Séminaire à Barcelone

Une nouvelle session d’un séminaire franco-catalan va se dérouler les 4 et 5 octobre prochains à Barcelone sur le thème :

Documenter et comprendre lurbain au XXIème siècle: dialogues entre chercheur(e)s en sciences sociales, artistes et architectes

En voici l’argument et le programme :

Suite au projet “Photographie et alterités” dont les résultats sont disponibles à la page suivante: http://www.antropologia.cat/quaderns-e-164 , nous avons décidé d’organiser trois rencontres au cours de l’année 2012 afin de continuer à réfléchir sur les possibilités offertes par les technologies digitales et audiovisuelles dans la recherche en sciences sociales. Si au cours des journées de 2007 et 2009, l’objectif était de travailler autour des différents usages de la photographie pour donner à voir les personnes étiquetées comme différentes (soit de par leur statut social, leur origine ou leur non conformité aux normes hétérosexuelles dominantes) et analyser les liens complexes entre art photographique et dévoilement des mécanismes de l’exclusion sociale, cette année notre volonté est de mettre l’accent sur l’urbain, tout en ouvrant le champ à l’audiovisuel et les technologies digitales.

Par urbain nous n’entendons pas urbanisme mais réalité urbaine qui articule le conçu, le perçu et le vécu. Habituellement le domaine de la perception et de la représentation de l’urbain semble réservé aux artistes – ainsi qu’à certaines tendances de l’architecture-, la conception de l’espace urbain, le privilège des architectes, urbanistes et de l’administration publique, tandis que les chercheur(e)s en sciences sociales auraient la tâche d’en observer le fonctionnement, de l’analyser, le documenter et de produire un savoir théorique sur celui-ci.

Au cours de ces rencontres, nous voulons proposer des dialogues entre ces trois manières d’appréhender la ville, afin d’établir des liens entre personnes issues de disciplines différentes impliquées dans l’analyse des dynamiques urbaines. De ces dialogues, nous espérons que naîtra un échange de points de vue original et fructueux pour les participants. Voilà pourquoi plus que la présentation de résultats de recherche, notre intérêt se porte sur les processus de la recherche et de la création, ainsi que leur implications au moment de documenter et réfléchir sur l’urbain.

D’autre part, notre proposition prétend également créer des synergies entre différents groupes de recherche, collectifs (nationaux et internationaux) ou individus, intéressés par ces questions et plus particulièrement intéressés à l’usage des technologies digitales dans la recherche urbaine. Il s’agira donc de partager et de diffuser des expériences, tout en croisant les regards et les faisant dialoguer.

La dynamique des trois rencontres fonctionnera de la manière suivante: un groupe local présentera sa recherche (1ère et deuxième rencontres) ou son projet de recherche (troisième rencontre) qui sera commenté par trois interlocuteurs de formation différentes afin d’en stimuler et enrichir les perspectives.

Une première rencontre a déjà eu lieu le 11 juin dernier.

Programme de la rencontre des 4 et 5 octobre :

4 octobre (18:00 – 21:00): Corpographie urbaine : réflexions sur le projet en cours CORPOCIDADE

Conférence de Paola Berenstein Jacques et Fabiana Dultra Britto

Discutants:

Aurelio Díaz (anthropologue, Université Autonome de Barcelone)

Jordi Serchs (directeur des Archives photographiques de Barcelone)

Collectif Bon Pastor

5 octobre (10h-14h): Itinéraire allégorique au « Bon Pastor

Avec la participation des différents membres du collectif Repensar Bon Pastor.

Discutants : Paola Berenstein, Fabian Dultra et Sylvain Maresca

(18:00 – 21:00): Table ronde: Documenter le changement urbain au travers de la photographie

Jordi Serchs (directeur des Archives photographiques de Barcelone)

Sylvain Maresca (sociologue, Université de Nantes, Laboratoire d’Histoire Visuelle Contemporaine, EHESS)

Hélène Veiga Gomes (anthropologue, artiste visuelle, Laboratoire Architecture/Anthropologie)

Une troisième rencontre aura lieu en décembre.

