Bilan-2-Réactions

Voici une synthèse des réactions, questions et critiques formulées à la suite du bilan que je venais de présenter. Comme on le verra, les réserves le disputaient aux échos positifs.

Le blog modifie-t-il la démarche sociologique, la façon de penser ?

Un blog comme celui-ci qui sollicite la collaboration de ses lecteurs soulève la question du statut des connaissances scientifiques : peut-on y inclure les contributions des internautes dont on ne sait souvent rien ? Qu’attendre de cette « perméabilité plus grande » des sources ?

Pour qu’un blog devienne effectivement un lieu d »expérimentation, ne faudrait-il pas établir des normes de fonctionnement plus explicites, concernant en particulier le type de contribution jugées recevables ? Car sur un blog recueille-t-on autre chose que des opinions ?

Au delà se pose la question de l’éthos scientifique : qu’est-ce que faire de la science ? Peut-on dé-confiner l’exercice de la science en promouvant une forme de recherche collaborative et potentiellement ouverte à tous ?

En particulier, comment faire pour que les images y soient plus que des illustrations, de simples matériaux ?

N’est-il pas contradictoire de vouloir considérer un blog comme une publication scientifique ? Il y manque en tout cas l’instance de légitimation que constitue, dans toute revue académique, le comité de rédaction qui évalue les propositions d’articles de manière croisée.

Ce bloc-notes qu’est un blog génère-t-il une communauté, un nouvel entre-soi ? Ou bien reste-t-il un travail solitaire, malgré le nombre des échanges ?

A propos de la publication de mon livre en ligne : ce projet de texte qui resterait perfectible à l’infini le rend-il plus vivant qu’un texte fixé une fois pour toute dans la forme matérielle d’un livre imprimé ?

Quelle est la profondeur du débat sur un blog ? N’y observe-t-on pas une obsolescence plus rapide du débat ?

La formule du blog ne suscite-t-elle pas une course à l’échange, une aspiration vers toujours plus d’information, engendrant le vertige devant tout ce qu’il faudrait lire ? Tout le contraire de la concentration nécessaire à l’élaboration intellectuelle.

Le blog n’est-il pas uniquement un mode de communication ?

Certains ont exprimé leurs réserves vis-à-vis de l’emprise technologique d’internet, source à leurs yeux d’une culture de l’urgence, du zapping. Contre ses dérives, il faudrait au contraire sortir d’internet pour entretenir des discussions collectives, dans le cadre de « vraies » réunions comme au cours de ce séminaire.

D’autres affirment au contraire qu’internet offre l’expérience du temps choisi. Le blog s’affranchirait des contraintes de plus en plus lourdes imposées dans les publications scientifiques, dans les colloques. Il engagerait une véritable réorganisation de la production éditoriale.

Au final, j’ai eu l’impression que la plupart des participants à ce séminaire trouvaient intéressantes les possibilités ouvertes par la formule du blog, mais restaient plus que réservés sur son intégration à l’activité de recherche, comme si celle-ci risquait de perdre son caractère distinctif à s’ouvrir ainsi sur des échanges qui paraissent insuffisamment contrôlés.

Bilan – 2

L’invitation récente du Centre Pierre Naville m’a offert l’opportunité de réaliser un nouveau bilan de mon blog, après trois ans d’expérience.

Je ne reviendrai pas sur son démarrage, déjà raconté dans un bilan précédent.

Au fil du temps, le livre en ligne qui est à l’origine du blog a versé dans un statut d’archive qui continue à être consultée : le dernier comptage, effectué en mai 2012 révélait un total d’environ 20 000 visiteurs sur l’ensemble des chapitres, dont 4000 pour la table des matières (plus de 5000 aujourd’hui). On constate donc un effet de traîne, comme dans l’édition classique, même si on ne sait jamais ici si les visiteurs sont des lecteurs effectifs. En outre, les chiffres varient beaucoup d’un chapitre à l’autre car les internautes peuvent n’aller voir que celui ou ceux qui les attirent, à la différence d’un livre papier qu’il faut acheter en entier. Bref, ces statistiques sont difficiles à interpréter, mais elles signalent tout de même que ce livre a conservé une visibilité grâce au blog.

Plusieurs suggestions m’ont été faites pour mieux le valoriser en ligne. Il me faudrait les mettre en œuvre si j’en trouvais le temps. L’auto-édition procure une totale liberté, mais elle trouve ses limites dans l’investissement que chacun peut y consacrer. Maintenir vivant le texte des Images dans la société bute sur ma disponibilité, bordée de toute part par de nombreux autres engagements.

Je note avec intérêt l’initiative de Bruno Latour qui vient de mettre en ligne son dernier livre Enquête sur les modes d’existence : la version publiée sur papier (aux éditions La Découverte) est présentée comme un point de départ offert à la discussion de tous ceux qui souhaitent devenir des contributeurs sur le site qui leur est ouvert. Il s’agit donc bel et bien d’un contenu évolutif, appelé à déboucher sur une nouvelle version enrichie du livre. A ceci près qu’il s’agit d’un projet collectif, bénéficiant d’un financement européen et donc d’une équipe permanente employée à le faire fonctionner.

Au fil des mois, j’ai découvert ce qu’était un blog en en faisant l’expérience au jour le jour.

Les atouts d’un blog :

Ce blog me permet :

  • de réagir à l’actualité sous la forme de billets plus ou moins fouillés, sans forcément que le thème abordé s’intègre dans une véritable enquête en cours ;
  • de rendre compte rapidement d’observations empiriques diverses ;
  • de tenir de la sorte un journal de bord ouvert au regard et à l’avis des autres. Auparavant, j’accumulais – comme beaucoup de mes collègues, je suppose – quantité de notes écrites sur des bouts de papier et de documents, entassés souvent en vrac, voire rangés, mais à l’état brut.
    Alimenter le blog m’impose un travail d’écriture plus conséquent, même s’il reste le plus souvent concis. Il devient nécessaire de formaliser des embryons d’idées, des pistes de réflexion. S’adresser aux autres astreint en effet à expliciter davantage les formules lacunaires dont on se contente pour son propre usage, et qu’il n’est d’ailleurs pas toujours possible de reprendre plus tard tellement elles portent la marque d’un instant oublié entre-temps. Car ce journal de bord est tenu sous le regard des autres et soumis à leur appréciation critique. J’engrange ainsi continuellement des compléments d’information, des suggestions, des réactions, des critiques.
  • De valoriser les travaux ou réalisations des autres, en particulier d’étudiants dont j’ai la chance d’encadrer les enquêtes. Je l’ai fait à plusieurs reprises pour les faire connaître. Je remarque d’ailleurs que mon blog, si modeste soit-il, est perçu par certains comme un relais d’information, ce qui me vaut de recevoir des informations sur des événements à venir, voire des publications dont les auteurs espèrent que je vais me faire l’écho
  • Enfin, la structuration du blog fournit un mode d’archivage et de classement, par le biais des rubriques des mots-clés (« tags »). Je peux ainsi me permettre une grande diversité thématique sans perdre pour autant la trace des billets publiés. Je peux compléter ceux-ci après-coup ou y déposer des références, des questions pour plus tard.

La formule du blog permet également de publier ou republier des textes d’analyse inédits ou devenus peu accessibles. Avec cette fois le bénéfice de recueillir des réactions (exemple de la republication en avril 2011 de mon texte sur Andres Serrano).

Je mise à présent délibérément sur les ressources du blog pour alimenter des travaux de recherche en cours.

Parfois, ponctuellement, en lançant à la cantonade un appel à documenter telle ou telle image (des pictogrammes, par exemple) ou une situation observée (les panneaux piratés sur le front de mer de Notre-Dame-de-Monts).

D’autres fois, de manière suivie dans le cadre d’une enquête en cours. Par exemple, celle sur les répercussions du numérique dans la profession photographique : j’y ai consacré une vingtaine de billets sur des aperçus partiels, des idées en cours d’élaboration, certaines premières formulations (communications à des colloques), qui ont attiré plus de 20 000 visiteurs en l’espace de deux ans et suscité de nombreuses réactions, souvent de professionnels de la photographie, commentant, discutant, polémiquant, apportant des informations nouvelles, etc. Il en est résulté un enrichissement indéniable de l’enquête, ainsi qu’un effet d’annonce qui m’a facilité par la suite de nouveaux contacts.

Les questions spécifiques liées aux matériaux visuels étudiés :

Comment travailler sur les images sans les montrer ?

Commençons par le contre-exemple d’un article que j’ai publié récemment dans la revue L’Homme :

Tout d’abord, il s’est écoulé trois ans entre l’écriture du texte et sa parution ! Sur la quinzaine d’images que j’aurais voulu publier, seulement trois étaient libres de droit. Et de toute façon, il n’y avait pas de budget pour la reproduction, sauf si je l’apportais moi-même !

Qu’on songe aux revues scientifiques, impensables sans illustrations. Ce contraste renvoie indéniablement à une différence de culture et, en même temps, à des questions de financement (sources des dérives enregistrées dans le domaine scientifique où sévit le règne des publications payantes).

Au final : j’ai opté pour une double publication :

dans la revue papier sous une forme « pauvre », mais académiquement stratégique, avec un renvoi à mon blog ;

sur La vie sociale des images, avec toute l’iconographie, au bénéfice du statut « savant » et gratuit de cette publication.

Est-ce légal ? Probablement pas : j’ai encore en mémoire la diatribe de cette avocate qui m’avait menacé de poursuites ! Mais dans les faits, les très nombreux billets qui sont publiés sur Culture visuelle avec une iconographie reprise des médias ne suscitent généralement pas de récrimination. Quand bien même le cas se produirait, il suffirait de retirer l’illustration incriminée. De plus, Culture visuelle permet un registre de publication privée, réservée aux membres inscrits. Bref, sur cette plate-forme, on mise avant l’heure sur le fair use à l’anglo-saxonne.

Les lourdeurs, les contraintes et les limites d’un blog de ce type :

Il y a tout d’abord la lourdeur du travail d’auto-édition ou de « post-production » : chaque billet doit être complètement mis en forme selon les normes d’édition requises – ce qui suppose de s’y être formé techniquement (ici, le fait de bénéficier d’une plate-forme de blog déjà opérationnelle a été un atout de taille). Le moindre document nécessite une préparation pour être intégrable. Les photos, en particulier, doivent être retravaillées et sauvegardées dans un format pour le Web si l’on veut qu’elles soient facilement accessibles pour les internautes. Ne pouvant compter sur aucun appui logistique (je suppose qu’il en va de même pour les autres membres de la communauté), j’assure seul l’ensemble de ces tâches qui prennent beaucoup de temps, même si, heureusement, Culture visuelle nous permet de mutualiser les difficultés et les solutions. A la longue, la question devient : comment tenir la cadence, sachant qu’un silence prolongé provoque la désertion des lecteurs ?

Blog consacré aux images, inséré dans une communauté centrée elle aussi sur l’étude des images, La vie sociale des images me conduit à travailler non seulement sur les images, mais également avec des images. Ne serait-ce que pour satisfaire cet implicite (passablement impératif) de la blogosphère : les contenus y associent des textes et des images, comme le reste de ce qu’on trouve sur Internet. En outre, beaucoup de mes observations de pratiques sociales liées aux images gagnent à être complétées par des images : celles que produisent les acteurs, comme les photographies que je peux prendre moi-même en situation. C’est ainsi que je suis devenu un peu photographe pour les besoins du blog.

Cette production d’images a alimenté par ailleurs un compte personnel en ligne sur le site Flickr qui permet le partage et, là aussi, les commentaire sur les images partagées. L’objectif était en particulier de mettre en commun l’iconographie de recherche des différentes membres de Culture visuelle. Mais, depuis quelques mois, j’ai cessé d’alimenter ce compte pour réduire le temps que je consacre à la mise en ligne de chaque billet. Je n’ai par ailleurs ni compte Facebook, ni compte Twitter, et j’en passe. Objectivement, je mets un frein à toutes ces sollicitations d’Internet pour conserver à mon investissement une dimension raisonnable, du moins praticable compte tenu de mes autres contraintes professionnelles.

Parmi les limites d’un blog, je citerai la versatilité des commentaires et leur caractère éphémère. Les débats les plus durables s’étendent sur quelques jours, voire une ou deux semaines. Souvent, beaucoup moins. Sans parler des billets qui ne soulèvent aucune réaction formalisée. En pareil cas, on connaît le nombre de visiteurs, sans plus. Sachant, de surcroît, que tous ces « visiteurs » ne sont pas forcément des lecteurs. Un blog fonctionne comme un petit média, mais avec une part de mystère permanente : qu’est-ce qui explique le retentissement de tel billet par rapport à tel autre ? Difficile de répondre. Il est certain, notamment, que les thématiques liées à la politique suscitent davantage de réactions que les autres.

Le blog comme interface de publication :

Je suis loin aujourd’hui de mon projet de publication initial. Pourtant le blog continue d’entretenir des liens étroits avec le projet de publier.

Déjà parce qu’il constitue une forme de publication en soi. J’y ai publié plusieurs textes conséquents qui n’ont pour l’instant pas d’autre forme que celle-là (par exemple La découverte d’un photographe ou encore l’étude Un nouveau lieu commun visuel).

J’ai bien conscience que cette formulation comporte une nuance de frustration. Comme si la publication se faisait, ou devait nécessairement se faire dans un cadre académique, celui d’une revue reconnue. Il y a des enjeux de carrière dans cette affaire, accrus par la pression toujours plus forte à publier d’une manière académiquement repérable, rentable.

A l’occasion, certains textes mis en ligne se situent à mi-chemin entre le billet et la publication. Ainsi des conclusions que j’ai présentées en clôture du colloque Photographier la ville contemporaine, à Nanterre en décembre 2011 : en l’absence prévisible d’actes de ce colloque, leur mise en ligne sur le blog a tenu lieu d’une publication qui ne se ferait sans doute pas. Car il ne faut pas négliger la part croissante que prend Internet pour suppléer les restrictions de publication aujourd’hui de plus en plus fortes en raison des impératifs d’économie.

D’une façon parfois inattendue, certains billets ont débouché sur des publications en bonne et due forme : articles de revues, chapitres de livres… De même, le blog me vaut des invitations dans des colloques, des séminaires, des réunions diverses. Car il donne une plus grande visibilité à mes travaux. Y compris dans le monde académique où Internet est devenu une interface consultée par tous.

Toutefois, la plupart de ces invitations se situent hors des cercles académiques, à la jonction avec les milieux ou les acteurs que j’étudie : enceintes artistiques, écoles d’architecture, d’arts décoratifs, photographes, etc. Générant parfois des écrits non académiques, comme dernièrement la préface pour le livre de David Desaleux. Ce blog m’intéresse particulièrement pour les relations qu’il initie de la sorte avec des interlocuteurs intéressés par les travaux des chercheurs, mais situés à l’extérieur du domaine académique. Il formalise une posture de l’entre-deux à laquelle je tiens.

Enfin, ce blog et la visibilité qu’il a acquise semblent pouvoir devenir un argument de poids dans la négociation avec des éditeurs en vue de la publication d’un livre. Il leur apporte la preuve chiffrée que le projet qui leur est présenté bénéficie d’un public, donc d’un lectorat potentiel. Est-ce suffisant ? Je n’en suis pas sûr, mais cela permet d’entamer la discussion avec des atouts reconnus.

Questions sur l’évolution des manières d’écrire dans les sciences sociales en lien avec l’essor des ressources multimédia :

Un blog peut-il être reconnu comme une publication scientifique ?

Aujourd’hui, les carnets de recherche se multiplient, des plate-formes comme hypotheses.org se créent pour les jeunes chercheurs, qui partagent cette culture de la communication via internet et de l’échange libre (open source). Cette production finira bien par entrer dans la gamme reconnue des activités de recherche.

Au delà se pose une question sur les formes d’écriture.

Un blog est un outil multimédia : il permet de combiner du texte avec des images, fixes ou animées ; mais également de ménager des liens avec d’autres ressources disponibles ailleurs sur la toile par le biais des liens hyper-texte.

J’ai participé en son temps aux débuts de la revue Actes de la recherche en sciences sociales qui, à sa façon, aspirait à cette combinaison de formes diverses. Les blogs ou les sites internet amplifient considérablement les possibilités en la matière. Tout article peut être assorti de documents d’enquête, renvoyer directement à d’autres textes… Ces possibilités sont évidemment intéressantes lorsque l’on travaille sur les images, mais également dans tous les autres domaines de la recherche en sociologie, permettant de mettre ses entretiens à disposition du lecteur, ses notes d’observation, ses documents, ses statistiques… J’y encourage mes étudiants de master, grâce à l’insertion d’un DVD de données à la fin de leur mémoire papier. Certaines revues en ligne comme ethnographiques.org permettent à présent de compléter les articles par des documents empiriques, à l’image de ce que font depuis longtemps les sciences de la nature.

L’enjeu est de susciter un débat non pas (seulement) sur les principes de l’analyse, mais sur ses matériaux. Il y a là un enjeu épistémologique, en même temps que formel : élaborer une autre manière d’écrire les sciences sociales et d’en discuter.

Séminaire au Centre Pierre Naville

Ce vendredi 18 janvier, de 9 h 30 à 12 h 30, je ferai une présentation dans le cadre du séminaire du Centre Pierre Naville de l’Université d’Evry, sur le thème :

Un nouvel espace de publication et d’échanges – Expérience d’un blog de recherche

Centre Pierre Naville
UFR de Sciences Sociales et de Gestion
2 rue du Facteur Cheval
91000 EVRY

Premier bilan

Je viens de passer le cap des 100 billets sur ce blog. J’en suis moi-même le premier étonné. Je ne pensais pas me prendre au jeu à ce point, même si l’exercice de la chronique m’a toujours intéressé et parfois occupé, comme lorsque je collaborais à la revue La recherche photographique. Aussi vais-je prendre ce jalon symbolique des 100 billets pour dresser un premier bilan, très provisoire, de La vie sociale des images. Et en profiter tout d’abord pour remercier encore une fois – ce ne sera jamais assez – André Gunthert de m’avoir offert, comme à tous les blogueurs actuels de Culture visuelle, la possibilité de développer ce nouveau mode d’expression et d’échange.

Au départ, je cherchais à publier en ligne un ouvrage pour lequel je n’avais pas trouvé d’éditeur. Consacré aux images, très (trop) illustré, il supposait un important budget et soulevait de nombreux problèmes de droits. Rien de très praticable en fait. J’ai donc décidé de le mettre en ligne en recourant aux ressources iconographiques présentes sur internet pour donner accès plus facilement aux images. Il a été publié ici chapitre après chapitre, sous la forme d’un feuilleton hebdomadaire, du 1° décembre 2009 au 25 mai dernier (voir la table des matières).

La formule du blog m’a offert l’opportunité d’établir un lien direct avec les lecteurs en vue de connaître leurs réactions, de récolter leurs suggestions, compléments et critiques, et ainsi de faire de ce texte non pas une publication figée, comme toute formule imprimée, mais au contraire transformable, perfectible, bref un texte vivant. Cette ambition a été largement atteinte grâce aux nombreux commentaires dont j’ai bénéficié de chapitre en chapitre.

Depuis que la publication en est achevée, je me demande comment faire pour garder ce texte actif. Car au fil du temps, il tend plutôt à s’assoupir dans un statut d’archive de moins en moins consultée. A ce jour, le décompte cumulé des lecteurs (peut-être de simples visiteurs) dépasse légèrement 10 000 (dont le tiers pour l’éditorial-introduction, le sommaire et les deux premiers chapitres), avec un rythme d’accroissement qui ralentit.

Plusieurs suggestions m’ont été faites qu’il me faudrait mettre en œuvre si j’en trouvais le temps. Car c’est là l’une des difficultés de l’exercice : un blog demande beaucoup de temps, non seulement comme toute publication dont il faut alimenter la périodicité, mais encore parce qu’il faut en assurer complètement la fabrication : écrire les textes, prévoir les illustrations et les mettre au format requis, assurer la mise en page, les référencements, etc., puis nourrir les échanges. Comme chacun des auteurs de la communauté Culture visuelle, je ne peux compter sur aucun appui logistique. Pour préparer la mise en ligne des textes des différents chapitres du livre, j’avais bénéficié d’un coup de main de la part de Christian Chervet, un informaticien de mon université, mais depuis je dois me débrouiller seul, heureusement avec les conseils avisés du réseau Culture visuelle. L’auto-édition procure une totale liberté, mais elle trouve ses limites dans l’investissement que chacun peut y consacrer. Maintenir vivant le texte des Images dans la société bute sur ma disponibilité, bordée de toute part par de nombreux autres engagements.

Au fil des mois, la formule du blog a débordé largement ce projet premier de publication. C’est là son principal intérêt. Il est devenu pour moi une sorte de bloc-notes dans lequel je consigne des idées, voire de simples suppositions, des documents, des descriptions, des comptes rendus… Toutes choses qui prenaient auparavant la forme de notes sur des bouts de papier, souvent entassés au petit bonheur, quand elles ne restaient pas à l’état d’impressions mentales sans concrétisation. Dans La vie sociale des images, je peux désormais les accumuler sans avoir prévu à l’avance où les ranger, mais sans les égarer pour autant puisque les tags permettent toujours les retrouver. En réalité, je fais plus que les accumuler puisque l’exigence de les publier et de les partager sur le blog m’oblige à donner à ces bribes une forme conséquente, même provisoire, donc à les développer plus que je ne l’aurais fait sur un simple post-it à usage personnel. L’exercice est à la fois diffus, puisque je cours de nombreux lièvres à la fois, au gré de l’actualité et des idées qui me viennent, et concentré puisqu’il impose de creuser chaque piste autant qu’il est possible sur le moment. C’est coûteux en temps dans l’instant, mais peut-être économique à moyen ou long terme si l’on considère que ce travail d’élaboration immédiate anticipe et prépare certaines synthèses à venir.

Sans compter les multiples réactions recueillies au gré de ces billets du moment. Les sciences sociales valorisent le journal de terrain comme un outil indispensable à la recherche en train de se faire, mais elles le cantonnent bien souvent à un exercice privé qui n’est pas destiné à être publié. Certains journaux de bord, comme celui de Malinowski, ont fait scandale lorsqu’ils ont été édités à titre posthume. Le blog est un journal de bord placé constamment sous les yeux des autres. Culture visuelle fonctionne à cet égard comme une communauté intellectuelle stimulante et protectrice dans la mesure où chaque auteur sait pouvoir y bénéficier des apports bienveillants des autres. Les points de vue personnels peuvent s’y exposer sans risquer la censure ou l’affrontement qui caractérisent si souvent les « débats » entre universitaires. Continuons ainsi.

