ont fait ça comme ils auraient fait ping-pong, football ou autre chose. Aucune culture photographique, aucune gestion de rien, même de la profondeur de champ, de flou, de luminosité… Toutes ces questions-là leur sont inconnues. Et ils peuvent se retrouver dans la première année d’un club un peu dépassés par les exigences qui sont celles de la production d’images. Ils confrontent là leurs images avec celles de copains qui eux bossent depuis un peu plus longtemps, et donc il y a pas mal d’abandons. Des démissions, on connaissait, il y a toujours eu des fluctuations dans les groupes, mais pas à ce rythme-là. »

Du côté des écoles de photographie, la déception, voire le découragement sont également pointés chez les étudiants qui se fieraient trop facilement aux performances techniques de leurs appareils censés garantir la qualité de leurs images. Leurs enseignants en viennent à regretter ce luxe technologique qui rend plus difficilement recevable leur pédagogie du temps long et besogneux de la finition. « Avec le numérique, on a un partenaire technologique auquel on fait trop confiance à mon avis », insiste l’un de ces enseignants, avant d’ajouter : « Eux, moi pas. Moi, je ne fais pas confiance, je vérifie. »

Le parti-pris des écoles comme Arles, les Arts déco, Louis Lumière ou encore les Gobelins de conserver un enseignement des techniques argentiques vise en particulier à lutter contre le risque de « se faire dépasser par l’outil » numérique qui permet d’opérer des transformations radicales en un laps de temps très court. « Le laboratoire analogique permet d’avoir du temps entre le moment où on décide d’un geste technique et le moment où on a le résultat correspondant à ce geste, et d’appréhender s’il a été pertinent ou pas. On peut lutter ainsi contre la vitesse intrinsèque de l’étudiant de base, qui est également celle de l’outil numérique. »

L’autre point de convergence entre les clubs photo et les écoles spécialisées, c’est la préservation des techniques propres à la photographie noir et blanc argentique. Il n’y a plus guère, en effet, que dans les uns et les autres que l’on puisse accéder à des laboratoires équipés et bénéficier de formateurs compétents. D’ailleurs – autre point commun significatif -, les clubs et les écoles renouent avec les procédés anciens ou alternatifs, en combinant le traitement numérique avec des techniques et supports traditionnels. Le fait que les clubs photo aient été orientés à 95 % vers le noir et blanc avant l’irruption du numérique en fait des sortes de conservatoires techniques, au même titre que les écoles.  Ils constituent souvent un premier lieu d’apprentissage pour des jeunes qui intègrent ensuite une formation spécialisée.

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les responsables des clubs et les enseignants partagent souvent une même culture exigeante de la production photographique, cultivent chacun à leur manière une certaine forme d’élitisme, alimentée par une défiance vis-à-vis de l’emprise des écrans. Certains des nouveaux-venus dans les clubs ont déjà mis en ligne quelques-unes de leurs photos, souvent sur des sites dédiés à certaines marques de matériel où ils ont recueilli des avis bienveillants. Alors que, selon ce même responsable, « ça ne passerait jamais dans un club. Ce n’est pas parce que la petite fille a un joli sourire que ça va faire une image. »

Les écoles forment de futurs professionnels, tandis que les clubs photo s’adressent aux amateurs, mais des amateurs qui se veulent « éclairés », « cultivés », pas simplement des techniciens. En privilégiant ceux qui se posent des questions « de création », ils se situent à leur manière dans la même logique que les écoles patentées. Dans ces deux sphères, que tout oppose par ailleurs, règne le même mélange d’attirance et de répulsion pour le numérique, en même temps qu’un attachement fort, organisé, à la culture argentique de la photographie.

Soutenance de thèse : "L'image numérisée du visage", par Franck Leblanc, 7/12

J’aurai le plaisir de prendre part au jury de la thèse que Franck Leblanc soutiendra à l’Université Paris 8 le 7 décembre prochain à 14 h, salle A070.

Son titre complet est : « L’image numérisée du visage. De la créature digitale à l’objet de reconnaissance, 1976-2010 ».

Le jury sera composé de :

François Soulages, directeur de thèse ;

Philippe Goudard ;

Françoise Parfait ;

Rodrigo Zuniga ;

et moi-même.

Résumé de la thèse :

L’image numérisée du visage inscrit-elle dans le fichier numérique le même rapport à l’Autre que ce que faisait la photographie argentique sur le film ? Le portrait comme construction de l’image donnée d’autrui, comme mode de représentation d’une identité, d’un statut social ou bien d’un imaginaire est une œuvre de création régie et structurée par la pose. Que devient l’image du visage, le regard porté sur l’Autre à l’aune de son enregistrement numérique ? La diffusion sur Internet de photographies de visages identifiés, pose comme enjeu la redéfinition des notions de consentement et d’anonymat. D’un portrait régi par le temps de la pose, un glissement semble s’opérer par le biais de la technologie informatique vers un positionnement de l’individu détecté et reconnu. La lecture biométrique du visage numérisé modifie nécessairement notre rapport à l’Autre, notre rapport à une société qui développe les moyens technologiques d’un contrôle, d’une identification à distance. Voici les enjeux de ce travail de recherche : tenter de penser l’image du visage à l’aune de sa numérisation.

L'évidence du numérique

Fragment de l'image en question

Une étudiante entame un exercice d’analyse d’image par une description formelle élémentaire : il s’agit en l’occurrence d’une photographie noir et blanc, de format rectangulaire, et de taille « 640 x 420 ». Photo manifestement trouvée et récupérée sur internet.

Le seul hic est qu’il s’agit d’un cliché de presse de  1978, donc réalisé en argentique. Cette caractéristique technique de l’image d’origine ne vient pas à l’esprit de cette étudiante pour qui l’interface « naturelle » de consultation est son écran d’ordinateur et la source de ses informations, internet. Encore que ladite source ne soit pas non plus interrogée dans les informations qu’elle pourrait lui donner sur la nature du cliché en question. Dans le cas présent, un filigrane très visible signale que la photo appartient à la banque mondiale d’images de Corbis. Mais cet indicateur n’a pas été perçu par l’étudiante, qui n’a donc pas été regarder du côté de Corbis pour essayer d’en savoir plus sur ce cliché.

Je mesure ainsi l’emprise de l’évidence du  numérique pour les jeunes d’aujourd’hui, qui peuvent difficilement imaginer qu’une photo ne soit pas numérique et qui se satisfont aisément de la présentation instantanée offerte sur internet. C’est d’autant plus paradoxal qu’internet fournit justement une masse inégalée d’informations documentaires sur les images accessibles, dont pourtant peu de cas est fait par ces étudiants. D’autres vont soupçonner des trucages ou des retouches dans les clichés qu’ils ont sous les yeux, parce qu’ils les supposent forcément numériques, donc transformables à loisir, même lorsqu’il s’agit de photos argentiques prises d’un seul coup, d’un seul tenant, sans autre modification de forme.

Bref, le numérique règne en norme absolue dans leur esprit, synonyme de mise à disposition immédiate, mais pas forcément d’information conséquente, et de manipulation potentielle, même lorsqu’il n’y en a aucune. Que peut donner à la longue ce mélange de survol et de soupçon ?

Pratiques argentiques en régime numérique

J’ai eu le plaisir cette année de piloter à distance la recherche effectuée par une étudiante russe, Oxana Gilyuk, dans le cadre du Master 1 de sociologie qu’elle préparait au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg. Elle avait choisi de s’intéresser aux photographes avertis qui continuaient à utiliser l’argentique, voire, pour certains, qui y revenaient. La qualité de son enquête, servie par un français remarquable, m’incite à en présenter ici un extrait1 :

Vassily SKVORTSOV

À partir de vingt entretiens approfondis menés à Saint-Pétersbourg auprès de photographes professionnels et amateurs éclairés, j’examine sous quelles conditions la pratique argentique perdure et sous quelles formes elle réapparaît.

J’ai pu constater en particulier que la pratique argentique et la pratique numérique ne s’excluaient pas : les enquêtés, c’est un point essentiel, alternent le plus souvent les deux pratiques. Il existe donc plusieurs logiques de pratique chez la même personne, ce qui laisse supposer une identité plurielle du photographe, capable de choisir telle ou telle technique en fonction de son objectif concret et de son « état d’esprit » :

« Je crois que tout dépend du photographe, de ce qu’il se donne comme objectif. Il a tout  un arsenal de techniques et il peut choisir. Comme un graveur qui choisit l’instrument qui convient le mieux pour telle ou telle matière. » (Olga, photographe reporter, 44 ans).

1) Le plus souvent, les photographes, engagés d’une façon ou d’une autre dans la photographie comme métier qui procure des revenus, perçoivent le numérique comme la partie « commerciale » de leur activité photographique et l’argentique comme « artistique » ou « pour soi-même » :

« Le numérique, c’est pour le travail. Mais des trucs artistiques, quelque chose d’extra, c’est de la pellicule. (…) On ne travaille plus avec la pellicule, mais on crée. » (Michaïl, photographe reporter, 28 ans)
« Moi, j’ai trouvé une formule idéale : le numérique, c’est pour le travail, l’argentique, c’est pour le plaisir. » (Sacha, designer graphiste, 32 ans)

« Maintenant, je fais beaucoup d’argentique. Pas pour l’argent bien sûr. La pellicule, ce sont des choses d’exposition. (…) Il y a des sujets que je ne vais pas photographier en numérique. » (Aliona, architecte, photographe, 29 ans).

2) D’autres, comme Éva (29 ans, fille unique d’une famille artistique reconnue, qui se dit artiste photographe et qui est très influencée par les courants artistiques contemporains), combinent les usages du numérique, pour « la photographie plasticienne » – positionnée d’emblée dans le champ de l’art contemporain, qui relève non pas du « beau », mais du « visuel », conçue non pas comme « un atelier de peintre, mais comme un « laboratoire », où la photographie demeure « un des moyens de s’exprimer » – et de l’argentique, qu’ils considèrent dans ce cas comme « la pure photographie », « la photographie créative », qui renvoie à l’art classique, « originaire ».

Olga YAKUSHENKO

3) Certains photographes amateurs apprécient le numérique dans la vie quotidienne : « Il faut être complètement fou pour photographier une party d’anniversaire sur la pellicule » (Olga, étudiante en histoire, 23 ans) ; mais se réservent la pratique argentique comme une « méditation », qui demande un « autre état d’âme » et ne marche pas  « en vacances, en voyage organisé » lorsque « tout le monde autour de toi mitraille » (Luba, manager, environ 50 ans).

4) D’autres encore, parmi mes enquêtés – dont l’une est une irréductible de l’argentique, pratiquant, de plus, la photographie argentique avec de la pellicule noir et blanc infra-rouge –, trouvent finalement un avantage au numérique et l’« utilisent » pour contrôler la prise de vue sur la pellicule :

« Le numérique est un moyen d’enregistrer de l’info visuelle… Pour l’utilisation intermédiaire. Là, le numérique marche très bien. […] J’essaie la prise de vue avec ça, […] je vois le résultat et je prends tout de suite une photo sur la pellicule. » (Dmitriy, photographe, vendeur dans un magasin de la technique photo argentique d’occasion, 40 ans).

Svetlana (étudiante en photographie, 18 ans) a elle aussi un usage auxiliaire du numérique bien que le contexte de sa pratique soit différent : étudiante de la faculté de la photographie où la maîtrise de la photographie argentique est obligatoire, elle a découvert l’argentique dans le cadre de sa formation, mais utilise toujours un appareil numérique pour préparer la prise de vue et « ne pas gâcher la pellicule pour rien ».

5) Enfin, il existe des personnes qui semblent pratiquer argentique et numérique sur un pied d’égalité, en fonction des conditions concrètes de prise de vue. Dans le cas de Maxime par exemple (étudiant en design, animateur dans un club photo pour les enfants, 24 ans), on peut parler de va-et-vient entre l’argentique et le numérique, « pour changer quoi ». Pour Alexandre, (critique d’art, photographe d’art, 54 ans), le recours au numérique n’est pas toujours justifié ; il voit surtout la technique argentique comme une bonne alternative pour ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir un appareil photo numérique de qualité :

« La technique numérique est capricieuse. Ça craint de l’humidité, n’aime pas la poussière, les capteurs. En plus, elle est fabriquée pour une certaine durée, comme tout maintenant… Et si tu travailles, par exemple, avec le dos numérique Hasselblad c’est toujours lié avec l’ordinateur, tu ne vas pas courir dans la rue avec cet appareil-là, qui, de plus, coûte extrêmement cher. […] Le numérique de qualité est hors de la portée de la grande majorité de ceux qui s’appellent photographes. Ils se contentent des appareils photo amateurs, capteur crop, voilà… Et si par exemple un étudiant en photographie ne peut pas acheter un bon numérique plein format, il achète un bon vieux reflex argentique, un Nikon, par exemple, qui coûte presque rien mais qui lui permet de faire des photos […] de qualité exposition. »

Certains interviewés, d’ailleurs, ont délaissé le procédé argentique, mais sans exclure d’y revenir (Nikita, photographe d’art, 21 ans) : ils se disent « nostalgiques », conservent leurs appareils photo argentiques et ont, « de temps en temps », « une grande envie » de revenir à la pratique argentique car « malgré tout, la photo argentique, c’est autre chose », comme « le son analogique » (Vladimir, disquaire, 39 ans).

Luba GORMINA

Pour Natalia, (enseignante, photographe d’art, 47 ans), le retour à l’argentique serait possible dans le cadre d’un projet artistique spécifique :

« Je ne fais plus d’argentique, mais j’ai un projet lié à la photographie argentique et un jour je le réaliserai. Maintenant, je recueille des anciennes pellicules, les miennes, celles de ma famille, toutes celles qui se sont conservées. Je vais les tirer à la main, peut-être d’une manière spéciale, je ne sais pas encore. Ce n’est qu’une idée, mais ça m’intéresse. J’ai un pied dans l’argentique, c’est ma vie, mon histoire. C’est l’histoire qui m’intéresse dans ce projet… Regarder l’histoire par la photographie… Pour cette idée, l’argentique convient bien. Une autre idée, un autre moyen, vous voyez ce que je veux dire ? »

On peut dire ainsi que le multi-usage, la cohabitation des pratiques argentiques et numériques deviennent la règle, ce qui gomme de fait l’impression d’antagonisme qu’expriment souvent les représentations des enquêtés. La grande majorité des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête affirme que les technologies numériques sont utiles pour les usages quotidien et professionnel, comme le photojournalisme, la publicité, la mode, la photographie de commande, etc. La pratique argentique, de son côté, subsiste comme pratique artistique qui ne profane pas les conventions classiques de l’œuvre d’art : la rareté, le fait-à-la-main, l’intervention directe de l’artiste, le travail lui-même comme effort et contrainte, vu comme gage de qualité :

« L’argentique exige plus de main-d’œuvre. C’est tout un art et il faut s’y adonner. Le numérique, c’est moins sérieux. L’argentique vous résiste, vous comprenez. Ce n’est pas si facile de le maîtriser. C’est assez laborieux, ça demande du temps, des efforts. C’est de l’art. » (Svetlana, étudiante en photographie, 18 ans).

C’est une photographie qui ne s’accomplit pas dans l’urgence mais, au contraire, nécessite une réflexion, un choix conscient. Elle se replie sur « la photographie » elle-même, sur ce qu’elle serait seule à pouvoir faire, ce qu’elle aurait de plus spécifique par rapport à d’autres techniques, et particulièrement par rapport à la « numérographie » (Alexandre, photographe titulaire dans le Centre d’État de la Photographie Contemporaine « ROSPHOTO », 57 ans), à l’« ordi-graphie » (Éva, photographe d’art, 29 ans) qui, au mieux, passe pour « de l’art contemporain ».

Enfin, la photographie argentique n’est plus une pratique quotidienne de masse, mais une pratique d’exception :

« On mange normalement du fast food, vous comprenez. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne comprend pas la différence entre un resto Mac Donald’s et un bon restaurant gourmet. » (Andrey, électricien, 34 ans).

La destination des images argentiques est essentiellement l’exposition ou la photographie amateur, qui se valent dans une certaine mesure faute d’un véritable marché de la photographie artistique en Russie.

Il se crée ainsi une niche à vocation minoritaire, tout comme d’autres techniques anciennes de représentation du monde. L’argentique devient une pratique de luxe, d’abondance et tout à la fois d’ascétisme désintéressé, au nom de la pureté du médium photographique et en dépit de l’absence de demande immédiate :

« Je crois que la pellicule ne disparaîtra pas, mais son avenir est comme celui de la peinture classique. Il est extrêmement cher de faire de la peinture aujourd’hui. Ça exige un long apprentissage. En plus, ce n’est pas super demandé… Comme la majolique, une technique très particulière… Ou mieux, la pratique de la fresque… Elle trouve son refuge, mais manque de commandes, c’est sûr. Il n’y a pas beaucoup de gens qui l’apprécient, quelques-uns seulement. » (Aliona, architecte, photographe, 29 ans).

Dimitriy ALEXEEV

En outre, depuis l’arrivée du numérique, la pratique argentique est en train de se transformer en intégrant des « éléments » numériques. On peut, par exemple, scanner les films, ce qui réduit en fait la pratique argentique à la prise de vue et permet de souligner, entre autre, que la distinction écran/papier traverse la distinction argentique/numérique. Pour les plus jeunes des interrogés, le scanner la pellicule permet un traitement plus opératoire d’une photographie et surtout sa diffusion plus commode. Il remplace parfois totalement le transfert sur papier :  ils ne tirent que pour les expositions qui exigent le format papier (Éva, photographe d’art, 29 ans) ou bien ne tirent jamais (Olga, étudiante en histoire, 23 ans).

Il existe encore d’autres formes d’hybridation entre les deux techniques. La plus « légère » est l’utilisation des objectifs interchangeables : comme chez Vassiliy (photographe dans un théâtre, 37 ans) qui utilise l’optique de son Canon argentique sur un boîtier Canon numérique. Un autre interviewé, lui, apprécie les objectifs soviétiques :

« Lorsque l’on utilise l’objectif d’un appareil photo argentique, on prend des photos différentes de celles qui sont prises avec un objectif numérique. On obtient des tons plus chauds. Il y a une certaine ressemblance avec la photo argentique. J’ai un objectif soviétique Gelius. J’ai acheté sur internet un adaptateur qui permet de relier cet objectif à mon Canon. » (Vladimir, disquaire, 39 ans).

Maxime, qui essaie d’appliquer le tirage classique (contact) à ses « négatifs » numériques, offre encore un exemple intéressant d’association des médiums :

« Tout simplement, j’ai rencontré un artiste-peintre qui faisait du tirage de photos en gélatine. Il étend sur une toile une couche de solution spécifique de gélatine, puis il met un grand négatif directement sur la toile. Il l’expose à la lumière du jour pendant assez longtemps, et comme résultat, grâce à la texture de la gélatine, il obtient une image très spéciale. Comme ça part quand même d’une image photo, on peut dire que c’est aussi de la photographie. Et moi, j’ai pensé : pourquoi ne pas faire la même chose sur du papier ? Alors j’ai fait un essai. Dans un labo, j’ai fait faire quelques grands négatifs (au format A4) à partir de mes photos numériques et je les ai transférés sur du papier. Dans ce cas-là, on n’a pas besoin d’agrandisseur, on peut utiliser n’importe quelle source de lumière, une lampe de poche, et on arrive finalement à un effet pictural assez intéressant. » (Maxime, étudiant en design, animateur dans un club photo pour les enfants, 24 ans).

On peut dire de cette pratique intermédiaire entre argentique et numérique qu’elle est soit de l’argentique « numérisé », soit du numérique « argentisé » :

« Je connais une photographe qui fait de l’argentique, puis elle scanne les films, traite les images numériques, les imprime sur papier transparent, coupe le cadre, le met dans l’agrandisseur et tire ensuite d’une manière classique… Je ne sais pas pourquoi elle fait ça, elle aime Photoshop peut-être [rire]… Et encore une autre, qui est allergique à la chimie, elle ne fait plus du tout de tirage, mais scanne les films, les adapte au tirage et les fait tirer sous agrandisseur dans un labo. » (Luba, manager, environ 50 ans).

Ces différentes manières d’hybrider les deux techniques laissent penser que, dans le futur, les deux pratiques pourraient peut-être converger. Mais on peut tout aussi bien supposer qu’elles vont s’éloigner de plus en plus l’une de l’autre.

Face au déclin de l’industrie argentique, les personnes interrogées réfléchissent à l’avenir de la photographie argentique. Pour certains, celle-ci n’a plus guère d’atouts et ils ont conscience des difficultés croissantes. Pour d’autres, comme Dmitriy (photographe, vendeur au magasin de la technique photo argentique d’occasion, 40 ans), « la situation n’est pas grave, elle est même favorable à ceux qui veulent faire de l’argentique» : l’offre et la demande arrivent à s’orchestrer.

D’ailleurs, il y a différentes possibilités de « se débrouiller » : à partir des produits chimiques bricolés et de la pellicule soviétique « défectueuse », souvent avec la date de péremption dépassée, « pour expérimenter » (Olga, étudiante en histoire, 23 ans), jusqu’aux appareils photo en boîte d’allumettes :

« Je ne sais pas comment ça se passe en province, mais à Saint-Pétersbourg on peut toujours acheter tout : la pellicule, le papier. Avec la chimie, on se débrouille aussi. On peut même en acheter en poudre. Je connais un photographe qui révèle les films avec du café… si, si… Jacobs Monarch soluble, plus de la soude. L’action est moins rapide, il faut donc révéler pendant plus longtemps, mais les photos sont bien, je vous assure, tout à fait comme avec un révélateur classique… De plus, j’ai entendu parler de certains qui se servent du sel marin comme fixateur. Vous voyez, surtout pour le noir et blanc, la chimie ne pose pas de problème… Quant aux appareils photo, il existe enfin la pinhole photography : on peut photographier avec une boîte d’allumettes… » (Sacha, designer graphiste, 32 ans).

Ainsi, la pratique de la photo argentique a été bouleversée par l’arrivée du numérique au point d’avoir changé en elle-même. Son avenir est incertain et cet état de fait ne laisse pas d’inquiéter les photographes argentiques qui trouvent tout de même des moyens d’entretenir leur pratique et croient qu’« après toute révolution, il y a une restauration » (Alexandre, critique d’art, photographe d’art, 54 ans).

Maxime TOMAREV

Quoi qu’il en soit, le terrain est vaste. On ne saurait prétendre épuiser la question, ni présenter ici une étude achevée aboutissant à des conclusions indiscutables, compte tenu, d’ailleurs, de la relativité des données acquises et des interprétations effectuées, mais simplement ouvrir des pistes de réflexion et de recherche sur l’état actuel des pratiques photographiques. Il serait intéressant de contraster ces résultats avec une enquête analogue conduite en France. On pourrait ainsi se demander dans quelle mesure la persistance de la pratique argentique dépend du contexte culturel national, et aussi du contexte institutionnel ou économique. Par exemple, il est possible qu’en Russie le rôle des institutions en matière de pratiques artistiques soit moins prononcé qu’en France, et cela pourrait influencer la perception de la pratique argentique. Mais ce n’est qu’une direction de recherche parmi plusieurs possibles.

  1. Oxana Gilyuk, La photographie argentique comme pratique distinctive : analyse des pratiques amateurs et de leurs représentations, mémoire de Master 1 de sociologie, Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg, 2011. []

La résistible transition vers le numérique

Je signalais dans mon billet précédent que nombre de photographes avaient retardé leur passage au numérique en se contentant dans un premier temps de numériser leurs clichés argentiques. Pour la plupart, cette transition s’est achevée en 2004 avec le passage à la prise de vue numérique. L’actualité nous montre pourtant que certains grands noms de la photographie sont encore dans cette phase de transition qui repose sur la séparation de la prise de vue – toujours argentique – et de la valorisation des images – entièrement numérique.

La vaste série sur la France que Raymond Depardon présente actuellement, sous la forme d’une exposition à la BnF et d’un livre, a été réalisée entièrement à la chambre 20 x 25. Lorsqu’il l’a entamée, en 2004, Depardon pouvait, comme beaucoup de ses confrères, considérer que les appareils numériques ne valaient pas, loin s’en faut, leurs antécédents argentiques, particulièrement dans le domaine des grands formats. Pour conserver ensuite l’unité de fabrication de la série, forte au final de 7 000 clichés, il a bien fallu continuer avec le même matériel. Il est probable, toutefois, que l’option technique adoptée par Depardon revêtait une véritable signification esthétique et esthétique puisqu’il écrit lui-même dans son ouvrage : « Cette posture de la chambre posée sur un pied, tel un chevalet, est l’essence même de l’acte photographique. »

Mais le plus intéressant n’est pas là. En effet, l’argentique chez Depardon s’est limité à la prise de vue. Ensuite, les photographies réalisées à la chambre ont été scannées et les fichiers numériques ainsi obtenus, refaçonnés grâce à des logiciels de traitement d’image. En partie, nous dit-on, pour rectifier les défauts des pellicules argentiques. Mais aussi, selon Jacques Hénaff qui a assuré ce travail de post-production, parce que le numérique permet « d’exploiter toute la richesse des images très lumineuses issues des chambres 20 x 25 ». L’autre explication de ce passage après coup au numérique réside probablement dans la destination des images : l’exposition de la Bnf présente une installation de 36 photos tirées en grand format (200 x 165 cm). On ne peut plus réaliser aujourd’hui d’aussi grands tirages en argentique, faute de papier. La numérisation des images était donc devenue le seul moyen de permettre cette transformation formelle des clichés d’origine en autant de tableaux d’art.