Complément du 25 octobre 2013 : le résumé, en espagnol, de ces deux journées.

Vivre de son art

C’est le titre d’un ouvrage collectif coordonné par Agnès Graceffa, qui vient de paraître aux éditions Hermann. Il rassemble 21 contributions parcourant l’histoire du statut de l’artiste du XVe siècle à nos jours. J’ai eu le plaisir d’y apporter ma participation avec un texte sur la profession de photographe.

Agnès Graceffa (sous la direction de), Vivre de son art. Histoire du statut de l’artiste XVe-XXIe siècle, Paris, Hermann, 2012, 315 pages.

En voici la présentation générale :

Musicien(ne)s, écrivain(e)s, plasticien(ne)s, acteurs ou scénaristes… : tous sont des artistes. Depuis l’émergence de cette catégorie au XVe siècle jusqu’à aujourd’hui, ces praticiens de l’art, auteurs comme interprètes, ont dû négocier des statuts spécifiques et des droits particuliers afin de pouvoir, simplement, vivre de leur art.
Face aux évolutions technologiques et à la constitution d’un marché de l’art, il fallut inventer et renforcer un statut social particulier. Son rôle fut et reste le même : palier à l’insécurité et à la fragilité souvent liées à la condition de créateur, et l’adapter aux nouvelles pratiques et aux réalités socio-politiques changeantes.
Comprendre cette histoire longue, ses permanences et ses mutations, telle est l’ambition de cet ouvrage collectif initié par l’association des métiers de la création SMartFr. Des chercheurs de disciplines et d’horizons très divers se sont associés pour lui donner corps, et construire ensemble une approche pluridisciplinaire et croisée.
En ce début de XXe siècle, personne ne remet plus en question le rôle social du créateur. Mais, une fois encore, des révolutions technologiques imposent de repenser le statut de l’artiste et de son œuvre. C’est à la lumière des expériences passées que nous pourrons, ensemble, inventer les nouvelles formes de protection du travail créatif.
Avec les contributions de Jan Blanc, Marie Bouhaïk-Gironès, Émilie Bouvard, Böjrn Olav Dozo, Céline De Potter, Jérôme Giusti, Catherine Gonnard, Agnès Graceffa, Mathieu Grégoire, J.F. «  Maxou  » Heintzen, Béatrice Joyeux-Prunel, Johannes Landis-Fassler, Sophie-Anne Leterrier, Claire Maingon, Sylvain Maresca, Hélène Marquié, Delphine Naudier, Hyacinthe Ravet, Brigitte Rollet, Séverine Sofio et Martine Watrelot.

Le réel, la parole de l'autre

Lundi 10 et mardi 11 octobre prochain, au Théâtre universitaire de Nantes, se dérouleront deux jours d’échanges et de spectacles baptisés Zone d’activation créative (ZAC). Echanges entre artistes et chercheurs sur les rapprochements possibles entre création et connaissance.

J’y participerai en m’entretenant avec Sonia Chiambretto, auteure de théâtre, sur les questions du réel et de la parole de l’autre, mardi 11 à 11 h.

Programme complet de cette manifestation.

Vers un registre autonome de l’image : l’art occidental

Autoportrait de Raphaël, 1506

Autoportrait de Raphaël

Les images dans la société – chapitre 6

La Renaissance fut marquée par diverses tendances qui allaient marquer durablement notre culture dans les domaines aussi bien du savoir que de ce que nous considérons désormais comme l’art. De fait, notre conception moderne et occidentale de l’art a commencé à s’affirmer dans les années 1400, d’abord en Italie, puis en France et dans tout le reste de l’Europe. Ce sont les grandes lignes de ce processus pluri-séculaire d’invention de l’artiste moderne que je voudrais restituer ici – processus qui contribua à modifier sensiblement le statut culturel des images. D’illustrations religieuses dont la fonction était avant tout rituelle, les images gagnèrent progressivement un marché d’amateurs à la recherche des plaisirs de la délectation esthétique. Il en découla une nouvelle forme de goût et un nouveau système d’appréciation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE