Pas de stylo, mais un appareil

Photo prise par mon fils aîné l'an passé, dans le même château

Extrait des consignes données aux élèves de troisième du collège de ma fille en vue de leur sortie culturelle de la semaine prochaine, dans un château dédié à l’art contemporain :

« Il sera interdit de toucher aux œuvres, de crier ou de chahuter dans le château. On demandera aux élèves de ne pas utiliser leur téléphone portable pendant cette sortie.

Les élèves devront obligatoirement apporter un petit carnet pour noter et dessiner, et un crayon à papier, le stylo étant interdit dans le château. Les élèves pourront apporter un appareil photographique numérique. »

Mais, madame, si je veux prendre des photos avec mon portable ?

Photo, art ou pub ?

Les fêtes de fin d’année ont vu réapparaître sur les panneaux d’affichage parisiens une campagne publicitaire pour le whisky Ballantine’s qui fait explicitement référence au monde de l’art contemporain. Quatre visuels déclinent les contributions de la peinture,  de la sculpture, de l’installation et de la photographie.

Selon le directeur marketing France du groupe Pernod (à qui appartient cette marque de whisky), « l’art contemporain représente des valeurs d’indépendance, d’élégance et d’intégrité qui sont proches de celles d’un produit premium comme Ballantine’s. » Ajoutant que pour les Ecossais, si la distillation est une science, l’assemblage est un art1.

La photographie apparaît ici comme l’une des composantes de l’art contemporain, conformément au mode dominant de légitimation culturelle dont ce médium a bénéficié en France depuis les années 19802. Autant le visuel qui renvoie à la peinture en livre une version somme toute assez classique (une surface peinte encadrée), autant celui qui évoque la photographie-comme-art-contemporain déborde délibérément de l’univers formel traditionnel de l’image fixe : éclatée en six, cette photographie est restituée à travers six caissons lumineux non ajustés. On peut même se demander s’il ne s’agit pas d’une image numérique dispatchée sur six écrans plats. L’ensemble semble relever davantage de l’installation vidéo.

Ce visuel, comme les trois autres, a été réalisé par un photographe britannique, Dan Tobin Smith, qui travaille régulièrement pour la publicité, mais poursuit également une création artistique représentée par une agence new-yorkaise (Katy Barker Agency). Sorti en 1999 du London College of Printing, Dan Tobin Smith dit avoir voulu devenir photographe lorsqu’il a vu des clichés apparaître dans la chambre noire. Et d’ajouter : ‘I miss the darkroom. »3 On dit d’ailleurs que, pour élaborer ses compositions, il recourt peu à Photoshop,  préférant les élaborer en studio à partir de matériaux réels en recourant largement au principe de l’anamorphose. C’est l’objectif de cette vidéo qui dévoile le « making off » de l’une de ses créations :

https://www.youtube.com/watch?v=kZ1i0olf4Ik&feature=player_detailpage

Résumons : voici un jeune photographe qui regrette l’alchimie de l’argentique, mais produit des visuels numériques sophistiqués, en mettant son imagination et un point d’honneur à les composer en vrai, comme le fait Georges Rousse dans des lieux voués à la démolition. Né à l’époque de la photographie-art contemporain, Dan Tobin Smith destine ses images aussi bien à la publicité qu’aux galeries d’art. Et il réalise pour Ballantine’s une publicité qui vante la création contemporaine, faisant d’une pierre deux coups. Quant à l’image qu’il y donne de la photographie, elle relève explicitement des installations et de l’univers de la vidéo.

Ce cas me paraît exemplaire des chassés-croisés, aujourd’hui incessants, innombrables, entre les mondes auparavant plus cloisonnés de la photographie proprement dite, de l’art contemporain et de la publicité. Les questionnements sur la profession de photographe et les modes de valorisation de la photographie s’en trouvent sensiblement complexifiés.

  1. Propos trouvés sur le site : http://www.strategies.fr/actualites/marques/r48716W/affichage-ballantine-s.html. []
  2. Sur ce processus, cf. mes deux articles : « La consécration artistique de la photographie : méandres et enjeux d’une reconnaissance inégale », in Florent Gaudez (sous la dir. de), Les Arts moyens aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 2008, tome 1, pp. 139-153  et La photographie sous la férule de la critique. Chronique Art Press 1974-2007. []
  3. Extrait d’une interview publiée sur le site de son école. []

Quelle écriture ?

Les éditions Zédélé viennent de publier Moi le groupe 2, second tome sur le projet mené depuis 2005 par l’artiste Arnaud Théval dans dix lycées professionnels de la région des Pays de la Loire.

Ce volume fait suite à Moi le groupe, paru en 2008.

La démarche d’Arnaud Théval a consisté à questionner des groupes de lycéens sur leur double identité, leur relation au contexte de leur formation professionnelle, ainsi qu’à l’imaginaire de leur futur métier, et à se situer collectivement dans le contexte de leur lycée. Le tout dans l’objectif de produire une image qui les représente à la fois eux-mêmes et le groupe qu’ils constituent.

Ce projet artistique m’a offert l’opportunité d’explorer en situation certains enjeux des images chez des jeunes d’aujourd’hui. Je me suis efforcé d’en suivre le déroulement de bout en bout, dans chacun des établissements retenus. Dans la pratique, mes contraintes d’emploi du temps ont quelque peu réduit cette ambition. Il y a des lycées où je suis allé souvent, d’autres peu et même certains où je me suis rendu uniquement à l’occasion du vernissage de l’œuvre qu’Arnaud Théval y avait élaborée.

J’ai pris beaucoup de notes sur les gestes et les propos des élèves. Toutefois,  j’ai suffisamment pratiqué les enquêtes de longue haleine sur des sujets construits de bout en bout pour savoir que je ne pourrais rien faire de tel ici, que je n’engrangerais que des aperçus de ces lieux nouveaux pour moi, de ces individus inconnus, des structures dans lesquelles ils évoluent… J’étais condamné aux fragments.

Je n’ai pas voulu les restituer tels quels, comme autant de matériaux bruts pesant leur poids de réalité. D’autant que ces fragments vus et entendus étaient d’emblée pétris d’une dose de fiction : ce que les élèves disaient et faisaient était destiné à nous impressionner. Ils étaient en représentation vis-à-vis de nous, et pas seulement devant l’objectif de l’appareil photo. Les situations engendrées par la mise en œuvre du projet Moi le groupe les sortaient de l’ordinaire. Ils y ont réagi en se livrant à des jeux également extraordinaires. Tout le monde a joué dans cette histoire.

Dans ces conditions, il m’a semblé plus approprié d’essayer de re-traduire leurs propos et attitudes que de les restituer. C’est-à-dire d’en assumer la nécessaire transformation par le moyen de l’écriture. J’ai donc écrit des textes plus ou moins courts qui s’apparentent, pour la plupart, à des confessions d’élèves à la première personne. Ils condensent plusieurs histoires entrevues, divers motifs, contribuant ainsi à brouiller les pistes, par exemple d’un lycée à l’autre. Je voulais que ça soit crédible sans être forcément ressemblant, ni exact, ni encore moins représentatif. Et surtout, je tenais à formaliser d’emblée un écart entre les personnages évoqués (des jeunes gens en lycée professionnel) et le texte que je leur prêtais, puisque le « je » en question ne pouvait être que complètement fictif. De fait, la part de fiction s’est peu à peu accrue entre mes premiers textes, qui restituaient souvent des personnages réellement rencontrés, voire des propos entendus en situation, et les derniers, qui en sont venus à combiner diverses situations réelles pour en faire sortir des rapprochements imaginaires, des confrontations, voire des points de vue collectifs.

Pour autant, ces fictions restent à mes yeux intimement liées aux images créées dans ces différents lycées. Elles en constituent avant tout un contrepoint, s’efforçant de rendre perceptible un peu du bruit (parfois du vacarme !), extérieur comme intérieur, suscité par ce projet artistique.

Je présente ici une de ces fictions qui n’a pas été retenue dans le livre. Brouhaha propose un condensé imaginaire des propos échangés lors des vernissages des différentes œuvres produites par Arnaud Théval.


[issuu layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fcolor%2Flayout.xml backgroundcolor=CCCCCC showflipbtn=true documentid=100611165513-4c74d4ef52f8476ab594a7409ef63327 docname=brouhaha username=maresca-s loadinginfotext=Brouhaha showhtmllink=true tag=jeunes width=420 height=297 unit=px]

La pratique amateur de la photographie

 

Les images dans la société – chapitre 17

Aujourd’hui, l’emprise de la photographie est devenue si forte et, surtout, elle s’est tellement intégrée aux rituels familiaux, qu’il n’y a pour ainsi dire pas d’anniversaire digne de ce nom sans photographie, sans parler des mariages qui comptent désormais presque autant de photographes que d’invités. De même qu’il n’y a pas de vacances réussies sans une ou plusieurs pellicules de photos rapportées pour montrer aux autres ou remplir l’album. L’arrivée sur le marché des appareils numériques ne fait que renforcer cette compulsion à photographier puisqu’il n’y a plus aucune contrainte de pellicule et qu’on peut disposer de ses photos sans les avoir développées.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Pour des compléments indispensables et actualisés sur les transformations de la photographie de famille depuis l’essor des technologies numériques, je renvoie au livre de la sociologue Irène Jonas : Mort de la photo de famille. De l’argentique au numérique, Paris, L’Harmattan, 2010.



 

Image et publicité

Les images dans la société – chapitre 15

La publicité a sa place dans ce livre parce que, hormis à la radio, elle est devenue synonyme d’image. Aujourd’hui, le directeur artistique d’une agence saisi d’une commande de campagne publicitaire va réfléchir immédiatement à l’image, le plus souvent photographique, ou au film qu’il va faire réaliser. Même s’il doit également trouver un slogan, une « accroche » qui fasse à la fois sens et forte impression sur l’esprit du public, ce texte ne se conçoit plus sans le support d’une image. C’est d’ailleurs le sens de l’évolution historique, depuis les premières annonces ou « réclames » jusqu’aux publicités actuelles : au texte seul s’est substitué un alliage tout à fait spécifique de textes et d’images, particulièrement visible dans les affiches ou les encarts publiés dans la presse, mais tout aussi présent dans les spots télévisés puisque, là aussi, les images sont soutenues par un commentaire parlé et que, souvent, le nom du produit et le slogan apparaissent en toutes lettres à la fin.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Un portrait sans visage

Claude Batho, Le portrait du père, 1977.
Claude Batho, Le portrait du père, 1977.

Dans la foulée du billet précédent, je publie ici l’analyse d’une photographie que j’avais écrite en 2003 à la demande d’une revue brésilienne1, demeurée inédite en français.

Lire la suite

  1. « Um retrato sem rosto », Cadernos de Antropologia e Imagem (Rio de Janeiro), 15, 2003, pp. 143-146 []

Hors de la photographie, point de mariage

Une des photos du premier mariage Day, 2008 (Gareth Bowers, Fresh Images)

Une des photos du premier mariage Day, 2008 (Gareth Bowers, Fresh Images)

L’action se passe l’an dernier en Grande Bretagne, dans le West Yorkshire. Sylvia et Marc Day (respectivement 50 et 48 ans) ont préparé soigneusement leur noce  en visitant pas moins de onze salons consacrés au mariage, afin en particulier de choisir le meilleur photographe. Leur choix s’est finalement porté sur Gareth Bowers, de Fresh Images : quatre ans d’expérience professionnelle, une vingtaine de mariages à son actif et un book avantageux. Ses honoraires sont de 1450 £ (soit environ 1600 €)  pour un service qui  prévoit la livraison d’un album photographique restituant l’ensemble de la journée (« depuis le moment où la mariée quittera son domicile jusqu’à la première danse lors de la réception du soir »), d’un tirage sur toile, d’un portrait et d’une vidéo de la cérémonie religieuse.

Lire la suite