Un autre exemple intéressant de cette résistible transition vers le numérique est offert par les dernières productions de Sebastiao Salgado. Lui aussi a entamé en 2004 une vaste fresque photographique, intitulée Genesis. Il l’a réalisée jusqu’en 2008 avec son matériel de prise de vue argentique coutumier et en consommant des milliers de rouleaux de pellicules noir et blanc. Il a opté d’emblée pour un format 4,5 x 6 en vue des tirages grand format qui ne manqueraient pas de lui être commandés pour des expositions à travers le monde. Mais peu à peu, les difficultés croissantes rencontrées pour poursuivre cette production argentique, en particulier pour réussir à s’approvisionner en papier, l’ont poussé à s’équiper d’un nouveau boîtier numérique, dont il reconnaît qu’il lui a facilité grandement le travail : « Changer de rouleau de film, en moyen-format, peut être très problématique dans beaucoup de cas. Le numérique te donne une facilité de travail immense. Et la qualité est supérieure au 4,5 x 6 sans aucun problème. »1 Bref, Salgado légitimerait à son tour la victoire technique du numérique sur l’argentique.

Détail du dossier de "Réponses Photo"

Or, là encore, le plus intéressant est ailleurs. En effet, Salgado, qui fera certainement tirer ses grands formats sur des imprimantes à jet d’encre, a décidé de revenir au négatif argentique pour être en mesure de poursuivre la production de tirages de collection destinés aux galeries et aux connaisseurs, qui ne jurent que par le tirage baryté. A l’inverse donc de Depardon, Salgado photographie désormais en numérique, mais retourne à l’argentique pour la finalisation de ses images, grâce à un « imageur » qui reproduit les fichiers numériques sur du film. Il est intéressant en outre de repérer les nombreux détails qui révèlent à quel point Salgado se sert de son appareil numérique comme s’il s’agissait toujours d’un boîtier argentique : il en a déconnecté l’écran pour ne jamais être tenté de le regarder, il refuse de voir ses images sur un écran d’ordinateur, mais exige au contraire qu’on continue à lui préparer des planches contacts sur papier, puis des épreuves de lecture 13 x 18 sur lesquels il effectue son tri d’images et porte ses options plus avancées de tirage.

A la différence de quantité d’autres professionnels de la photographie, ces deux grands noms du métier ont les moyens d’imposer les solution techniques qui leur agréent, voire même de faire produire aux fabricants pour leur seul usage des matériels, des consommables qui n’existeraient pas autrement. Ils se ménagent ainsi une niche privilégiée entre argentique et numérique que beaucoup d’autres pourraient leur envier.

  1. interview parue dans le hors-série n° 10 de Réponses Photo, mai 2010, Pourquoi le noir et blanc ?, qui consacre un dossier entier à ce travail de Salgado. []

Anathème visuel

« Arrêtez l’argentique. Passez à la vidéo ! » a lancé le ministre du travail Eric Woerth aux députés socialistes lors des premiers échanges parlementaires sur le projet de réforme des retraites. Par cette formule, il pensait ridiculiser l’opposition et ses propositions comme ringardes, dépassées.

Malheureusement, la formule qu’il a adoptée ne fonctionne pas très bien puisque la vidéo a d’abord existé dans le registre analogique avant d’être gagnée elle aussi par la technologique numérique. « Arrêtez l’argentique. Passez au numérique ! » aurait été plus clair. Sauf à supposer que cette confusion dénote une autre forme de ringardise : celle d’un gouvernement et d’un président de la République demeurés absolument vidéos, c’est-à-dire rivés à l’image télévisée, quand le numérique faisait exploser l’image sur internet.

Ne joue pas les modernes qui veut.