Je pourrais citer de nombreux exemples d’apports appréciables, en terme d’information ou de réflexion, trouvés dans certains commentaires de lecteurs souvent plus compétents que moi sur le sujet abordé. Je les en remercie vivement. J’en suis d’ailleurs venu à solliciter délibérément cette ressource potentielle en n’hésitant pas à mettre en ligne de simples hypothèses, des débuts de données, dans l’espoir de les voir reprises, complétées ou contestées par des interlocuteurs intéressés par les mêmes questions. Je procède ainsi dans notre enquête en cours sur la profession photographique depuis que mon premier billet sur la question a suscité une cinquantaine de commentaires, dont beaucoup de professionnels, et attiré plus de 3000 lecteurs.

Les retombées demeurent néanmoins imprévisibles. Je reste encore étonné du « succès » de certains billets comparé au vide dans lequel d’autres sont restés. Comment expliquer que cette histoire drolatique de photographie de mariage ait attiré 2 000 lecteurs ? J’ai constaté que les devinettes sur les pictogrammes avaient également du succès car le public de Culture visuelle a l’esprit farceur. Dès qu’un billet touche à la politique, l’écho s’en trouve amplifié. Mais il y a beaucoup d’incertitudes. Je ne sais toujours pas comment ça marche.

Autre aléa : la durée de vie d’un billet. Si le débat s’instaure, il dure souvent peu, quelques jours tout au plus, avant de s’éteindre. Un clou chasse l’autre. Surtout sur Culture visuelle où l’offre de contenus nouveaux est pléthorique. A partir de ces échanges rapides, il est possible cependant de nouer ailleurs des contacts plus suivis et ainsi d’approfondir des discussions qui s’annonçaient prometteuses. Je l’ai fait plusieurs fois. J’apprécie surtout d’obtenir l’avis ou les réactions de personnes directement concernées par les analyses que je propose. Que les échanges ne soient pas uniquement entre intellectuels. C’est là une ressource précieuse d’internet : l’ouverture sur des interlocuteurs de tous horizons, souvent très au fait des réalités commentées. Lorsqu’ils peuvent nous éclairer sur la façon dont sont produites certaines des images qui attirent notre attention, leur apport est tout à fait décisif, même si leur opinion ne concorde pas forcément avec les nôtres.

Enfin, un va et vient s’instaure entre le blog et la publication classique sous forme papier. Certains billets m’ont valu des commandes d’articles ou des invitations à des colloques, sources à leur tour de publications plus « académiques ». Quelques textes, en revanche, ont pris la forme d’un billet sans que je puisse prévoir s’ils trouveront d’autres débouchés. Le blog donne une plus grande visibilité au travail de recherche, une plus grande réactivité également par contraste avec le temps long des publications scientifiques dont certaines prennent des années pour aboutir. Bien sûr, cet ancrage dans l’actualité et l’éphémère revêt un tour aventureux, mais s’agissant pour l’essentiel d’esquisses et de discussions en cours, le risque de l’erreur magistrale n’est pas bien grand. Et quand bien même, on apprend davantage de ses erreurs que de ses certitudes.

A présent, quel est l’avenir de La vie sociale des images ? La question est ouverte. Elle pourrait être débattue avec profit au sein de Culture visuelle avec l’ensemble des auteurs et des lecteurs qui contribuent à la vie de cette communauté intellectuelle. A l’occasion par exemple de son premier anniversaire ?


Un salon à la mode web 2.0

« Ton blog me fait penser aux salons du XIXe et début du XXe siècles, où l’on discutait des évènements du jour, de questions abstraites, littéraires ou autres, de vive voix. Et maintenant, on le fait donc par le blog, en conversation à travers le monde entier ! Intéressant ! Même fascinant !
Mais je reste au XXe siècle et j’aime discuter avec une personne qui est assise en face de moi. »

Je clos ma première saison de La vie sociale des images par cette réaction d’une amie américaine, qui porte allègrement ses 98 ans et à qui je viens de faire découvrir mon blog. Elle n’avait pas idée de ce que c’était, mais mue par son inépuisable curiosité, elle a voulu y aller voir.

Culture visuelle, une nouvelle forme de salon ? Quelle belle image pour partir en vacances l’esprit et les sens en éveil.

Bon été à tous.