Les mots-images (suite)

National Film and Sound Archive Australia

Cela fait longtemps que je n’ai pas alimenté cette rubrique consacrée à la présence du vocabulaire visuel dans le langage courant. L’occasion m’en est fournie aujourd’hui par le présentateur du journal de 19 h, sur France Inter, qui a lancé un sujet réalisé sur le vif dans l’enceinte du Salon de l’agriculture en annonçant « une photo sonore ».

La radio a en commun avec la photographie, ou encore les images animées, de nous proposer des enregistrements (ici sonores, là visuels) qui sont autant de preuves d’existence des situations enregistrées. Un son de radio fonctionne à cet égard de la même façon qu’un cliché photographique ou une séquence vidéo. Si l’on ajoute que la radio a gagné ses lettres de noblesse dans le domaine de l’information sensiblement au même moment que la photographie ou le cinéma d’actualité, un journaliste de radio ne devrait pas avoir à faire miroiter une quelconque parenté avec la photographie pour convaincre de l’intérêt d’un reportage sonore.

Sauf qu’entre-temps, la télévision s’est installée comme la synthèse incontournable du son et de l’image, si bien que le son seul semble manquer de quelque chose, d’un pendant qui ne saurait être que visuel. N’entend-on pas parler parfois d’un reportage de radio comme d’une « carte postale sonore » ?

Au cinéma « muet » manquait la parole. Depuis, il est devenu « parlant ». Dans le monde dominé par les images qui est le nôtre, à la radio manquerait toujours la vue.

La carte postale

Publicité d’un important éditeur, Bergeret à Nancy.

La vie sociale des images – chapitre 12


L’apparition, puis le développement massif de la carte postale se situèrent entre les années 1870 et le début de la Première guerre mondiale, en plein dans la période d’expansion de ce que l’on a appelé l’« illustration », c’est-à-dire l’impression et la diffusion massive d’images associées au texte, que ce soit à travers les affiches, les almanachs, les calendriers et les supports de presse. L’engoûement extraordinaire suscité par la carte postale tient à de nombreux facteurs, parmi lesquels les retombées effectives de l’instruction publique, le renouveau de l’imagerie populaire et la fascination pour les capacités de la photographie à représenter le monde, le plus lointain comme le plus proche.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE